Profil

  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Le blog de Fred Hidalgo

Présentation

  • : Le blog de Fred Hidalgo
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…

S’il vous enchante...

Avec le temps...

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Dimanche 6 mai 2012 7 06 /05 /Mai /2012 12:59

« Pour que tu saches lire et écrire… »

 

Je reviens d’Espagne, le pays de mes ancêtres, livré pieds et poings liés aux forces arrogantes et maffieuses de la finance, où l’avenir n’est plus synonyme d’espoir et de progrès mais seulement de soumission et de régression. Alors, « allez savoir pourquoi », en mémoire de mon père, peut-être, combattant antifranquiste de la première heure (« Ils sont morts cent dix fois pour que dalle et pourquoi / Avec l’amour au poing sur la table et sur rien… »), j’ai envie aujourd’hui de partager cette chanson du Grand Ferré, sous-titrée dans la langue de Cervantès… « Ils ont le cœur devant et leurs rêves au mitan et puis l’âme toute rongée par des foutues idées ; y en a pas un sur cent et pourtant ils existent, la plupart fils de rien ou bien fils de si peu… »

 

 

Le sait-on ? Associé généralement à l’aristocratie, un hidalgo (étymologiquement « hijo de algo », c’est-à-dire « fils de quelque chose » et donc exact contraire du « fils de rien » dont parle Léo dans sa chanson) a un sens autrement plus sociable sous la plume de Miguel de Cervantes pour qualifier son héros, « El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha » : celui de la noblesse de cœur. Cela pour dire qu’on peut s’appeler Hidalgo, n’être pas fils de rien et se montrer néanmoins en empathie totale avec un peuple frère dont une large partie est en voie de passer sous le seuil de la pauvreté, alors qu’il n’est en rien responsable des maux qui l’accablent.

 

portrait.jpg

 

En Espagne, l’Histoire semble balbutier avec des résurgences néo-fascistes facilitées (suscitées ?) par des hommes de l’ombre œuvrant au sein de tristes officines vouées corps et biens à la spéculation la plus infâme, celle qui conduit inéluctablement à la mise en cause des services publics, éducation et santé en tête. Comme s’il s’agissait d’éradiquer précisément ce pour quoi des hommes de bonne volonté se sont dressés, des générations durant, contre l’arbitraire de l’argent et son corollaire voulu de l’ignorance : Vivre pour des idées, chante Leny Escudero…

 

 

Avec près du quart de sa population au chômage, et la moitié de la jeune génération (oui, cinquante pour cent !) à laquelle on interdit de fait – quel que soit son niveau de formation – d’entrer dans la vie active, l’Espagne de 2012 fait dramatiquement penser à l’Allemagne désespérée de 1929 à 1933… On me dira qu’on n’en est pas encore là et que ce n’est pas, ici, le lieu d’analyser les causes et conséquences de cette situation. Peut-être que oui, peut-être que non. Une chose est sûre : la contagion menace et il est plus que temps de s’attaquer aux racines objectives de cette crise (à commencer par le système généralisé d’évasion fiscale des plus riches) qui appauvrit le plus grand nombre et enrichit davantage encore les profiteurs sans foi ni loi.

 

 

Avec le temps, il est en effet à craindre qu’en Grèce, en Espagne et ailleurs en Europe, si cette dérive du bien public vers la dictature financière se poursuit, on risque vite d’oublier les passions et même les voix « qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens ». Avec le temps, comme le redoutait Léo Ferré, le risque est grand pour chacun d’entre nous de se replier sur soi au lieu de s’ouvrir aux autres ; d’abattre la carte de l’aquoibonisme gainsbourien (voire pire) plutôt que de choisir celle, plus que jamais indispensable, de la solidarité.

 

CHORUS44.jpg

 

À mon humble niveau, sachez pourtant qu’Avec le temps (merveilleuse chanson, à tirer des larmes aux cœurs les plus endurcis, mais chanson de la plus haute désespérance), votre serviteur, lui, a la chance et le privilège d’aimer toujours autant, voire plus aujourd’hui qu’hier et moins que demain… et qu’il continuera à faire chorus avec ce qui est beau et mérite d’être partagé. N’en déplaise aux jeteurs de sorts et autres nuisibles de tous poils pour lesquels la fin justifie les moyens. Ceux-là nous trouveront toujours sur leur chemin, debout, non pas désarmés comme Le Déserteur de Boris Vian (du moins dans sa version « officielle ») mais prêts à riposter, tant il est vrai que « la poésie est une arme chargée de futur »…

 

 

 

Publié dans : La Chanson vivante - Par Fred Hidalgo
Ecrire un commentaire - Voir les 31 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés