Profil

  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Le blog de Fred Hidalgo

Présentation

  • : Le blog de Fred Hidalgo
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…

S’il vous enchante...

Derniers Commentaires

Avec le temps...

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Dimanche 22 juillet 2012 7 22 /07 /Juil /2012 21:08

Le beau voyage… et le temps qui reste

 

C’était aujourd’hui l’arrivée du Tour de France, le jour de l’étape ultime de la Grande Boucle. Pour nous, c’était aussi le jour anniversaire, ô combien funeste, de l’acte de décès de Chorus (Les Cahiers de la chanson) – il y a trois ans précisément, le 22 juillet 2009. L’occasion de boucler (définitivement) la boucle avec quelques rappels concernant la revue mais aussi ce blog, la disparition de l’une ayant été indirectement à l’origine de la création de l’autre. Le moment ou jamais, aussi, de faire chorus par vos commentaires… si ça vous chante !

 

  

Dans le précédent sujet, j’annonçais la création du groupe « Si ça vous chante » lié à ma page Facebook, auquel contribuent déjà plusieurs centaines d’artistes, de professionnels et d’amoureux de la chanson (plus de mille six cents à ce jour) qui incarnent la fine fleur de la chanson francophone. Aujourd’hui, je me contenterais de relancer l’invitation à rejoindre ce groupe, car – véritable auberge espagnole où chacun se nourrit de ce que son voisin de table veut bien apporter – il devient, pierre après pierre, une Maison bien vivante de la chanson francophone, où des liens se nouent quotidiennement, où l’on réfléchit à voix haute à la place actuelle de ladite chanson, où l’on se souvient du patrimoine et où l’on œuvre, tout à la fois, à ses lendemains qui chantent.

 

 LE GROUPE

 Rejoignez-nous dans la confrérie des amis et compagnons de la chanson, le groupe « Si ça vous chante » ouvert en complément de ce blog éponyme pour servir la chanson. Rejoignez ceux et celles qui créent ou font vivre la chanson à travers la francophonie, pour la faire mieux connaître et l’aider à vivre mieux. Artistes, parlez-nous de vous et de vos collègues, de vos concerts, de vos albums, de vos envies et de vos projets ; professionnels, journalistes et amoureux de la chanson, parlez-nous des festivals, des salles, des disques, des spectacles, des émissions, etc., que vous organisez, animez, produisez, distribuez, éditez... Faites-nous part de vos conseils, partagez vos connaissances et votre expérience, présentez-nous vos engouements, vos coups de cœur d’hier et d’aujourd’hui voire de demain… Bref, parlez-nous de la chanson et tous ensemble nous ferons chorus.

C’est ICI (et maintenant) que cela se passe.

 

• LE BLOG

Comment consulter à tout moment un article mis en ligne depuis la création du blog ? Je reçois régulièrement des courriels regrettant que les articles de Si ça vous chante disparaissent au fur et à mesure que d’autres sont mis en ligne. Faux, bien sûr. Car, si les quatre derniers sujets seulement sont visibles à l’écran lorsqu’on se rend sur le blog, tous les autres publiés depuis sa création (le 18 novembre 2009) restent accessibles d’un seul clic de souris à partir de la colonne de gauche de la page d’accueil.

On peut les consulter de diverses façons ; soit par ordre chronologique, un mois après l’autre (voir « Archives »), soit par rubriques (il y en a douze : Concerts et festivals, Éditoriaux, Actu disques et DVD, Chant libre, Reportages… Voir « Catégories »), soit en cliquant sur « Liste complète » sous le rappel des dix derniers articles publiés (« Articles récents ») : on parvient alors à une liste détaillée sur quatre pages où il suffit de cliquer sur le sujet recherché pour le voir apparaître. Mais le plus simple est peut-être encore de donner ici le lien direct vers cette « liste complète ».

Pour mémoire, je m’étais amusé à concocter une « Leçon de blog sommaire », sur les pas de l’ami Boby, en conseillant de ne surtout pas hésiter à laisser des commentaires en fin de sujet (quelle que soit sa date de publication, car chaque commentaire nouveau est aussitôt mentionné en colonne de gauche de la page d’accueil – voir « Derniers commentaires » –, ce qui permet à qui le veut bien d’aller le lire derechef et, si ça lui chante, d’y répondre ou de le compléter). Allez-y voir pour devenir féru en blogologie (voir… ou revoir, pour le plaisir de retrouver notre Piscénois préféré).

 

• LE SITE

Depuis la création du groupe sur Facebook, j’ai reçu quantité de courriels me disant en substance : « Heureux de vous retrouver, car depuis la disparition de Chorus je n’avais plus de nouvelles… » Nombre d’anciens lecteurs de « la revue de référence de la chanson francophone » ne l’ont jamais su, mais justement, la Rédaction de Chorus dans son ensemble (du chroniqueur qu’était Jean-Michel Boris au rédacteur en chef que j’étais encore, en passant par nos illustrateurs Bridenne et Glez, notre photographe Francis Vernhet ou nos correspondants permanents en Belgique, en Suisse et au Québec), placée devant le fait accompli, avait décidé de créer un site ponctuel au moment même, le 22 septembre, où aurait dû paraître le nouveau numéro. Son but : mettre gracieusement en ligne – par respect envers les lecteurs et bien sûr les artistes rencontrés pour ce numéro – les articles déjà écrits (et illustrés) avant la date fatidique du 22 juillet.

 

dessin

 

Il n’est donc pas inutile, fût-ce trois ans plus tard, de rappeler l’existence de ce site, passé inaperçu, semble-t-il, de la majorité de nos lecteurs, abonnés ou pas : on y découvrira nombre d’articles des différentes parties et rubriques qui composaient un numéro normal (Actualité, À l’affiche, Scènes, Dossier, Coulisses, À suivre : portraits-découvertes, etc.). Certes, cela ne remplaçait pas une revue-papier de 196 pages, mais c’était déjà ça, aurait dit notre ami Souchon…

Pour la petite histoire (puisque cela appartient désormais à l’histoire de la presse musicale), en cliquant sur « Sommaire », en colonne de gauche de la page d’accueil du site « La Rédaction de Chorus », on accède à ce qu’aurait été le sommaire définitif (tel qu’arrêté lors de notre réunion de rédaction du 20 juin 2009) de ce n° 69 mort-né, dix-huitième numéro d’automne de Chorus. Sans jamais avoir failli à cette règle, ces « Cahiers de la chanson » trimestriels sortaient en effet le premier jour de chaque nouvelle saison depuis l’automne 1992 (toujours sur 196 pages, avec un dos carré et des cahiers cousus, à l’ancienne, pour en garantir la totale durabilité).

On constatera ainsi, en particulier, que l’un des dossiers principaux « À l’affiche » du numéro nous aurait valu ce que l’on appelait un « Duo d’artistes » – à savoir une rencontre exclusive entre deux chanteurs ayant bien des choses en commun – avec Romain Didier et Allain Leprest… Petite histoire, certes, mais immense regret, aujourd’hui, d’avoir été contraints de renoncer à cette rencontre dont la date avait été arrêtée avec les intéressés à la fin juillet…

Information importante, puisque c’est le seul et unique endroit où l’on puisse le trouver : l’index alphabétique complet des principaux articles consacrés nominativement à des artistes (quelques milliers...), du n° 1 de l’automne 1992 au n° 68 de l’été 2009, est disponible sur ce même site. Il est consultable en cliquant, en colonne de gauche de la page d’accueil, sur « Index ». Apparaissent alors trois parties successives, allant respectivement des lettres A à J, K à Q et R à Z avec à côté de chaque nom d’artiste le (ou les) numéro(s) concerné(s) et l’indication abrégée des rubriques correspondantes.

Cela dit pour les heureux possesseurs de la collection complète de la revue, bien sûr (le dernier index paru dans celle-ci s’arrêtant un an plus tôt, au n° 64 de l’été 2008), mais surtout (la collection complète restant disponible dans des dizaines voire des centaines de bibliothèques, médiathèques, Alliances françaises, instituts et autres centres culturels à travers le monde, sans même parler des radios, télévisions, associations de chanson, festivals, etc., ou encore de la Bibliothèque Nationale de France) pour les futurs historiens de la chanson française et de l’espace francophone (non, ce n’est pas un pléonasme, puisque Chorus rendait compte également des créations en langues vernaculaires de la francophonie). Qu’on se le dise… À noter que cet index étant nominatif, il exclut par définition les sujets collectifs d’actualité, où bien d’autres artistes pouvaient être cités voire interviewés (comme les comptes rendus de festivals), mais également d’ordre historique ou thématique.

Tant qu’on en est au chapitre des souvenirs, bons et moins bons, je me permets dans ce sommaire (au sommet duquel se trouvait un dossier de Une consacré à Manu Chao, avec entretien exclusif) de mettre l’accent sur une nouvelle rubrique que j’avais inaugurée, pour jeter justement un coup d’œil rapide, une fois par trimestre, dans le rétroviseur – en vertu du principe selon lequel pour aller de l’avant, il ne faut jamais oublier d’où l’on vient. J’y relatais quelques souvenirs vécus à travers Paroles et Musique, « le mensuel de la chanson vivante » (voire plus tôt, à l’époque de sa gestation) et/ou Chorus, trente ans auparavant, vingt ans, dix ans… Si ça vous chante – quel beau voyage, en tout cas ! – c’est ICI, en paroles et en images.

L’occasion aussi, à propos de voyage, de vous proposer cette magnifique chanson de Claude Gauthier, Le Plus Beau Voyage, qui date, elle, de quarante ans (de 1972 et non 1977 comme indiqué par erreur à la fin de ce beau clip), en hommage – après les « événements » sociaux qui ont secoué le Québec ce printemps (et risquent de reprendre de plus belle après l’été) – à nos amis et cousins de la Belle Province…  

 

 

Quel beau voyage, oui ! Dix ans de Paroles et Musique, près de vingt ans de Chorus, bientôt trois ans de Si ça vous chante… Avant d’envisager la suite (éventuelle), vous comprendrez qu’on s’interroge quelque peu, qu’on prenne le temps de réfléchir… De peser le pour et le contre. D’écarter l’impossible (faute de temps) et de mesurer le possible. Bref, d’établir des priorités.  

 

 

Certains, d’ailleurs, le comprendront mieux que d’autres, vu qu’ils nous font l’amitié de nous accompagner depuis toujours ou presque. On s’ra jamais vieux, dit la chanson (de Bernard Joyet). Certes, on la connaît, la chanson : quand on aime on a toujours vingt ans, et quand on aime c’est pour toute la vie…  

 

 

C’est sûr. Mais la vie ne ménage pas pour autant les artères et à un certain degré d’usure, le temps qui passe devient inéluctablement le temps qui reste. Sur ce thème, Jean-Loup Dabadie a écrit un texte sublime qui, mis en musique par Alain Goraguer, fut la toute dernière chanson que Serge Reggiani enregistra… À méditer (et apprécier) comme il convient.

Combien de temps
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien ?
Quand j’y pense, mon cœur bat si fort
Mon pays c’est la vie
Combien de temps encore
Combien ?

Je l’aime tant, le temps qui reste
Je veux rire, courir, pleurer, parler
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir,
Souffrir, aimer
Je l’aime tant, le temps qui reste…

 

Publié dans : La Chanson vivante - Par Fred Hidalgo
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Merci FRED pour cette rétrospective.
Très émouvant ce retour en arrière !!

Très beau texte de J.L. Dabadie, interprétation sublime de Serge Reggiani.
OUI, " combien de temps". Chaque matin au réveil, se dire que c'est le premier jour du reste de ma vie, et vivre cette journée pleinement.
Pensée de Sénèque " Hâte toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie"
Commentaire n°1 posté par Annie Lapeyre le 22/07/2012 à 22h40

Merci Annie, en particulier pour cette belle pensée de Sénèque. Oui, chaque jour est à lui seul une vie - surtout quand on a déjà de la bouteille... - et il convient donc de le vivre à fond et au mieux de l'intérêt général.

Réponse de Fred Hidalgo le 22/07/2012 à 22h46
Vous le savez, Fred, je suis parmi ceux qui vous suivent depuis le début de Paroles et Musique ... que de temps passé depuis ce jour là et que d'événements gais ou tristes. Mais mon amour pour la chanson n'a jamais faibli et elle reste quelque chose d'important dans ma vie et grâce à vous, à Jacques Bonnadier, à Jofroi et Anne Marie avec leur festival de Barjac, et à tant d'autres elle est omniprésente. Merci alors à vous tous et ce blog, Fred, est un monument que je consulte souvent ...
bien amicalement et peut être aurons-nous un jour le plaisir de nous rencontrer ... marlène
Commentaire n°2 posté par marlène ingrand le 23/07/2012 à 08h07

Oui, je le sais, Marlène. Sans nous connaître (physiquement), je sais que nous partageons l'essentiel à travers la chanson à caractère humaniste. Merci, infiniment, pour votre fidélité... et bon séjour à Barjac (où vous rencontrerez des anciens de Chorus... et même de Paroles et Musique !).

