Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 14:11
… Que l’on devrait tous connaître par cœur

Quelles sont vos dix chansons préférées ? C’est en posant cette question à 276 auteurs, compositeurs et/ou interprètes, ainsi qu’à 69 « spécialistes » que Baptiste Vignol a pu établir ce qu’il appelle « l’anthologie des cent plus belles chansons de la variété francophone ». Où l’on découvre que les dix chanteurs dont le plus grand nombre de titres a été cité (par les premiers) sont TOP100-copie-2.jpgFerré, Gainsbourg, Brassens, Brel, Souchon, Bashung, Nougaro, Barbara, Édith Piaf et Charles Aznavour (devant Renaud et Trenet), tandis que les seconds plébiscitent Mistral gagnant (Renaud), Avec le temps (Ferré), La nuit je mens (Bashung), La Javanaise (Gainsbourg) et Ne me quitte pas (Brel). 
 
Baptiste Vignol fait partie de ces journalistes et auteurs de la nouvelle génération (du moins par rapport aux anciennes, auxquelles j’ai le triste privilège d’appartenir désormais !) dont le discours sur la chanson est attendu, par sa pertinence bien sûr mais d’abord et surtout parce qu’il est la résultante d’une excellente connaissance de son histoire. « Élémentaire, mon cher Watson » ? Ne croyez surtout pas cela, les « tenants » de la chanson française dans les médias, ceux qui ont le plus voix au chapitre, n’étant pas toujours les mieux informés. Passons... Diplômé d’un DEA de Science-Politique, Baptiste Vignol a déjà consacré plusieurs ouvrages à l’art qui nous occupe ici : Cette chanson que la télé assassine (2001), Des chansons pour le dire (2005), Tatatssin, parole de Renaud (2006), Cette chanson qui emmerde le Front National (2007), tout en tenant un blog de qualité, intitulé Mais qu’est-ce qu’on nous chante ?
 

L’idée de ce nouveau livre (paru le 14 janvier dernier), explique son auteur en avant-propos, lui est venue en apprenant qu’André Gide, au lendemain de la fondation de la NRF, soumettait tous ses amis ou connaissances « à la plus excitante des questions intellectuelles : “Quels sont, selon vous, les dix plus grands romans de tous les temps ?” » En extrapolant à ce qu’il appelle (curieusement) « la musique de variété », il a choisi de poser la même question « à quelque 250 paroliers et/ou compositeurs, le plus souvent chanteurs, tous rompus au travail d’écriture, qu’il soit textuel ou musical ». Au bout du compte, Vignol a reçu les réponses de 345 participants : 276 émanant d’artistes et 69 de journalistes (dont une quinzaine d’anciens collaborateurs de Paroles et Musique et de Chorus...) et de professionnels divers (programmateurs, responsables de salles, etc.).
 
 
Le résultat est livré au lecteur sous forme d’un texte de deux à trois pages maximum relatif à la chanson concernée. Cent chansons, donc, présentées par ordre décroissant, de celle classée à la centième place (On The Road Again, de Bernard Lavilliers) à la toute première (Avec le temps, de Léo Ferré), chacune accompagnée d’une note précisant quels artistes l’ont citée (la chanson de Lavilliers, par exemple, a recueilli quatre suffrages et celle de Ferré, quarante-cinq), voire de la reproduction manuscrite du Top 10 de l’expéditeur. Pas de vérité gravée dans le marbre, cependant, ni même dans la cire : par définition, un tel classement – aussi intéressant et instructif soit-il – ne possède qu’une valeur indicative. D’abord, parce que la question concernait « dix chansons préférées », sans hiérarchie entre elles, et surtout parce que ce genre de palmarès, comme le soulignait d’emblée l’auteur, est « mission quasi impossible, trop de chansons étant liées à d’innombrables souvenirs ». D’où ce conseil donné en amont aux personnes sollicitées : dresser votre liste « dans l’urgence, en prenant un quart d’heure… En sachant très bien qu’une liste rédigée aujourd’hui serait sûrement légèrement différente demain » – voire que chacun d’entre nous, comme je l’ai moi-même vérifié, serait probablement capable d’établir dix listes différentes et d’affilée de ses « chansons préférées », sans le moindre doublon entre elles… et sans qu’une seule liste s’impose d’évidence aux autres.
 

Je ne donnerai donc pas ici celle que j’ai fini par adresser à Baptiste Vignol, ni plus définitive ni moins valable que les autres jetées sur le papier dans la même journée ; en revanche, c’est avec plaisir que je me permets de communiquer celle de notre regretté Jean Théfaine, dont ce fut l’une des ultimes contributions au « métier » : Le Temps des cerises (Jean-Baptiste Clément), Comme ils disent (Charles Aznavour), Sarah (chantée par Serge Reggiani), La Mémoire et la Mer (Léo Ferré), La Non-Demande en mariage (Georges Brassens), La Manic (chantée par Pauline Julien), La Chanson des vieux amants (Jacques Brel), Je reviens chez nous (Jean-Pierre Ferland), Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve (chantée par Jane Birkin), Trois petites notes de musique (chantée par Cora Vaucaire).
 
Ce livre reprend en effet, en seconde partie, « le Top 10 » des 345 participants, par ordre alphabétique, les artistes d’abord, les « spécialistes » ensuite. Un générique d’un bel éclectisme, tant générationnel qu’artistique, allant par exemple de Dominique A, Akhénaton, Aldebert, Amélie-les-Crayons ou Marcel Amont à Danyèl Waro, Weepers Circus, Gabriel Yacoub ou Yoanna (tiens, dommage d’avoir « loupé » Zazie !)… en passant par Michel Bühler, Yves Duteil et Anne Sylvestre ; ou Ricet Barrier, Gérard Berliner, Allain Leprest et Claude Vinci,  disparus depuis. Mais aussi Antoine, Guy Béart, Morice Benin, Michèle Bernard, Jacques Bertin, Mathieu Boogaerts, Jeanne Cherhal, Christophe, Clarika, CharlÉlie Couture, Daran, Luc De Larochellière, Richard Desjardins, Jacques Duvall, Leny Escudero, Fatals Picards, Jean-Jacques Goldman, Françoise Hardy, Yves Jamait, Bernard Joyet, Jofroi, Kent, Gilbert Laffaille, Pierre Lapointe, Éric Lareine, Lynda Lemay, Émily Loizeau, David McNeil, Catherine Major, Florent Marchet, Christophe Miossec, Georges Moustaki, Jean-Louis Murat, Néry, Ours, Véronique Pestel, Thomas Pitiot, Michel Polnareff, Oxmo Puccino, Renaud, Olivia Ruiz, Sarcloret, Peio Serbielle, Yves Simon, Alain Souchon, Henri Tachan, Marie-Jo Thério, Jean Vasca, Louis Ville, etc.
 

En réalité, ce Top 100 propose treize chansons supplémentaires, repêchées en raison du fait qu’elles ont obtenu le même nombre de voix (quatre) que chacune des chansons classées 87 à 100. « Un score remarquable, note Vignol à raison, quand on songe aux dizaines de milliers de titres qui composent le répertoire de la variété francophone ». Au final, « pour affiner le classement et départager les morceaux ayant obtenu le même nombre de suffrages », les voix des 69 spécialistes se sont avérées déterminantes.
 Chorus60.jpg

Souvenirs, souvenirs : sans le vouloir, Baptiste Vignol nous renvoie au n° 60 de Chorus (été 2007) qui, pour célébrer de façon originale les quinze ans des « Cahiers de la chanson », proposait un « Top 60 » des meilleurs albums de chanson francophone parus depuis sa création. « Et si l’on tentait d’établir un classement ? » Lancée comme une boutade en réunion de rédaction, l’idée fit son chemin. De boutade elle devint gageure. Jamais cela ne s’était fait, nulle part en « francophonie ». Cela permettrait en outre d’obtenir un superbe panorama de la chanson francophone et de juger de son évolution à la charnière de deux millénaires. On se prit au jeu, on recensa les milliers d’albums (jeune public et « soleil noir » inclus) sortis entre le n° 1 et le n° 60… et la gageure devint réalité. Vingt journalistes de Chorus répartis dans l’espace francophone planchèrent trois mois durant sur le sujet… et un « Top 60 » de la plus belle eau émergea, avec un beau trio sur le plongeoir (pardon, sur le podium !) : C’est déjà ça, d’Alain Souchon, Samedi soir sur la Terre de Francis Cabrel, Fantaisie militaire d’Alain Bashung.
 Podium.jpg

Rien à voir évidemment entre un classement d’albums (qui plus est, limité à une période donnée) et un classement de chansons, toutes époques confondues. Néanmoins, si l’on fait abstraction des classiques du patrimoine parus avant la naissance de Chorus, on relève bien des similitudes entre les résultats respectifs obtenus par l’équipe de la revue et les contributeurs du livre. D’ailleurs, sans trop déflorer celui-ci, voici (simplement pour vous mettre l’eau à la bouche, comme aurait dit le Beau Serge) les dix premiers titres de ce Top 100 des chansons que l’on devrait tous connaître par cœur : Avec le temps (Léo Ferré), La nuit je mens (Alain Bashung-Jean Fauque/Bashung-Les Valentins), Mistral gagnant (Renaud Séchan), La Javanaise (Serge Gainsbourg), Ne me quitte pas (Jacques Brel), La Chanson des vieux amants (Jacques Brel), La Mémoire et la Mer (Léo Ferré), Je suis venu te dire que je m’en vais (Serge Gainsbourg), Foule sentimentale (Alain Souchon), Que reste-t-il de nos amours ? (Charles Trenet).
 

Soit quatre auteurs-compositeurs de « l’âge d’or » de la chanson française, dont trois (Brel, Ferré et Gainsbourg) sont cités pour deux chansons différentes, et trois de la génération suivante : Renaud dont la chanson concernée (magnifique Mistral gagnant !) date de 1985, Bashung et Souchon dont les titres plébiscités (La nuit je mens et Foule sentimentale) font partie des albums (Fantaisie militaire et C’est déjà ça) arrivés sur le podium du « Top 60 » des « Cahiers de la chanson » (La Corrida, premier titre de l’album Samedi soir sur la Terre de Cabrel, n° 2 dudit podium, apparaissant en vingt-quatrième position du « Top 100 »).
 

Qu’est-ce qu’on nous chante ? Rien qu’une chanson qui s’envole et s’en va dans le vent… Avec le temps, va, tout s’en va ? Peut-être… hormis la chanson, rien qu’une musique, des paroles qu’on fredonne en rêvant… car son histoire est la même que la nôtre. Air connu : longtemps, longtemps, longtemps après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues… Alors, si ça vous chante d’en savoir plus sur cette « anthologie » de la chanson francophone à « connaître par cœur », ne manquez pas de faire chorus. « J’vous ai apporté des bonbons », chantait le Grand Jacques ; Baptiste Vignol, lui, nous offre ici une véritable bonbonnière, un paquet de mistrals gagnants ! 
_________
• Le Top 100 des chansons que l’on devrait tous connaître par cœur (choisies par 276 artistes de la variété francophone), 320 pages, Éditions Didier Carpentier, Paris (site de l’auteur, Mais qu’est-ce qu’on nous chante ?).
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu livres
commenter cet article

commentaires

DECRIEM Bruno 06/05/2013 15:17

Par ce petit message, je voudrais saluer Fred Hidalgo et le féliciter de ses articles enchanteurs sur Brel aux Marquises ( vivement septembre et son livre consacré à Brel)
Fred Hidalgo, un grand monsieur, et très accessible: j'ai conservé vos gentilles lettres du temps de la fin de chorus!
bien à vous du Gers. Bruno, un inconditionnel du Grand Jacques
bonne continuation à vous!

Didier LE BRAS 27/04/2013 08:23

Pas de Jean-Louis MURAT ??? Je sais les choix sont subjectifs. Mais lorsque l'on rejoint la musique, l'écriture et la voix ... Je pense qu'il fait partie des meilleurs. L'ange déchu ...
L'irrégulière ... Les hérons ... sont des merveilles ...

vignol 31/03/2013 17:39

Effectivement Nadine, pas de Thiéfaine, bien que plusieurs de ses chansons (heureusement!!!) figurent dans des Top 10, et pas de Guy Béart non plus, même si Aznavour ou Souchon par exemple le
citent dans leurs préférences. C'est aussi, je crois, l'intérêt de ce bouquin. Écoutez "Couleurs" de Guy Béart qui figure parmi les 10 chansons "préférées" d'Alain Souchon, et vous verrez qu'on
dirait une chanson de Souchon! Étonnant. Et pas de Véronique Sanson non plus dans le top 100, parce qu'aucune de ses chansons n'a recueilli 4 suffrages, le minimum pour intégrer le top 100. Pas de
Murat non plus, alors qu'il est abondamment cité (plus d'une dizaine de titres différents). Pas de chansons de Laffaille, d'Escudero, d'Allain Leprest, de Tachan, de Beaucarne, de Duteil, de
Vigneault dans le Top 100, c'est vrai, mais ils apparaissent TOUS avec telle ou telle chanson au fil des Top 10 des 276 chanteurs sollicités. Ce qui est remarquable aussi, c'est que les 3 chansons
les plus citées par les chanteurs/auteurs/compositeurs ("Avec le temps", "La Nuit je mens" et "Mistral gagnant") sont les 3 chansons les plus citées par les 69 spécialistes qui ont été sollicités.
Comme quoi il semble y avoir un consensus autour de ces 3 chefs-d'œuvre. En tout cas, Nadine, merci de vous être procuré cet ouvrage. Baptiste.

barbara 30/03/2013 11:22

C'est toujours intéressant entre “amoureux” de chansons et d'artistes de "s'empoigner" à coups de cœurs qui (se) battent.
Cela permet de parler d'amour et d'amitiés par les mots-notes qui nous enchaiment.
Un classement, un répertoire est (pour moi) impossible, tellement certaines chansons sont intimement liées à La vie, Ma vie, Ta vie (Sables mouvants de Barbara), à ces instants fulgurants
d'émotions qui vous percutent.
Osez, tentez de classer ouvre l'échange "et c'est bonheur".
Du coup, je vais aller à Précy (sur Marne) ce lundi.

Yves Borredon 29/03/2013 14:42

un choix cornélien ...sans doute...
en ce qui me concerne j'aime les chansons que je réécoute avec plaisir....beaucoup d'entre elles ne sont pas dans le top..
pas grave...
je vais continuer à aimer ce que j'aime...
bien amicalement à toi Fred
Yves Borredon