Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Groupe Facebook

La Maison de la chanson vivante
À découvrir et rejoindre ICI

5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 19:16


Les chansons qui se ressemblent

(Par Serge LLado) 



Ludwig Van Beethoven : Since Greybeards Inform Us (vers 1814)
vs
Jacques Brel : Amsterdam (1964)

 


B
eethoven contre Brel, eh oui ! Vous allez avoir l’impression d’une hallucination auditive. Et pourtant, ce n’est pas une blague : la musique d’Amsterdam, la fameuse chanson que Jacques Brel immortalisa à l’Olympia en 1964, ressemble étrangement à celle d’un chant traditionnel irlandais, Since Greybeards Inform Us That Youth Will Decay (Depuis que les vieillards nous ont appris que jeunesse passera), que Ludwig Van Beethoven transcrivit en 1814.


En effet, à la demande d’un éditeur écossais nommé George Thomson, Beethoven orchestra de nombreux traditionnels britanniques (plus de 150, dit-on) entre 1809 et 1816 – la plupart d’entre eux, d’ailleurs, n’ayant jamais été publiés par ce Mr Thomson.

Que dire de plus ? Nous avions déjà remarqué une ressemblance entre Amsterdam et un autre traditionnel anglais, Greensleeves, dont le texte est attribué au Roi Henry VIII, mais la mélodie n’était pas aussi proche de celle de Brel que celle-ci.

Une réminiscence n’est peut-être pas à exclure, mais que le compositeur qui n’a jamais subi d’influences lui jette la première pierre...

À vous de juger… en cliquant ICI pour écouter ce montage des deux chansons.

Brel Beethoven
 

BEETHOVEN, 15 Irish Folksongs Arrangements


Ce disque regroupe des enregistrements réalisés en 1970 lors du bicentenaire de la naissance du compositeur, interprétés par The Music Group of London (trio piano-violon-violoncelle) et chantés par le ténor Frank Patterson.

Disponible (en 30 cm et CD) exclusivement à l’association Beethoven France (ABF).

Pour en savoir plus sur les chants populaires arrangés par Beethoven, cliquer ICI.

Voici enfin, pour être tout à fait complet, le texte original de Since Greybeards Inform Us (sur un poème de T. Toms) et sa traduction :

Since greybeards inform us that youth will decay,
And pleasure’s soft transports glide swiftly away :
The song, and the dance, and the vine, and the fair
Shall banish all sorrow and shield us from care.
Away with your proverbs, your morals, and rules,
Your proctors, and doctors, and pedants, and schools :
Let’s seize the bright moments while yet in our prime,
And fast by the forelock catch old father Time.

Les vieillards nous le disent, jeunesse passera,
La douceur des plaisirs bien vite s’en ira :
Que le chant et la danse, la boisson et les jeux
Bannissent tout chagrin et nous rendent heureux.
Faisons fi des dictons, des règles, des écoles,
Des docteurs, des pédants et de leurs paraboles :
De ces instants précieux, profitons sans tarder,
Notre prime jeunesse saura le Temps narguer.

Tho’ spring’s lovely blossoms delight us no more,
Tho’ summer forsake us, and autumn be o’er,
To cheer us in winter, remembrance can bring
The pleasures of autumn, and summer, and spring.
So when fleeting seasons bring life’s latest stage,
To speak of youth’s frolic shall gladden our age :
Then seize the bright moments while yet in our prime,
And fast by the forelock catch old father Time.


Quand les fleurs du printemps nous auront délaissés,
L’été nous aura fuis, l’automne abandonnés,
Pour nous réconforter dans notre hiver frileux
Les souvenirs plaisants feront nos cœurs joyeux.
Les saisons fugitives peu à peu nous entraînent,
Pour réjouir nos cœurs évoquons nos fredaines :
De ces instants précieux profitez sans tarder,
Votre prime jeunesse saura le Temps narguer.


______________________________________

LES
SOLUTIONS DE L’AMUSICOSCOPE N° 1


Comme promis, voici les noms des interprètes (et les titres des chansons… ou sketches ou blague) du montage sur les vœux de bonne année de notre premier Amusicoscope. Pour les suivants qui mettront vos connaissances à contribution, ne manquez pas de réagir aussitôt : des disques seront offerts, après un large tirage au sort, parmi les lecteurs de SI ÇA VOUS CHANTE qui auront envoyé un « commentaire » comprenant les réponses exactes.

1. Carla Bruni :
La Possibilité d’une île – 2. Calogero : Aussi libre que moi –
3. Assia : Le Blues ce soir – 4. Ridan : Le Petit Prince –
5. Isabelle Boulay : Une autre vie – 6. Thierry Roland : Le Vœu –
7. Hélène Rollès : Copain-copain – 8. Zachary Richard : Pagayez –
9. Pierre Repp : Les Vœux – 10. Thierry Le Luron : Nous nous reverrons un jour ou l’autre

Partager cet article

Published by Fred Hidalgo - dans L'Amusicoscope
commenter cet article

commentaires

Dominique 28/05/2010 16:08


Dans les années 60, Charles Trénet voyait des plagiats de ces chansons un peu partout, il avait même fait un procès à Chaplin, voici un lien sur l'attitude assez parano de Trénet :
http://dalilol.nexenservices.com/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=67
Mais dans la ressemblance, Amsterdam et la chanson irlandaise, c'est vraiment ce qu'il y a de plus flagrant. Bravo et merci !


Thierry 26/04/2010 22:54


Afin d'éclairer la genèse de «l'amour est cerise», de Jean Ferrat(1980), voici un joli poème de Louis Aragon, «autre chanson de non-amour», publié dans Les Nouvelles Littéraires du 31 décembre 1973
et repris au tome XV de l'oeuvre poétique (LCD): Comme Dieu l'a prise / L'amour l'a laissée / Hors de son église / Paupières baissées / La lèvre indécise / C'était-il assez / Des choses que disent
/ Les amants pressés / Ô fausse promise / Chansons insensées / Si vite conquise / Si vite blessée / Remets ta chemise / Mon beau fiancé / Cueillir les cerises / C'est sans y penser / Un rien le
dégrise / Aussitôt lassé / Que souffle la brise / Le voilà passé / Enfant reste assise / Au bord du fossé / C'est partie remise / Pour aller danser


Corentin COKO 26/04/2010 16:46


Bonjour,
Dans le même genre, la chanson "Il me revient en mémoire" du dernier album de Barbara copie à peu de choses près un des derniers quatuors de Beethoven (14e ou 15e, de mémoire, je vérifierais).
Bonne continuation,
A bientôt,
Corentin COKO


Thierry 24/04/2010 17:03


Merci pour ce débat, fort intéressant. Pour continuer à jouer au jeu des ressemblances, que dire de celle qui existe entre "La mort", une autre chanson de Brel, et le 5ème mouvement de la symphonie
Fantastique de Berlioz... Quant à la musique de "Ne me quitte pas", elle aurait, selon Jouannest, été inspirée à Brel par une musique mexicaine à la mode à l'époque, dont lui, Jouannest, aurait
suggéré à Brel de ralentir le tempo. Jouannest m'avait fait la démonstration au piano, c'était lumineux... Et selon François Rauber c'est cette même musique de "Ne me quitte pas" qui aurait
fortement inspiré à Lenny Escudero celle de "Pour une amourette"...


Roger Martin 21/02/2010 21:04


Bonjour
J'adore la chanson française (surtout Ferrat, Anne Sylvestre, Mouloudji, Brassens, Romain Didier, Blankass et par-dessus tout Allain Leprest). Je ne connais rien à la musique mais dans la rubrique
“Chansons qui se ressemblent”, j'ai trouvé des ressemblances entre “Les Mains d'or” de Lavilliers et le célèbre “Les yeux noirs” russe et aussi entre “Aïcha” de Khaled et “Femme libérée” de… ?
Peut-être suis-je à côté de la portée, mais...
Bien à vous,
Roger Martin


Si ça vous chante 21/02/2010 22:03


Bien vu pour Les Mains d'or et Les Yeux noirs : la ressemblance musicale, déjà remarquée par nombre d'observateurs, est évidente.

Pour Aïcha (Goldman) chantée par Khaled et Femme libérée par Cookie Dingler (paroles de Joëlle Kopf, musique de Christian Dingler), cela reste à voir...

D'autres exemples de chansons qui se ressemblent ?