Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 16:15

Supplément d’âme (fin)

   

On aura donc eu droit, ce vendredi soir à Eurythmie, à la création du spectacle d’Aldebert (que l’on retrouvera cet automne au Zénith de Paris, taille de scène oblige – ne le manquez pas, c’est du tout bon) ; puis, jusqu’à tard, très tard, dans la nuit, à une définitive réconciliation générationnelle. Marier le présent, l’avenir et le patrimoine, disais-je : on en a eu la démonstration avec un titre de chacun des artistes de la relève venus spécialement, doublé d’une reprise (librement choisie, bien sûr) d’une chanson des principaux invités d’honneur des premières années du festival, ceux auxquels on faisait la fête en clôture, en leur présence.

   

Pour accompagner les quatorze ex-Découvertes, les musiciens d’Aldebert, talentueux, solidaires et stoïques durant près de cinq heures (sans parler des répétitions et des balances)… Pour ouvrir et conclure la soirée, Jo Masure et Jean-Pierre Crouzat – le directeur du festival et le président de l’association organisatrice – rappelant que le titre Alors… Chante ! était inspiré directement d’une chanson écrite par Maurice Fanon (musique de Gérard Jouannest), Mon fils chante, qui fut aussi un ami proche et un fidèle de la manifestation. Sa reprise s’imposait d’autant plus que Juliette Gréco l’inscrivit aussitôt à son répertoire et la chanta ici dès 1986. C’est Jamait et Amélie-les-crayons qui s’y collèrent joliment en ouverture, tandis qu’à la coda, tout le monde la reprit en chœur.

   


 

Et moi, excusez-moi de parler de moi mais l’occasion le justifie, en écoutant cette superbe chanson (« Pour que la liberté / Vive dans le monde entier / Mon fils, il faut chanter »), je me disais que j’étais sûrement dans cette salle le seul des trois mille spectateurs présents à avoir assisté en 1984, invité par son auteur, à son enregistrement en studio. (J’avais fait la connaissance de Maurice à l’École buissonnière, en 1966 ou 1967, le cabaret parisien de René-Louis Lafforgue : nous étions « pays » ainsi qu’avec son pianiste accompagnateur et arrangeur Pierre Louvet). L’ironie du sort voulut que cette chanson soit la dernière de son ultime album. Il n’y a pas de hasard. 
 

L’âme des poètes  

Se présentant l’un l’autre, accompagnés par la formation d’Aldebert et jouant aussi parfois du piano ou de la guitare, les quatorze « nouveaux talents » revinrent donc à deux reprises chacun, la seconde pour célébrer les « monstres sacrés » qui ont défilé en ces lieux (Aldebert optant lui-même pour Mon p’tit loup de Pierre Perret). Parfois avec quelque appréhension de n’être pas à la hauteur des interprétations originales dont l’écho résonnait encore dans la mémoire de nombreux festivaliers montalbanais, mais en cherchant plutôt (avec plus ou moins de réussite) à les revisiter.

  

final

 

On vit ainsi se succéder la tendre Amélie-les-crayons reprenant au piano Votre fille a 20 ans, de Moustaki, en hommage particulier à Serge Reggiani ; Travis Bürki adressant à la guitare électrique un clin d’œil à Dylan, via Hugues Aufray, avec La Fille du Nord ; le Belge déjanté Daniel Hélin osant le fameux Hexagone de Renaud, doublement même parce qu’un Belge déclarant sans sourciller : « Être né sous l’signe de l’Hexagone / C’est vraiment pas une sinécure / Et le roi des cons sur son trône / Il est français, ça j’en suis sûr », c’est gonflé, et parce qu’il prit le risque de l’interpréter (et de se planter au passage, c’était couru) a cappella ; Imbert Imbert convoquant derechef Renaud avec Salut manouche ! Murielle Magellan, la toute première « découverte » en 1985 sous le pseudonyme de Dbjay (pour la petite histoire, la lauréate 1987, Sabrina O, se fit connaître, elle, sous le nom de Pauline Ester), bissant Moustaki avec Il est trop tard ; Nicolas Jules s’inclinant devant Pierre Perret avec Qu’elle était jolie ; le classieux K helvétique rappelant une troisième fois Moustaki avec Ma solitude ; Presque Oui (alias Thibaud Defever) endossant un Trenet comme taillé sur mesure, La vie qui va ; Thierry Romanens s’offrant l’intemporel et sans frontières Avec le temps de Ferré ; Carmen Maria Vega et Stéphane Balmino, enfin, cassant la baraque, à l’aide de leurs voix remarquables, avec Bidonville de Nougaro, après avoir salué de façon émouvante Mano Solo (dont le passage, dans cette même salle lors de la vingtième édition, reste à jamais inoubliable), avec Les Gitans

   


 

Dans ce registre relativement inattendu, Jamait avait choisi Le Vieux Jonathan de Leny Escudero, et c’était du vécu ! Grand monsieur, déjà, le père Yves, quelle présence, quelle voix, quelle puissance d’expression ! Il opère la jonction entre les grands auteurs et les grands interprètes. L’occasion – ne disposant pas de vidéo de cette soirée – de s’offrir quelques minutes de bonheur en invitant pour la première fois l’auteur, certes de Pour une amourette, Ballade à Sylvie ou À Malypense, mais surtout du Cancre, du Fils d’assassin, de La Grande Farce ou de Vivre pour des idées, dans Si ça vous chante

    

  

Manu Galure, ensuite, servait la surprise du chef, avec l’histoire édifiante d’une course à la vie à la mort de 300 000 millions… de spermatozoïdes : tous sur la ligne de départ pour un seul à l’arrivée. Dans l’intervalle, comme dans la vraie vie, c’est à qui piétinera le mieux les autres (et le plus possible d’entre eux). Hilarante mais ô combien réaliste déclinaison, signée Ricet Barrier (qui fut reprise et admirablement mise en scène par les Frères Jacques), du fameux « S’il n’en reste qu’un je serai celui-là » ! Allez, là aussi, comme il n’y a pas de mal à se faire plaisir, voici la version originale (paroles de Ricet, musique de Bernard Lelou) de ce monument par définition immortel, même s’il ne dure « que » sept minutes et des poussières… d’éternité.

   

Ricet Barrier – Les Spermatozoïdes

 

Du fond et du son

Un peu plus tôt, au Théâtre, après le spectacle bon enfant, à l’humour potache, d’un Éric Toulis (ex-Les Escrocs) s’essayant à jouer les Coluche de la chanson, Carmen Maria Vega, lauréate 2009, était plébiscitée par un public qui la découvrait (comme le montrait le « sondage » effectué sur le vif par la chanteuse). Une surprise : son nouveau look, avec la boule à zéro ou presque. Une confirmation : cette petite bonne femme, toute d’énergie et de charisme, pourrait comme on le disait de Piaf chanter le Bottin. Une inquiétude : ses chansons ont beau être l’œuvre du guitariste qui l’accompagne et qu’elle affectionne visiblement (et c’est bien normal : ils ont démarré leur projet de groupe ensemble), elles ne sont décidément pas à la hauteur de son talent. Une fois ça va, on est pris par le tempérament hors du commun de la jeune femme et subjugué par sa voix hors normes, mais au bout de trois ou quatre fois, bonjour les dégâts ! On est en manque de fond. Il est urgent (si toutefois elle souhaite aller de l’avant) que Carmen se penche sérieusement sur la question de son répertoire. Une idée, tiens : contacter les Éditions Raoul-Breton dont le président, Gérard Davoust, était à Montauban pour y voir (et grandement apprécier) Dorémus et Clarika, ou encore Claude Lemesle qui sait de quoi il parle quand il dit (dans Chorus n° 67) que, la plupart du temps, « Tout seul [pour écrire des chansons], on n’est pas assez »

Restait après cela la dernière véritable journée, celle du samedi 15. Au Théâtre, quelqu’un de bien : la délicieuse et délicate Enzo Enzo, en femme libérée qui n’a pas sa langue dans sa poche et met sa voix au service de superbes chansons (dont celles d’Allain Leprest, ou de Kent bien sûr) ; suivie de Belle du Berry (ex-Paris Combo) dans une nouvelle aventure scénique, belle voix et formation à variables rock pour la musique et chanson pour le texte.

guitaristeÀ Eurythmie, on l’a dit, Bazbaz assurait efficacement la promotion des boules Quiès, juste après la jolie présentation au public par Jo Masure et Carmen Maria Vega, lauréate 2009, des Vendeurs d’Enclumes, doubles vainqueurs des Bravos 2010. Et juste avant Renan Luce, lauréat 2006, lui, et invité d’honneur dès 2008 ! Qu’en dire ? Qu’on se faisait un plaisir, que dis-je, une joie majeure, de le revoir… et que la déception fut à la hauteur de l’attente, à cause, là encore, d’une sonorisation par trop agressive. Et absurde s’agissant d’un artiste qui s’est fait connaître et apprécier, à juste titre, pour la qualité de ses paroles et de ses mélodies – car s’il y a un mélodiste-scénariste dans la jeune chanson, c’est bien Renan Luce.

Absent la veille lors de la soirée anniversaire (il chantait en Suisse), on ne l’attendait que plus ce samedi… où la « technique », faisant des siennes, gâchait la prestation du chanteur en rendant deux paroles sur trois incompréhensibles. Mais pour être tout à fait juste, j’émettrai un son discordant à mon discours de cordes (et d’oreilles) sensibles, en précisant que certains spectateurs ne semblaient pas (trop) gênés par la violence abusive du volume. Tant mieux pour eux et grand bien leur fasse. En attendant le bilan de leur appareil auditif dans quelques années…
 

Charles-Cros et « Alors… Campe ! »

Heureusement, Alors… Chante !, on l’a dit et redit, c’est tout un ensemble convivial, avec bœuf au banquet du Magic Mirrors jusqu’au bout de la nuit, et des petits plus par-ci par-là. Des rencontres, au hasard des allées ou des repas à la « cantine » publique, avec des professionnels venus de tout l’espace francophone (du plus loin de l’Acadie par exemple avec Carol Doucet, représentante et productrice de nombreux artistes, ou Daniel Thériault, directeur du plus ancien festival du Nouveau-Brunswick, celui de Caraquet) ; d’amoureux de la chanson comme Laure Cousin, la veuve de Jehan Jonas qui m’a annoncé pour bientôt un disque d’enregistrements inédits remasterisés (on en reparlera) ; d’attachées de presse toujours à l’affût du nouveau talent, comme Marie-Françoise Balavoine ; d’artistes comme Laurent Madiot qui m’a fait saliver à la description de son nouveau spectacle – tous publics – autour du répertoire de Nino Ferrer ; de la délicieuse Liz Cherhal qui marche, dans son style à elle, sur les traces de Jeanne, ou de l’étonnante Katrin’ Wal(d)teufel, la « Cello Woman Show »… 

Et puis, qui ajoute encore au supplément d’âme du festival, la remise traditionnelle, au Magic Mirrors (entrée libre), des Coups de cœur annuels de l’académie Charles-Cros, représentée par son président Alain Fantapié et son coordinateur Thierry Créteur. Quatorze Coups de cœur, cette fois (dont quatre à des artistes de la francophonie), ont été attribués le 14 mai à midi sous le Magic Mirrors en présence de certains des chanteurs et groupes en question (les Suisses d’Aliose, les Belges de BaliMurphy, l’Acadien Pascal Lejeune, le groupe Coup d’marron – voir « Florilège de printemps » –, Carmen Maria Vega et Zaz, également distinguée par les Bravos du festival) – qui ont chanté chacun une chanson avant de répondre à une brève interview – et de nombreux professionnels, dont les membres de la FFCF. (Les autres lauréats sont Arnaud Fleurent-Didier, Camélia Jordana, Casey, Gaëtan Roussel, JP Nataf, Karimouche et Smod ; Philippe Albaret recevant pour sa part un « Coup de cœur spécial pro » pour Le Coach, structure de formation et de perfectionnement des artistes émergents, dont il est le fondateur.)

 

boite.jpg

 

Enfin, grande innovation, en accord total avec Jo Masure, l’organisation d’un festival off dans l’enceinte même d’Alors… Chante ! Son nom ? « Alors Campe ! » Pourquoi ? Parce que la plupart des artistes programmés, une vingtaine tout au long de la semaine, l’ont été dans une petite mais accueillante caravane (Raphael a dû apprécier), où nous avons notamment applaudi Zedrus, chanteur pince-sans-rire, famille Tonton Georges et frangin Renaud pour le côté iconoclaste, tendance Desproges pour l’humour cynique et aussi noir que le bon chocolat suisse.

  

zedrus

 

Suisse comme cézigue ou comme l’association organisatrice, Catalyse (créée par Bettina Vernet), qui se veut un « accélérateur de talents » et réalise un formidable travail de fond, à longueur d’année, rejointe symboliquement dans cette initiative par Wallonie Bruxelles Musiques, dont le directeur, Patrick Printz, était également présent. À côté des représentants helvétiques (Aliose, Béatrice Graf & Sophie Solo, Derf und Germano, K, Noga, Sarah Olivier et Zedrus), on retrouvait en effet le chanteur belge Samir Barris (à suivre de près) et, comme Catalyse a le sens de la chimie chansonnière, les portes de la caravane et la scène du petit chapiteau installé derrière (le Magic Mirr’Off !) étaient grandes ouvertes à toutes sortes d’éléments complémentaires, de la région Midi-Pyrénées, de Paris, de Rhône-Alpes, de Bretagne, des Antilles ou d’Afrique (Ainamaty, Alee, Coup d’marron, Dimoné, François Gaillard, JereM, Jhos & the PCA Family Band, Kebous, Kyssi Wète, Lartigo, Paul Sidibé, Soul Magic Tribe et Yuz)… Un vrai « supplément d’âme », non ? Et c’est dans l’éprouvette de Montauban que cette chimie s’opère.

On aura l’occasion, si ça vous chante, de reparler dans ces « pages » de l’action au long cours de l’académie Charles-Cros et de celle de Catalyse, deux acteurs importants, chacun dans son genre, dans la vie de la chanson francophone. Mais aujourd’hui le roi est mort, alors… que vive Alors… Chante ! vingt-sixième du nom n

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article

commentaires

Swinging 04/07/2010 16:52


Voilà les vacances qui arrivent, le moment de faire ce qu'on a remis à plus tard depuis... pfiu... à défaut de Chorus on vous lit ici. Avec Francis Vernhet que j'ai vu à Montauban vous avez fait
une soirée des anciens?
Content de voir que je n'ai pas été le seul à être ravi par le spectacle d'Aldebert à Montauban (encore heureux c'est pour lui que j'ai fait exploser mon bilan carbone), content aussi de voir que
je ne suis pas le seul bien que m'étant placé en gradin à avoir trouve le son de Bazbaz inutilement agressif, la balance et le volume de Renan Luce inappropriés, mais hélas c'est le cas dans la
plupart de cette tournée du "Clan des miros", les opticiens ayant souvent un rayon audio prothésiste, faut-il un voir une annonce de la tournée à venir.


BORREDON 09/06/2010 11:46


Si ça vous chante...yes
ça m'enchante...
toujours des belles retrouvailles .
Merci pour ce lien permanent qui se renoue avec un inconditionnel,c'est moi, de Chorus.
Bravo l'ami Fred....mais comment fais-tu pour
assurer ce travail permanent.
Bien fidèlement à toi .Yves BORREDON .PORNIC


Fred Hidalgo 09/06/2010 16:33



Ce message me donne l’occasion de renouveler la précision suivante, faite dès la création de ce blog ou presque, à l’intention de ceux et celles qui
le découvriraient maintenant : ces mots à haute teneur amicale, ceux d’Yves en l’occurrence qui recoupent bien d’autres du même genre, ne sont en
aucun cas l’expression d’un copinage. Leurs auteurs et moi ne nous connaissons pas et ne nous sommes jamais rencontrés, il est important de le noter. C’est ce qui est formidable et me touche
énormément : grâce à la chanson, à une passion commune (pas n’importe laquelle il est vrai, la chanson étant par définition l’art de l’ouverture aux autres), des liens affectifs se nouent à
distance entre des individus qui se « reconnaissent » sans se connaître. Ah ! le joli fil tendu entre nous…



Annie Lapeyre 04/06/2010 19:38


Merci Florence pour votre témoignage

Lectrice bénévole à l'école pour "lire et faire lire" créé par Alexandre Jardin il y a 10 ans, je constate la même chose que vous, ce qui est navrant.
La ligue de l'enseignement nous a demandé de voir si les enfants aimeraient qu'on leur lise des poésies. J'ai choisi des textes de chanson.
Ils m'ont demandé de les chanter, ce que j'ai fait à capella, puisque justement je pratique la chanson depuis 20 ans.
Ce sont des élèves de C M 2
Et là, comme vous, j'ai été consternée par leur ignorance.Ce beau patrimoine de la chanson française leur est inconnu.
En accord avec la maitresse, à chaque fin de lecture, je leur interprète une ou deux chansons. Ils adorent, et sont très demandeurs.
Chose incroyable !!! la cloche sonnait alors que je finissais la lecture, ils ne voulaient pas partir sans avoir eu leurs chansons.
En ce moment ils sont fous de " la puce et le pianiste" d'Yves Duteil et aussi de " prendre un enfant par la main". Je prévois d'autres chansons comme " le jardin extraordinaire" de Trenet.
Il y a du pain sur la planche. Si bien que s'ils font du bruit en début de lecture" si je n'obtiens pas le silence, vous n'aurez pas de chanson" çà marche à tous les coups.


Claude Fèvre 04/06/2010 11:41


Un régal, Fred, un REGAL... ton compte rendu d'Alors chante !! Tu m'épates... si tu me permets cette familiarité.

Pour le fond, je soulignerai combien je suis heureuse que Manu (Galure primé à FESTIV'ART en 2005) ait repris Ricet Barrier et ses "Spermatozoïdes" ! Cette chanson faisait le régal des profs de
Sciences Nat – on ne disait pas encore biologie et encore moins Sciences de la terre ! – dans notre collège de Champagne où je débutais... Ricet Barrier, oublié aujourd'hui, encore un ! Je l'aimais
tant !

Autre remarque en écho à toi... la question récurrente du son qui massacre le travail des musiciens. Merci de le dire avec cette franchise et cette élégance des mots.

je t'embrasse, Fred, sans oublier Mauricette
Claude


Fred Hidalgo 04/06/2010 12:06



Complément d'information pour les lecteurs de Si ça vous chante qui voudraient en savoir davantage sur le festival-concours Festiv'Art, voici l'adresse
de son site, avec lien direct :


http://www.festivartariege.org/


 



Florence Jangaut 03/06/2010 18:37


Merci pour cette belle description du festival qui permet aux absents d'en profiter un peu…

Parlant en ce moment de chanson française à des 5e, je me rends compte de la méconnaissance qu'ils ont de leur patrimoine : ils pensent tout connaître parce qu'ils écoutent la radio, la tv… et sont
très étonnés des chansons que je leur propose : Barbara leur était inconnue tout comme Juliette... Et pourtant, ils sont très enthousiastes pour chanter tout ce répertoire.

Quel gâchis nous préparent les médias de masse !

Florence