Réponse de Fred Hidalgo le 23/07/2012 à 09h46
" Au mieux de l'intérêt général" comme vous dites si généreusement cher Fred. Quant à la bouteille " jolie bouteille, sacrée bouteille", voici un texte connu sur la jeunesse attribué à tort au général Mac Arthur


« La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années; on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l’âme. Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille. Il demande comme l’enfant insatiable : Et après? Il défie les évènements et trouve de la joie au jeu de la vie,

Vous êtes aussi jeune que votre foi, aussi vieux que votre doute, aussi jeune que votre confiance en vous-mêmes, aussi jeune que votre espoir, aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune, tant que vous resterez réceptif; réceptif à ce qui est beau, bon et grand; réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini.

Si un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme; puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.
============================

Ce texte sous verre à la bibliothèque de New-York, est d'un certain Samuel Ullman ( Alabama 1870), Philippe de Dieuleveult le précise dans son livre " j'ai du ciel bleu dans mon passeport". Le Gl M.Arthur l'avait en permanence sur son bureau d'où la confusion.

Très bonnes vacances à toutes et à tous, je ferme l'ordinateur bientôt pour 15 jours

PS / à propos de festival, j'ai mon billet pour celui de Vianne en 47 " Georjacléo" les 19, 20 et 21 octobre prochains.
Commentaire n°3 posté par Annie Lapeyre le 23/07/2012 à 11h41

Magnifique texte auquel j'adhère sans réserve, chère Annie. Dans le sens de la jeunesse, s'entend... et donc de l'enthousiasme, de l'aventure et de la quête insatiable de "ce qui est beau, bon et grand". Merci, Annie.

Réponse de Fred Hidalgo le 23/07/2012 à 18h43
Cher Fred,
Je n'adhérerai pas au projet Facebook. J'ai trop de prévention vis-à-vis de ces réseaux sociaux dont j'entends dire que la mémoire est éternelle et que tout ce que j'y poste pourra, un jour ou l'autre , être retenu contre moi.
Je revendique mon droit inaliénable à l'anonymat et , dans des délais très rapprochés, à l'oubli.
C'est pourquoi j'espère que vous poursuivrez votre oeuvre "blogueste" à laquelle je serai heureux de continuer à collaborer lorsque je serai inspiré. Et puis, rien ne remplacera les rencontres, fussent-elles fugitives, comme à Montauban en mai ou à Barjac si j'ai le plaisir de vous y voir.
Fraternellement dans la chanson.
Gérard
Commentaire n°4 posté par Gérard DEBARD le 23/07/2012 à 14h18

Je comprends fort bien votre réserve, cher Gérard, et je respecte évidemment votre décision. Je vous remercie même d'avoir pris la peine de l'expliquer.
En fait, je crois que ce que l'on appelle les réseaux sociaux sont ou peuvent être, comme la langue d'Esope, la meilleure et la pire des choses. La pire, pas besoin d'épiloguer : désinformation, calomnies, intolérance... et j'en passe. Le meilleur en revanche, c'est justement de pouvoir se trouver d'abord les uns les autres et se retrouver ensuite - chacun et chacune à peu près sur la même longueur d'ondes - à faire chorus dans un même but, quand celui-ci est de nature à mettre en avant "le beau, le bon et le grand" (voir commentaire d'Annie de ce jour). En l'occurrence le partage du meilleur de la chanson vivante et des valeurs de fraternité et de solidarité qu'elle véhicule.
Cela dit, j'ignore si l'utilisation (voire l'existence même) de ce réseau est appelée à durer; au moins aura-t-on essayé de s'en servir au mieux...
 

Réponse de Fred Hidalgo le 23/07/2012 à 19h04
Ravie de passer ce temps là à vous lire ,même si des "petits hommes " (au nombre de 9 chez moi aujourd'hui ...)et le soleil revenu ne me permettent pas toujours d'être synchro dans le dialogue sur les réseaux . Il faut bien les "regarder rire ,courir,pleurer,parler et voir et croire et boire et danser ,crier ,manger,nager, bondir,désobéir..." Mais comme dit la chanson : nous n'avons pas fini !
Commentaire n°5 posté par Fromont Valérie le 23/07/2012 à 16h15
Bonjour Fred,
Un grand merci pour cette page sur le temps qui passe...

Merci de penser à nous, moi qui vous attend chaque mois! Impatiente de savoir sur qui et sur quoi vous avez travaillé.
Rarement déçue, même si vous m'avez encore fait pleurer en réécoutant Serge Reggiani.
Un album qui date de 2002, quinze chanteurs interprètent quelques uns de ses plus grands succès.Et puis ce magnifique texte....Le temps qui reste.

Je vous souhaite un bel été à vous et Mauricette.
Musicamicalement vôtre!
Commentaire n°6 posté par Odile le 24/07/2012 à 23h14

Merci, Odile. Bel été à vous aussi... et à suivre, car non, "J'ai pas fini, j'ai pas fini" !

Réponse de Fred Hidalgo le 25/07/2012 à 18h40
Je rejoins Gérard, je ne peux me rendre sur Facebook, pour les mêmes raisons.
J'ai bien pris note de votre réponse à ce sujet et je vous en remercie.
Commentaire n°7 posté par Odile le 25/07/2012 à 14h57
Quel plaisir de vous lire, on sent à quel point vous vivez la musique et ça fait chaud au coeur. Merci pour ce bon moment de lecture et bonne continuation.
Commentaire n°8 posté par 48SI le 03/08/2012 à 10h18

Ben oui, "48SI", je vis la musique et particulièrement la chanson depuis toujours, étant tombé dans le chaudron tout petit. Je peux même dire que j'ai la chanson au coeur. Aussi loin que je remonte, j'ai en effet des souvenirs de chansons - soit entendues à la "TSF" dans les années 50 ("Je vous parle d'un temps que les moins de soixante ans...") soit interprétées par ma grand-mère... Bref. Vous avez visiblement découvert Si ça vous chante par le dernier sujet en cours, alors, puisque... ça vous chante aussi, je vous invite à parcourir les sujets mis en ligne depuis sa création le 18 novembre 2009 (ce blog faisant suite au mensuel Paroles et Musique puis à la revue trimestrielle Chorus/Les Cahiers de la chanson, publiés de 1980 à l'été 2009). Et pourquoi pas à partir de son prologue :
http://sicavouschante.over-blog.com/article-en-guise-de-prologue-39414797.html

Merci de votre commentaire. 

Réponse de Fred Hidalgo le 03/08/2012 à 12h51
Comme Gérard Debard, je n’irai pas sur votre page Fesse de Bouc. Même si ce serait bien la première fois* que je trouverais de l’intérêt à aller sur une page FB, ce prédateur me gonfle les vestibules.

Mais du moment que vous continuez votre blogue, tutto va bene.

* Non, la deuxième : j’ai pu ainsi contacter Marie-Claire Seguin pour une chanson alors quasi introuvable : Chanson démodée.

http://www.youtube.com/watch?v=ARTG9PRBvg4

…..

J’ai appris trop tard la mort de l’ami Jean Théfaine. Il ne souffrira plus de la mort de sa fille… J’aurais aimé aller à son enterrement, car l’amitié et la musique étaient du nombre des présents. Je ne doute pas que vous lui rendrez un hommage moins succinct et surtout moins cavalier que son ex employeur, qui le résume ainsi : « premier chroniqueur rock de Ouest-France ». C’est un peu court, jeune homme !
Commentaire n°9 posté par Pierre-Marie Bourdaud le 22/08/2012 à 15h07

Cher Pierre-Marie,

Vous seriez étonné à la lecture de certaines contributions d'artistes et d'amateurs (éclairés), comme vous l'êtes vous-même depuis toujours, "postées" sur le groupe FB de Si ça vous chante. Etonné par leur qualité, leur pertinence et leur humanisme... Mais je respecte totalement vos choix vis-à-vis de ce "réseau social" dont je me sers en l'occurrence uniquement pour "continuer le combat" de la défense et de l'illustration de la chanson vivante. Comme vous le savez, en qualité d'ancien lecteur de Paroles et Musique et de Chorus, j'ai toujours préféré me "battre" dans le système (quitte à mieux le combattre...) plutôt qu'à la marge en restant stérile. Mais c'est un vieux débat.

Pour notre ami Jean T., dont le départ nous laisse (encore plus) désemparés et le coeur déchiré, j'y viens tout bientôt... maintenant que je reviens de sa dernière demeure.

Réponse de Fred Hidalgo le 23/08/2012 à 10h30
Je pondère ce que j'ai dit de la désinvolture de Ouest-France : ça ne concerne que la version papier. le site a été plus correct :

http://www.ouest-france.fr/actu/disques_detail_-Deces-de-Jean-Thefaine-journaliste-passionne-de-musique_39382-2105454_actu.Htm
Commentaire n°10 posté par Pierre-Marie Bourdaud le 22/08/2012 à 15h39
Cher Fred Hidalgo,
Ce n'est pas la nostalgie qui l'emporte – même si elle se tient aussi près que possible – mais le bonheur de te lire, d'écouter et de voir les artistes que nous aimons. L'ADN de Chorus n'est pas
perdu, ne se perd pas... reviendra...
Merci, du fond du cœur et de la mémoire aussi.
Commentaire n°11 posté par Lucien Jacoby le 23/10/2012 à 10h36
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés