Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

12 mars 2022 6 12 /03 /mars /2022 08:39

50 % de l’objectif en 48 heures !


Cela va plus vite que la musique : deux jours après la mise en ligne de l’annonce de notre souscription, nous avions atteint la moitié de l’objectif nécessaire et donc parcouru ensemble la moitié du chemin ! Ami(e)s chemin, comme le chantait Claude Nougaro. Et ça continue, encore et encore… Incroyable fidélité et formidable confiance qui m'obligent.

Bel ami, quel bonheur de te voir devant moi
Quelle joie, bel ami, te voilà
Justement ces jours-ci je ne pensais qu'à toi
Laisse-moi te serrer dans mes bras...

On pourrait donc considérer que le premier tome du ROMAN DE SAN-ANTONIO est né, en l'attente d’apparaître sur les fonts baptismaux de votre boîte à lettres… si ce n’était que San-Antonio poussa la porte et Frédéric Dard entra n’est pas un enfant unique, mais le premier venu de vrais jumeaux, avec son petit frère San-Antonio sans alter ego ! Les deux font la paire et l’un ne peut pas venir au monde sans l’autre...

Aux forceps ou en douceur, je compte encore et toujours sur vous pour nous aider à accoucher de ce nouvel enfant deux fois plus « grassouillet » que la normale, genre Apollon-Jules si vous voyez de quoi je parle (n’est-ce pas, Béru et Berthe ?). Un beau bébé (amoureux de la chanson, comment pourrait-il en être autrement ?), que je m’inventais dans le cœur et la tête depuis des lustres et dont l’acte d’amour avec la page blanche, après sa conception, m’aura accaparé de pied en cap pendant quatre ans...

Quatre ans d’amour passionné, quel pied, mes ami(e)s !

Vous savez ce qu’il vous reste à faire pour vous joindre à cette partie de Baise-ball à la Baule, comme « il » disait, à La Baule et partout ailleurs : rendez-vous sans plus tarder au point de ralliement. C’est ensemble ou pas du tout, maintenant ou jamais, que nous parviendrons au bout du chemin.

• Pour rappel, si ça vous chante :
« L’amour sourcier de Claude Nougaro ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
FRED,<br /> Tu vois, c'était pas si difficile ! Tu as un succès fou, bien mérité, en ta qualité d'auteur qui a bon caractère et fait bonne impression !<br /> JM.
Répondre
F
C'est gentil, cher Jean-Marie. Mais d'une part, l'objectif n'est pas encore atteint, or il s'agit d'un quitte ou double : si on n'arrive pas au moins à ce niveau-là, les contributeurs sont remboursés et "tout ça" n'aurait servi à rien, et d'autre part et surtout (sans vouloir donner l'impression de "cracher dans la soupe"), ce qui m'intéressait en écrivant cet ouvrage, c'était la possibilité (car l'envie était et reste forte) de parler de San-Antonio dans les médias. Or ceux-ci ne s'intéressent qu'aux livres distribués normalement en librairie. Avec une édition (fût-elle "collector"), à tirage limité, on se limite d'emblée à faire seulement plaisir aux admirateurs de Frédéric Dard (et à ceux et celles qui me font l'amitié, comme toi-même, de suivre mon travail depuis des lustres). C'est important, c'est pour ça qu'on, se "bat" - au moins l'ouvrage existera... et peut-être qu'un éditeur, tombant dessus par hasard (ou par chance ?!), aura l'envie de le sortir en librairie à l'avenir - mais c'est aussi terriblement frustrant.