Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 10:05
Mozart vs Rouget de Lisle…

 

On a vu dans le sujet précédent de Si ça vous chante que Rouget de Lisle aurait « emprunté » la musique de La Marseillaise à un certain Jean-Baptiste Lucien Grisons. Mais voilà que notre enquêteur unique et préféré (qui ne craint pas de ménager le suspense) nous en apprend de belles sur le compositeur « véritable » de l’hymne national français, lequel ne serait autre que Wolfgang Amadeus Mozart ! Suite et fin (provisoire ?) de l’enquête de Serge Llado…

 

Sur les conseils judicieux de Pierre Bouteiller, je me suis intéressé au 25e concerto pour piano de Mozart (en Ut). La ressemblance avec La Marseillaise (sur un mode mineur) est saisissante. Le plus étonnant, peut-être, est que Mozart a composé ce concerto en décembre 1786, soit deux ans et demi avant la Révolution Française. L’hymne qui fit passer Claude Rouget (dit « de Lisle ») à la postérité a été écrit à Strasbourg dans la nuit du 25 au 26 avril 1792, un an après la mort de Mozart.

Nombre de marches militaires comportant dans leurs mélodies des clichés communs, voici un petit assortiment de quatre œuvres nous permettant de comparer :

• Le 25e concerto pour piano de Mozart (1786) ;

• La version de La Marseillaise telle qu’elle fut orchestrée en 1830 par Hector Berlioz (avec chœurs et orchestre) ;

• Le Chant du Départ (paroles de Marie-Joseph Chénier, musique d’Étienne Nicolas Mehul) datant également de 1792 et très proche également du concerto de Mozart ;

• Et pour fermer la marche, l’hymne national du Cameroun (!), à l’origine chant de ralliement « composé » par des étudiants en 1928. 

La Marseillaise - Musiques comparées

On a vu que le texte de La Marseillaise est pour le moins inspiré d’une affiche placardée dans les rues de Strasbourg appelant à la mobilisation générale. Quant à la musique, il est fort peu probable que Rouget, même sous l’inspiration du génie (dont il était capitaine…), ait pu composer un air aussi difficile et aussi savant. On suppose donc que le vrai compositeur est Jean-Baptiste Lucien Grisons, maître de chapelle à Saint-Omer, avec sa Marche d’Assuerus (extrait de son Oratorio d’Esther, écrit au moins cinq ans avant La Marseillaise).

Serait-il possible que ce mystérieux « vrai compositeur » soit lui-même un plagiaire de Mozart ? Pas si sûr car on avance aussi le nom d’André Ernest Modeste Grétry, compositeur français d’origine wallonne, dont on aurait relevé dans son opéra La Caravane du Caire (composé – sur un livret du Comte de Provence, le futur Louis XVIII – en 1783, soit trois ans avant le concerto de Mozart) des similitudes troublantes. Mais il existe une autre hypothèse encore, qui ferait d’une chanson allemande, Eine Burg ist unser Gott (Une forteresse est notre Dieu), l’origine de base de toutes ces compositions.

À suivre ?

___________

En attendant (?), Si ça vous chante vous offre une version filmée et parfaitement édifiante de La Marseillaise datant de 1907 ! Un document…

 

 

ANNEXES

Voici ce qu’on peut lire à propos de La Marseillaise sur le site Web de la Présidence de la République française.

L’histoire

À l’origine chant de guerre  révolutionnaire et hymne à la liberté, La Marseillaise s’est imposée progressivement comme un hymne national. Elle accompagne aujourd’hui la plupart des manifestations officielles. En 1792, à la suite de la déclaration de guerre du Roi à l’Autriche, un officier français en poste à Strasbourg, Rouget de Lisle compose, dans la nuit du 25 au 26  avril, chez Dietrich, le maire de la ville, le Chant de guerre pour l'armée du Rhin. Ce chant est repris par les fédérés de Marseille participant à  l’insurrection des Tuileries le 10 août 1792. Son succès est tel qu’il est déclaré chant national le 14 juillet 1795.

Interdite sous l’Empire et la Restauration, La Marseillaise est remise à l’honneur lors de la Révolution de 1830 et Berlioz en élabore une orchestration qu'il dédie à  Rouget de Lisle. La IIIe République (1879) en fait un hymne national et, en 1887, une « version officielle » est adoptée par le ministère de la Guerre après avis d’une commission. C’est également sous la IIIe République, le 14 juillet 1915, que les cendres de Rouget de Lisle sont transférées aux Invalides.

En septembre 1944, une circulaire du ministère de l’Éducation nationale préconise de faire chanter La Marseillaise dans les écoles pour « célébrer notre libération et nos martyrs ». Le caractère d’hymne national est à nouveau affirmé dans les constitutions de 1946 et de 1958 (article 2).

L’auteur

Né en 1760 à Lons-le-Saunier, Claude-Joseph Rouget de Lisle est capitaine du génie mais a mené une carrière militaire assez brève. Révolutionnaire modéré, il est sauvé de la Terreur grâce au succès de son chant. Auteur de quelques romances et opéras, il vit dans l’ombre sous l’Empire et la Restauration jusqu'à son décès à Choisy-le-Roi en 1836.

La partition

En quelques semaines, l’Hymne des Marseillais est diffusé en Alsace, sous une forme manuscrite ou imprimée, puis il est repris par de nombreux éditeurs parisiens. Le caractère  anonyme des premières éditions a pu faire douter que Rouget de Lisle, compositeur par ailleurs plutôt médiocre, en ait été réellement l’auteur. Il n’existe  pas de version unique de La Marseillaise qui, dès le début, a été mise en musique sous diverses formes, avec ou sans chant. Ainsi, en 1879, La Marseillaise est déclarée hymne officiel sans que l’on précise la version, et un grand désordre musical pouvait se produire lorsque des formations différentes étaient réunies. La commission de 1887, composée de musiciens professionnels, a déterminé une version officielle après avoir remanié le texte mélodique et l’harmonie. Le Président Valéry Giscard d’Estaing a souhaité que l’on revienne à une exécution plus proche des origines de l’œuvre et en a fait ralentir le rythme. C'est aujourd'hui une  adaptation de la version de 1887 qui est jouée dans les cérémonies officielles.

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans L'Amusicoscope
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 23:09
Jean-Baptiste Grisons vs Claude Rouget de Lisle

 

 Marche d’Assuerus (Oratorio d’Esther, 1787)
vs
Chant de guerre de l’Armée du Rhin (26 avril 1792)

 

Bientôt le 14 juillet, fête nationale bleu-blanc-rouge. Chaque année, la polémique sur le contenu des paroles de La Marseillaise qui, en dehors de leur contexte d’origine, sonnent aujourd’hui de façon belliciste et xénophobe (pour ne pas dire raciste : cf. « le sang impur… »), rebondit de plus belle. Mais s’est-on suffisamment interrogé – comme le fait ici pour Si ça vous chante notre inspecteur exclusif en mots et musiques – sur l’origine et l’authenticité de l’hymne national français ? Et si La Marseillaise n’était qu’un plagiat ? Place à l’enquête de Serge Llado…

 

Cela faisait des années que j’étais sur cette piste. Depuis que j’avais lu un ouvrage de Claude Gagnière qui, réunissant les témoignages d’historiens et musicologues, avait de bonnes raisons de penser que La Marseillaise était un plagiat. Si c’est bien le cas, ce symbole de l’identité nationale risque d’en prendre un sacré coup dans l’aile...

Les arguments :

1. Il est peu probable que Rouget, médiocre violoniste, ait pu, même sous l’inspiration du génie, composer un air aussi difficile et aussi savant.

2. L’édition originale (dont Serge Gainsbourg possédait un exemplaire) ne porte pas de nom d’auteur alors que Rouget signait toutes ses œuvres.

3. On suppose que le vrai compositeur est soit Ignace Pleyel,  maître de chapelle à la cathédrale de Strasbourg (mais surtout autrichien et royaliste, donc peu soucieux d’associer son nom à un hymne révolutionnaire), soit Jean-Baptiste Lucien Grisons, maître de chapelle à Saint-Omer, qui aurait écrit au moins cinq ans auparavant la Marche d’Assuerus (extrait de l’Oratorio d'Esther).

On trouve dans « Google Books » un extrait d’un livre publié en 1886 par un certain Arthur Loth (réédité en 1992), intitulé Le Chant de la Marseillaise et son véritable auteur, qui explique que Rouget de Lisle aurait eu connaissance de cet oratorio de Grisons soit par une relation commune aux deux hommes, Pierre-Alexandre de Monsigny, musicien français qui fréquentait les mêmes salons que Rouget, soit parce que Rouget, alors capitaine en garnison à Saint-Omer, y aurait côtoyé Grisons ou entendu son oratorio joué dans un salon mondain.

Le seul « bémol », c’est que Grisons n’a jamais revendiqué la paternité de La Marseillaise... Mais, comme pour Pleyel, peut-être avait-il des raisons politiques de se montrer discret... En tout état de cause, les « ressemblances » entre les deux musiques ne laissent guère de place au doute. Jugez-en avec ce montage qui reprend des extraits de l’hymne national et de l’oratorio de Grisons (respectivement signalés «1» et «2»)…

 

L'Hymne et l'Oratorio

 

Les paroles aussi…

Par ailleurs, Claude Gagnière a démontré que les paroles de La Marseillaise se sont largement inspirées d’une affiche placardée dans les rues de Strasbourg le matin même du jour où le capitaine Claude Rouget (dit « de Lisle », car il ne s’appelait pas plus de Lisle qu’un certain Giscard n’était né d’Estaing : tout chez ce Rouget-là – qui n’est jamais entré dans la composition de la moindre bouillabaisse – semble avoir été usurpé) se rendit à cette fameuse soirée où on lui demanda d'écrire son Hymne à la liberté. Voici un extrait du texte de cette affiche : « Aux armes, citoyens ! L’étendard de la guerre est déployé : le signal est donné. Il faut combattre, vaincre ou mourir. Vous vous montrerez dignes enfants de la liberté. Immolez sans remords les traîtres… qui, armés contre la patrie, ne veulent y entrer que pour faire couler le sang de nos compatriotes. Marchons ! Soyons libres jusqu’au dernier soupir et que nos vœux soient constamment pour la félicité de la patrie et le bonheur de tout le genre humain. »

Dans une ode de Boileau (1656), on trouve deux vers intéressants : « Et leurs corps pourris dans nos plaines / N’ont fait qu’engraisser nos sillons. » Dans une chanson protestante sur la conjuration d’Amboise (1560), il est question d’« étrangers qui ravissent d’entre nos bras nos femmes et nos pauvres enfants ». Rappelons aussi et enfin que le bataillon de Rouget se nommait « Les Enfants de la Patrie »...

 

Aux armes et caetera

En attendant vos commentaires, voici un joli bonus qui ravira les amateurs du Grand Serge. Mais celui-ci, s’il avait pu lire ces lignes, ne signerait peut-être plus « Rouget de Lisle » au bas du parchemin… Mais Jean-Baptiste Lucien (Lulu !) Grisons, Serge Gainsbourg, etc. !

  

 

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans L'Amusicoscope
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 12:31

La machine à remonter le temps

 

Petite récréation entre un reportage en Gaspésie et une prochaine sélection estivale de nouveautés phonographiques, grâce à Serge Llado qui nous a fait parvenir deux documents fort intéressants et instructifs. Le premier nous rappelle les conditions d’enregistrement d’antan, tous ensemble, tous les musiciens derrière et l’artiste devant – ce qui permettait une convivialité qui n’existe plus guère en studio. Le second nous fait prendre conscience que, tout succès « immortel » qu’elle soit devenue par la suite, une chanson donne d’abord lieu à bien des balbutiements. Mais place aux artistes (et aux précisions de notre « inspecteur DorémifasolLlado »), et pas n’importe lesquels, à Édith et John…

 

La machine à remonter le temps nous transporte en 1962. Nous sommes des petites souris cachées dans un studio d’enregistrement. Les « overdubs » n’existent pas encore : le chanteur est accompagné en direct par l’orchestre au grand complet. La deuxième prise est en général la bonne. On en fait quelques autres au cas où il y aurait un « petit quelque chose » en plus. Entre les prises, les musiciens et l’interprète se parlent, alors qu’aujourd'hui il arrive que les musiciens enregistrent la bande-orchestre pour des artistes qu’ils ne rencontreront peut-être jamais.

Ce document sonore a été retrouvé par hasard au Marché aux Puces et a été publié par un producteur anglais dans l’album The Rare Piaf. Car la chanteuse, j’allais oublier, se nomme Édith Piaf…

 

Edith Piaf Séance d'enregistrement

Miracle de la machine à remonter le temps… et de Si ça vous chante, nous vous proposons maintenant un petit bond instantané en avant pour découvrir la version définitive de la chanson en question : Fallait-il ?

 

 


Help !

Un titre indémodable, une naissance difficile : une fois décidé le titre du film que les Beatles sont en train de tourner, John Lennon se précipite chez lui pour composer la chanson-titre et  griller la politesse à Paul McCartney. Help est une ballade tristounette qui commence par le couplet (c’est l’époque où John s’ennuie « grave » avec sa femme). En studio, c’est – comme souvent à leurs débuts – leur directeur artistique George Martin qui décide que le refrain fera une meilleure « accroche » et surtout que le rythme doit être beaucoup plus enlevé. Le célèbre riff de guitare, difficile à arpéger en vitesse réelle, est enregistré au ralenti en overdub par George sur une Rickenbacker. J’ignore combien il y a eu de prises, ce document étant une copie des… douze premières ! Mais celles-ci, on s’en rendra compte à l’écoute, ont une valeur beaucoup plus historique que musicale...

 

Les Beatles Enregistrement de Help 

 

L’occasion de vous offrir une vidéo rare de cette chanson (beaucoup moins connue que celle où l’on voit le quatuor en formation de scène, les trois devant, John, Paul et George, à la guitare et Ringo derrière à la batterie), une fois les affres de la création et de l’enregistrement passés. Et de souhaiter un bon anniversaire à l’un des deux survivants, Ringo Starr, 70 ans depuis le 7 juillet dernier (John, lui aussi, aurait eu 70 ans le 9 octobre prochain, alors que George Harrison nous a quittés le 29 novembre 2001 à l’âge de 57 ans et que Paul en a eu 68 ce 18 juin 2010). Mais disparus ou septuagénaires, les Beatles sont toujours bien vivants, tout comme Édith Piaf, étoile à jamais immortelle au firmament de la chanson.

 

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans En bref et en vrac
commenter cet article