Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 11:00

Dans la rue et sur la route

Nouvelle plongée dans le temps, cette fois jusqu’au Paris de Bruant, au début du XXe siècle, avec un « long format » de quatre disques produit par EPM (vous savez, le label que François Dacla, évincé de chez RCA par ses propriétaires américains, créa en 1986 avec le soutien de Léo Ferré qui choisit alors, en guise de représailles – « Et Puis Merde ! » ; d’où ce nom : EPM… –, de quitter la multinationale pour suivre Dacla). En l’occurrence, et pour la première fois, toutes les chansons et la plupart des monologues écrits par Aristide Bruant sur Paris.

 

En fait, l’intégrale – et dans l’ordre exact choisi par leur auteur – de ses recueils de textes Dans la rue mais aussi Sur la route. Ses chansons Urbi et orbi, quoi ! Conçu par Jean Buzelin (en collaboration avec Marc Monneraye), ce digipack d’anthologie (dans tous les sens du terme) s’inscrit naturellement dans le sillage de la fameuse collection « Poètes & Chansons » lancée chez EPM par le regretté Marc Robine. Une collection dans laquelle, en 2002, déjà, il avait réalisé un Aristide Bruant chanté par plusieurs interprètes (et Bruant lui-même pour un titre), que Bernard Ascal poursuit aujourd’hui dans le même esprit et avec un même souci de qualité.

Robine


L’occasion d’un bref arrêt sur image sur l’ami Marc (disparu en août 2003, il cumulait de multiples talents, d’auteur, de compositeur et d’interprète bien sûr, mais aussi d’arrangeur, de collecteur, de réalisateur, d’historien, de biographe… et de journaliste à Paroles et Musique et Chorus surtout), que l’on peut retrouver en cliquant ICI, dans l'émission Bouillon de Culture à laquelle Bernard Pivot l’avait convié le 25 novembre 1994 (il y a presque seize ans jour pour jour) pour présenter sa monumentale Anthologie de la chanson française. On le voit entonner, suivi par Marcel Amont, autre invité de cette mémorable émission culturelle, un extrait de la fameuse chanson de Bruant, Les Canuts, devant un Pivot visiblement ravi (NB : l’intégrale de cette émission est téléchargeable individuellement sur le site de l’INA). Les Canuts qui figure évidemment dans le quatrième CD du digipack, Aristide chante Bruant (et autres « enregistrements historiques » : vingt-six titres gravés de 1898 à 1933), et dont le contenu, hélas, reste fondamentalement d’actualité : « Mais notre règne arrivera quand votre règne finira / […] Nous tisserons le linceul du vieux monde / Car on entend déjà la révolte qui gronde… »

 

Pour le reste, les trois premiers CD proposent quatre-vingt-quatre titres enregistrés au fil du temps par de grands interprètes (Monique Morelli, Germaine Montero, Patachou, Marc Ogeret – qui lui consacra en 1978 un superbe coffret de quatre 30 cm, 60 chansons et monologues – ou Yves Montand avec Les Canuts, justement, qu’il mit en boîte en 1955) ; et tout récemment, en 2009, par Jean Weber et surtout Yves Mathieu (treize morceaux à lui seul). À noter que ce dernier, dit Vivi, est le patron actuel du Lapin Agile à Montmartre (rue des Saules), que Bruant racheta, pour le sauver, le 15 mars 1913, alors que Frédéric Gérard, dit Frédé, en était le gérant. En 1922, Bruant le revendra au fils de Frédé, Paul Gérard, dit Paulo – lui-même beau-père d’Yves Mathieu qui, dès sa jeunesse, l’entendait chaque jour chanter et réciter Bruant comme celui-ci le lui avait appris…

« C’est là (devant le Lapin Agile), écrit Pierre Mac Orlan, que pour la première fois, je vis Aristide Bruant, tel que la célèbre lithographie de Toulouse-Lautrec l’a rendu populaire. » Le miracle est que ce petit lieu (mais haut lieu de l’histoire de la chanson française) soit resté de nos jours identique (et toujours bien vivant) à ce qu’il était à l’époque ! Fréquenté au long de son histoire par la fine fleur du monde artistique (Toulouse-Lautrec et Mac Orlan, donc, mais également Max Jacob, Picasso, Francis Carco et tant d’autres à l’instar de Rimbaud), c’est aussi au Lapin (anciennement « à Gill », du nom du peintre de l’enseigne) que Ferré rencontra Caussimon ou que Nougaro fit ses débuts.

