Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 23:53

L’Afrique pousse sa corne au Fest’Horn

Si ça vous chante, je vous emmène aujourd’hui en ba(l)lade à Djibouti, à l’entrée de la mer Rouge, dans cette « terre d’échanges et de rencontres », république indépendante depuis 1977, où « jadis et naguère », comme disait Baudelaire, ont vécu et se sont illustrés deux personnages mythiques : un ex-poète devenu aventurier et un aventurier qui deviendrait écrivain, Arthur Rimbaud et Henry de Monfreid. Où sont passés et ont bourlingué Joseph Kessel, Teilhard de Chardin, Albert Londres, Romain Gary, Victor Segalen, Hugo Pratt… Où plus près de nous Jean-François Deniau, homme politique mais surtout écrivain, marin et auteur occasionnel de chanson, aimait à se ressourcer (en solitaire, tel un Manset voyageur dont l’œuvre, de Mer Rouge à Obock via Être Rimbaud, porte le sceau de cette contrée fascinante) dans sa maison isolée de Ras Ali, à quelques encablures de « la ville aux sept mosquées », Tadjoura la Blanche... Où, enfin, a lieu de nos jours une manifestation musicale annuelle, le Fest’Horn, qui, du 14 au 19 décembre dernier, fêtait son dixième anniversaire.


Djibouti-carte

Le Fest’Horn ? C’est le festival régional des musiques de la Corne de l’Afrique, voire au-delà puisque des artistes comme l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly par exemple y ont également été programmés. Trente ans et des poussières après avoir eu la chance peu ordinaire de participer à la naissance d’une nation, trente ans pile après y avoir conçu Paroles et Musique, l’occasion était trop belle de revenir à Djibouti. Une façon de boucler la boucle d’un beau roman, d’une belle histoire (dirait Michel Fugain), écrit et vécue en chœur à travers l’espace francophone, tout en ouvrant en l’occurrence sur les lendemains qui chantent de ce côté oriental du continent noir ; là où, comme aurait pu le dire Nougaro lorsqu’il se produisit ici en 1984, l’Afrique pousse un peu sa corne vers l’Arabie et l’Inde.

faille

Là, en effet, à la jonction des plaques africaine et arabique, à coup d’effondrements de terrain, de failles, de mini-secousses sismiques incessantes voire d’éruptions volcaniques, est en train de se créer un nouvel océan. De ce fait, l’endroit est aujourd’hui le seul au monde, m’expliquait in situ en 1978 le grand volcanologue Haroun Tazieff, « où l’on peut observer au grand jour le fond d’un océan en formation » (lequel, déjà baptisé par le susnommé « océan érythréen », recouvrira de nombreuses terres d’Afrique de l’Est jusqu’au grand Rift de la Tanzanie et du Kenya et annexera la mer Rouge pour séparer totalement l’Afrique de la péninsule arabique).

Retour à Djibouti

Nous n’en sommes pas encore là ! Il s’en faut (a priori) de deux ou trois millions d’années… Pour l’instant, la république de Djibouti est en plein essor économique grâce à un port qui constitue le seul débouché maritime de l’Ethiopie – un bon million de kilomètres carrés et plus de quatre-vingt-cinq millions d’habitants (le deuxième pays du continent par sa population), alors que Djibouti compte à peine plus de cinq cent mille habitants pour une superficie légèrement inférieure à celle de la Bretagne. Soit 21 habitants au km2, presque tous sédentarisés dans les six principales villes constituées en régions (Djibouti, Arta, Ali Sabieh, Dikhil, Tadjoura et Obock), l’intérieur des terres – des déserts ! –, très difficile d’accès, étant essentiellement peuplé de nomades. Depuis une vingtaine d’années cependant, le pays s’est largement désenclavé grâce à une belle route dite « de l’Unité » qui relie désormais la capitale à Tadjoura et Obock (où résidèrent Rimbaud et Monfreid), en longeant le golfe de Tadjoura, autrement dit le pays somali (ou issa) au sud et le pays afar au nord.

place-menelik
Retour à Djibouti donc, grâce au Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France (SCAC) et du Centre culturel français Arthur Rimbaud (CCFAR) qui participe notamment à la logistique du Fest’Horn en fournissant matériel et techniciens et en participant, via des professionnels venus la couvrir, à la promotion de la manifestation. Organisé par des bénévoles, l’Association pour le développement de l’action culturelle (ADAC) présidée par Saïd Daoud, le festival est confronté chaque année à des difficultés de financement qui font parfois renoncer les stars du continent africain, moins sensibles à ses objectifs qu’au montant de leur cachet. C’est bien dommage, car le Fest’Horn est non seulement la seule manifestation culturelle djiboutienne qui compte dix ans d’âge mais surtout le seul festival musical de cette région si troublée de la Corne de l’Afrique. Abdo Issa Boulaleh, directeur de l’événement : « Son succès, l’explication de sa pérennité résident dans le choix d’affiches artistiques qui ont servi la promotion d’une culture de paix. Ses débuts coïncident, en mai 2000, avec la conférence de la réconciliation inter-somalienne qui a eu lieu à Arta. Des artistes djiboutiens, éthiopiens, kenyans et soudanais notamment avaient chanté alors en faveur du retour de la paix chez nos voisins somaliens. Depuis, le Fest’Horn a gardé cette philosophie de rapprochement et de réconciliation entre les peuples de la Corne de l’Afrique, tout en contribuant à la promotion des groupes nationaux. »

place-Rimbaud 

Il est vrai que Djibouti est un havre de paix essentiel dans une région qui a vu s’affronter au fil des décennies l’Éthiopie et la Somalie (guerre de l’Ogaden), l’Éthiopie et l’Érythrée qui a recouvré son indépendance en 1993 après un conflit de trente ans contre l’empire du négus Haïlé Sélassié puis de la dictature du lieutenant-colonel Mengistu, sans oublier le drame du Darfour qui se poursuit au Soudan et depuis peu l’avancée du régime d’Asmara (Érythrée) en territoire djiboutien… Au-delà de son rôle de promotion musicale, le Fest’Horn est donc une manifestation qui œuvre en faveur d’une réconciliation régionale. « D’ailleurs, poursuit Abdo Issa, le sort des populations en proie aux guerres civiles, aux troubles politiques, les catastrophes humanitaires consécutives aux calamités naturelles, l’amélioration de la condition féminine, les aspirations de développement durable des masses laborieuses sont autant de causes qui ont toujours mobilisé les musiciens de la sous-région… » Traduction : le Fest’Horn cherche à montrer à sa façon que la musique adoucit les mœurs.

banderolle

Devant de tels objectifs, l’observateur ne peut que faire preuve d’humilité et relativiser ses jugements artistiques. C’est qu’on est loin ici du Printemps de Bourges ou des Francofolies, et de la surenchère des cachets auxquels nos artistes les plus célèbres (ou leurs agents) n’hésitent pas à se livrer. Sans chercher à comparer l’incomparable, on mesure toutefois l’indécence du mode de vie occidental comparé aux moyens des plus modestes dont doivent se satisfaire ces pays qu’on disait autrefois en voie de développement. Dans ces conditions, organiser une semaine de concerts, avec trois ou quatre formations par soirée (même avec retards systématiques et changements de programme de dernière heure), est digne d’éloges.

