Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 12:46

Vendanges d’automne (10)

   

 

Il existe une autre façon de faire « la ronde autour du monde », c’est de partager un verre entre amis ou gens de bonne compagnie, comme l’avait bien compris (et surtout si bien écrit) l’un de nos grands poètes populaires contemporains, j’ai nommé Bernard Dimey : « Si tu me payes un verre, on ira jusqu’au bout / Tu seras mon ami au moins quelques secondes / Nous referons le monde, oscillants mais debout / Heureux de découvrir que si la Terre est ronde / On est aussi ronds qu’elle et qu’on s’en porte bien. » Plus qu’à un verre, c’est à une nouvelle cuvée que je vous convie… si ça vous chante : la dixième de nos vendanges phonographiques d’automne de A à Z.

    

Rangées R à T pour cette fois (en attendant donc U à Z) : en même temps que l’hiver, le dénouement approche… Mais d’abord – puisqu’il est question de lui, on ne va pas s’en priver – on trouvera ici deux chansons de Bernard Dimey : celle qui donne son titre à cette page, mise en musique par Cris Carol et interprétée par Serge Reggiani. Et puis, rien que pour le plaisir (« plaisir d’amour » en l’occurrence, car c’est peut-être bien, mine de rien, l’une de nos plus grandes chansons d’amour), un montage vidéo de Michel Simon s’adressant à Mémère (sur une musique de Daniel White). Merveilleux Bernard Dimey qui, le croirez-vous, s’installa juste à côté de moi, à ma gauche, un soir à l’Olympia où Jacques Debronckart y donnait un récital unique (dans tous les sens du terme). Soirée doublement mémorable pour moi. C’était le 6 avril 1981… et moins de trois mois plus tard, le 1er juillet, à deux semaines d’atteindre la cinquantaine, mon illustre voisin méconnu d’un soir s’éclipsait sur la pointe des pieds.

 Quand il est mort le poète, on ne se bouscula pas pour lui rendre hommage. À l’exception notable de Charles Aznavour qui composa tout un album avec lui, d’Henri Salvador (Syracuse…) et surtout de Jacques Debronckart qui ne tarda pas à lui consacrer une émouvante chanson : « Bernard Dimey n’est pas mort le dix mai / On aurait cru qu’il l’avait fait exprès / L’est mort le premier juillet au matin / Et rud’ment bien / Dans son cercueil il avait l’air hautain / Volant à sa hauteur, pour la première / Et la dernière fois de sa carrière / Très haut, très loin / [ …] Un jour, dans quelques années, pas beaucoup, / On vous dira : “Vous l’avez connu ? Vous ?” / Vous partirez vexé, souvenirs flous / Et cœur bien triste / Si j’avais su... bien sûr, si l’on savait / On regarderait les gens de plus près / Quand tombe le rideau, quand part le train / Y a plus moyen. »

 

 

 

 RED CARDELL : Soleil blanc, 12 titres, 44’06 ; production et distribution Keltia Musique (site du groupe).
Quatuor à l’origine, trio depuis, ce groupe de Finistériens célébrera ses vingt ans d’existence en 2012. Composé du batteur Manu Masko, de l’accordéoniste Jean-Michel Moal et du chanteur-guitariste Jean-Pierre Riou (qui écrit tous les textes, les musiques étant collectives), Red Cardell (« fumier rouge » ou « engrais qui court » en breton de Douarnenez mâtiné d’anglais) nous offre ici son dixième album studio (auquel s’ajoute un live) depuis Rouge sorti en 1993. Un bonheur de métissage musical entre héritage breton, rock anglo-saxon et autres influences africaines ou sud-américaines. De la chanson française bien comprise, en somme, tel un creuset dans lequel se rejoignent et s’intègrent toutes sortes d’airs d’ici et d’ailleurs, au service de textes significatifs à l’écriture soignée. « Chaque fois, écrivait Jean Théfaine à propos de leur album précédent, Le Banquet de cristal (Cœur Chorus n° 64, été 2008), c’est le même constat : l’énergie post-punk et le lyrisme corps à cœur qui ruissellent là ont le parfum sauvage des pistes nouvellement défrichées. Difficile d’expliquer l’alchimie qui fait fusionner au plus tripal la guitare rageuse et la voix griffée de Jean-Pierre Riou, auteur-compositeur inspiré, l’accordéon chavirant de Jean-Michel Moal, et la batterie impeccable et les samples inventifs de Manu Masko, mais le miracle est là. » Confirme et signe : se renouvelant d’un album à l’autre, ce « miracle » fait de Red Cardell, à défaut d’être médiatisé à sa juste valeur, l’un des groupes français au long cours les plus originaux et attachants de ces dernières décennies.

 MAURICE REVERDY : 52 chansons vertes et bleues, double album, 34 + 18 titres, 77’44 + 77’08 ; Hacienda Productions, distr. label Éveil & Découvertes (site de l’artiste).
Il ne se considère pas (du tout) comme un « chanteur jeune public » mais revendique le droit d’écrire et de chanter « aussi » des chansons pour enfants. Auteur de trois albums « tout public » en 1980 (Lucidéaliste), 1982 (Énergie bleue) puis 1995 (Et le monde glisse), Maurice Reverdy mène son « Chemin de Bonhomme » d’une scène à l’autre, « une main en musique, l’autre en écriture, s’appliquant à fabriquer du beau ». C’est avec la rencontre de Daniel Thibon, l’auteur de Je reviendrai à Montréal pour Charlebois, que la chanson jeune public est entrée dans son existence. Le fruit d’un travail de commande, 24 petites chansons pour grandir, sur des textes de Thibon qu’il met en musique et enregistre, lui donne goût à la chose ! Il redemande des textes à Daniel, mêle sa propre plume à la sienne, en écrit seul aussi et compose C’est ma planète et autres chansons, nouvel album qui « s’échappe de la petite enfance et jette une passerelle vers ailleurs ». Au printemps 2006, Daniel Thibon tire sa révérence et Maurice se remet à l’établi, seul, pour les Chansons de sous mon chapeau, quinze titres « pratiquement tout public, mais largement imprégnés d’enfance » que l’on trouve, en inédits, aux côtés des deux albums précédents, dans ce vivier de 52 chansons vertes et bleues. À noter entre toutes ces chansons tendres, émouvantes, drôles, mélodiques, toutes d’harmonies douces, très « nature », très « guitare » et résolument écologiques, pour « grandes et petites personnes et inversement », un duo des plus réussi avec Steve Waring, Le nez, c’est nose, et la présence d’un Petit Joueur de flûteau (ici médiévalo-folk !) qui est la première pierre d’un Brassens Bien Brassé (BBB), travail original (autour de vingt-trois titres de Tonton Georges) qui cherche production. Signalons enfin que les Chansons de sous mon chapeau paraîtront « en solo » en mars prochain sous le nom de Chapeau & Co chez le même éditeur.

 
• CHRISTINE SALEM : Lanbousir, 12 titres, 52’58 ; Prod. Cobalt, distr. L’Autre Distribution (site de l’artiste).
Je l’avais rencontrée à ses débuts lors d’un reportage pour Chorus (n° 53, automne 2005) à la Réunion : Christine Salem était alors, avec Nathalie Natiembé et Françoise Guimbert, l’une des pionnières du maloya au féminin, ce blues local auquel Danyel Waro a donné une portée mondiale en reprenant (et en l’enrichissant) l’héritage des anciens. Sur scène, écrivais-je, le charisme et le magnétisme de Christine, sa voix grave aussi, font merveille. Sur disque, la nature essentiellement rythmique du maloya rend l’exercice plus difficile, mais Christine sait le rendre mélodieux, voire mélodique, quand elle le veut, non seulement grâce à son chant et à l’harmonie des voix chorales, mais aussi en associant parfois la guitare, le gambousi (une sorte de luth à cinq cordes) et le dzenzé comoriens (le cousin de la valiha, la harpe malgache) aux instruments traditionnels du maloya (kayamb, rouler, piker, bobre et autres percussions : congas, djembé…). L’essentiel est de toute façon dans le message dispensé, la défense d’une créolité fièrement assumée, s’enracinant autant dans ses origines ethniques que sociales. Lanbousir (« L’Embouchure ») est déjà son quatrième album depuis Waliwa (« Assoiffé ») en 2001. Résultante d’un long voyage initiatique sur les traces de ses ancêtres qui l’a menée de la côte est-africaine aux Comores et à Madagascar – un retour aux racines qu’elle a intitulé Raisinaz –, il constitue pour Christine Salem une sorte d’aboutissement artistique, du personnel à l’universel : des racines à l’embouchure…

 

 

 

 

• LES TIT’ NASSELS : Même pas mal, 14 titres, 44’09 ; Production At(h)ome, distr. Wagram (site du groupe).
Sauf erreur c’est déjà leur septième album en dix ans (Et hep ! en 2000, Bric à brac en 2002, Pareil en 2004 – en fait une compil des deux précédents, mais réenregistrés, et le premier à bénéficier d’une distribution nationale –, Fonds de tiroir en 2005, CRAC ! Crac ! en 2006 et Deux, trois trucs en 2008). On peut même y ajouter un Best Of sorti l’an dernier, Pêle-Mêle. C’est dire si le duo ne manque pas de sujets à traiter et à chanter. Le duo ? Aurélien (alias Axel) et Sophie, tous deux originaires de Roanne. Dix ans donc qu’ils écument les scènes, d’abord de Rhône-Alpes puis du reste de l’Hexagone. Le style ? « Les Tit’Nassels, écrivait Michel Kemper dans leur Portrait de Chorus (n° 47), font dans la chanson gaiement légère, chargée de sens. » Depuis, ils ont creusé ce sillon, celui de la famille chansonnière qui dit des choses graves l’air de rien, ou plutôt sur des musiques enlevées, des mélodies qui tournent, des orchestrations qui chantent. Un titre en particulier résume bien cette démarche, c’est Au royaume des gallinacés, tube musical en puissance brossant un tableau plutôt sombre de l’évolution des mœurs sociopolitiques : « Au royaume des gallinacés / La révolution est en marche / […] Propriétaires les pieds devant / Tous au cimetière en chantant… » Détail, la chanson (qui n’est pas sans faire penser, dans l’esprit, à Poulailler’ song de Souchon) est interprétée en duo (en double duo !) avec Fred et Alice… des Ogres de Barback. Des « volailles », pour le coup, dont on aimerait bien qu’elles fassent l’opinion. 

   

quichote_3.jpg• BERGE TURABIAN : Aznavour en arménien, CD-livre, 13 titres, 52’35 ; autoproduction (site de l’artiste).
C’est une curiosité, une belle histoire et une réussite. Auteur-compositeur-interprète originaire d’Arménie soviétique mais vivant à New York, Berge Turabian a publié plusieurs albums de ses propres chansons ou d’œuvres de poètes arméniens qu’il a mis en musique. Mais, amoureux de la chanson française et racines obligeant, il a voulu adapter Aznavour(ian) dans la langue de leurs ancêtres communs et lui consacrer tout un album, comme il l’explique dans le livret de ce disque sous forme d’une lettre à l’artiste : « Dans les années 70, en Arménie, la culture française avait une présence considérable, surtout la chanson. On connaissait entre autres Aznavour, Brel, Bécaud, Reggiani ou Piaf. Vous vous étiez déjà rendu en Arménie et aviez donné des concerts pour vos innombrables admirateurs. Vos chansons avaient été traduites et publiées et elles étaient souvent récitées comme de la poésie. Mais elles n’étaient pas traduites pour être chantées. » Alors, Berge (qui avait déjà adapté certains titres de Brel, Brassens, Ferré, Trenet, Le Forestier…), s’est attelé à la tâche. « Aujourd’hui, alors que la chanson française a presque disparu du monde musical arménien, il est encore plus impératif de réintroduire les œuvres de ces auteurs-compositeurs pour montrer que la chanson peut avoir un fond poétique, un message, une qualité. »

L’adaptation ? « Elle a parfois été facile et gratifiante, beaucoup plus souvent difficile. C’est ainsi qu’une simple chanson peut vous posséder pendant plusieurs mois… » L’orchestration ? « C’était une autre difficulté. Nous avons maintes fois fait et refait les arrangements avec Tigran [Nanian] pour trouver le juste milieu : nous ne voulions pas que les orchestrations ressemblent à des karaokés et ne voulions pas non plus d’arrangements originaux… » Il en résulte un ouvrage – interprétation incluse, sobre, fidèle et chaude – à la hauteur de l’attente. Et je me félicite d’autant plus d’avoir joué les Messieurs Bons Offices entre Berge Turabian – lecteur passionné de Chorus à New York ! – et les Éditions Raoul-Breton pour aplanir la question des droits d’édition. Le livret comprend tous les textes à la fois en V.O. et en arménien, outre des articles de présentation du projet également traduits en anglais. Bref, un travail à découvrir ; un « Quichotte » de Si ça vous chante à la clé pour distinguer cet amour exemplaire envers la chanson française et bien sûr pour le résultat des plus estimable et respectable auquel il aboutit ici. Comme une Autobiographie (premier titre du disque) de l’auteur de Je m’voyais déjà (qui conclut l’album), jalonnée de bornes incontournables : La Bohème, Emmenez-moi, Mes emmerdes, Mourir d’aimer, Comme ils disent, Hier encore…

 

 

NB. Dans le deuxième volet de ces « Vendanges d’automne » daté du 21 septembre, je présentais le nouvel album de Romain Dudek, J’veux qu’on m’aime, tout aussi excellent que les précédents mais le premier produit par un label reconnu (Le Chant du Monde). « Artiste engagé ? Enragé ? » écrivais-je. « Peut-être bien les deux, mon capitaine ! Dérangeant, ça c’est sûr. Artiste, en somme, avec un A majuscule, qui n’a que faire de plaire à la ménagère de moins de 50 ans ou de complaire à l’animateur télé. Mais qui trace sa route, coûte que coûte, vaille que vaille. » Ce sujet dédié aux mots et à l’amour (cf. Dimey) me permet d’en rajouter une petite couche sur l’auteur de La Poésie des usines (2006), avec une autre chanson tirée de son récent opus n° 5. Malgré la qualité de celui-ci, l’artiste dérangeant dont je parlais reste toujours aussi occulté. Alors, rien que pour nous, ce petit bijou d’amour tendre, histoire de montrer que, pour avoir la rage contre les maux de notre société, et le rock entre les dents, on n’en est pas moins homme, amoureux des mots… et des « simples gens », des enfants et des femmes. Après Mémère de Dimey, L’Amour et les Mots de Dudek ! À chacun sa déclaration d’amour.

(À SUIVRE)

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu disques et DVD
commenter cet article

commentaires

Bonifassi eliane 20/12/2010 01:18


Bonjour ,
Je suis une mamie de 72 ans amoureuse de la chanson surtout francophone , en son temps j'étais abonnée à Paroles et Musiques (il ne me manque que les n°1-2-3-).
Voilà bien longtemps que je voulais vous dire combien je trouve votre travail, depuis toujours, extraordinairment appréciablle.
Comme une midinette j'ai inscrit sur un carnet des noms et des noms d'auteurs et interprètes dont vous parliez dans vos mensuels. L' idée était l'acqisition future des "fameuses galettes". Tous les
noms ne sont pas dans ma discothèque personelle, mais dès que j'ai eu accès à internet je me suis, beaucoup grâce à vous, constitué une énorme collection d' articles et vidéos soigneusement
répertoriés dans mes signets.
La chanson, comme celle que vous défendez, est omniprésente dans ma vie.
J' habite Vallauris "où vécut un certain Jean-Louis Caillat..."
Je vous remercie et je vous sohaite de bonnes fêtes et une très bonne année 2011 .


Fred Hidalgo 22/12/2010 17:25



Bonjour,


Merci de votre message. Si vous le souhaitez, en début d'année prochaine (pour les étrennes !), nous pourrons sans doute vous procurer les trois premiers numéros de
Paroles et Musique qui manquent à votre collection. Recontactez-nous en direct à ce moment-là.
En attendant, joyeuses fêtes, et merci encore.



RED CARDELL 16/12/2010 22:45


Bonjour tout le monde,
Ce n'est jamais facile de résumer une année en quelques lignes, mais bon, 2010 a été un bon cru avec l'album, de belles dates et toujours bien sûr des rencontres.
Si nous devions garder une image, ce serait celle d'un camping car engagé dans un tunnel au Havre, d'une hauteur inférieure à la sienne et créant un bel embouteillage, où l'on avait néanmoins
beaucoup rigolé... Nous retiendrons le concert qui suivit avec Dan ar Braz et Jimme O' Neil, un moment rare, d'une grande intensité. Pour cette fin d'année vous pourrez écouter le 25 décembre à
18h, sur France Bleu Breiz Izel, le concert donné à Quimper le 26 novembre dernier avec les cuivres.
2011 s'annonce comme une année bien remplie, nous devons en effet préparer le nouvel album (sortie prévu pour 2012) et de nombreux concerts sont déjà prévus.
Bonnes fêtes de fin d'année, à la prochaine...
RED CARDELL


Janet 07/12/2010 18:19


Je salue Monsieur Julos Beaucarne dont j'ai aperçu un commentaire sur un article (waouh !). Et comme sont évoquées ici les déclarations, je ne peux m'empêcher de chantonner doucement : "Je fais
souvent ce rêve étrange et pénétrant d'une femme que j'aime et qui m'aime..."
Merci


barbara 07/12/2010 06:50


Dominique Dimey marche dans les pas de papa Bernard dans le registre des "chansons pour enfants", rondes autour de la terre et....beaucoup plus


Fred Hidalgo 07/12/2010 10:05



Exact : Le Défi pour la Terre, Touche pas à ma planète, Les Droits des enfants, etc. L'occasion de rappeler que les albums de
Dominique Dimey sont publiés sous le label Victorie Music. Comme Le Temps d'une chanson (le dernier en date, sorti au printemps dernier, est Bonjour les mamans, une
compilation comprenant "ses plus belles chansons" sur les mamans), que j'apprécie particulièrement :

Le temps d'une chanson, c'est le temps de la vie
Le temps de dev'nir grand, de se faire des amis
C'est l'amour, le printemps, les oiseaux dans leurs nids
Les amoureux contents, un ventre qui s'arrondit...

Dominique tourne actuellement avec son spectacle Agir pour la planète. Tous contacts et renseignements (disques, concerts, etc.) sur www.dominiquedimey.com



Martine 07/12/2010 00:13


Merci encore une fois Fred de faire revivre ici, ces inoubliables talents, merci de ce clin d'oeil, à travers l'ami Serge,à l'immense Bernard Dimey.
Et un coup de coeur tout particulier à un Monsieur dont on ne parle pas suffisamment à mon goût et qui est de cette trempe là, Allain Leprest.


Fred Hidalgo 07/12/2010 09:31



Allain Leprest (merci Martine), quel incroyable silence des médias à son égard ! On le retrouvera bien sûr dans ces pages où il est comme chez lui, à propos
notamment du second volume de Chez Leprest (avec une vidéo donnant un aperçu de tous les artistes qui ont apporté à cet album - un "Quichotte" évidemment de Si ça vous chante -
et à ce spectacle leur talent et leur notoriété afin que l'auteur majeur qu'il est soit enfin connu sinon du plus grand nombre en tout cas en dehors de la seule sphère des amateurs
passionnés de chansons : Olivia Ruiz, Higelin, Lavoie, Sanseverino, Fugain, Jamait, Nilda Fernandez, Clarika, Adamo, Kent, Anne Sylvestre, etc., jusqu'à notre ami Jean-Louis Foulquier, qui
l'a soutenu depuis le début).

Malgré cela, silence persistant des médias. Incroyablement persistant : en effet et sans que j'en tire la moindre gloriole, il se trouve que j'ai été le
premier journaliste à parler de Leprest à l'échelon national (grâce à Henri Tachan qui me l'avait fait découvrir, l'ayant lui-même découvert la veille au soir, en Normandie, en première
partie de son propre spectacle !), c'était dans Paroles et Musique et cela remonte déjà à... 1983 ! En près de trente ans, les "grands" médias ont eu tout le loisir de le célébrer
comme il le mérite, mais non, il semble qu'il ne répondrait pas aux critères exigés de la sacro-sainte audience...

Cela, heureusement, n'empêche nullement Allain Leprest d'avoir bâti une oeuvre exceptionnelle, qui restera dans l'histoire de la chanson. Bravo et merci encore,
Allain. Chapeau bas !
On t'aime.
Fred (et Mauricette)