 

Pour le plaisir, je vous propose un extrait d’un film intitulé Le Music-Hall francais, dont les images datent de 1910. On y voit plusieurs figures importantes, parmi lesquelles, fugacement certes, mais quand même, Frédé du Lapin Agile, Gaston Montéhus… et Aristide Bruant en personne ! Un véritable document où déjà il était question du débat engagé entre « la chanson qui charme et la chanson qui lutte »... Et puis quelques montages vidéos qui permettent de se replonger dans l’univers de ce géant de la chanson dont Pierre Mac Orlan disait encore ceci : « Parmi les grandes figures de la compagnie du Chat Noir […], Bruant est une des plus émouvantes, parce que sa personnalité est celle de l’expérience des rues et, quelquefois, des routes. Comme tous les poètes dominés par la lueur d’une révélation exceptionnelle, il échappa à toute critique. Ses chansons […] sont autant de vérités premières dans la chronique sentimentale des rues de Paris. »

Citons pour mémoire, parmi les œuvres du « Maître de la rue », comme l’appelait Anatole France : À Batignolles, À la Villette, À Montpernasse, À Montmerte, À Saint-Lazare, À la Roquette, À la Glacière, À Grenelle, À la Madeleine, À la Chapelle, À la Bastille, À la Bastoche, Belleville-Ménilmontant, ou encore À la Goutte d’or que François Béranger, alors très marqué par le « chansonnier populaire » (né à Courtenay, dans le Loiret, en 1851 et mort à Paris en 1925),  choisira d’enregistrer dès son premier album, en 1970.

 

Il faut saluer enfin, dans cette belle réussite phonographique, le livret de 44 pages (où l’on trouve des reproductions du Mirliton, l’hebdomadaire dirigé par Bruant – du nom de son cabaret situé dans les locaux rachetés à Rodolphe Salis, 84 boulevard Rochechouart, du Chat Noir d’origine –, de petits formats et de recueils de ses chansons et monologues, ainsi que des photos de l’artiste et même un plan de Paris établi à partir de ses titres de chansons), qui apporte toutes les informations biographiques et historiques souhaitées, outre celles concernant la conception et la réalisation du Paris de Bruant. Son principal auteur, Jean Buzelin nous y rappelle notamment que « sur les 310 ou 320 chansons et monologues écrits de sa main, que nous avons répertoriés (liste non close), auxquels s’ajoutent une bonne vingtaine de chants traditionnels qu’il a retrouvés et adaptés à sa manière, Bruant en a laissé sur disque, pour la postérité, un peu plus de quatre-vingts, soit à peine un quart de son répertoire. Bien heureusement, d’autres interprètes se sont plongés dans son œuvre et en ont extrait des merveilles… »

quichote 3Pour être tout à fait précis, on retrouve ici dix-neuf chansons enregistrées par Bruant (celles des rues évoquées ci-dessus pour la plupart, plus La Ronde des marmites, Le Gréviste, Dans la rue, À Biribi, P’tit gris ou Ah ! les salauds !) et quatre-vingt-onze par une trentaine d’interprètes différents et de toutes époques (de Paulo à Vivi, du Lapin Agile, ou d’Yvette Guilbert à Mouloudji). Un must, un collector… en un mot, un « Quichotte » de Si ça vous chante !

Bruant

• LE PARIS DE BRUANT :
Aristide Bruant dans son cabaret ; digipack de 3 volets, long format, 4 CD ; 110 titres, 4 heures 33’. Production EPM, 37 rue des Vignerons, 94300 Vincennes ; distr. Universal (site de vente en ligne du label EPM).

------------
NB. Vous aimez la chanson ? Alors, inscrivez-vous à la « newsletter » de ce blog : pour citer un de ses lecteurs, « c’est gratuit et ça rapporte plein de petits bonheurs » ! N’hésitez pas non plus à y ajouter vos commentaires (sur quelque article que ce soit : tous les sujets restent disponibles depuis la création de Si ça vous chante, le 18 novembre 2009, par ordre chronologique, par rubriques ou individuellement, selon que vous cliquiez sur « Archives », « Catégories » ou « Articles récents » et « liste complète » dans la colonne de gauche) : ceux-ci sont en effet très courus (et fréquentés) par ses lecteurs. Enfin, si vous appréciez cet outil ludique de découverte et d’illustration de la chanson, ne manquez pas de faire chorus en incitant vos amis et relations aimant celle-ci à s’y inscrire également (on trouve sur la ligne ci-dessous les moyens techniques de le partager aisément, soit sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, soit par simples courriels). Merci !
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu disques et DVD
commenter cet article

commentaires

Pierre Emmanuel JOUGNOT 29/11/2010 22:09


J'ai reçu par courrier il y a quelques semaines, une invitation intitulée "la chanson, les nouveaux médias, les réseaux sociaux : et l'écriture dans tout ça ?" animation Thierry LECAMP Europe1 28
octobre, médiathèque de Troyes
Rencontre à l'occasion de la nouvelle parution de la revue "Chorus"

avec le célèbre logo "Chorus les cahiers de la chanson"

Savez-vous quelque chose de cette nouvelle parution ?

merci d'avance




Pierre Emmanuel JOUGNOT


Barbara 18/11/2010 09:50


Barbara a chanté Bruant (et bien d'autres) à ses débuts, surtout lors de son escapade belge dans les années 53/54 avant qu'elle “n'ose” chanter ses propres chansons.


Fred Hidalgo 18/11/2010 10:06



C’est juste… et cela m’amène à penser que ce 24 novembre, cela fera treize ans que la grande
Barbara nous a quittés.  Pour info, je rappelle la biographie de référence que lui a consacrée en 2007 notre ancienne collaboratrice Valérie Lehoux,
Portrait en clair-obscur (parue en coédition Fayard/Chorus), où celle-ci précisait qu’à ses débuts en 1953, au Cheval Blanc (l’arrière-salle d’une
friterie de Bruxelles !), Barbara chantait Piaf, Mac Orlan, Xanroff... et Bruant.



L'Acte Chanson 16/11/2010 20:47


Cher Fred Hidalgo,
Ton sujet de ce jour m’incite à te signaler que notre CD “Bruant et le Chat Noir” est enfin disponible (écoute gratuite) sur Deezer (et sur l’ensemble des plateformes de diffusion numérique… comme
tous les CD de l’Acte Chanson). A l’origine il s’agissait d’un spectacle collectif comme nous aimons en créer, amateurs et professionnels mêlés, et ça nous a tellement plu que nous l’avons
enregistré, sans tambour (à peine quelques discrètes percus de Soisic) ni trompette (nous n’avons pas gardé le kazou que j’utilise sur Le Chat Noir car ça faisait bizarre à… Bruant !)
Amicalement
J. Palliès

PS. Un mot de plus pour te signaler notre actuelle tournée “Jean Ferrat” qui nous a donné l’occasion de rencontrer Colette Ferrat vendredi dernier (12 nov.) à l’Illustre Théâtre de Pézenas (ainsi
que Daniel Pantchenko qui présentait son livre), puis le lendemain, à Comps (sur les bords du Rhône et du Gardon réunis) de croiser la route de Lucien Sicard… avant ce samedi 20 nov. de partager
l’affiche (sic) de la fête du PCF de Millau avec Marie-Georges Buffet, puis le 26 nov. d’être avec Equitable Concert au Crès, près de Montpellier, avant d’être le 9 déc. à Bédarieux, le 5 fév. 2011
à Camaret-sur-Aigues, le 19 mars à Juvignac (34), le 25 à Castelnau-le-Lez (34), le 26 à la MJC de Jacou (34), le 25 sept. Au Martinet (30) et le 29 oct. à Beaucaire (Mas du Boschet). A bientôt.


odile 16/11/2010 14:24


Bravo Fred pour votre belle page de lundi!
J'ai eu envie de réécouter "mes frères Jacques"
Vous nous parlez aujourd'hui d'Aristide Bruant, et justement, je viens de recevoir une information en rapport avec lui.
Gilbert Lafaille,fera une lecture au château de Barjac le 2 décembre, des "Soliloques du Pauvre, d'un certain Gabriel Randon dit Jehan Rictus.
Il est bien évident que je ne vous apprend rien!
C'est moi qui vient de découvrir ce contemporain de Couté, en allant sur un site très intéressant.
Merci encore!
Si je pouvais avoir un pt message personnel en bleu, çà me ferait bougrement plaisir!
Odile


Fred Hidalgo 16/11/2010 20:19



S’il n’y a que ça pour vous faire plaisir, je me fais
illico-presto un devoir de vous adresser un « petit message personnel en bleu ». Pour vous remercier bien sûr, pour vous féliciter de votre curiosité artistique… mais surtout pour vous
dire que Jehan Rictus n’a pas manqué d’être interprété et enregistré, notamment Les Soliloques du pauvres dont vous parlez. Un texte très fort que
l’on peut retrouver à la fois dans le 33 tours de Monique Morelli, Couté-Rictus (une face pour chacun), où elle interprétait (au début des années 60)
trois autres textes de Rictus ; et dans Les Poètes du Chat Noir chantés par Jean-Luc Debattice (un CD de la collection « Poètes &
Chansons » de chez EPM, justement, paru en 2003). Et il y en a d’autres… Bonne découverte donc de ce poète avec l’excellent Gilbert Laffaille.



Lenkinap 15/11/2010 22:59


Bruant ... Ma découverte de Bruant vient d'une vieille compilation (on ne disait pas comme ça à l'époque) Pathé "Du Caf'conc au Music-Hall". J'avais entendu ses chansons par d'autres et je voulais
entendre le gars qui se cachait derrière cette fameuse affiche de Lautrec. Là on arrive à 4H33 de Bruant et amis, il doit y avoir des merveilles à découvrir.

Marc Ogeret a fait de bonnes reprises, Leny Escudéro aussi une dans son album "Chante la liberté". Montand, Mouloudji et beaucoup d'autres de l'ancienne ou de la nouvelle génération ... Je fais une
fixation, mais la plus grande re-créatrice de Bruant est pour moi Cora Vaucaire, si injustement oubliée de nos jours.

A la fois dans le répertoire réaliste de Bruant ("Rose Blanche", mieux connue sous le nom de "Rue Saint Vincent") que dans le répertoire comique de l'artiste ("Marida"). Si Aristide Bruant était
très brut de décoffrage dans ses interprétations, Cora Vaucaire y donnait un souffle nouveau, une vie, une tendresse. Bref: tout un travail d'interprète. Je me souviens d'une démo que nous avions
fait à la "FNAC Défense" pour son avant dernier disque, des jeunes lycéens lui avaient demandé ce que c'était que cette nouvelle chanson ... "Rose blanche". Ce qui prouve que la qualité ...

Bravo à EPM (je pense toujours à Léo avec EPM) d'avoir le courage de ressortir ces cylindres et de les restaurer avec respect. "Le chat noir (ou autre) chanté par Aristide Bruant" annonçait-il
avant chaque titre. Et c'est bien d'avoir mis en avant l'interprétation laissée par d'autres, passés, présent et en devenir.