Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 19:24

« Les chansons qui se ressemblent » (suite)

(L’Amusicoscope de Serge Llado, n° 4)

 

La Symphonie du Nouveau Monde, composée par Anton Dvorak en 1893, est une œuvre classique tellement dense qu’elle a manifestement « inspiré » au moins trois autres musiques… et non des moindres. Il s’agit de la bande originale du film Les Dents de la mer, de celle de La Guerre des étoiles IV (toutes deux signées John Williams, respectivement en 1975 et en 1997)… et, auparavant et peut-être surtout, de la chanson Initials BB, écrite et interprétée par Serge Gainsbourg en 1968.  

La démonstration étant peut-être un peu subtile, j’ai eu recours ici à des repères sonores (les « boooings ») pour séparer les extraits de ces différentes œuvres :

 

Dvorak-Williams-Gainsbourg

 

Références : Symphonie du Nouveau Monde (© 1893), 1er et 4e mouvements, Anton Dvorak ; Jaws (© 1975) et Star Wars IV (© 1997), John Williams ; Initials BB (© 1968), Serge Gainsbourg.

 

_______

 

Cette nouvelle enquête du commissaire Llado, grand débusqueur des chansons et des musiques qui se ressemblent (avec un nom pareil, il était prédestiné !), me donne par ailleurs l’occasion de compléter opportunément ce sujet en vous proposant un bien beau document : une vidéo fort instructive du Grand Serge en pleine création (en compagnie de l’arrangeur Arthur Greenslade) d’Initials BB, qui était un hommage à Brigitte Bardot.

     

 

  

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

I
<br /> Merci pour ce magnifique document sur Gainsbourg, si attendrissant quand il sourit. Il a l'air tout émerveillé...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Bonjour,<br /> Dans le même genre, la chanson "Il me revient en mémoire" du dernier album de Barbara copie à peu de choses près un des derniers quatuors de Beethoven (14e ou 15e, de mémoire, je vérifierais).<br /> Bonne continuation,<br /> A bientôt,<br /> Corentin COKO<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> VOLCANIK SLAM<br /> (Récit d'une traversée de la mer d'Irlande pour cause de nuage de cendres)<br /> <br /> Je reviens tout juste d'un drôle de reportage<br /> Dans un coin du monde où la terre se met en rage<br /> <br /> Par faute du glacier Eyjafjallajökull<br /> Avant de l'prononcer vaut mieux prendre du recul<br /> <br /> L'auteur de la chose, le volcan Eyjafjöll<br /> Du jour au lendemain il vous pète une fiole<br /> <br /> Crachant sa colère dans le ciel d'Islande<br /> De lave et de cendre il se fait des guirlandes<br /> <br /> Mon affaire à moi fut en terre irlandaise<br /> A deux pas de là, j'étais fort à mon aise<br /> <br /> Quand un jour on m'apprend que le ciel s'est terni<br /> Que le trafic là-haut s'est pris une hernie<br /> <br /> Ce jour-là j'étais à fond dans la rando<br /> J'en avais plein les bottes et même plein le dos<br /> <br /> Mon guide avait pour nom Josephine O'Keeffe<br /> Par ici tout le monde l'admire et la kiffe<br /> <br /> Un peu plus en arrière Judith sur nos pas<br /> Rêvait quant à elle de déco et de spa<br /> <br /> Sur les pentes tourbeuses y a des moutons qui bêlent<br /> C'est mignon qu'elle me dit, elle trouve qu'la vie est belle<br /> <br /> Or on apprend bientôt qu'dans tout l'Royaume Uni<br /> C'est un peu comme si les touristes sont punis<br /> <br /> Les avions, les mouches, les mouettes, tout ce qui vole,<br /> Les corbeaux, les pigeons, tout est cloué au sol<br /> <br /> Du coup ça proteste, ça râle et ça fulmine<br /> Y en a même qui implorent Her Majesty the Queen !<br /> <br /> Et même on apprend, que du côté frenchy<br /> La galère continue, une fois l'canal franchi<br /> <br /> Car il paraît qu'là-bas, pour ajouter au rush<br /> Les cheminots débrayent, ça s'appelle la "French Touch"<br /> <br /> Entre-temps y en a qui pêchent en eau trouble<br /> Les prix de vos billets passent du simple au double.<br /> <br /> Moi je pars à Dublin, sur les pas de J. Joyce<br /> T'aurais dit que d'là-bas me parviennent des voices<br /> <br /> Me disant relax, vaut mieux poser tes fesses<br /> Partout où tu vois, en gros, marqué "Guiness"<br /> <br /> Et qui sait t'y verras la belle S. O'Connor<br /> Ce serait, for sure, pour moi a great honor<br /> <br /> Entre-temps tout autour s'affairent Anne et Jane<br /> Pour me faire franchir fissa the red lane<br /> <br /> Bien qu'elles soient toutes deux pour moi aux petits soins<br /> Je m'entraîne à nager aussi bien qu'un marsouin<br /> <br /> Car l'issue j'lai trouvée, c'est celle de Saint Brendan<br /> Par la voie des eaux, même si c'est moins b...<br /> <br /> Ayant posé alors le pied sur l'continent<br /> J'aurais fait le plus gros. Je pars incontinent...<br /> <br /> Mais je me fais bientôt rattraper par les palmes<br /> Devinez par qui ? Qui est-ce qui me calme ?<br /> <br /> J'en reviens pas c'est lui, c'est S. Connery<br /> M'invitant à freiner un peu mes c...<br /> <br /> Puis Jane nous rejoint alors, chemin faisant<br /> Pour me faire renoncer à jouer au Tarzan<br /> <br /> On me fait jurer devant la croix celtique<br /> A ne pas barboter, en Manche ni en Baltique<br /> <br /> Au final j'apprends, à peine suis-je en retard<br /> Qu'on m'a pris une place royale sur... l'Eurostar !<br /> <br /> Eh oui, l'Europe est là, fidèle, elle veille au grain<br /> L'esprit libre enfin je rattrape mon train<br /> <br /> En trois heures à peine et comme par magie<br /> je m'retrouve, léger, à deux pas d'mon logis<br /> <br /> Aussitôt arrivé j'allume le p'tit écran<br /> Je vois autour de moi que tout l'monde est à cran<br /> <br /> On évalue des pertes à coups de millions<br /> D'autres se sont taillé, dit-on, la part du lion<br /> <br /> Pour ma part, philosophe, j'oublie colère et plainte<br /> Du Guiness rapporté je me sers une pinte<br /> <br /> Me disant qu'au final nous sommes peu de chose<br /> Qu'un retour à bon port ça se fête et s'arrose<br /> <br /> C'était la saga de Reza O'Nadéri<br /> Ça commence par des pleurs à la fin on en rit.<br /> <br /> (Reza Afchar Nadéri, Paris le 22 avril 2010)<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> Cher Fred,<br /> Ton blog est une belle survivance de Chorus.<br /> Rien n'est perdu, tout est à faire…<br /> Julos<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Moi aussi je lis les commentaires au fur et à mesure qu’ils sont indiqués dans la case "derniers commentaires" de la page d’accueil et moi aussi j’étais content d’avoir quelques nouvelles de<br /> l’équipe de Chorus et que Fred profite justement d’un commentaire pour donner le "site" de Glez: j’aimais beaucoup ses dessins, ses caricatures et sa série des Mésaventures de Gus me faisait bien<br /> rire avec ses galères des chanteurs débutants … On en aura jamais la fin et ça me fait râler.Mais ce n’est pas son "site" que tu as donné, Fred, simplement un email. Alors, SVP, la bonne<br /> adresse!<br /> Ce qui m’a vraiment mais vraiment fait râler ,c’est qu’on me prive définitivement et sans me prévenir de "mon" Chorus alors que j’attendais comme toujours l’arrivée du numéro suivant. Merci encore<br /> aux journalistes pour le "site de la Rédaction" avec un mot d’explication et des articles du N°69, sans quoi on attendraitencore que l’éditeur nous annonce que c'est fini: sans tenir compte de sa<br /> longue histoire et de ses liens avec ses lecteurs….<br /> Mais “Si ça vous chante”, ça me chante (super le sujet sur Gainsbourg)! faut continuer!<br /> Le râleur<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Mea culpa, mea maxima culpa, monsieur “le Râleur”. Voici donc l’intitulé exact du site de Damien<br /> Glez, qui vous permettra non seulement de découvrir ses facettes multiples d’illustrateur, mais aussi d’accéder à plein d’informations le concernant, notamment la liste<br /> (impressionnante !) de publications internationales auxquelles il collabore, les livres auxquels il a contribué, les expositions qu’il présente à travers le monde, seul ou en compagnie<br /> d’autres dessinateurs…<br /> <br /> <br /> Désolé d’autre part pour l’interruption brutale de notre feuilleton chorusien, Les (més)aventures de Gus Singer alors que l’on s’approchait de la fin<br /> (l’épisode n° 22 a d’ailleurs été publié sur le site de la Rédaction : cliquer ici sur La<br /> Rédaction de Chorus ou dans la colonne de gauche de la page d’accueil, puis sur rubrique “Coulisses” et “BD” dans ce site), mais comme vous le savez nous avons nous-mêmes été victimes<br /> d’une interruption définitive d’images (et de textes) indépendante de notre volonté…<br /> <br /> Mais pour finir plutôt sur une note humoristique, voici pour la route (!) un dessin sur l’actualité volcanique du moment. Signé Glez !<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />