Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 21:00

Petit matin, 3.10, heure d’été

 

Nous savions – IL savait – l’issue inéluctable. On se prenait toutefois à espérer qu’elle serait aussi lointaine et tardive que possible, car notre ami Jean faisait tout pour la repousser et ne montrait rien ou presque de ses inquiétudes quant à lui-même. Mais la Camarde n’a pas voulu patienter davantage : Jean Théfaine est mort samedi 18 août à Rennes, au petit matin, non pas à 4 h 10 comme le chante Hubert-Félix Thiéfaine, son presque homonyme dont il était aussi le biographe, mais une heure plus tôt, à 3.10, heure d’été…

 

Jean-portrait.jpg

 

L’heure, justement, n’est pas venue pour l’hommage qu’il nous incombe de lui rendre ici. Trop tôt, trop dur, car Jean Théfaine – outre qu’il fut l’un des principaux piliers de Chorus, membre de son comité de rédaction dès l’origine – était un ami, un vrai de vrai, lui-même grand ami de Marc Robine qui nous avait vivement conseillé de lui proposer d’intégrer notre équipe première ; Marc dont jamais il ne s’était vraiment remis de la disparition lors d’un sale mois d’août, déjà… Mais le jour viendra, très prochainement. Non pas que le chagrin aura fui d’ici là – bien au contraire son départ, comme une plaie ouverte, une amputation dans nos propres vies, va immanquablement engendrer un manque chaque jour plus… présent –, mais parce que le temps de l’écriture (et, je l’espère, de sa lecture, pour les gens qui l’aimaient et/ou ceux qui aimaient le lire), Jean Théfaine sera à nouveau à nos côtés, bien vivant.

Pour l’instant, il s’agit surtout de saluer sa mémoire, quitte à en peiner plus d’un, plus d’une, dans la sphère francophone en particulier, de la Bretagne au Québec en passant par les Antilles, l’Afrique et l’océan Indien… où d’innombrables artistes ont compté pour lui, dont certains lui doivent parfois beaucoup. Jean Théfaine a rejoint mardi 21 août à midi sa dernière demeure à Pancé, une petite commune de la région de Rennes, à moins de trois kilomètres de sa maison villageoise, ce « petit paradis » où il était le plus heureux des hommes avec son épouse Anne-Françoise.

Dans la foule venue accompagner sa dépouille, une large majorité de parents et d’amis bretons bien sûr, compte tenu de la période estivale, trois jours seulement après son décès, dont quelques artistes et journalistes : de ses jeunes confrères Philippe Richard et Michel Troadec, auxquels il avait fait la courte échelle à Ouest-France (où il a effectué l’essentiel de sa carrière) mais aussi à Chorus (où son talent s'est totalement épanoui), à Dan Ar Braz, Gérard Delahaye ou Melaine Favennec qui, s’accompagnant à la guitare et à l’harmonica, ont interprété trois chansons, l’une de Gérard (Si mon bien-aimé s’en venait, d’après Le Cantique des cantiques), les deux autres de Bob Dylan, l’un des artistes de prédilection de Jean (Dan Ar Braz clôturant la cérémonie d’adieu par Blowin’ in the wind).

Sans chercher aucunement à dresser une liste des présents, je citerai encore Jean-Louis Jossic, leader de Tri Yann auquel Jean avait consacré un superbe dossier dans Chorus puis un « beau livre » (et qui, en tant qu’adjoint à la Culture, représentait aussi la municipalité de Nantes et son désormais ex-maire Jean-Marc Ayrault, vieil ami de Jean qui était d’ailleurs venu le saluer et discuter longuement avec lui un jour que nous tenions ensemble un stand de Chorus…), Jean-Pierre Riou, leader du groupe quimpérois Red Cardell dont le nouvel album aura fait l’objet de l’ultime article de son blog, éloquemment intitulé « Toutes les musiques que j’aime », ou encore Alan Simon et Guy Demaysoncel, représentatifs des chanteurs plus ou moins médiatisés que Jean pouvait apprécier autant que les pointures les plus célèbres et qui venaient d’apprendre la triste nouvelle par le quotidien régional.  

