Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 14:56

Les Passerelles de l'hiver – 4


Deuxième volet sur trois (dans cette série de passerelles de l’hiver : voir État critique) de notre sélection des meilleures productions phonographiques – ou plus exactement de celles que nous avons jugé les plus intéressantes – des artistes nés (professionnellement) durant ces deux dernières décennies, repérés et accompagnés par Chorus dans l’intervalle. De France bien sûr, mais aussi d’Afrique, de Belgique, puis (dans le prochain article) de Suisse et du Québec.


cherhal bataclan

Mais d’abord, en signe d’interactivité de Si ça vous chante avec le terreau de la chanson vivante, ce cadeau signé Francis Vernhet : un montage photo de l’unique prestation parisienne de Jeanne Cherhal, ce mardi 9 mars au Bataclan, après la sortie de son album Charade (voir Génération Chorus), accompagnée par la Secte Humaine (« musiciens sauvages et délicats, précise la chanteuse, au nombre de quatre, faisant partie pour la plupart du groupe French Cowboy, ex-Little Rabbits, ayant officié sur la tournée Robots après tout de Katerine. Hommes de l’Ouest »). Histoire de donner un avant-goût de l’affaire, à ne pas manquer en tournée, car un disque – fût-il un chef-d’œuvre d’écriture, de composition, d’interprétation, d’arrangements et de production – ne pourra jamais remplacer cette communion entre un artiste et un public, entre une scène et une salle, cet instant magique, puisque définitivement unique, que l’on nomme spectacle. Une évidence qu’il n’est pas inutile de rappeler en intro de nouvelles chroniques de disques.


Dobet Gnahoré

Dobet-GnahoreAprès Ano Eko (Créons ensemble) en 2004 et Na Afriki (Mon Afrique) en 2007 (dont est tiré le titre en écoute ici), Djekpa La You (Enfants du Monde) est le troisième album studio de cette jeune auteur-compositrice ivoirienne, dont Jean Théfaine écrivait dans Chorus n° 60 : « Un nouveau talent aussi prometteur qui surgit ainsi dans le paysage, ça s’appelle un cadeau du ciel. À suivre de très près. » D’autant que Dobet, artiste complète, chanteuse et danseuse, femme de scène, possède cette conviction qui anime les plus grands artistes populaires conscients du pouvoir de la chanson. De la chanson qui se soucie du monde, des tâches quotidiennes, des amours, des enfants, des souffrances, des maladies, de la sécheresse, de l’exil…



Et pour mieux en parler, Dobet Gnahoré élargit ici son chant en empruntant diverses langues des quatre points cardinaux du continent noir : bété, bambara, dida, dioula, swahili… « N’attends pas le bonheur pendant des années, vas-y, fonce, mon ami… » chante Dobet au son d’instruments acoustiques et traditionnels. Cela s’appelle le chant du possible.

• Djekpa La You, 13 titres, 43’07 ; Prod. Contre-Jour, distr. Socadisc (
site de l’artiste).


Imbert Imbert

quichote_3.jpgPourquoi Imbert Imbert ? Parce que M. et Mme Imbert : autrement dit Mathias Imbert et sa contrebasse avec laquelle il arpente en solo les scènes de l’Hexagone depuis trois ans. Depuis que ce jeune Montpelliérain (28 ans à l’époque) avait choisi de quitter le groupe De Rien pour tenter cette aventure improbable. Résultat : Imbert Imbert remporta cette année-là tous les tremplins découvertes auxquels il participa, de Bourges à Montauban en passant par Le Mans. Sur scène, l’étrangeté de ce duo voix-contrebasse au service de chansons souvent sombres et frappées du sceau du sexe crée un univers aussi original qu’envoûtant. Sur disque c’était une autre affaire, mais justement, Imbert Imbert échappe ici à l’écueil minimaliste du premier album, Débat de boue, en faisant intervenir nombre d’instruments (piano, claviers, guitare, mandoline, accordéon diatonique, batterie, harpe, ukulélé…), mais en situation, à bon escient, sans rien remettre en cause de cette atmosphère à nulle autre pareille dans la génération actuelle.



Imbert-Imbert

Allez savoir pourquoi, dans ce monde désespéré, de sexe obsédant (« Je te convie / À sentir mon envie / De ce qu’on vit / Quand ton con prend mon vit… ») comme antidote au désespoir (ou seulement à de la lucidité exacerbée ?), on retrouve parfois Brassens (le pornographe du phonographe ?) qui affleure. Parfois aussi, on voit le bout…. du tunnel : « Et de fil en aiguille / Tomber sur une fille / Attendrie par vos pleurs / Vous rend quelques couleurs », avant de déchanter : « Mais saisir au regard / Qu’on est rien qu’un poivrot / Qu’une gueule à trois mots / À gueuler au comptoir / À boire. » Textes, musiques, arrangements, interprétation, c’est réglé au cordeau, sans céder à la moindre facilité. Sans concession. Mais « si t’enlèves les godasses / Le fut’ en cuir et la contrebasse / Derrière le masque du chanteur / Si tu fais “bouh !”, ça pleure. » Un sex-disc pour amateurs avertis, à l’usage indispensable des vrais amoureux de la chanson.

• Bouh !
, 16 titres, 51’54 ; Prod. Le Temps des assassins, L’Autre distribution (album en écoute sur le site de l’artiste).


Yves Jamait

jamait

Comment ne pas considérer l’album « en concert » comme un produit hybride ? Si la galette studio ne reflète pas, loin s’en faut, la réalité d’un artiste, il est néanmoins l’aboutissement d’un projet conçu et voulu tel quel. Mais le « live », censé refléter un moment unique, physique ? Et que voilà en boîte, figé à tout jamais… Pareil pour les DVD d’ailleurs qu’on visionne en solitaire, isolé de la salle, de l’ambiance, de l’instant de vie partagé… Il y a pourtant de vraies réussites, qui parviennent à retranscrire et la présence scénique du chanteur et le ressenti du public, comme c’est le cas avec cet Yves Jamait en concert. Une heure quinze de frissons garantis, de tendresse et de révolte à tour de rôle ou simultanément, plus un CD comprenant un titre inédit (Si vous saviez), une galerie de photos et trois vidéos qui permettent justement de découvrir sur scène cet ACI venu de Dijon, « rejeton spirituel du Front Populaire », écrivait Daniel Pantchenko dans sa « Rencontre » du n° 55 (printemps 2006) de Chorus.



Que dire de plus sinon rappeler le souvenir fort que je garde de notre rencontre initiale, un an avant son premier album, lors d’un stage de Voix du Sud (ex-Rencontres d’Astaffort) décentralisé à Troyes, durant Les Nuits de Champagne… et mon regret, depuis, de n’avoir plus la possibilité de lui consacrer la Une de Chorus, qu’il méritait et n’aurait sans doute pas tardée. Jamait, c’est en effet l’incarnation de la grande tradition populaire de la chanson française, mélodies qu’on retient sur textes signifiants (ou l’inverse), qui parlent de vous, de nous, de l’enfance, de la mère (superbe Des mains de femme…), des chagrins d’amour (Qu’est-ce que tu fous ?), de la galère, de la société et du monde qui part en vrille (Jean-Louis ou le monologue du client), bref de l’homme et de la planète, le tout chanté avec l’énergie d’un Brel et la voix d’un Arno. Autres références ? Francis Lemarque, Leny Escudero, Renaud ou Têtes Raides pour la parenté d’esprit dans l’écriture et la composition, avec Allain Leprest en grand frère et Mano Solo en cousin germain…




Sur scène, piano, accordéon, basse, contrebasse et guitares électriques et acoustiques, accordina et batterie accompagnent le chanteur dans un délire festif total, aux accents parfois manouches, ou se font aussi humbles que possible (simple piano-voix, par exemple, pour l’émouvante En deux mots). « Donner vie aux chansons, note-t-il dans le livret du CD, leur  donner corps, son propre corps, pour les habiller, les fripper, friser l’exubérance, mâcher ses mots pour les cracher à la gueule de la fatalité, extirper, hurler, murmurer son désespoir et sa joie de vivre pour que l’émotion éclabousse le spectacle. C’est comme ça que je vois la scène, c’est comme ça que je la vis. »



