Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 18:02

Supplément d’âme

 

Nous l’avions annoncé en primeur dès le mois de janvier : la soirée anniversaire de la vingt-cinquième édition du festival « Alors… Chante ! » de Montauban, du 11 au 16 mai dernier, invoquerait – convoquerait – l’âme des poètes, « en bouclant la boucle intergénérationnelle des artistes auxquels il a fait la fête ou qu’il a révélés ». Nous y étions et, comme on pouvait l’espérer, la fête a été à la hauteur de l’attente… à l’image du reste de l’affiche.

 

Ce soir-là, vendredi 14 mai, la manifestation dirigée par Jo Masure bat son plein déjà depuis cinq jours. Il y en a pour tous les goûts et tous les publics amateurs de chanson vivante. Dans toutes sortes de jauges aussi. Par ordre croissant de capacité : le Chapitô, destiné (en fin de matinée, début d’après-midi) à la programmation jeune public, « Mômes en zic » ; le Magic Mirrors, lieu d’accueil convivial à partir de 14 h 30 des fameuses Découvertes de Montauban (dont les Vendeurs d’Enclumes seront cette année les principaux lauréats) et de concerts plutôt atypiques et souvent captivants en soirée ; le Théâtre Olympe de Gouges, jolie salle à l’italienne, de capacité médiane pour spectacles « à dimension humaine » à 18 h ; enfin, à 21 h 30, la salle Eurythmie, nécessaire aux soirées de grande affluence (3000 places, moitié assises moitié debout).

 

 

Première constatation : tout est plein, partout, tout le temps, ou presque. Y compris le Chapitô pris d’assaut par les écoles, pour le plus grand bonheur des artistes (Pascal Parisot, David Sire, Abel, Vincent Malone, Bouskidou… et deux spectacles exceptionnels, Les Gens, présenté par La Côterie, autrement dit l’essentiel des Têtes Raides, Christian Olivier en tête, et Hector le Facteur, conte musical signé Nicolas Berton qui forme avec Liz Cherhal et Olivier Touati le trio Uztaglote). Alors… Chante ! est vraiment devenu l’un des tout principaux festivals de chanson en France, et même de l’espace francophone, l’alter ego printanier des Francofolies estivales de La Rochelle dont il a quasiment le même âge (les Francos ont fêté leur 25e anniversaire l’été dernier). L’un des plus courus aussi, la preuve ; sa qualité d’accueil, la sensibilité de son équipe organisatrice, les bénévoles de l’association Chants Libres présidée par Jean-Pierre Crouzat (cofondateur du festival avec Jo Masure), apportant un plus indéniable, un véritable supplément d’âme.

 

La Fédération des festivals de chanson francophone  

Ici, on ne fait pas que dérouler le tapis rouge aux tourneurs et aux artistes en tournée, on a une vraie politique de programmation, comme on pouvait dire d’un journal comme Chorus (ou comme Paroles et Musique auparavant, dont Jo Masure a rappelé publiquement, et de manière fort sympathique, qu’il avait inspiré Alors… Chante !), qu’il possédait une vraie politique éditoriale, une réelle spécificité. D’ailleurs, signe qui ne trompe pas, Alors… Chante ! est chaque année le siège de l’assemblée générale du collectif des festivals francophones, créé dans la cité d’Ingres en mai 2005 à partir d’une charte édictant une vision culturelle et non pas mercantile de la diffusion de spectacles. Ses premiers signataires et ceux qui ont rejoint depuis ce collectif, devenu officiellement lors de cette édition la « Fédération des Festivals de Chanson Francophone » (FFCF), revendiquent notamment « un projet et une direction artistique reconnaissant la chanson comme un art majeur, le respect des artistes accueillis et du public (notamment en matière de son) et un travail de découverte de nouveaux talents et de mise en lumière d’artistes de répertoire ». 

La FFCF, ouverte aux postulants de toutes tailles (y compris des salles proposant un festival en cours d’année comme par exemple le Train-Théâtre de Portes-lès-Valence ou les Trois Baudets de Paris) qui remplissent ces critères, compte développer toujours plus les échanges entre festivals du territoire francophone s’agissant des artistes émergents. « Il s’agit d’initier des complicités plutôt que des concurrences », note le texte de la charte fondatrice. Aujourd’hui, quelque vingt-cinq festivals de Belgique, de France, du Québec et de Suisse composent ladite Fédération (dont on trouvera le détail en liens privilégiés de Si ça vous chante, depuis la page d’accueil, avec tous leurs contacts utiles). 

Dans le Tchatchival, journal quotidien du festival, Bernard Kéryhuel (qui en est le rédacteur en chef… et fut l’un des rédacteurs « historiques » de Paroles et Musique, avant de fonder en Vendée l’association Chants-Sons et le festival Chant’appart), écrit ceci : « Les festivals ont un poids économique considérable. Ils sont facteurs de développement, génèrent de l’emploi, contribuent à l’image des territoires. Ils sont utiles au secteur culturel dans la mesure où ils sont fédérateurs et génèrent fréquemment des synergies entre acteurs institutionnels et privés. Enfin, les festivals représentent des enjeux essentiels pour le développement de carrière des artistes, ils sont souvent des “terres d’accueil” pour les nouveaux talents. » CQFD. À partir de ces constats, la FFCF, par le nombre, la qualité et la diversité de ses membres, devrait pouvoir représenter une force suffisamment incontestable en soi, et d’autant plus nécessaire en période de crise économique, pour que la chanson soit enfin reconnue comme un art à part entière, avec les conséquences pratiques qui en découleraient dès lors au plan des pouvoirs publics voire des médias. 

Elle vient en tout cas à point nommé, au moment (qui dure déjà depuis quelques années : souvenez-vous de la « Génération Chorus » qui a commencé d’émerger vraiment au milieu des années 90, et s’est prolongée par la « Nouvelle Scène ») où les nouveaux talents actuels sont meilleurs, globalement (par rapport à leur âge et à leur courte expérience), que jamais ; ayant parfaitement intégré un double héritage capital : celui du texte qui constitue la marque de fabrique de la chanson française au long des siècles, et celui de la technique musicale, parfois défaillante jadis (surtout par rapport aux musiciens anglo-saxons) bien que les mélodies et les musiques de genre aient toujours fait partie intrinsèque de la chanson francophone.

 

dessin-montauban.jpg

 

Et pour ce qui est de mettre en valeur ces nouveaux talents, sans oublier de mettre en lumière les artistes du répertoire, Alors… Chante ! n’a de leçon à recevoir de personne, qui s’est bâti justement sur cette double spécificité, comme l’a montré la soirée anniversaire de sa vingt-cinquième édition. On y a retrouvé la quasi-totalité des principaux lauréats des Découvertes depuis l’an 2000 (les absents, comme Jeanne Cherhal, hélas, étaient retenus par ailleurs), quatorze au total, soit (par ordre alphabétique) : Aldebert, Amélie-les-crayons, Stéphane Balmino (ex-Khaban’), Travis Bürki (ex-Ü), Manu Galure, Daniel Hélin, Imbert Imbert, Jamait, Nicolas Jules, K, Presque Oui (alias Thibaud Deféver), Thierry Romanens et Carmen Maria Vega. Outre Murielle Magellan, la toute première lauréate des « Ricochets » (1985), concours local de chanson qui préfigurait les futures Découvertes du festival. 

Ces « nouveaux venus » dans la carrière allaient s’employer, pour le plus grand bonheur des trois mille spectateurs emplissant Eurythmie, à rendre hommage à leurs illustres aînés, invités d’honneur d’Alors… Chante ! au fil de ses premières années : Hugues Aufray, Leny Escudero, Léo Ferré, Juliette Gréco, Georges Moustaki, Claude Nougaro, Pierre Perret, Serge Reggiani, Renaud, Charles Trenet…

 

Des Bravos qui se donnent la main  

Mais on n’en est pas là. Après un grand spectacle gratuit, en plein air, avec Weepers Circus et Soan pour ouvrir officiellement le festival le lundi (le Cubain Raul Paz le clôturant le dimanche), le mardi fut une grande journée – de l’avis de témoins autorisés (dont nos ex-collaborateurs Yannick Delneste et Francis Vernhet). Les spectateurs se régalèrent, chacun dans le style et la couleur qui lui correspondait le mieux, avec l’excellente chanteuse belge pour enfants Geneviève Laloye (sûrement ce qui est arrivé de mieux en ce domaine ces dernières années) ; avec le jeune trio (masculin) Pauvre Martin, lauréat du prix Claude-Nougaro 2009, et l’ovni de la chanson Éric Lareine (qui fêtait ainsi son retour après la sortie, enfin, d’un nouvel album dont on reparlera) ; avec le tubesque Jacques Dutronc, en rockeur classique, et le tout aussi pince-sans-rire Nicolas Jules qui fit plus que tirer son épingle en première partie ; avec Naïf et Féfé enfin au Magic Mirrors pour terminer la soirée, avant le bœuf traditionnel en ce lieu.

 

bravos.jpg

 

Pour les Découvertes, au nombre de douze – sélectionnées parmi nombre d’autres artistes, inclus les cousins francophones retenus dans le cadre d’échanges entre festivals (voir plus haut), par le comité d’écoute de Chants Libres –, c’est le lendemain que s’engagea la « compétition ». À raison de trois par jour. Le mercredi avec le duo Trois minutes sur mer (« On cherchait des titres sur des variantes de Jules Verne… et ce nom est sorti comme ça »), guitare plus sample (« Ça donne un côté un peu hypnotique. C’est rock à deux, un peu… ») ; la Québécoise Salomé Leclerc, seule à la guitare électrique (« Ce côté électrique me change de mes débuts acoustiques, et je commence à développer ma touche personnelle, nourrie de beaucoup de musiques anglo-saxonnes. » Coté francophone ? « J’adore Daniel Bélanger et Catherine Major ») ; et le quatuor belge BaliMurphy (« Il y a une certaine dualité dans le groupe : texte et côté festif. Mais que les chansons soient festives ou intimistes, le texte est vraiment la charpente »). 

Le jeudi avec l’Acadien Pascal Lejeune, découvert l’an passé au Festival de Tadoussac (« Je n’ai pas la prétention de vouloir changer le monde, je veux juste offrir des petites pauses aux gens qui travaillent dur, alors je mets de l’humour… La musique, elle, country-folk, est au service de mes textes essentiellement inspirées de gens comme Brassens et Boris Vian ; oui ce sont des artistes comme eux qui guident ma route ») ; la jeune Zaz, décomplexée sur scène, à la voix au timbre aussi éraillé qu’impressionnant, qui vient de sortir son premier album (« Mes influences musicales sont très variées. Je suis tombée très vite amoureuse du gospel. J’aime la funky music, le rap, le jazz, le latin-jazz, le jazz manouche, les rythmes espagnols et brésiliens. Question textes, Raphael m’en a écrit quelques-uns après m’avoir vue en concert… Quand je chante, j’ai un grand besoin d’exprimer, d’entrer en résonance avec l’autre ») ; et puis l’excellente formation Vendeurs d’Enclumes, repérée depuis belle lurette par les professionnels mais toujours méconnue du public (« Ma façon d’écrire, dit son ACI Valérian Renault, est assez classique et soignée. Sans doute parce que j’ai écouté des classiques tels Brel, Ferré et Barbara. Au niveau musical, c’est pareil : des arrangements super soignés, des musiciens qui viennent d’univers musicaux très variés et ont des doubles casquettes : comédiens-chanteurs, musiciens-ingénieurs du son… J’ai besoin d’être les chansons plus que de les chanter uniquement. D’où notre style très théâtral »).

 

 

Le vendredi avec Jules (« Mon écriture est souvent ludique, distanciée et fantaisiste. J’essaie d’y glisser du second degré. Cela fait partie de ma culture musicale assez traditionnelle. J’ai écouté Brel, Renaud, Goldman, etc. À côté de cela j’ai aussi une culture alternative, la Mano Negra, Noir Désir… ») ; Mo, une jeune femme assez déconcertante au maquillage assumé (« C’est un rituel avant de monter sur les planches, c’est une façon de transcender… Mon but est d’élargir le chant dès que possible en y ajoutant des éléments plastiques, une chorégraphie ainsi qu’un travail sur la voix. Il faut que le verbe, au-delà du fait d’être verbe, ait une vraie musicalité ») ; puis le trio Bardan’ (« Bardane, c’est le nom d’une plante qui a servi à inventer le velcro. Vous savez, ces petites boules qui s’accrochent à vos vêtements dans les champs… »), aux évidentes sonorités celtiques, bien qu’ils s’en défendent (« C’est peut-être la présence du violon qui veut ça, mais je suis désolé, je ne crois pas qu’on soit si breton que ça. On se situe plutôt entre musique rock et chanson française »).

 

 

Le samedi, enfin, avec Ben Mazué, grand garçon blond sympathique, qui navigue étrangement « entre le rap américain, le slam, la musique humaniste, la soul en plus vocal, le verbe français, le sens des mots et la musique noire américaine en général », accompagné d’un homme-orchestre « qui fait un énorme travail » (et « joue » lui aussi de la « boucle », façon Anaïs, Siméo et d’autres encore) ; la jolie Buridane, tout aussi sympathique (et blonde) en guitare-voix, mais trop réservée encore pour convaincre vraiment (« Côté scénique, j’envie l’énorme bagou de certaines de mes consœurs. Moi, j’écris pour extérioriser des choses. Je ne maîtrise pas le public, à lui de prendre ou de laisser. Je propose et il dispose ») ; puis Le Larron, qui est mon coup de cœur à moi, notamment pour son regard critique et distancié sur la société. « Je ne veux pas être donneur de leçons, prévient-il néanmoins, je trouve cela insupportable. » Alors il fait d’abord dans l’autodérision (« C’est cela l’humour, c’est quand on se moque d’abord de soi »). Musicalement, « il faut une alchimie entre paroles, musique et mélodies. J’ai grandi avec de la musique simple et intelligente : Brel, Brassens, Ferré, Dutronc, Renaud, Arno… ».

 

 

Ces Découvertes 2010 d’Alors… Chante !, suivies par un jury de professionnels et un autre représentant le public (22 pros et 200 spectateurs respectivement), dans un Magic Mirrors qui a fait chaque jour salle comble (550 à 650 personnes), confirmant l’engouement des festivaliers pour ce label de qualité, véritable appellation contrôlée de l’événement montalbanais, ont donné lieu à un triple coup double, puisque les « Bravos » des professionnels et ceux du public se sont donné la main. Première salve d’applaudissements pour les Vendeurs d’Enclumes (dont le chanteur, chauve il y a peu, est désormais chevelu et moustachu) ; la deuxième pour Ben Mazué ; la troisième pour Zaz. Voilà qui en dit long sur le goût du public, qui entérine celui des pros, tous genres musicaux confondus en outre, lorsque les uns et les autres sont sur le terrain. Le seul qui vaille, celui du terreau vivant de la chanson ; la représentation que prétend donner de celle-ci la télévision, faussant les prétendus choix du « grand public », étant, elle, souvent atterrante.

(À SUIVRE) 

 

NB. Les citations des artistes programmés en découvertes sont extraites d’interviews réalisées par Xavier Lacouture pour Tchatchival, le journal du festival.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article

commentaires

Christophe 14/07/2010 00:28


Cher "Old timer",
tu vas être dans ton "univers" !
Francesca Solleville, 50 ans de chansons, si ce n'est pas "old time" !!!
Là,
je suis d'une parfaite mauvaise fois,
car j'ai eu le privilège de la présenter dans les "Chant' Appart'" et d'être son chauffeur, pas de salle !, simplement de véhicule...
...Chapeau bas, Madame.
Elle dégage une telle jeunesse et une telle envie de chanter les autres que c'en est impressionnant.
Ce soir là, elle partageait le plateau avec Marion Rouxin, époque Paul et Robin. Marion l'avait tellement impressionnée, que Francesca me dit:
"j'aimerais qu'elle m'écrive une chanson".
Demande que j'ai transmise à Marion. Impressionnée par la grande dame, elle n'a pas, à ma connaissance, encore, oser l'écrire et c'est dommage.

En fait, Barjac n'est pas si "old time" que ça !
Alice Dézailes, Hervé Akrich, Stéphane Balmino, Imbert-Imbert, j'aime bien comme programmation.
Ca rajeunit !!!
Sans blague, c'est vraiment une belle affiche, pour un festival auquel je ne pourrais pas assister, n'étant ni retraité, ni de l'Education Nationale, sans acrimonie, mais avec regrets!!!
Gérard, je te souhaite un excellent festival.
Cordialement.

Christophe.


DEBARD Gérard 22/06/2010 21:52


D'accord avec toi sur Carmen Maria Véga et son attitude insultante vis-à-vis des musiciens et techniciens.
C'est dommage car j'aime bien cette artiste par ailleurs et son répertoire profondément pessimiste (mais son dynamisme en scène le masque)
Allez, à bientôt, si ça se trouve.
Je vais à Barjac, c'est pile poil ce qui convient à un "old timer" comme moi !!!!!
Gérard


Christophe 10/06/2010 13:26


Gérard,
Tu es pardonné !!!
Je comprends que tu n'ais pas apprécié NJ, puisque tu n'arrives pas entrer dans son univers.Mais entre nous, je l'ai trouvé beaucoup moins arrogant que Carmen Maria Vega, voir Trävis Bürki.
Il ne fut pas le seul à ne pas savoir qui allait chanter après lui, pour la bonne raison, que c'est au niveau de l'organisation que cela a péché, les artistes ont été prévenu tardivement du nom de
ceux qui les suivaient.
Le "old time" était juste une "taquinerie".
Je suis entièrement d'accord avec ta dernière phrase.
Cordialement et plaisir de te relire.

Christophe.


DEBARD Gérard 09/06/2010 21:15


Réponse à Christophe
Il m'arrive d'être absent de chez moi plusieurs jours de suite, ce qui m'a empêcher de répondre à tes messages. Suis-je pardonné ????
Concernant N. JULES, je n'ai pas aimé une certaine arrogance ni sa tenue en scène, ni le fait qu'il ne sache pas qui allait chanter après lui. Ca faisait "amateur". Mais il est vrai que je suis pas
impartial avec cet artiste dans l'univers duquel je n'arrive pas à rentrer (fond et forme). Je ne le vois que quand il passe en 1ère partie de quelqu'un que j'aime bien !
Quant au fait que je suis "old time", cela m'est complètement égal. Et puis comme disait Brassens, "le temps ne fait rien à l'affaire"!
Heureusement que nous n'aimons pas tous les mêmes choses, cela rend la chanson plus riche !
Gérard DEBARD


Christophe 08/06/2010 08:41


Gérard écrit,
mais ne lit pas les commentaires ou les réponses à ces "messages".
Dommage!

Depuis quelques années, nous sommes plusieurs "festivaliers" à nous croiser, nous reconnaître, nous saluer, sans savoir le nom des uns et des autres.
L'important n'est pas là.

Nous sommes là pour la chanson et participer à l'émergence de nouveaux ACI, chanteurs ou simplement interprètes.

Bien sûr, nos "visions","interprétations", "souhaits" par rapport à la chanson francophone, peuvent être différentes.
Il n'en demeure pas moins, que cette chanson, nous la défendons !

Alors oui, Gérard, tu vieillis, parce que tu restes dans un schéma "old time".

Moi aussi, je vieillis, je suis passé des Stones à Môrice Bénin, en passant par François Béranger, Higelin, Manset, et plein d'autres.
Mais je n'ai aucune honte à écouter AC/DC, Piaf, Titi Robin, Maria Callas, Bach, les voix bulgares, Gilbert Bécaud, Oum Khalsoum, etc.

Cordialement Gérard,
si tu me lis

Christophe.