Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 11:00

Ami, remplis mon verre

 

Suite et fin de notre cuvée automnale, avec vingt autres fruits de la treille 2011, tous fort goûteux et à conseiller urbi et orbi, dont certains sont appelés à prendre place dans la grande cave des meilleurs crus de la chanson française et/ou de l’espace francophone. Remplissez votre verre à votre convenance, suivez le guide… et ne ratez pas la marche !

 


 


• JOFROI : Cabiac sur terre
quichote_3.jpgEt un de plus, un de mieux pour le plus français des chanteurs belges. Installé à Cabiac, dans le Gard, près de Barjac dont il est l’âme du festival Chansons de Parole, Jofroi trouve les mots justes pour dire l’humain à travers la terre : « Je n’ai de carte identitaire que citoyen, que citoyen de l’univers / Et s’il faut être de quelque part, ça m’indiffère, mais je choisis ce coin de terre / Cet entrelacs de murs de pierre, ce cul-de-sac où j’ai hier posé mon sac / Cabiac sur terre. » La révolte et l’indignation, l’amour et la générosité sont chez lui les deux faces d’une même médaille : « Dire qu’on a marché sur la lune / Égaré Pierrot et sa plume / Un pas de géant mais pourquoi ? / Tous les chemins mènent à .com / Mais l’homme reste un loup pour l’homme / Le temps passe, les chiens aboient / Le temps passe, qu’est-ce qu’on attend ? » Le reste de l’album est à l’avenant, synthèse sensible des univers de Félix Leclerc, François Béranger et Jean-Pierre Chabrol, les « pères nourriciers » de Jofroi. Cabiac sur terre ? Un « Quichotte » à l’assaut des maux du temps présent. 14 titres, 48’20 ; Productions du Soleil, distr. EPM-Socadisc (site de l’artiste).

• SANDRA LE COUTEUR : Terre natale
Originaire de l’île de Miscou en Acadie, Sandra, d’abord comédienne, s’est mise sur le tard à la chanson (premier album, La Demoiselle du traversier – « Cœur Chorus » n° 56 – en 2006) ; elle n’en est pas moins devenue une interprète d’exception, y compris dans le choix de son répertoire. Ici, Jamait (Caresse-moi), Brel (Ne me quitte pas), Vian (Les Joyeux Bouchers), mais surtout d’excellents auteurs québécois : Valéry Robichaud (superbe Terre natale), Bruno Roy, Yves Savard, Georgette Leblanc, Francis Covan, Gaston Miron… De l’émotion à l’état pur. 13 titres, 46’19 ; prod. Île Miscou, distr. Plages (site de l’artiste).

• DAVY KILEMBÉ : Citoyen !!!
Dans son « Portrait » de Chorus 63 (printemps 2008), à l’occasion de son deuxième album, il était ainsi présenté par Michel Trihoreau : « Citoyen naturellement impliqué, chanteur-musicien à la voix chaleureuse portée par les rythmes percussifs de sa guitare et de sa calebasse… » Bien vu, puisque ce troisième opus du Perpignanais au père zaïrois et à la mère espagnole (voir « Mille cœurs debout ») s’intitule précisément Citoyen. Citoyen français et citoyen du monde. À noter en bonus une reprise très personnelle de La Mauvaise Réputation et, en morceau caché, Poulaillers’ Song de Souchon, toujours d’actualité trente-cinq ans plus tard ! 15 titres, 60’44 ; autoproduction (site de l’artiste).

• L : Initiale
Un premier album prometteur, teinté de fortes influences barbariennes, qui rend d’autant plus attendu l’opus suivant et nécessaire l’émancipation artistique de cette jeune femme des plus douée. 11 titres, 41’25 ; prod. tôt Ou tard, distr. Wagram (site de l’artiste).

LA MATHILDE : Équilibriste
Second album d’un quintette masculin, famille Têtes Raides (Grégoire Simon participe d’ailleurs à trois titres), à l’écriture et aux mélodies soignées, en phase avec l’air du temps. 13 titres, 42’27 ; autoproduction (site du groupe). 

• LA MEUTE RIEUSE : Les Yeux des fesses
Pour son second opus, le duo formé de Camille Simeray (chant, accordéon, percussions) et Morgan Astruc (guitare, pandeiro, percussions, chœurs) a bénéficié de bien belles collaborations, de l’écriture jusqu’à la réalisation : Fredo et Sam Burguière des Ogres de Barback, Blu de Moussu T e Lei Jovents… Un univers personnel à l’image de la recréation d’À mourir pour mourir (Barbara). 12 titres, 43’55 ; autoproduction, distr. Irfan (site du groupe).

• RENÉ LACAILLE (èk marmaille) : Poksina
Chanteur-accordéoniste emblématique de la Réunion, René Lacaille est accompagné ici de sa « marmaille » de fils, de fille et de neveu, pour un retour aux sources du séga et du maloya à travers la reprise de classiques signés Jules Arlanda, Georges Fourcade, Jules Joron, Alain Peters… ou René Lacaille. Un travail salutaire pour la préservation du patrimoine et une œuvre jouissive pour l’auditeur. 17 titres, 51’32 ; prod. Daqui, distr. Harmonia Mundi (site de l’artiste). 

• BEN MAZUÉ : éponyme
Repéré en « Découvertes » 2010 du festival Alors… Chante ! de Montauban, on disait de ce « grand garçon blond sympathique » qu’il naviguait étrangement « entre le rap américain, le slam, la musique humaniste, la soul en plus vocal, le verbe français, le sens des mots et la musique noire américaine en général ». Le voici signé par une major, entouré d’une quinzaine de musiciens autour de Régis Ceccarelli. 13 titres, 44’24 ; prod. Columbia/Sony Music (site de l’artiste).

• MeLL : Western spaghetti
Sauf erreur il s’agit du quatrième album de cette jeune chanteuse aussi atypique que sympathique. Certains la revendiqueront rock pour l’énergie déployée, d’autres mettront en avant son Prix Félix-Leclerc (2007) : en fait, c’est une artiste jusqu’au bout des ongles, tout-terrain, capable de tirer son épingle du jeu des situations les moins favorables (telle sa prestation au festival de Tadoussac 2009 : cf. le compte rendu qui aurait dû figurer dans le n° 69 de Chorus en cliquant dans « Coulisses » puis « Festival »).  Inclassable, MeLL se joue de tout et on aime ! 12 titres, 43’07 ; prod. Mon Slip/tôt Ou tard, distr. Wagram (site de l’artiste).

• MON CÔTÉ PUNK : Passeport
Troisième album déjà pour ce groupe (cinq garçons et une fille) dont le ramage humaniste se rapporte au plumage festif, avec un vrai souci d’écriture poétique et de mélodie sensible. N’ont-ils pas convoqué Bernard Dimey et Allain Leprest pour deux textes mis en musique par eux-mêmes (Seigneurs et Brussel) et invité entre autres à la voix et aux instruments Loïc Lantoine, Olivier Leite, Florent Vintrigner (La Rue Kétanou) et Madjid Ziouane… 14 titres, 43’53 ; prod. Mon point de côté, distr. L’Autre Distribution (site du groupe).

• GÉRARD MOREL : Le Régime de l’amour
Mon premier est un CD de nouveautés oscillant comme toujours chez Morel (Gérard) entre humour et tendresse, révérence aussi (Les Pâquerettes de Roger Riffard, en duo avec Anne Sylvestre ; La Marche nuptiale de Brassens dans la version transalpine de Fabrizio De André, avec Joël Favreau à la guitare). Mon second est un CD en public qui éclaire et complète le travail de studio. Mon tout est un Flot de paroles qui réconcilie avec le genre humain : « Parole fri-frissons / Parole fri-frivole / Paroles de chansons / Chanson de parole »… CD1 : En studio, 11 titres, 38’41 ; CD2 : En public, 14 titres, 54’44 ; prod. Archipel Chanson, distr. L’Autre Distribution (site de l’artiste).

• JEAN-MICHEL PITON : J’me régale…
quichote_3.jpgNouvelle cuvée d’un artisan au long cours, la dixième depuis 1979 en comptant une compil CD, où la puissance du chant (ah ! Piton a cappella…) n’a d’égale que l’intensité émotionnelle, où l’écriture classique se fond dans des mélodies intemporelles, orchestrées avec bonheur. Le tout au service d’un humanisme en forme de Geste d’amour (titre du 30 cm et de la superbe chanson éponyme grâce auxquels Paroles et Musique l’avait repéré en 1982). Un de ces grands talents méconnus de la chanson, sans lesquels l’envie de se battre pour elle serait moins irrépressible. Même si Piton est plus proche, physiquement, de Sancho Pança que du chevalier à la triste figure, ce nouveau cru mérite un « Quichotte » de Si ça vous chante (le précédent, L’homme qui avait fait fuir ses rêves, en 2008, lui avait déjà valu un « Cœur Chorus »). 12 titres, 57’59 ; autoproduction (site de l’artiste et myspace).  

• LISA PORTELLI : Le Régal
Décidément, la chanson est un plat qui suscite le régal (voir Piton) ! Vingt-cinq ans, guitariste ACI, dix ans de scène (premier passage public à 15 ans en scène ouverte à la Goutte d’Or), programmée en « Découvertes » au Printemps de Bourges 2006, premier album autoproduit en 2007, lauréate du Prix « Paris Jeunes Talents » 2010, Lisa Portelli est ce que l’on appelle un talent prometteur. Sur scène elle s’éclate, sur disque elle revendique l’héritage d’un Dominique A ou d’un Rodolphe Burger, il y a pire comme parrains… 12 titres, 40’05 ; prod. et distr. Wagram Music (site de l’artiste).

 

dessinVerre.jpg

 

• PPFC : Entre les ondes
PPFC (pour Petit parc football club !), c’est une voix masculine posée sur des orchestrations riches et acoustiques, des textes évoquant « un univers bigarré, miroir de nos intérieurs, reflet de nos craintes », écrivait Stéphanie Thonnet dans Chorus 68 à l’occasion du précédent opus, La Valse des enragés. Celui-ci est déjà le quatrième de cette bande francilienne de six garçons et une fille, famille Louise Attaque ou autres Ogres de Barback. 14 titres, 53’25 ; autoproduction, distr. L’Autre Distribution (site du groupe).

• DAMIEN ROBITAILLE : Homme autonome
Quatrième album d’un jeune Canadien francophone de l’Ontario (30 ans), lauréat de nombreux prix et tremplins. « Timide et réservé dans la vie, notait Albert Weber en 2006 dans son Portrait de Chorus n° 58, il apparaît faussement confus, expansif et maladroit sur scène. Un sacré rigolo et un drôle de phénomène. » Musicalement, ce disque (qui aura attendu fin octobre 2011 pour être enfin distribué en France, deux ans après sa sortie canadienne), lorgne du côté du meilleur des années 60 et 70, soul en particulier, genre Nino Ferrer, James Brown ou Otis Redding, et c’est jubilatoire. 12 titres, 42’41 ; prod. Disques Audiogramme, distr. Rue Stendhal (site de l’artiste).

• VALENTIN SPOEB : Existentiel
Un enfant du rock anglo-saxon (Bowie, Lou Reed…) qui, après plusieurs groupes (dont Dark Memories, lauréat des « Découvertes » du Printemps de Bourges), retrouve ses racines dans la lignée d’une chanson-rock famille Gainsbourg-Bashung-Couture-Burger-Dominique A… 10 titres, 44’58 ; autoproduction (site de l’artiste).

• TRI YANN : Rummadou (Générations)
quichote_3.jpg« Quarante ans, toutes ses dents » en ce millésime 2011 pour le groupe breton par excellence, celui des Trois Jean de Nantes (Jean Chocun, Jean-Paul Corbineau et Jean-Louis Jossic, auxquels se sont progressivement adjoints Gérard Goron, Fred Bourgeois, Konan Mevel, Christophe Peloil et Jean-Luc Chevalier). Chronique d’une famille bretonne, avec ses joies et ses peines, ses rires et ses larmes, cet album est pour Tri Yann prétexte à aborder l’évolution de l’écriture linguistique et musicale à travers les âges, des « temps barbares » à aujourd’hui. D’une ampleur musicale et vocale superbe, ce qui n’exclut pas l’intimisme quand c’est nécessaire, Rummadou est un grand cru – un « Quichotte » évident de Si ça vous chante – et le spectacle actuel, entièrement renouvelé, à recommander vivement. 15 titres, 60’56 ; prod. Marzelle, distr. Coop Breizh (site du groupe).

• VENDEURS D’ENCLUMES : Décadrant
On a dit ici tout le bien qu’on pense de ce groupe aussi chevronné qu’original (voir « Alors… Chante ! » 2010 de Montauban), qui fête ses dix ans d’existence avec ce troisième opus. Ces six garçons originaires d’Orléans échappent en effet à toute classification étroite pour faire de la « chanson maximaliste », résultante d’un creuset d’influences allant « du théâtre et de la musique classique au jazz pour arriver enfin au rock et à la chanson torturée », portée par la voix sensuelle de Valérian Renault, interprète charismatique et auteur-compositeur de la plupart des morceaux. 10 titres, 46’37 ; prod. Macabane, distr. L’Autre Distribution (site du groupe).

• ÉRIC VINCENT : L’Or de l’instant
Il faudrait lui consacrer un sujet à part, et un long sujet, tant son parcours est particulier. Cela fait plus de trente-cinq ans en effet qu’il vit confortablement de son métier en chantant un peu partout autour du monde (140 pays l’ont déjà accueilli). Rien qu’aux USA, il rassemble chaque automne, à chaque nouvelle tournée, un public de vingt à trente mille personnes… Mais pour faire synthétique et vous donner envie de prolonger la découverte (s’il vous est encore inconnu), voici simplement quelques lignes aussi récentes qu’éloquentes signées Georges Moustaki : « Éric Vincent, chanteur universel. Cet infatigable voyageur dispense ses mots et ses mélodies dans les deux tiers de la planète. Il est temps que le public français connaisse et reconnaisse son talent à travers les chansons de ce nouvel album. » Des chansons, soit dit au passage, enregistrées avec de grandes pointures : Roland Romanelli, Manu Lacordaire, Pierre Chérèze, Sylvin Marc, Tony Rabeson, etc. 10 titres, 41’15 ; prod. Bémol Productions, distr. Pluriel (site de l’artiste). 

• WEEPERS CIRCUS : N’importe où, hors du monde
quichote_3.jpgC’était déjà l’un des groupes français les plus intéressants. Le nouvel album (le huitième si je ne m’abuse) de ces six musiciens strasbourgeois (qui se décline soit en CD-livre soit en livre-CD selon qu’on le cherche chez les disquaires ou en librairie) en fait l’un des plus novateurs. Vibrant « dans un espace-temps étrangement sombre et coloré, d’où surgissent des galaxies encore inconnues », il propose une alchimie subtile entre le rock’n’roll et le trip hop et cela reste de l’excellente chanson française. Une démarche qui m’a fait penser, à sa première écoute, à La Mort d’Orion de Gérard Manset… Les voix s’entrecroisent, les arrangements surprennent, le rythme omniprésent n’exclut pas le sens mélodique, et les invités, excusez du peu, s’appellent Cali, Eddy (la) Gooyatsh, Jean-Claude Carrière, Jean Fauque et Jean Rochefort. Le titre ? Il fait référence au poème Anywhere out of the world d’un certain Baudelaire… Tout cela vaut bien un « Quichotte » de Si ça vous chante, sans doute. 13 titres, 55’57 ; prod. Baz Productions, distr. L’Autre Distribution (site du groupe). 

 

logo.jpg

  

Pour en finir (provisoirement) avec cette rubrique disques, j’insiste sur le fait que Si ça vous chante cherche notamment à susciter le dialogue pour mieux remplir ses objectifs de promotion de la chanson vivante. À quoi cela rimerait-il que « l’échanson de la chanson » continuât à se décarcasser si cela ne devait susciter que de l’indifférence ?! Nous attendons – nous espérons ! – vos propres appréciations sur l’un ou l’autre des disques retenus ici ou, mieux encore, sur d’autres nouveautés auxquelles, faute d’avoir été informés de leur existence ou d’avoir pu les écouter, nous avons hélas « échappé ». Cette « maison d’amour » est la vôtre, elle est même grande ouverte aux amoureux des bancs publics (ceux des salles de spectacles) depuis 1980. Ai-je besoin de le répéter encore et encore ? Oui ? Ah bon ! Alors, you’re welcome at home, fellows ; bienvenidos a casa, amigos… mais rien que si ça vous chante !

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu disques et DVD
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 11:11

Tri sélectif… à consommer sans modération

   

Déjà des centaines de disques proposés à votre attention par « l’échanson de la chanson », à travers quarante-cinq sujets publiés dans cette rubrique. En voici quatre dizaines supplémentaires en deux cuvées d’affilée : autant de crus recommandables, fruits d'une sélection aussi nécessaire que difficile à opérer. Pour le simple plaisir de continuer à s’abreuver à la dive bouteille de la chanson francophone. Pour l’amour de la chanson.

   

 

À mettre entre toutes les oreilles, c’est l’objectif. La méthode, elle, est tout aussi radicale, tant sont nombreuses les sorties remarquables, avec une liste de disques le plus souvent sans commentaires ou presque (sauf à y consacrer tout son temps, impossible pour un seul homme de les chroniquer tous en détail), mais avec un lien systématique vers le site de l’artiste, du groupe ou de l’album conseillé. Vous connaissez la musique (voir notre série des « Vendanges d’automne » 2010) : nous essayons de susciter votre intérêt à l’égard d’albums pour le moins dignes d’être écoutés, et vous faites le reste du chemin en allant picorer l’une ou l’autre chanson (voire plus si affinités) chez l’intéressé(e) en question.

Autrement dit, le travail de Si ça vous chante (important et délicat travail de « tri sélectif », comme dit Yvon Étienne – voir ci-dessous –, avec le risque à l’erreur qu’il suppose) se situe en amont ; le vôtre en aval. OK ? Alors, c’est (re)parti pour ces nouvelles « Vendanges d’automne », plus quelques rattrapages des mois précédents, un disque n’étant pas un produit périssable d’une saison à l’autre. Bien au contraire, il s’apprécie parfois davantage en prenant de la bouteille. « Dans ma maison, quand tu viendras, chante Gérard Morel (cf. le second volet), On t’accueillera / À cœur ouvert à tour de bras / Tu s’ras reçu comme un pacha / […] On goûtera / À mes meilleurs vins de syrah… » Allez, entrez, entrez dans ma maison d’amour et trinquons ensemble encore une fois à l’amitié, l’amour, la joie. Tchin !

 

• ALDEBERT : Les Meilleurs Amis
En 2010, Aldebert a célébré ses dix ans de carrière (voir « Alors... Chante ! »). Ce sixième album studio s’accompagnera à partir de février 2012 d’une tournée d’une centaine de dates qui passera le 31 mars par le Casino de Paris. Aldebert ? L’un des artistes les plus brillants et représentatifs – des plus sympathiques et solidaires aussi, ce qui ne gâche rien ! – de la « Génération Chorus ». 13 titres, 42’38 ; prod. Warner (site de l’artiste). 

 FRED ALPI : J’y croyais pas
Quatrième album d’un artiste rock aux convictions libertaires et au parcours atypique, qui montre qu’on peut très bien mettre en harmonie ses paroles (et musiques) avec ses actes. 15 titres, 55’44 ; prod. Nidstang, distr. Sed et Believe Digital (site de l’artiste).

 WLADIMIR ANSELME : Les Heures courtes
ACI mais aussi « dessinateur, vidéaste, truqueur et feuilletoniste », il signe là son troisième opus, sept ans après Deuxième round (et onze après Mauvaises herbes). 10 titres, 33’51 ; coprod. W.A./Atlas Crocodiles/Klakson, distr. L’Autre Distribution (site de l’artiste).

 ARCHIMÈDE : Trafalgar
Premier album d’un « groupe » formé des jeunes frères Boisnard (Nicolas aux textes et au chant, Frédéric à la musique et aux guitares). Affaire d’indignés bien dans l’air du temps, au plan musical y compris (ils étaient récemment en première partie de Thiéfaine à Bercy). 11 titres, 37’09 ; prod. Sony Music (site du groupe).

 DOMINIQUE BABILOTTE : En public…
Double CD et DVD d’un artiste au long cours, hélas trop peu connu. Interprète convaincant dans le CD1, Chante Reggiani, il redevient ACI tout de tendresse dans le second, Pianoviolonissimo, accompagné par trois excellents musiciens. Le DVD, lui, propose l’intégrale de ces deux spectacles. CD1 : 15 titres, 53’25 ; CD2, 12 titres, 54’49 ; prod. On tour un prod, distr. Coop Breizh (site de l’artiste). 

 DIDIER BARBELIVIEN : Mes préférences
Après tout un album dédié à Ferré (Léo, 2003), place à Barbara, Brassens, Ferrat (Jean de France), Nougaro et Trenet. Des hommages « à la manière de », que chacun appréciera comme il l’entend, un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout. Côté anglo-saxon, Barbelivien donne un coup de chapeau à Lennon, Elton John, Michael Jackson et Bob Dylan. Un DVD proposant une interview exclusive et des extraits d’émissions de TV et de clips complète cette espèce d’album concept. 16 titres, 57’42 + DVD ; prod. Sony Music (site de l’artiste)

 LIZ CHERHAL : Il est arrivé quelque chose
Quelle famille ! Après Jeanne, que Chorus accompagna avec constance dès ses premiers pas sur scène, voici Liz, la petite sœur dont on a déjà signalé ici le talent à suivre (voir « Les Affranchis de Chant’Appart ») depuis ses débuts avec le groupe Uztaglote. Dans ce premier album, qui est un petit bijou de bout en bout, elle signe quasiment tout : les paroles, les musiques, les programmations, elle fait les chœurs, assure la réalisation, la production… Ce qui ne l’empêche pas d’être entourée par une douzaine de musiciens et même une chorale. Un petit bijou, vous dis-je, un régal de premier album que bien des majors regretteront à son écoute de n’avoir pas signé ! 14 titres, 46’27 ; prod. Kalmia, distr. L’Autre Distribution (site de l’artiste).

 CRISTINI : Tenir debout
Troisième album « résolument folk et épique » d’un artiste « libre et définitivement engagé » à suivre de près. 10 titres (dont Bella ciao en v.o. à la coda), 35’10 ; autoproduit, distr. Dadii/SED (site de l’artiste).

 LILI CROS & THIERRY CHAZELLE : Voyager léger
Un duo d’amour et d’humour, farceur et charmeur, habitué à Voyager léger (voir leur vidéo « en cuisine » dans « Étoiles des neiges »). Guitares-voix, sax, clarinettes et autres « ustensiles de cuisine, guimbarde et légères bidouilles ». Leur tube ? Le Client d’Érotika (anciennement – puis à nouveau – Théâtre des Trois Baudets) où Gréco, Gainsbourg, Brassens, Vian, Brel et Leclerc se muent en vrais polissons de la chanson… Irrésistible. 10 titres, 37’22 ; autoproduction (site du duo).

 JAMES DELLECK : L’Impoli
Second album d’un presque quadragénaire qui s’éloigne des chapelles électro hip-hop de ses débuts pour « un ailleurs inventé » d’amour, d’humour et de colère. 13 titres, 44’29 ; prod. tôt Ou tard, distr. Wagram Music (site de l’artiste).

 JEAN-PAUL DEN : En harmonie
Un ACI belge au long cours, « un de ces artisans, soucieux de bel ouvrage, qui poursuivent leur petit bonhomme de chemin en dehors des modes et des pressions du show-business » (cf. Francis Chenot, Une autre chanson). 12 titres, 44’07 ; autoproduction (site de l’artiste). 

 

dessin1.jpg

 

 ROMAIN DIDIER : De loin on aurait cru des oies…
Paru au printemps dernier, trente ans exactement après son premier album, voici le nouveau Romain Didier concocté entre autres avec le fidèle complice Thierry Garcia à la guitare, David Venitucci à l’accordéon... et Allain Leprest pour le texte de quatre chansons (Mademoiselle sur le pont, Dans de beaux draps, Dieu existe-t-elle, Mon Monk). L’opus s’achève sur une superbe valse lente, « douce, comme un câlin de l’enfance / Pour ceux qui sur la pente / Glissent en silence » : « À ceux qu’la vie assigne / Au bas-côté / J’ai cet air-là, cette mélodie frangine / À chanter. » Et à reprendre en chœur… 13 titres, 39’21 ; prod. Le Chant du Monde (site de l’artiste). 

 DORIAND : Lieu-dit
Sollicité par des interprètes, il avait mis sa carrière d’ACI entre parenthèses. Le voici de retour (son premier album, Contact, date de 1997) avec de jolies chansons mélodiques, dans une famille d’esprit proche d’Étienne Daho. 11 titres, 38’40 ; prod. Doriand/Kwaidan, distr. Discograph (site de l’artiste). 

 YVON ÉTIENNE : Mes 68 chansons indomptables
En presque quarante ans de carrière, il a publié quinze albums pour la plupart épuisés aujourd’hui. Ce triple CD opère un « tri sélectif » parmi ses deux cents chansons enregistrées, en versions originales remastérisées. Avec « la seule chanson de Brassens traduite en breton » : An disclavierig (Le Parapluie). CD1 : Une dose de Bretagne, 24 titres, 76’28 ; CD2 : Une dose d’exotisme, 23 titres, 76’52 ; CD3 : Triple dose (« 50% de chansons d’amour, 50% de nostalgie, 50% de chansons à messages » !), 21 titres, 75’21 ; prod. Coop Breizh (site de l’artiste). 

 ÉVASION : Du vent dans les voix
Sixième album de ce quintette de jeunes femmes complices depuis l’enfance, d’origines culturelles et de langues diverses, qui vient de fêter ses vingt ans de spectacles. 13 titres, 37’41 + DVD du spectacle ; prod. Vocal 26 (site du label), distr. L’Autre Distribution. 

 EWEN, DELAHAYE, FAVENNEC : Kan tri men
Visage emblématique de la scène bretonne, ce trio composé de Patrick Ewen, Gérard Delahaye et Melaine Favennec achève avec ce nouvel album une trilogie folk, « drôle, surprenante et émouvante ». Acoustique explosive, répertoire trilingue et textes imprégnés de l’actualité. 13 titres, 55’36 ; prod. Dylie productions (site du label), distr. Coop Breih. 

 ZAZA FOURNIER : Regarde-moi
Second album de cette chanteuse ACI accordéoniste qui délaisse la gouaille des trottoirs parisiens de ses débuts pour évoluer vers un répertoire lorgnant sur le pop-rock. 12 titres, 45’36 ; prod. et distr. Warner Music (site de l’artiste). 

 ÉVELYNE GALLET : It’s my live !
Après deux albums autodistribués (Les Confitures en 2005 et Infidèle en 2009), voici le premier opus en distribution commerciale de cette chanteuse « volcanique » de la région lyonnaise. Un live intimiste qui reflète cinq ans de tournées et de chansons au vitriol, aux textes pour la plupart signés Patrick Font. 18 titres, 62’02 ; autoproduction, distr. MVS-Anticraft (site de l’artiste). 

 JEAN HUMENRY : Sans doute
On a rappelé dans ce blog (et dans le tout dernier numéro de Chorus) la carrière au long cours de cet artiste chaleureux que résume bien l’anthologie Aussi loin qu’ici (84 titres en 4CD) parue en 2009 à l’occasion de ses 45 ans de chanson. L’homme qui court dans sa tête poursuit donc sa route enchantée, contre vents et médias, bien qu’il assure rêver la fin de l’histoire : « Mais comment finira mon rêve / Est-il une fin dans l’au-delà / Se peut-il que je me relève / Dans le cri d’un harmonica ? » 15 titres, 63’19 ; prod. ADF-Studio SM (site de l’artiste).

 YVES JAMAIT : Saison 4
quichote_3.jpgDix ans de carrière, trois albums (le premier, De verre en vers, aussitôt repéré par Chorus en 2001), plus de cinq cents concerts pour quelque 400 000 spectateurs (voir « Génération Chorus »). Mais bien plus qu’à des chiffres, c’est à une tendresse à fleur de peau envers les « petites gens » que se résume le parcours de cet ex-stagiaire des Rencontres d’Astaffort. Cet opus n° 4, toujours réalisé par la même équipe artistique, offre une ampleur musicale nouvelle à la voix écorchée et à l’énergie brute de Jamait. Et la jonction s’opère totalement entre le fond et la forme. Sans hésiter, cette Saison 4 mérite un « Quichotte » de Si ça vous chante. 13 titres, 45’28, prod. Par Hasard Productions, distr. Wagram (site de l’artiste). 

 

dessinCoeur.jpg

 

En attendant le second volet de ce sujet, rappelons que l’un des buts de Si ça vous chante est de provoquer le dialogue afin de compléter l’information apportée. Ne manquez donc pas de nous faire part – dans l’intérêt général – de vos appréciations sur l’un ou l’autre des disques retenus ici. Cette « maison d’amour » se veut la vôtre, pour autant qu’on partage le même amour – désintéressé et aussi éclectique que possible – de la chanson. Si c’est le cas, bienvenue chez vous… et faites chorus !

   

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu disques et DVD
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 11:00

Trompe la mort (suite)

  

Brassens, on le sait, est probablement le chanteur d’expression française dont le répertoire est le plus souvent repris par ses pairs, en France et dans le monde, quelles qu’en soient la génération, la langue et le style musical. Entre autres nouveautés brasséniennes de cet automne – qui sont légion, comme à chaque fois que l’auteur de Trompe la mort revient sous les feux des projecteurs –, voici la sélection de Si ça vous chante.

 

collectionneur.jpg

 

À chacun des dossiers de Paroles et Musique ou de Chorus que nous lui avons consacrés en l’espace de trente ans, un chapitre spécial (souvent signé Michel Trihoreau) était dédié au recensement puis à la réactualisation de ses interprètes, toujours plus innombrables, qu’ils s’expriment en chinois ou en hébreu comme dans la langue de Molière. Rien de tel ici, d’autant plus que d’autres le font maintenant très bien, sur papier (la revue Les Amis de Georges) ou sur le Net (la lettre Auprès de son arbre). Je m’en tiendrai donc à un choix extrêmement pointu et subjectif, non sans préciser que j’ai forcément échappé (à mon corps défendant) à nombre de nouveautés que j’aurais sans doute eu plaisir à présenter. Si les journaux précités étaient l’œuvre de toute une équipe, Si ça vous chante est la résultante d’un seul bonhomme…

   

 

En revanche – voilà une idée, qu’elle est bonne ! –, rien n’interdit aux brasséniens, brassenssophiles et autres brassenssomaniaques d’apporter en commentaires à ce sujet tous les compléments d’information qu’ils souhaitent, avec les références concernées. N’est-ce pas, depuis sa création il y a déjà près de deux ans (le 18 novembre 2009), l’un des objectifs affichés de ce blog de promotion de la chanson française et de l’espace francophone ? Compter sur ses lecteurs-auditeurs-spectateurs pour faire chorus et prolonger ainsi, dans l’intérêt général, le propos initial…

Bref, voici notre sélection brassenssophilique (ou brassenssophilesque ? brassenssonienne ?...) 2011, délibérément diversifiée et limitée, par ordre alphabétique. Pour en savoir plus sur chaque création et surtout pour en écouter des chansons et se faire soi-même sa propre idée, nous renvoyons au site concerné.

alcaz  

• ALCAZ & Georges B. : Vent fripon.
Dix chansons parmi les plus célèbres de Tonton Georges revisitées de façon plutôt swing par Vyvian Cayol et Jean-Yves Liévaux (qui signe également un instrumental). Contrebasse, batterie, saxophones, guitares et harmonica accompagnent leurs voix chaleureuses, éraillée et rock pour lui, claire et tendre pour elle. Alcaz ? Voir « Étoiles des neiges » dans ce blog. 11 titres, 39’07, Transformances Prod (site d’Alcaz).

     

 quichote_3.jpgArbatz• MICHEL ARBATZ (et Olivier-Roman Garcia) : Chez Jeanne (la jeunesse de Brassens).
C’est indéniablement la réussite la plus originale réalisée cette année en la matière. Et donc un « Quichotte » de Si ça vous chante. Plus qu’un album de reprises, il s’agit en effet d’une création qui marie pour le meilleur le répertoire de Brassens et les chansons spécifiques d’Arbatz avec des commentaires intercalés restituant avec pertinence la jeunesse du Sétois jusqu’à ses débuts. Superbe album et sans doute concert de la même eau (on connaît le talent du bougre : voir ICI la critique de son disque précédent, De A à Z, publiée en mai 2010 dans Si ça vous chante). 29 titres, 78’26, Production Zigzags (site de l’artiste).
 

Favreau.jpg• JOËL FAVREAU (et Jean-Jacques Franchin) : Brassens autour du monde.
C’est une réédition (l’original date de 2008), mais plus que bienvenue provenant de celui qui fut le guitariste de Brassens tant pour les enregistrements que pour les émissions télévisées à partir de 1969 (voir la vidéo de La Supplique dans ce blog). En l’occurrence, Joël Favreau (auteur-compositeur-interprète lui-même, hélas trop méconnu) a réalisé un vieux rêve avec son accordéoniste Jean-Jacques Franchin : « Jouer des chansons de Brassens avec des musiciens de tous les horizons, mêlant ainsi la structure musicale, les mélodies et les paroles de Georges à d’autres cultures traditionnelles. » L’album nous emmène en Nouvelle-Calédonie, au Liban, au Bénin et en Afghanistan, montrant, une fois de plus « à quel point les musiques de Brassens sont universelles et qu’elles sont ouvertes à tous les mélanges ». 11 titres, 40’10, prod. Le Sourire du chat/Le Chant du Monde, distr. Harmonia Mundi (site de Joël Favreau). 

 

affaire.jpg• L’AFFAIRE BRASSENS : éponyme.
Œuvre du quatuor composé de Jean et Pascal Bonnefon, Jacques Gandon et Patrick Salinié, L’Affaire Brassens (qui donne aussi son titre au groupe) est autant une jolie recréation de l’œuvre du bon Georges, à travers dix chansons bien choisies, qu’un hommage intelligent. Les quatre au chant et aux guitares sont accompagnés d’une contrebasse, d’une boîte à musique, de cordes diverses et d’une mandoline (jouée par Francis Cabrel sur un titre : c’est dire, quand on connaît l'admiration de celui-ci pour Brassens, la pertinence de ce projet). Et ça swingue d’une guitare l’autre et ça dialogue d’une voix l’autre et c’est un vrai régal ! Sur scène, le concept va plus loin, les quatre (bacheliers ?) étant convoqués devant un juge (la voix de Claude Villers, président du mythique Tribunal des flagrants délires de France Inter) pour expliquer en paroles et en musiques pourquoi ils chantent l'auteur sulfureux de La Mauvaise Réputation… Au final, du Brassens qui emprunte des chemins de traverse. 10 titres, 33’12, chez V.music (site du groupe).

 

 Brassens-CD• Autre parution à recommander, pour son originalité et le soin apporté à sa réalisation, le CD-livre Georges Brassens, Gare au gorille qui propose deux disques accompagnés d’un livret bilingue (français-anglais) avec illustrations d’époque de 36 pages. Le CD1 rassemble « ses premiers titres », soit 24 chansons de 1952 (La Mauvaise Réputation) à 1960 (Embrasse-les tous), plus un inédit jamais enregistré par son auteur, Le Bout du cœur, extrait de l’émission Télé Vichy (!) diffusée le 11 août 1954 par l’ORTF. Le CD2, lui, réunit « ses premiers interprètes » de 1953 à 1960, à savoir Patachou, Barbara, Les Quatre Barbus, Les Cinq Pères, Les Compagnons de la Chanson, Juliette Gréco, Sidney Bechet, Christian Méry, Pia Colombo, Michèle Arnaud, Michel Frenc et Joss Baselli. Compilation réalisée par Laurent Balandras (CD1, 25 titres, 68’07 ; CD2, 25 titres, 69’05), Discograph (site du label).
 
   

 Sermonte

• Cerise sur le gâteau, Jean-Paul Sermonte, créateur de la revue Les Amis de Georges (voir plus haut), nous offre un livre-CD intitulé Brassens et les poètes (versions originales des poèmes mis en musique, biographies de leurs auteurs, versions chantées par Brassens…) qui, pour être une nouvelle édition (revue et augmentée) du numéro spécial éponyme paru en 1998, n’en devient pas moins un ouvrage à ajouter à la bibliothèque idéale sur Brassens. D’autant plus que ce livre (cartonné, format 170 x 245 mm) s’accompagne d’un CD (42’) de poèmes commentés, dits ou chantés par Brassens, enregistrements tirés de l’émission Pirouettes de Georges Wargnier diffusée de septembre 1979 à juillet 1980 sur Europe 1. Ouvrage collectif sous la direction de Jean-Paul Sermonte, 128 pages, Editions Didier Carpentier.

___________

NB. Dans le prochain Si ça vous chante, le fruit d’une sélection des nouveautés discographiques du moment, nos « Vendanges d’automne » 2011… avant un grand reportage en plusieurs volets, sur les traces de… Mais chut, chaque chose en son temps.

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu disques et DVD
commenter cet article