Avec ses trois opus studio (De verre en vers, 2001 ; Le Coquelicot, 2006 ; Je passais par hasard, 2008), Jamait apparaît comme un Don Quichotte de la chanson à l’assaut des moulins à vent du XXIe siècle. Tâche utopique ? Peut-être, mais comme nous le confia un jour Paco Ibañez, « le pouvoir de la chanson est énorme, et tout à fait inexplicable : elle nous entraîne vers l’utopie, vers des limites que peut-être nous n’atteindrions pas sans elle, et c’est cela notre destin : croire à l’utopie... »

• En concert
, CD 1 : 17 titres, 75’53, CD 2 : 1 titre inédit + 3 vidéos en concert et une galerie de photos ; Prod. Faisage Music, distr. Wagram (site de l’artiste).


Nicolas Jules

Encore un ovni de la chanson française, en ce sens qu’il y  des années que Nicolas Jules traîne sa dégaine de pierrot lunaire, sa tignasse en bataille et son air de ne pas y toucher dans tous les festivals et salles de la francophonie, trustant les distinctions (Prix Félix-Leclerc aux Francofolies de Montréal, Prix du jury des découvertes d’Alors… Chante ! de Montauban, Prix chanson des découvertes du Printemps de Bourges, finaliste du tremplin de la chanson des Hauts-de-Seine, Coup de cœur 2005 et 2008 de l’académie Charles-Cros…) et multipliant les premières parties de prestige.
« Des années, constatait Yannick Delneste dans Chorus n° 64 à propos de son précédent album, que ceux qui le voient sur scène sortent avec la banane et l’envie de le serrer dans leurs bras. Des années que Nicolas Jules est le chouchou des amoureux de la chanson, sans parvenir pour autant à passer le cap d’un succès d’estime. »

nicolas-jules

Il faut dire que le « jeune homme » (né près de Poitiers le 17 mars 1973, il fête donc ses 37 ans ces jours-ci mais en paraît dix de moins) n’a guère eu l’occasion d’apparaître à la télévision depuis son premier album, De l’oreillette au ventricule, en 1999 (ont suivi Le Cœur sur la table en 2004, un Live à l’Atelier en 2005, puis Powête en 2008). La télé où son talent particulier, mélange de personnage tête en l’air (à la ville comme à la scène) et d’univers de dérision nonchalante feraient pourtant mouche à tout coup. Il est vrai que s’il se décidait à chanter, même mal, en anglais, on lui réserverait sans doute un meilleur accueil…



Musicalement (même avec une orchestration pour le moins inhabituelle aux guitares électriques planantes, à l’harmonica miaulant, à la rythmique lourde) et dans le chant, c’est à l’avenant, c’est-à-dire jamais une note, jamais un mot au-dessus de l’autre. Nicolas Jules est tout le contraire, dans le fond et dans la forme, de ces poètes écorchés vifs, tendance Léo, mais il a beau y mettre de la distance, poète il ne l’est pas moins. Ou plutôt Powête, comme il dit, par crainte peut-être de se voir pris au sérieux. Quitte à tout oser, à l’image de ce clip tiré d’une chanson (Papier bleu) extraite de l’album éponyme…




Powète, donc, le sourire en coin, l’écriture souvent subtile. Telle cette première chanson de Shaker à écouter sur son Myspace : « Tous mes baisers sont des râteaux / Des fusées allumées trop tôt / Et tout retombe en pluie de cendres / De la suie sur ma chanson tendre… / J’avais pourtant tout préparé / En habit de diable paré / Un souper chaud au candélabre / Pour que tu quittes ton macabre / Que le mercure monte à fond / Et que joue pour nous au plafond / Échappée de chez Belzébuth / L’Amicale des joueurs de luth… » Mais attention : une fois qu’on a y goûté, difficile de s’échapper de l’univers de ce diable d’homme.

• Shaker, 11 titres, 32’32 ; Prod. Stand By Me, L’Autre Distribution (
site de l’artiste).


Guillaume Ledent

Ledent

C’est de Tournai que nous vient cet ACI belge, proche de Saule avec qui il a enregistré un duo (L’Amour au four) dans son deuxième album de 2007, Ton océan. Le premier, Guillaume Ledent et Dine à Quatre Orchestra, sorti deux ans plus tôt en autoproduction, avait été repéré par Thierry Coljon, notre correspondant pour la Belgique, qui en pointait les influences : « On se dit que Louis Chedid pourrait être un proche parent et on devine aussi que Brel, Brassens et Django parrainent l’entreprise. » Ce nouveau CD est donc son troisième opus en moins de cinq ans. Dans l’intervalle, l’auteur-compositeur-interprète a beaucoup tourné et s’est fait, doucement mais sûrement, une place au soleil de la chanson d’outre-Quiévrain.

 


Et cet album, où Ledent s’affirme tout à fait, siffle paradoxalement la fin de La Récréation. On y parle toujours d’amour, bien sûr (dans le disque précédent, Roses d’avant, interprété avec Christophe Busson, était une réussite du genre) ; on y chante encore en duo, Guillaume aime visiblement ça, et on le comprend à l’écoute de ces jolies voix féminines (Anoo, Claire Jau et Sophie Galet), mais on y élargit à l’évidence le champ d’inspiration et, même si Ton océan ne crachait pas sur la satire sociale (Tout va bien), on s’y montre « plus grave qu’avant ».


Ainsi, la superbe chanson qui donne son titre au disque traite des malheurs du monde, à la Souchon, tragique au fond, légère dans la forme musicale : « Assis au fond de la classe, l’espace / D’un instant le tableau menace / Le noir, les bobos dans la foule / Pauvre mappemonde, fragile boule / Le professeur décompte les heures / Moi j’additionne les horreurs / Jamais pigé l’arithmétique / De l’équation famine-Afrique / [...] En orthographe, c’est pas mon fort / Quand je dois écrire cinquante mille morts / C’est quand, c’est quand, c’est quand, la récréation ? » Musicalement ? Eh bien, c’est du « lourd », ou plutôt du travail d’orfèvre, avec des cordes, des claviers, des percussions… et même une section de cuivres. « Un rêveur concerné, écrivait Thierry Coljon dans Chorus n° 64 pour brosser le Portrait de l’artiste, qui déplace des montagnes d’indifférence. Un empêcheur de tourner en rond, justement, comme le monde en a besoin. » Bien vu !

• La Récréation
, 12 titres, 43’54 ; Prod. Chansons de pluie, CODd&S distrib. (
site de l’artiste ou myspace).


Suite et fin de Génération Chorus (pour cet hiver !) dans notre « prochain numéro »...


Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu disques et DVD
commenter cet article

commentaires

Stephane Hirschi 19/03/2010 17:13


Merci cher Fred pour cette gentille réponse. "Si ça vous chante" sera aussi parmi nous ce soir, et pour Jeanne "Quichotte"... Un beau soleil ici, comme un écho au chant lumineux que Jean faisait
vibrer même sur les ombres, de Nuit et brouillard jusqu'à Aragon. J'entends, j'entends, c'est le printemps qui chante pour lui...à nous de continuer à "regarder au loin", à "regarder l'aurore".


Davy Kilembé 19/03/2010 14:21


Merci ! Merci et Merci!!!!


stephane hirschi 15/03/2010 22:18


Bonsoir Fred, ce petit mot en période à la fois du deuil de Jean, de sa chaleureuse humilité et de son lyrisme si généreux, et en même temps de festival dans mon Nord, pour un autre hommage, demain
16 mars, à Boby Lapointe, au Quesnoy. Tant d'amis de Jean y seront réunis, loin d'Antraigues... Et une petite précision aussi, non sans importance pour le sens de la Marseillaise : le sang impur à
verser, c'est celui du sacrifice des sans-culottes. Ce n'est pas du tout comme on le croit celui des ennemis, mais une auto-dépréciation par rapport au "sang pur" des aristocrates. Bref, il
faudrait aussi qu'on apprenne à l'école, au-delà des mots, leur vrai sens : chant de résistance et non de massacre, la Marseillaise vise surtout à donner du courage à ceux qui sont prêts à abreuver
de leur propre sang les sillons qui fertiliseront, grâce à ce don de soi, notre Nation. Guère de différence en somme avec Ma France de notre ami Jean... Je compte sur le relais de ton beau blog
pour contribuer à rectifier cette erreur de compréhension bien trop répandue. Amitiés. Stéphane


Fred Hidalgo 16/03/2010 09:29



Cher Stéphane Hirschi,



Merci pour ces lignes, et bonne fête à Boby Lapointe au festival Le Quesnoy en chanteurs qui en est
déjà à sa quinzième édition. Je regrette bien de ne pouvoir être des vôtres (surtout ce soir avec Jamait, Kent, Anne Sylvestre, Joyet, Gérard Morel, Agnès Bihl, etc., et vendredi avec Jeanne
Cherhal : deux « Quichotte », ces deux dernières, de Si ça vous chante !) pour y continuer le travail de « couverture » journalistique cet événement sensible qui
honore la chanson (encore un « festival pas comme les autres ») et a lieu cette années du 12 au 26 mars au beau Théâtre des 3 Chênes du Quesnoy, pittoresque petite ville fortifiée du
Nord de la France, près de Valenciennes (pour plus de précisions : www.lequesnoyenchanteurs.com).




Merci aussi pour cette contribution au débat sur La Marseillaise, avec l’explication historique de ses paroles (que trop peu de gens connaissent, en effet,
en dehors des historiens de la chanson et/ou amateurs avertis, des enseignants et universitaires et, on ose l’espérer, des hommes politiques). Mais cela ne change rien à la question : ce qui
compte aujourd’hui, ce n’est pas le sens initial, très « pointu », des paroles de La Marseillaise (ex-Chant de guerre pour l’Armée du Rhin), mais la
perception que l’on en a aujourd’hui, au XXIe siècle, dans le contexte de la société actuelle.




C’est aussi ce qu’explique très bien Graeme Allwright (bien connu au Quesnoy en chanteurs, n’est-ce-pas… et au Quesnoy même où, sauf erreur, il possède une
rue à son nom) qui a lancé il y a déjà plusieurs années un mouvement favorable au changement des paroles de notre hymne national (il a même coécrit et enregistré, à titre d’exemple, une
nouvelle Marseillaise : « Pour tous les enfants de la Terre / Chantons amour et liberté / Contre toutes les haines et les guerres / L’étendard d’espoir est
levé... » Voir le site qui a été créé à cet effet : www.mga.asso.fr). Lire également l’article très complet de Michel Trihoreau à ce sujet
dans le n° 56 de Chorus (pp. 124-127).



Mais aujourd’hui, bien sûr, nous serons tous ardéchois, dans l’esprit, aux côtés de Colette et de Véronique. Salut Jean, on t’aimait
bien, tu sais…



Odile Fasy 15/03/2010 19:22


Merci Fred pour votre blog.
Je viens y faire un tour tous les jours.
Moi j'aime bien le "format papier", comme dit Gérard Delahaye.
Je suis contente qu'il y ait autant de nouvelles sur différents artistes, et je prends tout mon temps pour lire et écouter les extraits de chansons que j'apprécie tout particulièrement.
Je retournerai bien une deuxième fois écouter Yves Jamait, ce que vous en dites est parfaitement juste..
Musicalement vôtre.
Odile


Cath 14/03/2010 17:51


Oui je trouve que les billets de blog doivent être découpés par thèmes ou par artiste pour des chroniques, c'est plus commode à lire et pour les commentaires c'est plus facile de viser juste. (Même
s'il peut y avoir plusieurs articles le même jour). Là par exemple, je voulais dire combien j'ai apprécié la chronique sur Jamait, bien vue, je me retrouve bien dans ce qui est dit, les références
et le potentiel de Jamait... Mon commentaire arrive un peu loin du sujet. Mais bon, ce n'est qu'une remarque de forme, bravo pour le fond, pour ce blog... qui nous chante !
Bien cordialement.