 

 

Et puis, outre ses amis et ex-collègues de Chorus, un certain Hubert-Félix Thiéfaine, parti de la région de Dijon vers trois heures du matin pour être à l’heure aux obsèques de son biographe, devenu ami. Un Thiéfaine aussi chagriné que discret. Jean m’avait conté par le menu les deux spectacles d’Hubert donnés récemment à Rennes et à Nantes, car il continuait de vivre sa passion avec la même intensité (son dernier concert aura été celui de Bob Dylan, le 23 juillet, aux Vieilles Charrues…). Ce furent aussi leurs ultimes rencontres. À paraître à la rentrée, l’album CD-DVD de la tournée Homo Plebis Ultimae Tour, enregistré justement et en totalité à Nantes, lui sera spécialement dédié… La décision a été prise devant nous, en notre compagnie et celle d’un « ancien » de Paroles et Musique et de Chorus, Rémy Le Tallec, vieil ami aussi de Jean Théfaine, au moment où le cortège s’ébranlait en direction du cimetière de Pancé.

 

Araucaria.jpg

 

Là, à quelques pas seulement de l’endroit où Jean repose désormais, un magnifique araucaria s’élance avec majesté comme pour rivaliser avec le clocher de l’église. Un signe ? Jean Théfaine tout comme Marc Robine n’a-t-il pas cheminé de concert avec nous, fraternellement et si fidèlement, sous le sceau symbolique de l’araucaria, l’arbre de vie cher à Pablo Neruda (voir « Y a rien qui s’passe ») ? « Nous perdons là, m’a écrit Jean-Michel Boris, directeur historique de l’Olympia, un amoureux sincère de cette chanson à laquelle nous sommes tant attachés et un homme admirable, d’une grande valeur morale. » Quant à Francis Cabrel que j’avais alerté de l’hospitalisation en urgence de notre ami, fin juillet (et dont le dernier dossier paru dans Chorus fut cosigné par Jean et votre serviteur), il m’a répondu : « Aïe… je m’étonnais de son silence après le passage de Dylan à Carhaix, dont nous devions longuement parler. Quelle triste nouvelle… » Et puis le choc, samedi 18, l’indicible chagrin et des mots, quand même, qui peinent à dire l’essentiel : « Vraiment, un bon garçon qui s’en va. Quelqu’un de bien... »

Jean-Louis Murat pour sa part, prévenu par Michel Troadec qui savait les liens de complicité l’unissant à Jean (en particulier depuis que l’auteur-compositeur l’avait reçu chez lui en vue d’un dossier dans Chorus, resté sans équivalent à ce jour), a envoyé un message extrêmement émouvant qui a été lu en public et dont voici la fin : « Jean, tu savais si bien être exigeant et sévère que tu es devenu mon ami. Dorénavant, le meilleur de mon chant portera aussi ton souvenir. »  

 

 

Si Dieu n’est pas vraiment mort, ou pas tout à fait, si quelque part existe le paradis des musiciens et des artistes (dont Jean Théfaine, journaliste et tout modeste qu’il fût, faisait indéniablement partie par sa sensibilité et son art de l’exprimer), tous ces bons mots, ça doit le faire rougir… de plaisir. Allez, Jean, un dernier pour la route ! À la tienne, à la nôtre… buvons une dernière fois (?) à l’amitié, l’amour, la joie comme nous l’avons fait tout récemment encore, chez toi (cf. photo ci-dessus) et avec ta belle, que nous enveloppons de notre tendresse. C’est elle qui, pour ta dernière sortie, a choisi de passer cette chanson de Leonard Cohen, dans la version sublime – que tu appréciais tant – de Jeff Buckley. Hallelujah, my friend !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Hommage
commenter cet article

commentaires

didierlebras 17/07/2013 15:09

Merci 1000 FOIS DE VOTRE REPONSE M. HIDALGO ... cette seule réponse suffit à mon bonheur. Je ne suis rien si ce n'est un passionné ... Merci.
DLB

didierlebras 16/07/2013 23:15

MONSIEUR HIDALGO,
Via le net j'étais devenu, le mot est sans doute trop fort, j'étais devenu l'ami de Jean THEFAINE. J'ai pris contact il y a peu avec son épouse, qui m'a conduit vers vous.
J'ai connu Jean parce que nous aimions tous les deux Jean-Louis MURAT. J'étais présent à son enterrement. Me trouvant au fin fond de l'église, je n'ai pu entendre le message laissé par Jean-Louis
MURAT pour son ami disparu.
Dans mon blog consacré à MURAT, je souhaite ouvrir une page qui ne parle que de Jean THEFAINE... il me serait tellement agréable de récupérer l'intégralité de ce message... Bien évidemment je
n'en
ferai aucun usage qui puisse nuire à quiconque. Je comprendrais parfaitement que la réponse soit négative.
Bravo pour tout ce que vous faites vous et votre épouse pour la chanson française ou ce qu'il en reste.
Merci.
DLB

Fred Hidalgo 17/07/2013 14:26



Bonjour Didier,
Je vais essayer de récupérer le message de Jean-Louis Murat et, si je l'obtiens, je ne manquerai pas de vous le faire suivre. Pour votre info, cela faisait des
années déjà - en particulier depuis le dossier "Murat" de CHORUS (n° 41, automne 2002) - que Jean et moi essayions de convaincre celui-ci d'accepter un livre sur lui... et AVEC lui. Jean en
aurait donc été le coauteur, le cosignataire avec Jean-Louis, et moi l'éditeur (dans mon "Département chanson" Chorus/Fayard). Finalement, une idée (très originale) avait été trouvée par Jean,
entérinée ô combien par moi... et acceptée par l'artiste.
Nous en étions au stade où un essai grandeur nature (rencontre entre les deux hommes, décryptage et mise en forme par
Jean) devait être réalisé pour voir si le résultat était à la hauteur de nos attentes. Les nôtres et celles de Jean-Louis Murat, dubitatif sur toutes
sortes de livres biographiques le concernant, mais qui avait trouvé en la personne de Jean Théfaine une sorte d'alter ego en goûts et couleurs musicaux. Et comme nous nous connaissions bien
aussi, depuis longtemps et que le dossier de CHORUS avait donné lieu à une belle réussite, en amont, pendant (avec la collaboration totale de l'artiste, iconographie du dossier incluse) et en
aval, tous les espoirs étaient permis. Le titre même du livre était (provisoirement) arrêté. Mais c'est tout le projet qui s'est arrêté avec le départ de Jean. Définitivement.  



Melaine Favennec 26/09/2012 16:07

Bonjour Fred
La chanson de Bob Dylan que j'ai chantée à Pancé est “It Ain't Me, Babe”. Il me semble que Jean l'aimait beaucoup…

Une petite anecdote : lorsque Gérard Delahaye m'a rapporté ma première guitare Martin, de l'usine aux USA, j'ai mis en vente mon Épiphone… et c'est Jean Théfaine qui l'a acquise. Il rêvait d'une
bonne guitare folk, surtout pour s'accompagner en chantant les ballades qui lui ont ouvert de grands horizons. Et ces horizons, il n'a jamais eu de cesse de les partager avec une plume brillante et
toujours accessible.
Bien à toi, cher Fred
Melaine

PS. La guitare, cela devait être autour de 1978. J'ai rencontré la toute première fois Jean à Laval en 1968 alors que je faisais du théâtre (Temps Fort Théâtre).

Fred Hidalgo 26/09/2012 16:28



Merci beaucoup, cher Melaine, pour cette précision et cette jolie anecdote...
qui anticipe un peu le coup de chapeau que j'espère avoir le courage d’adresser, plus tard, à notre ami commun. En effet, ceux qui ont connu “seulement” le journaliste ignorent que Jean Théfaine
a également chanté, en s'accompagnant à la guitare (à l'Epiphone donc !), se produisant avec bonheur à la terrasse des cafés, dans la rue... C'était du temps de ses études, avant qu'il ne choisisse la voie du partage journalistique, avec cette plume si "brillante et
toujours accessible" comme tu le dis à juste titre.



Jean-Michel Canitrot 07/09/2012 15:57

Bonjour et désolé pour ce retour tardif mais je ne suis que très récemment rentré de congés.
Je suis très triste et choqué de ce que vous m'avez appris.
Je ne connaissais pas très bien Jean, mais j'ai un souvenir inoubliable d'un voyage de presse avec lui.
Toutes mes sincères condoléances à vous et à sa famille.
Jean-Michel Canitrot

Elsa 03/09/2012 13:51

Le jour des obsèques , impossible de m'y rendre ... j'étais à Paris ... je suis allée brancher mon netbook sur une terrasse et écouter de la musique en pensant à Jean ( La Mémoire et la Mer entre
autres , comme Isa ) ...
Jean était un passionné de musique , une façon à moi de lui rendre hommage ...