Éthiopiques

À l’affiche de cette dixième édition, dédiée « à la tolérance et au dialogue des cultures », des groupes et artistes d’Éthiopie (Yacin Kadir, Gosayeh), du Kenya (Amani), d’Ouganda (Peter Miles), de Somalie (Waayaha Cusub) – tous inconnus dans l’espace francophone, sauf de certains spécialistes – et bien sûr de Djibouti : de l’« ancien » Abdi Nour Allaleh, en ouverture du festival qui se tenait dans la salle de spectacles du Palais du Peuple (huit cent places assises), aux deux groupes les plus représentatifs de la nouvelle génération, Ardoukoba et Arhotabba, en passant par Habab et Ali, Mako Mohamed, Amina Farah ou Sam Music, on chante un peu en français et beaucoup en afar et en somali, parfois dans les deux langues (voire les trois) au cours du même concert.

Abdi-Nour
Côté étranger, mention spéciale aux artistes éthiopiens au chant haut perché qui ont rencontré un succès indéniable et fait se déplacer spontanément nombre de spectateurs, jeunes hommes et femmes confondus, jusqu’au pied de la scène pour danser au rythme des chansons… et reprendre leurs paroles par cœur. Idem avec les groupes du pays, à commencer par Abdi Nour Allaleh en tenue traditionnelle (contrairement à la vidéo jointe, qui ne rend pas justice non plus à la qualité de sa prestation, mais a au moins le mérite d’exister). Car une chose est sûre à Djibouti et dans la Corne de l’Afrique, la musique instrumentale ne fait pas recette. La parole est essentielle et c’est bien de chanson qu’il faut parler ici et non de « morceaux ». Chansons d’amour et chansons sociales qui traitent notamment des difficultés de la vie quotidienne, chansons de joie et de peine (aux longues mélopées) mais jamais de résignation, d’espoir et de lendemains qui chantent, elles résonnent souvent d’accords arabisants voire curieusement extrême-orientaux sur fond de musiques modernes (guitare, basse, batterie, claviers, sax…), du reggae au rap.


À Djibouti, « petit pays » dirait Claude Semal, un chanteur (et encore moins un groupe) n’a pourtant aucune chance de vivre de son art. Non seulement les rares disques qu’on y trouve sont aussitôt et impunément piratés, mais les droits d’auteur n’y existent pas. Une loi a bien été votée, nous a précisé Mohamed Ahmed Sultan, le directeur du Bureau de droit d’auteur et droit voisin (qui dépend du ministère de la Communication et de la Culture), également porte-parole du gouvernement, mais tout reste à faire pour qu’elle soit appliquée. Et d’abord acceptée par les diffuseurs – à commencer par la RTD (Radio Télévision Djiboutienne), la seule antenne existante, qui ne rémunère pas les auteurs-compositeurs dont elle diffuse les créations. Bref, en dehors des efforts et du volontarisme de Mohamed Ahmed Sultan, il faut miser sur un changement profond des mentalités en la matière… et, alors qu’on pirate aujourd’hui toutes sortes de bateaux s’aventurant dans les eaux territoriales somaliennes, à la limite de celles de Djibouti, ce n’est sûrement pas demain la veille qu’on pourra mettre fin ici au piratage discographique et à la diffusion gratuite des œuvres.

La caravane du son

On compte donc sur les concerts pour toucher quelque rémunération, mais ils sont aussi rares que modeste est le cachet. Voilà pourquoi le travail du collectif DTE, soucieux d’accompagner les artistes de A à Z, est exemplaire. Au départ, un jeune Djiboutien, « passionné de musique : je suis tombé dedans tout petit… », Hassan Mohamed Hassan dit Dileita Tourab. Diplômé de Commerce, Finance et Gestion internationale de l’Université d’Ottawa, puis responsable à son retour au pays de la promotion de l’art et de la culture au Palais du Peuple (où il collabore avec le Fest’Horn naissant), il crée le premier label de disques djiboutien, Dil Tourab Entertainment (DTE), commençant par transférer en CD les cassettes des anciens puis se lançant dans la production. « Aujourd’hui, notre catalogue est fort de près de quatre-vingt-dix CDs ; parmi ceux-ci figurent les plus grands musiciens et chanteurs djiboutiens qui constituent tout un pan du patrimoine, un véritable trésor culturel. Le premier CD édité à Djibouti, en 2000, a d’ailleurs été celui d’Abdallah Lee, grande “star” nationale. Depuis nous avons rassemblé ses enregistrements dans un coffret de dix CDs… »

Interview

Mais le but de Dil Tourab est plus ambitieux encore. Non seulement il produit les neuf principaux groupes du pays dont Arhotabba (qui signifie « le guide de la caravane », personnage hautement respecté en ces contrées), à la scène comme en studio, mais il a mis une maison à la disposition de « ses » artistes, comme lieu de répétition et d’enregistrement. Placée idéalement au centre du pôle étudiant, près de l’Université, du lycée d’État, etc., il souhaite à l’avenir faire de ce qu’il appelle « la caravane du son » une vraie maison des artistes, avec une scène en plein air et un kiosque où l’on trouve tous les disques djiboutiens, un studio de graphisme, une boutique de location de matériel musical... « Ce lieu pourra être ainsi au contact d’une population jeune qui exprime depuis longtemps son intérêt et sa curiosité pour la musique. Le cœur du projet étant de faire découvrir une production djiboutienne de qualité, de soutenir les jeunes artistes et d’inventer le paysage musical djiboutien de demain. » Cette même maison devrait enfin accueillir les bureaux de l’Alliance des artistes djiboutiens, association récente dont l’un des objets est de faire protéger les créations et appliquer le droit d’auteur... et dont Dileita Tourab est le secrétaire général.

Maison-DTE

C’est là que nous avons rencontré Saïd Helaf, 31 ans, le chanteur et auteur-compositeur principal d’Arhotabba – peut-être le groupe phare de la musique djiboutienne actuelle, comme l’a montré sa prestation au Fest’Horn, un cran au-dessus des autres. Saïd (qui est également comédien et a enregistré aussi des disques sous son seul nom) cherche à « promouvoir la musique traditionnelle djiboutienne à travers une forme modernisée ». Dix musiciens composent la formation complète. Côté paroles, « je parle de la situation sociale, de la santé, du sida, de l’éducation, de la façon dont marche le pays… enfin de ce que je constate au fil des jours. Et de l’amour, bien sûr ! » Pour lutter contre le piratage des disques, Saïd vient de sortir un DVD, Inkada, la vidéo, proposant dix clips des chansons de son précédent album. Réalisé par le Studio Corne d’Afrique et produit par DTE, « c’est le résultat de trois années de créativité des Caravaniers d’Arhotobba Band ». Et Dil Tourab d’enfoncer le clou : « C’est aussi le premier DVD musical jamais réalisé par un artiste djiboutien de culture afar. Si recycler c’est sauver la planète, acheter du légal revient à sauver nos artistes. »

said-helaf

Le partenaire culturel

Sorti le 29 octobre dernier, Inkada a donné lieu à un concert de lancement au Centre culturel Arthur Rimbaud. Saïd tient d’ailleurs à lui rendre hommage : « C’est notre principal partenaire. » Non seulement Arhotabba s’y produit régulièrement dans le cadre des cafés-concerts, mais le CCFAR lui apporte aussi une aide logistique quand il s’agit par exemple de tourner dans les Alliances françaises de la Corne de l’Afrique.


Le CCFAR, parlons-en. Le bâtiment n’a rien d’un bateau ivre même s’il évoque un vaisseau, un superbe navire immaculé situé comme il se doit non loin de l’ancienne place Rimbaud (devenue place Mahmoud-Harbi, personnage incontournable du processus d’indépendance), mais que l’on continue d’appeler ainsi, quitte à l’écrire « Rainbow » comme la marque de lait en poudre commercialisée à Djibouti, voire carrément « Rambo » (que pourrait bien en penser l’auteur d’Une saison en enfer s’il revenait ?). Son directeur actuel, Bernard Baños-Robles, que bien des artistes français ont eu le bonheur de croiser ces trois dernières décennies un peu partout en Afrique et au Moyen-Orient, est d’ailleurs un spécialiste du poète, auquel il a consacré une belle exposition qu’il accompagnait d’une conférence passionnante. Là aussi, une boucle se referme…



bbr et Rimbaud

Une médiathèque, une bibliothèque, une jolie salle de spectacles (et de cinéma) parfaitement équipée de 280 places (où sont passés récemment Jean-Jacques Milteau, Joël Favreau… et qui accueillait cette semaine un spectacle très original d’un Hispano-Argentin, Niño Costrini, jongleur émérite mais surtout genre de Charlot moderne au propos humaniste, lauréat de nombreux prix à travers le monde), une scène de plein air pour les cafés-concerts (Ardoukoba, Bijouti et Africa Music en décembre)… Le CCFAR, dont les locaux jouxtent ceux de l’Alliance Franco-Djiboutienne, abrite aussi un studio musical (doté d’instruments divers et d’un matériel d’enregistrement) qui a pour objet d’encourager la création musicale à Djibouti et en Afrique de l’Est « en mobilisant les opérateurs concernés pour viabiliser une discipline artistique qui constitue l’un des vecteurs fondamentaux du développement culturel ». Des « masterclasses » y sont régulièrement organisées.
  

clown

De façon logique, une « offre de chanson francophone » devrait être proposée à partir de la rentrée 2010 : « parce que partager une collection musicale, c’est aussi partager notre patrimoine culturel. Parce que la chanson francophone traverse les modes et œuvre pour la liberté d’expression. Parce que la chanson peut constituer un outil vivant pour l’apprentissage de la langue, notamment chez le jeune public. » Enfin, parce que « la chanson est toujours, volontairement ou malgré elle, un reflet de notre société, l’image sonore d’un moment de civilisation ». CQFD ?

L’Institut djiboutien des arts

Toujours au CCFAR travaille Houssein Mohamed Hassan, plus connu ici sous le surnom de Houssein Faranscisk, qui joue de l’harmonica avec Arhotabba, mais aussi des percussions, du saxophone et de la flûte, et dont le groupe, le Free Men’s Band, a déjà participé au Fest’Horn. « Nous donnons des concerts dès qu’une occasion se présente : Fête de la Musique, manifestations caritatives… Mais toujours ou presque de façon bénévole et sans droits d’auteur, d’où l’importance de posséder un métier alimentaire à côté… »

Hasna

Dans cette optique de professionnalisation, il est un organisme officiel qui dépend du ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut djiboutien des arts (IDA) dont le propos est de former en deux ans des promotions de cent cinquante jeunes aux métiers artistiques : musique, danse, théâtre, arts graphiques. Si cette dernière spécialité débouche sur des postes d’enseignement, pour les autres, l’IDA que dirige la très dynamique et charmante Hasna Maki (ex-journaliste vedette de la télévision nationale) s’efforce d’assurer autant que possible l’accompagnement nécessaire. Ainsi, le groupe Ardoukoba (du nom du volcan apparu en 1978), qui s’est constitué au sein de l’Ida, bénéficiait-il ces jours-ci de ses locaux de répétition (l’IDA possède aussi une scène en plein air capable d’accueillir près de mille spectateurs) en vue des concerts programmés au Fest’Horn.

studio
« Le Fest’Horn
, souligne Hasna, arrive à un point charnière de son histoire. Après ce dixième anniversaire, il faudrait redéfinir ses objectifs de façon à en faire prioritairement un instrument de promotion des musiques nationales. » Déjà, cette année, le festival s’est décentralisé pour la première fois dans toutes les régions du pays avec, côté djiboutien, Amina Farah à Ali Sabieh, Arhotabba à Dikhil, Ardoukoba à Obock (la ville où vécut longtemps l’auteur des Secrets de la mer Rouge, et où Rimbaud se rendit d’abord), enfin Abdi Nour Allaleh à Tadjoura où le même Rimbaud résida une année entière, le temps de former une caravane de cent chameaux pour transporter fusils réformés et munitions (un commerce tout ce qu’il y avait de plus légal à l’époque) jusqu’au Choa, dans l’Éthiopie actuelle, et les vendre à bas prix à l’empereur Ménélik. Une épopée de quatre mois, seul Blanc évidemment dans cette caravane d’Afars (appelés aussi Danakils) se frayant un chemin dans l’enfer désertique et brûlant des montagnes, des gorges, des plateaux, des précipices, des oueds et des plaines volcaniques de la région.

Fortune carrée

Mais aujourd’hui, ô miracle, on peut se rendre à Tadjoura et Obock par la Route de l’Unité qui ceinture et longe le golfe de Tadjoura, contournant le Goubbet El Kharab qui en constitue le fond, barré par les îles du Diable, où Henry de Monfreid emmena Joseph Kessel sur son boutre, malgré la traversée périlleuse de la passe qui relie le Golfe au Goubbet. Là où il fallait jadis des jours et des jours de marche dans des conditions éprouvantes (de très rares points d’eau, une température dépassant les 50° à l’ombre – inexistante – en plein été…), il suffit depuis un quart de siècle de quatre à cinq heures de route depuis Djibouti. Le paysage reste néanmoins inchangé depuis la création du monde, à la beauté inouïe, brute et sauvage mais bien plus attachante que celle des paradis touristiques à l’appellation contrôlée.

Nous sommes ici aux premiers âges de la Terre, avant même l’apparition de l’homme. On découvre successivement la faille la plus spectaculaire du futur océan Érythréen (un effondrement de plusieurs centaines de mètres), le fond bleuté du Goubbet en contrebas, un paysage de laves dures et tranchantes à perte de vue, avec le dernier-né des volcans locaux, l’Ardoukoba… Et puis, récompense suprême, ce fantastique lac Assal, banquise de sel d’un diamètre de dix-huit kilomètres située à 153 mètres sous le niveau de la mer, enchâssée telle une émeraude dans une chaîne d’anciens volcans sombres et menaçants. À cet endroit passa, en 1886, la caravane de Rimbaud… À ce même endroit continuent de nos jours de passer d’autres caravanes, venues chercher le sel qui, à dos de chameau, sera transporté par les mêmes pistes qu’emprunta le poète aventurier jusqu’en Éthiopie.

 Arrivé là, je ne résiste pas au plaisir de vous retranscrire le passage de Fortune carrée (Julliard, 1955) où Joseph Kessel narre sa découverte de ce lieu unique au monde. C’est en effet la description la plus réussie – et authentique – que j’aie jamais lue du lac Assal et de son approche à pied :

Lac-Assal

« Et ce n’étaient que défilés souterrains, cascades de roches immobiles et suspendues, sentiers étroits comme des rubans, grottes secrètes dont les orifices soufflaient une haleine de soufre, chaos de pierres énormes, nappes d’eau à l’odeur et au goût de sel, porches stupéfiants qui soudain  ouvraient sur des abîmes. Pendant trois heures, Philippe mena sa caravane par ces gorges sculptées par les démons. […] Vers quoi pouvait mener ce couloir déchiqueté par des griffes surnaturelles ? Vers quel antre, vers quel domaine exclu de l’univers des hommes ? [..] Les parois suintantes qui étranglaient le défilé s’écartèrent d’un seul coup. Le soleil déferla comme un flot aveuglant… et sous cet azur enflammé, dans un immense cirque de montagnes qui se pressaient sans terme ainsi que des vagues de plus en plus hautes et furieusement tordues par une invisible tempête, trois cercles parurent l’un dans l’autre enfermés. Le premier était d’argent étincelant. Le dernier était peint de ce bleu intense et profond que l’on voit aux eaux mortes.

« – Les cercles de l’enfer, murmura Philippe.
« – Assal, crièrent les caravaniers.

« Aucun d’eux n’était venu jusque-là, mais ils connaissaient tous, par des récits sans âge, l’existence de la coupe fabuleuse qui, depuis des siècles, fournissait de sel les plateaux éthiopiens. Malgré sa hâte, Philippe demeura longtemps rivé à l’endroit même d’où il avait découvert, au milieu des roches volcaniques et de son armure saline, le lac mystérieux. Il se sentait comme pétrifié par cette magnificence maudite… »

Tadjoura la Blanche

Abdi-Nour-devant-TadjouraDirection Tadjoura. Ce soir, 17 décembre, Abdi Nour Allaleh et le groupe éthiopien Gosayeh y sont programmés au stade. Nous les accompagnons dans un bac flambant neuf qui mettra à peine deux heures et demie pour assurer la traversée du Golfe (il faut compter une heure de plus pour Obock). L’occasion de converser tranquillement avec Abdi, le plus ancien (« mon premier spectacle sur scène remonte à 1969, cela fait quarante ans ! » s’amuse-t-il) et respecté des artistes djiboutiens, qui vit désormais à Londres mais revient régulièrement au pays. Et chaque fois c’est la fête ! L’homme, il est vrai, possède une forme de charisme qui n’appartient qu’à lui, une élégance naturelle, surtout lorsqu’il chante dans son costume traditionnel blanc et vert (les couleurs du drapeau), avec le fameux poignard afar à la ceinture. La voix assurée, plus grave que celle de la plupart de ses compatriotes, le répertoire qu’on pourrait dire « folk » fusionné à une instrumentation moderne, il déclenche systématiquement l’enthousiasme du public qui hésite d’autant moins à le rejoindre pour danser qu’il aime à chanter au milieu de la foule. Ce faisant, il fait fi du statut de « vedette » (auquel il est en droit ici de prétendre) pour devenir un véritable artiste de proximité dans les textes duquel tout un chacun, sur place comme dans les populations de la diaspora, se reconnaît.

eade-Tadjoura
Tadjoura ? « La nature autour est grandiose, violente, mystérieuse, austère, une forge plus qu’un lit douillet », écrit Claude Jeancolas, le spécialiste entre tous de Rimbaud (à qui il a déjà consacré dix-sept ouvrages !). Et dans son livre le plus récent, Le Retour à Tadjoura (FVW Éditions, 2009), il note encore : « Qui n’a jamais vu Tadjoura au lever du soleil depuis la mer ne connaît pas la féerie. » Il a raison. Une fois à terre, c’est à pied bien sûr qu’on découvre Tadjoura la blanche, petite cité de pêcheurs surplombée à l’horizon par l’imposante chaîne montagneuse du Day, aux couleurs mauves. Si ses rues goudronnées n’existaient pas à son époque, ses ruelles écrasées de chaleur conservent forcément la mémoire du poète : ne les a-t-il pas arpentées un an durant ?

arrivee-tadjoura

Affaire Rimbaud

Pour le 150e anniversaire de sa naissance, l’académicien français et aventurier-marin (il traversa l’Atlantique en solitaire après trois pontages coronariens) Jean-François Deniau – qui s’était pris tellement d’amour pour une rade proche de Tadjoura qu’il y fit bâtir une maison (« la maison du Français », dit-on ici), la seule de l’endroit à des lieux à la ronde, sans eau ni électricité, mais où il passait plusieurs mois par an – s’était mis en tête de rendre hommage au natif de Charleville mort à 37 ans à Marseille après l’amputation de sa jambe. « Horreur Harrar Arthur / Tu l’as trouvée amère… la beauté ? » chante Hubert-Félix Thiéfaine qui, dans son Affaire Rimbaud, relativise à juste titre la dureté des époques : « Les poètes d’aujourd’hui / Ont la farce plus tranquille / Quand ils chantent au profit / Des derniers Danakils… » Grâce à Deniau (qui, malade, fut piteusement lâché, trahi, par ses « amis » politiques), et à ses frais, on découvre ainsi au détour d’une rue « la  Maison Rimbaud ».


Pas une maison en dur, non, plutôt une paillotte. « On s’était décidé pour une paillotte, explique Claude Jeancolas, ami du Djiboutien d’adoption et familier de sa maison de Ras Ali, suite à l’avis du sultan : “Mon aïeul n’a pas donné à Rimbaud une maison en dur. On ne donnait jamais de telles maisons à des étrangers de peur qu’ils s’installent et restent. Il lui donna un gourbi comme les autres, de branches, de chaume et de nattes”. » Sa réplique fut inaugurée le 20 octobre 2004. On peut toujours la voir, entourée maintenant d’un grillage qui la protège de l’appétit des chèvres…

sept-mosquees

Pour qui a connu comme moi « la ville aux sept mosquées » juste après l’indépendance, ce retour à Tadjoura, trente ans après, se mérite comme au premier jour. Il faut s’y glisser discrètement dans les ruelles et les cours de terre battue, prendre le temps de discuter avec l’habitant sans risquer de lui causer la moindre gêne, avec les mots de l’ex-poète et futur contrebandier en tête, rares traces de sa vie sur place : « Ce Tadjoura-ci, écrivait-il peu après son installation, est annexé depuis un an à la colonie d’Obock. C’est un petit village dankali [danakils, au pluriel, NDLA] avec quelques mosquées et quelques palmiers. Il y a un fort construit jadis par les Egyptiens, et où dorment à présent six soldats français [il existe toujours : on se croirait dans Le Désert des Tartares ! NDLA] sous les ordres d’un sergent, commandant le poste. On a laissé au pays son petit sultan et son administration indigène. C’est un protectorat. Le commerce du lieu est le trafic des esclaves » (3 décembre 1885). Puis : « Il faut une patience surhumaine dans ces contrées. Ceux qui répètent à chaque instant que la vie est dure devraient passer quelque temps par ici, pour apprendre la philosophie ! » (2 janvier 1886). Un bon semestre plus tard, enfin, toujours bloqué à Tadjoura : « Je me porte aussi bien qu’on peut se porter ici en été, avec 50 et 55 centigrades à l’ombre… » (9 juillet 1886). « Quelle vie ont eu nos grands-parents ! » disait Brel. Sans doute. Mais celle des habitants de Tadjoura, et celle de Rimbaud, alors !

fillette

Voilà pour la mémoire de ces lieux qui abritèrent le plus grand poète francophone de tous les temps, et le plus précoce. Un génie malheureux de n’avoir pas été estimé un tant soit peu, du temps de sa splendeur créatrice, et qui s’en fut, dépité, rechercher l’aventure ou l’oubli dans des contrées aussi reculées que possible. Dans un ailleurs ou Je était vraiment un autre… Comme quoi, pour en revenir à la chanson, on a beau être génial, généreux, altruiste, a fortiori prophétique, vous avez toutes les chances d’être barré de votre vivant par les profiteurs qui se bornent à suivre les modes, grands médias à l’appui comme c’est logique, puisque les mass media (= armes massives de communication) visent par définition le plus large dénominateur commun.

La Porte des larmes

Fermons la parenthèse. Mais juste avant, quand même, je vous invite à relire les deux premières pages des Secrets de la mer Rouge (Grasset, 1932), parfaitement éloquentes de la mentalité coloniale de l’époque : « Non, monsieur, répond le gouverneur à Monfreid, vous n’irez pas à Tadjoura ! » Inutile de vous dire qu’il n’en fera qu’à sa tête… et deux pages après : « De quoi vivait Djibouti lors de mon arrivée ? D’un certain mouvement de transit, à cause de la voie ferrée qui pénètre en Éthiopie. Mais les millions qui s’entassaient dans les coffres de la douane provenaient d’un autre commerce : Djibouti vivait de la contrebande des armes. Sous réserve de l’acquittement des droits de douane, l’exportation des armes y était libre. » Aujourd’hui, les armes pourrissent la vie de la Corne de l’Afrique, entre les pirates somaliens, les bases arrière (dit-on) des terroristes islamistes et les marines du monde entier ou presque qui considèrent le Golfe d’Aden, au large de Djibouti et à l’embouchure de la mer Rouge, avec Suez tout là-haut – comme l’un des endroits les plus stratégiques qui soient. Cette entrée, ce passage, on l’appelle depuis des temps immémoriaux le Bab El Mandeb : la Porte des larmes…

Quant au chemin de fer djibouto-éthiopien (dont les fabuleuses locomotives à vapeur sont laissées à l’abandon au dépôt) et ses pharaoniques ouvrages au long de son tracé plus que centenaire, ils tombent en désuétude. C’est d’autant plus dommageable que le transport routier entre Addis Abéba et le port de Djibouti est à la limite de l’asphyxie : une file continue de camions en tout genre (hydro-carbures, fruits et légumes, voitures…) pollue la seule et unique route reliant les deux capitales, une simple deux-voies s’étirant sur mille kilomètres. Un projet de réhabilitation (ou plutôt de reconstruction totale) de la voie ferrée vient cependant d’être signé…


Saintrick

Refermons la parenthèse, disais-je, et retournons à Djibouti-ville, au Palais du Peuple pour la clôture du 10e Fest’Horn. On y retrouve les responsables du festival, Abdo Issa et Saïd Daoud, Hasna Maki, directrice de l’IDA, Bernard Baños-Robles du CCFAR et l’auteur-compositeur-interprète Saintrick, natif de Brazzaville mais installé au Sénégal dès l’âge de dix ans et qui assure ici, depuis 2001, la direction technique de l’événement (il vient d’ailleurs de publier un livre sur la sonorisation). Également comédien (il a joué récemment une version modernisée de L’Odyssée d’Homère à Paris), on a pu juger brièvement sur la scène du Fest’Horn de ses qualités de chanteur et de musicien. Son tout nouvel album, où l’harmonica occupe une belle place, ses ballades mélodiques nous rappellent un certain Ismaël Lo (…qui l’a lui-même initié à l’instrument). C’est donc du tout bon. À découvrir si vous en avez l’occasion : son groupe s’appelle Les Tchielly.

 

 

De tous les combats

Et puisque le festival est considéré, selon le journal La Nation qui fêtera son trentième anniversaire en juin prochain en passant de quatre à cinq éditions par semaine, comme « l’événement culturel phare de la République de Djibouti et le plus plébiscité par la jeunesse djiboutienne », la conclusion de cette bal(l)ade en mer Rouge revient tout logiquement au ministre de la Culture et de la Communication, Ali Abdi Farah : « D’année en année, assure-t-il, le Fest’Horn a gagné en prestige et en renommée à l’échelle régionale et même continentale. Il a su donner du mérite et de la valeur aux cultures de la sous-région et a pu contribuer à l’émergence de certains artistes du continent. Plate-forme de dialogue interculturel, vecteur de la promotion de la culture de paix, le Fest’Horn a été de tous les combats de la Corne de l’Afrique… »

Il ne reste plus à espérer que la paix l’emporte pour de bon dans la région, et que le Fest’Horn n’ait plus que le combat artistique en ligne de mire. C’est tout le mal que je souhaite à cette valeureuse « terre d’échanges et de rencontres » – qui est comme une île hors du monde « et en même temps un monde en soi, complexe, riche, multiple, toutes cultures et toutes langues » (Claude Jeancolas, Retour à Tadjoura) – et à son peuple, parmi les plus hospitaliers, courageux et sympathiques que je connaisse.

_________________

NB. Merci à mes confrères Adil Ahmed Youssouf et Ibrahim Miyir Ali, et à notre famille de Djibouti : à Kadra Omar Kamil et son époux Abdelhahi dont le retour au pays, leur engagement admirable dans son développement social, sont forcément annonciateurs de lendemains qui chantent. Merci enfin à Bernard Baños-Robles dont je partage l’amour pour Djibouti (et l’admiration envers Rimbaud), ainsi qu’au CCFAR et au SCAC de l’Ambassade française.

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Reportages
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 16:38

Une pédagogie de l’enthousiasme

« Ce qu’on te reproche, cultive-le, c’est toi. »
(Jean Cocteau)

Pour la première fois depuis 1992, pas de chanson d’automne pour Chorus, emporté au vent mauvais, pareil à la feuille morte. À cent quatre-vingt-seize pages mortes… prématurément. « Les sanglots longs / Des violons / De l’automne / Blessent mon cœur / D’une langueur / Monotone… », écrivait le poète saturnien réincarné sur scène par l’immense Léo de Hurlevent. Comme toujours, dans ce qui aurait dû être la soixante-neuvième ramification de l’arbre à chansons, une centaine de chroniques de disques étaient prévues, de tous genres musicaux, de toutes sortes de productions et à destination de tous les publics : nouveautés de « chanson française » (Belgique, France, Québec et Suisse pour l’essentiel, par l’ensemble de notre équipe) et des « musiques noires » de l’espace francophone (« Soleil Noir » par Jean Théfaine) ; albums en autoproduction ou petite distribution (« De bouche à oreille » par Michel Kemper), jeune public (« Chanson z’enfants » par Marie-Agnès Boquien) et… reste du monde (« Sans frontières » par Jacques Vassal).




Même forte d’autant de références, cette rubrique était pourtant une sélection des plus draconienne (dont m’incombait la redoutable responsabilité : voir l’édito « Ma solitude » dans Chorus n° 66), vu l’incroyable flux tendu de parutions qu’on ne cessait de nous adresser dans l’espoir d’obtenir une « fenêtre », visible de tous, dans ce que l’on appelait – pas nous, mais ses lecteurs ! – « la bible »…

L’inaccessible étoile

Cette intro non pas pour remuer le couteau dans la plaie (qui, de toute façon, restera longtemps à vif), mais en manière d’avertissement : si une centaine d’albums chroniqués chaque trimestre n’était déjà  qu’une sélection, ceux que je présenterai dans cette « rubrique » périodique de mon déblogue-notes sera le résultat d’un écrémage encore plus draconien. Forcément. Je n’ai pas l’ambition à moi seul de pouvoir rendre compte de tout le spectre de la création couvert par une équipe de quinze journalistes répartis un peu partout dans l’Hexagone (d’où, aussi, sa faculté à découvrir les talents en herbe dans leur région d’origine bien avant d’être repérés au niveau national) et à travers la Francophonie.

Je ferai néanmoins de mon mieux pour éviter des impasses criantes et surtout pour continuer un travail de prospection à jamais nécessaire, tout en respectant la diversité indispensable des goûts et des couleurs. Enfin, mon choix sera guidé – comme toujours depuis le n° 1 de Paroles et Musique en 1980 – par la conviction, idéalement traduite par Aragon, que « la critique doit être une pédagogie de l’enthousiasme ». Qu’on se le dise une fois pour toutes.

Dernière précision de la règle du jeu qui prévaudra : si nos « Cahiers de la chanson » attribuaient un « Cœur Chorus » aux albums jugés les plus intéressants de la saison en cours, j’accorderai pour le plaisir (et le clin d’œil à l’ami Bridenne qui, me sachant inconditionnel du chevalier à la triste figure, m’a concocté un Homme de la Mancha à l’assaut d’un moulin à plume en guise d’« avatar » pour personnaliser ce blog) un « Quichotte » d’honneur à chaque album me paraissant au-dessus du lot commun. La quête (salut, Grand Jacques) de l’inaccessible étoile, en somme…



Alors, cette chanson d’automne ?
 

À son générique, par ordre alphabétique (de A à Z !) : Jean-Pierre Andrevon, Benjamin Biolay, Michel Boutet, Gérald De Palmas, Lucienne Deschamps, Fenouil et les Fines Herbes, Éric Frasiak, Guilam, Agnès Jaoui, Allain Leprest, Les Ogres de Barback, Charlotte Marin, Sanseverino, Mano Solo, Carmen Maria Vega et Ziskakan.


Jean-Pierre Andrevon

AndrevonNouveau venu dans l’univers phonographique, le « pape de la science-fiction française » (plus d’une centaine de romans à son actif) écrit et compose en fait des chansons depuis toujours, dans le sillage de son maître ès-paroles et musiques, Stéphane Golmann. À son âge et à l’heure qu’il est, il a décidé d’enregistrer en direct, à l’ancienne, en acoustique et « à la maison », l’intégrale de ses chansons. Cordes, claviers, percussions et accordéon arrangés par Sirieix. Les Gens est son second volume après Je viens d’un pays (lire Chorus 63, p. 52) : chaleur, fraternité, humanisme, écologie, humour noir, écriture soignée et mélodies classiques. Les Gens, 15 titres, 53’47, autoproduction (site).


Benjamin Biolay

quichote_3.jpgC’est la surprise de l’automne ! Personnage atypique dont l’image de dandy suffisant et condescendant a détourné de lui bien des amateurs de chanson, il aura fallu attendre son sixième (double) album studio pour que cet ACI de 36 ans, auteur-compositeur (avec Keren Ann) de Jardin d’hiver pour Henri Salvador, arrive enfin à maturité, comme le papillon sortant de sa chrysalide. Car La Superbe porte bien son nom qui est magnifique en tous points. Textes ambitieux, musiques mélodiques aux orchestrations amples et soyeuses. Même l’interprétation, qui faisait jadis dans le copié-collé gainsbourien, prend son envol à sa façon, douce et pénétrante.

biolay
Le tout est raffiné, peaufiné à l’extrême, noir, désabusé (« Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des illusions / Il n’y a pas deux ciels, il n’y a qu’un seul horizon / Il n’y a pas de larmes, il n’y a que des sanglots longs… / ll n’y a plus de gauche, il n’y a que des moribonds… » ) : classieux, aurait forcément dit le maître en constatant que l’élève a su s’affranchir de sa tutelle. À noter un morceau parlé, fort éloquent, sur l’incommunicabilité (ou la communication superficielle) de la vie moderne, en duo avec Jeanne Cherhal (Brandt Rhapsodie). Une réussite à confirmer sur scène, en tournée française à partir du 21 janvier. La Superbe, 22 titres, 84’26, Naïve (site).


Michel Boutet

BoutetIl y a du Julos Beaucarne chez ce chansonneur « né quelque part en Poitou » en 1951, qui fit ses débuts de chanteur en 1972 au fameux Bateau-Lavoir de Nantes (Gérard Delahaye, Paco Ibañez, Félix Leclerc, Catherine Sauvage, Gilles Servat, Tri Yann…). Quatre 33 tours de haute tenue poétique entre 1972 et 1986 (dont La P’tite Fille du cinquième, avec Bernard Haillant à la musique, qui sera notamment enregistrée par Jeanne-Marie Sens et Pierre Rapsat), puis une « pause » de comédien, d’auteur dramatique et de conteur avant de revenir progressivement à la chanson. Ce nouvel album, après La Cordillère des anges en 2005 (Chorus 52, p. 73) est son septième opus. Une sorte de disque-concept en forme d’autobiographie qui s’insinue doucement mais sûrement en vous. Car tout est bon, y a rien à jeter dans La Ballade de Jean-Guy Douceur qui vous entraîne sur les pas de l’auteur, de sa petite enfance (Les Gardes-barrière) à nos jours, via l’Afrique, Amsterdam, Mayence (« Et j’allais sans haleine / Méfiant du temps qui passe / Sans jamais dire je t’aime / J’avais peur que ça casse / Mais toi ma nuit de laine / Mon île mon voyage / Mon amour porcelaine / J’t’emmène au bout de mon âge… »), etc. Des chansons qui sont autant d’histoires en lesquelles on se reconnaît, toutes de limpidité, de simplicité poétique (le plus difficile !), d’interprétation discrète, presque pudique et de délicatesse orchestrale (Félix Blanchard, ex-Lavilliers, Caradec… Christian Laborde à l’enregistrement et aux guitares ; Dalila – ex-Soham – aux chœurs, Delphine Coutant – Portrait dans Chorus… 69, sur le site de la Rédaction – au violon et en duo…). Complicité aussi aux mélodies (superbe Dans la Basse Nantes, composée par Patrick Couton), où chantent violoncelle, piano et percussions. Un album de haute volée (« l’Aviateur » est son label), à happer sans faute au passage. 12 titres, 39’43, Les Éditions de l’Aviateur (site).


De Palmas

De-PalmasLe bonhomme est aimable, sympa, cool, qui ne se prend pas la tête et se garde bien aussi d’avoir le melon. Apparemment serein, détaché du monde mais confronté au tumulte intérieur de ses états d’âme (qui constitue le fond de son inspiration), il nous livre un album au diapason. Ligne claire dans les mélodies et les arrangements, diraient les bédéphiles, atténuée juste ce qu’il faut par une voix légèrement ébréchée, mise en avant, et c’est bien, dans le mixage. On aimerait quand même que ce blues à sa façon, « joué, enregistré et réalisé » de belle façon par l’intéressé, s’aventure un peu plus loin sur la route de nos préoccupations communes. Comme il semble y aspirer lui-même : « Bien enfermé dans ma cage / Prisonnier d’un esprit trop sage / Je voudrais sortir pour voir qui je suis / Sortir et pousser un cri / Cette nuit il faut que je sache qui je suis… » Mention spéciale pour le duo en anglais avec Eagle-Eye Cherry. Sortir est son cinquième opus studio en quinze ans. 11 titres, 42’, AZ (site).


Lucienne Deschamps

DeschampsVoilà un disque de poèmes dits et de chansons poétiques qui sort de l’ordinaire et nous plonge au tréfonds de nous-mêmes, dans l’intimité la plus ignoble et la plus belle de l’être humain, des profondeurs de la déportation et du génocide juif par les nazis aux cimes de la Résistance des Justes. Côté chanson : Mon pot’ le Gitan (Jacques Verrières/Marc Heyral), Monsieur tout blanc et L’Âge d’or (Ferré), Musée Grévin (Aragon/Hélène Martin)… L’album a été enregistré en direct à l’Essaïon, en piano-voix avec Sylvain Durand, premier pianiste à l’opéra, directeur musical et clavier de Jean-Michel Jarre, compositeur pour Roland Petit… Chanteuse et comédienne, à la voix vibrante et fraternelle, emplie d’émotion et de compassion, Lucienne Deschamps a travaillé avec le Roy Hart Theatre, joué au cinéma et à la télévision et a incarné le rôle principal de la comédie musicale de Roland Petit et Richard Galliano, Les Bons Petits Diables. Sous-titré « Poèmes, chants et témoignages sur la déportation », Aide mémoire est son troisième album. On pourra la retrouver dans ce même spectacle à l’Essaïon le 13 décembre à 18 heures. 15 titres, 44’30, Prod. Vive Voix, distr. EPM (myspace).


Fenouil et les Fines Herbes

fenouilC’est frais, c’est naturel, c’est un second album, de la chanson garantie sans OGM ! Avec plus de trois cents concerts à leur actif, des premières parties des Ogres de Barback, de Volo, Pigalle, Ange, Romain Dudek, Les Fatals Picards… (soit dit pour situer la famille d’esprit), Fenouil, Sarriette, Ciboulette et Persil « bouturent leurs textes réalistes sur des barricades bien fleuries » (guitares, clavier, batterie, accordéon…). Les musiques et les arrangements sont variés, enlevés, épicés, à l’image des textes qui ne font pas que dans l’humour et savent de quel terreau ils procèdent (« …Mais d’entre elles les connes, comme chantait un certain / Ressemblent aux connes / Je suis fils de putain »). Fenouil et les Fines Herbes ont certes besoin d’un peu de temps encore pour continuer à croître, mais leur pré carré est déjà bien tracé : « Si tu veux vraiment faire de l’oseille / Ne viens pas dans notre potager / Ce n’est pas avec les fines herbes / Que tu récolteras du blé. » Sauge qui peut, 15 titres, 50’, autoproduction (site).


Frasiak

quichote_3.jpgLe premier album de cet auteur-compositeur lorrain remonte à 2001 ; celui-ci, gorgé de guitares (et de claviers, de percussions, de banjo, de mandoline, d’harmonica…), d’énergie et d’émotion, est le quatrième. Des textes intelligents, une musique rock, une voix chaleureuse, bien en place et bien mixée, Frasiak me rappelle Pierre Rapsat, c’est tout dire tant était magnifique cet artiste belge disparu en avril 2002. Qu’en dire spécifiquement ? Que ça balance super bien, que c’est mélodique, que c’est bien écrit et surtout que ça dit des choses intelligentes qui parlent de nous, d’ici et de maintenant (« Éteins un p’tit peu ton ordi / Va voir dehors, c’est la vraie vie / J’sais bien qu’elle te fait un peu peur / Mais faut pas tout croire au 20 h / T’as pas besoin d’ADSL / Pour que la vie te donne des ailes… »), d’hier aussi, avec tendresse et mélancolie, et qui nous disent : Parlons-nous ! Vous, je ne sais pas, mais moi, ça me parle et ça me touche. « Nos vies c’était un p’tit peu l’souk / On les mettait pas sur Facebook / Ça craquait sur nos 33 tours / Pendant qu’on attendait l’amour / On la cherchait pas sur Google / Celle qu’en pinc’rait pour nos p’tites gueules… »

frasiak
Les racines de Frasiak ? Dylan côté anglo-saxon, sans nul doute, et côté français, voici l’héritage qu’il revendique : « Si un jour j’ai pris une guitare, joué dans les bals et les bars / C’était pour chanter “Natacha”, “Le monde bouge”, “Nous sommes un cas” / C’est toi qui m’as donné envie de les chanter, pour être en vie / “Tous ces mots terribles” qui font et du bonheur et des chansons. » Il y a pire référence, n’est-ce pas, que François Béranger… Et pourtant, nous dit Frasiak, « J’aime pas les chanteurs, c’est rien qu’des menteurs / Que des beaux parleurs dans les hauts parleurs / Des bonimenteurs / Si beaux, mais menteurs… / J’aime pas les chanteurs, j’les connais par cœur / Avec ma guitare, j’le fais tous les soirs… » Des chanteurs comme ça, j’en redemande ! J’oubliais : superbe reprise rock de Vingt ans, du camarade Léo ; il aurait aimé, j’en suis sûr, j’le vois même essuyer une p’tite larme discrète à l’écoute... Parlons-nous, 15 titres, 60’21, Crocodile Productions (site).


Guilam

quichote_3.jpgMais que la chanson est belle, qu’elle nous fait du bien quand elle est portée par des artistes pareils ! Car Guilam, c’est du bon, du tout bon. Jamais je ne me résoudrai à accepter que le tout-venant passe et repasse à la télé, quand tant d’artistes-nés passent inaperçus du « grand public ». Ou plutôt, jamais je ne cesserai de me battre pour que ces artistes-là occupent aussi le haut du panier médiatique. Guilam ? Qui ça ? Je ne savais rien ou presque de cet artiste, grand « jeune homme » au crâne dégarni, tout au plus qu’il avait déjà sorti un album autoproduit en juillet 2007, Les Gens importants. Mais là, waouh ! Trente secondes à peine suffisent pour vous alerter : « On est juste au milieu / De la moitié du bien / Quand on sait que de l’autre / La lâcheté n’est pas loin… »), moins d’une minute pour vous dire : « attention, talent ! » et une chanson (Réalisme, en l’occurrence) pour comprendre que vous avez affaire à quelqu’un, à quelque chose, de rare, de puissant et paradoxalement de fragile. À l’image de cette voix un peu haut perchée, toute de tension, chargée de tendresse, qui vous bouleverse d’emblée. Tout le reste de l’album ou presque est à l’avenant. À tel point qu’on ne sait quoi mettre spécialement en avant. Allons-y pour Limites, par exemple, petit bijou véritable : « C’est à partir de quand / que l’on sait que l’on s’aime / Que le vent nous entraîne / vers de nouveaux printemps ? / C’est à partir de quand / que l’on sait que l’on sème / Des morceaux d’avenir / qui pousseront vraiment ? » Suivent deux douzaines de couplets qui déclinent habilement le sujet. Douze chansons, aux titres brefs (Nouvelle voie, Floraison, Prévisions, Hasard, Étiquetage, Lumière…) qui sont autant de bonheurs d’écriture, d’émotion, de lucidité…

Guilam
Et que dire de la réalisation musicale de l’album (à nouveau autoproduit pourtant), une merveille, due à… Julien Lebart. Qui ça ? Le pianiste de Cali ? Mais oui, et les crédits nous apprennent que Guilam a enregistré dans le studio d’icelui et de son manager et « pays » Bruno Buzan, à Rivesaltes. Bonne pioche ! Quelle beauté que cette mise en instruments, un travail d’orfèvre qui épouse la voix, les mélodies au plus juste, sobrement, sans fioritures inutiles. Un piano, un accordéon, une mandoline, une contrebasse, un orgue Hammond, un ukulélé, quelques percussions discrètes et le tour est joué, le chef-d’œuvre est ficelé. « Je suis à fleur de peau / Ça doit être la saison / Comme une oscillation / Entre rires et sanglots… / Les fleurs d’octobre se font si rares / Qu’il me plaît de les inventer / Les faire pousser sur ma guitare / Pour mieux les voir s’envoler… » Dernier détail : Guilam est passé par le Centre des écritures de la chanson, autrement dit les Rencontres d’Astaffort de l’ami Cabrel. Label de qualité s’il en est, qui confirme tout ce qui précède. Hasards…, 12 titres, 39’43, autoproduction (site).


Agnès Jaoui

JaouiAvec son premier album en 2006, Canta, la comédienne-scénariste-réalisatrice qui connaît la chanson avait cerné les contours de ses bonheurs enchantés. Enfin, cerné, façon de parler puisque son univers se veut sans frontières, en tout cas s’aventurant au-delà de la chanson française (ici, deux titres seulement en français, signés de sa plume : Sur le pont de l’Alma mia et Dans mon pays qui donne son nom à l’album), sur les terres du Sud, hispanophones et lusophones, de la péninsule ibérique à l’Amérique latine en passant par l’Afrique (joli duo avec Bonga). Plus que le disque d’une chanteuse (accompagnée de fort jolie façon par des multi-instrumentistes acoustiques sous la direction du violoncelliste Vincent Segal), Dans mon pays est celui d’un groupe, « Agnès Jaoui y el Quintet Oficial », qui propose de superbes duos où émotion et jubilation se conjuguent en toute beauté. Entre son cubain et flamenco, bossa et fado, salsa et samba… Mon « point faible » ? Le duo avec le guitariste cubain Roberto Gonzalez Hurtado sur Amor e distancia, déchirante déclaration d’amour de son regretté compatriote Polo Montañez (à qui Jean Théfaine avait consacré un bel article, « Polo des Montagnes », dans Chorus 42, p. 115). L’objet se présente sous la forme d’un CD-livre avec tous les textes en v.o., sous-titrés en v.f. De la belle ouvrage, dans le fond comme dans la forme. 12 titres, 44’54, Tôt ou Tard (site).


« Chez Leprest »

quichote_3.jpgOn avait décerné un « Cœur Chorus » au premier volume de Chez Leprest. Voici le second, qui mérite cette fois un « Quichotte » d’honneur ! Rappelons le principe : donner à interpréter les chansons d’Allain Leprest par qui souhaite ainsi rendre hommage à l’un des auteurs majeurs (hélas méconnu des grands médias, du grand public et – c’est sans doute l’injustice la plus désolante – des Victoires de la Musique) que la chanson francophone ait connu.

Leprest
J’exagère ? Même Jean d’Ormesson le considère comme « le Rimbaud du XXe siècle » et Nougaro, il y a longtemps déjà, voyait en lui « l’un des plus grands auteurs au ciel de la langue française ». Bref. Au casting de ce n° 2 : La Rue Kétanou, Amélie-les-crayons, Alexis HK, Adamo, Claire Lise, Anne Sylvestre, Clarika, Gérard Morel, Bruno Putzulu, Francesca Solleville, Flow, Gilbert Laffaille, Kent, Isabelle Mayereau, Jean-Louis Foulquier, Gérard Pierron, Olivia Ruiz. Et Romain Didier bien sûr, le complice fidèle, compositeur de la plupart des musiques et co-arrangeur de l’album avec Thierry Garcia (sept musiciens pour une dizaine d’instruments acoustiques). On pourrait décerner des « mentions spéciales », mais tous sont formidables qui épousent au mieux l’univers de Leprest sans rien abdiquer de leur propre personnalité.


Ce n° 2 mérite d’ailleurs un double « Quichotte », puisque le CD s’accompagne d’un DVD du concert donné le 12 mars dernier au Bataclan (et dont « Si ça vous chante » a le plaisir de vous offrir ici une belle synthèse vidéo) : Allain Leprest et ses amis, soit Daniel Lavoie, Jamait, Hervé Vilard, Olivia Ruiz, Mon Côté Punk, Nilda Fernandez, Fantine Leprest, Jehan, Agnès Bihl, Jean Guidoni, Loïc Lantoine, Romain Didier… et Leprest en chair, en os et en voix pour douze chansons. Incontournable. On attend maintenant la suite, jusqu’à l’intégrale, pourquoi pas… En attendant, ce 14 décembre au Théâtre du Rond-Point, Allain recevra le Prix de la Poésie de la Sacem et le 8 mars prochain on le retrouvera avec les amis de ce second tome sur la scène du Casino de Paris. Chez Leprest, Vol. II + DVD concert du Bataclan Chez Leprest Vol. I, 18 titres, 59’18 + DVD, 24 titres, 111’, Tacet Prod./L’Autre Distribution.


Les Ogres de Barback

quichote_3.jpgOn connaît les Ogres de Barback, cette famille chantante (Alice, Fred, Mathilde et Sam Burguière) qui s’est prise entièrement en mains et assume tout avec succès, création, production, distribution, paroles, musiques et images (voir Chorus 67, Rencontre). Dans leur parcours atypique (onze albums depuis 1997), qui passe aussi bien par l’Olympia et le Zénith que par le chapiteau ambulant qui leur permet d’aller au-devant des gens là où personne d’autre ne va, il y eut en 2003 un premier album « jeune public » racontant l’histoire de Pitt Ocha, « ce petit garçon qui sait faire des choses incroyables avec ses mains et ses oreilles, qui jongle avec les bruits et fait sonner tout ce qu’il touche… ».

ogres
Le voici de retour Au pays des Mille Collines, avec des souvenirs de ses voyages plein les chansons, en compagnie des Cowboys Fringants, de Tiken Jah Fakoly & Madina N’Diaye, Gabriel Yacoub, Polo, etc., dont un collectif de femmes rwandaises (d’où le titre de l’album).
Non seulement c’est formidable à tous points de vue au plan formel (paroles, musiques, chant, arrangements et emballage avec un très beau livret illustré de 68 pages), mais surtout c’est intelligent, actuel, fraternel, lucide, subtil. Bref, les Ogres ne prennent pas les marmots pour de la chair à croquer, ils les respectent à hauteur d’humain : « Et peu m’importe qu’ils comprennent / Les paroles de ma chanson / Si votre cœur les entraîne / Si l’on s’enchante à l’unisson… » (in Marchand de rêves, chantée mi en français mi en arménien). À mettre en toutes les petites oreilles… et à conseiller aux grandes qui ne se suffisent pas d’ouïr les discours formatés. Pitt Ocha au Pays des Mille Collines, 17 titres dont un conte, 66’, Irfan le label (site).



Charlotte Marin

marinC’est une femme de planches dans tous ses états. La scène, elle connaît et la maîtrise haut la main : théâtre classique ou de boulevard, comédies musicales… Tout cela la conduisait immanquablement et tout naturellement à une chanson de variétés, diversifiée dans le ton et dans les rythmes, qui ne se prend pas (du tout) la tête. « Pensez aux chansons de Lynda Lemay, écrivait Michel Kemper dans Chorus 60 à propos du premier album de la pétulante blonde : c’est pareil, l’accent en moins, en nettement plus gai et avec des rimes… à faire rougir un monastère. À suivre de près. » Ce second album, entièrement écrit et composée par la gaie luronne, confirme ces dires. Ça parle des préoccupations d’une Trentenaire à vif, c’est déjanté, drôle, impudique, plein d’autodérision, c’est chanté la voix souriante, bref ça fonctionne. Mais cette superficialité apparente et assumée n’empêche nullement une pause de tendresse : « Et puis la maladie a pris / Tous ses souvenirs en otage / Cette grande dame que j’appelais Mamie / A commencé son lent naufrage… » Au plan musical, orchestral, on a parfois l’impression, à 20 h 30 surtout, que la dame habite chez Bénabar. Étonnez-vous après ça qu’il l’ait invitée en première partie de sa récente tournée… Mais la pulpeuse n’est pas exclusive et encore moins bégueule, elle sait aussi lorgner (parodiquement) du côté de chez Gainsbourg, tant côté musique que paroles (Sorry Loser). Trentenaire à vif, 12 titres, 45’23, Biyou Music/Universal (myspace).


Sanseverino

quichote_3.jpgOn parle régulièrement, dans le répertoire d’un artiste, d’album « de la maturité ». Celui qui lui permet de s’affirmer pleinement, dans toutes ses facettes et pas seulement dans la couleur unique d’origine qui a plu au public et aux médias. Laquelle peut vite se transformer en carcan. Ainsi, attend-on impatiemment le second album de Thomas Dutronc pour savoir s’il réussira à dépasser le côté manouche, Django and Co dans lequel il s’est installé… La référence à Thomas n’est pas gratuite, puisque Sanseverino, autre manouche de la chanson, délaisse justement cet aspect monochrome qui le caractérisait. Ce nouvel album nous en fait voir de toutes les couleurs, et ça lui va drôlement bien au tempérament et à la voix !

sanseverino
Il s’ouvre au blues, au rock, au vrai, et c’est franchement jubilatoire : « Et puis je ne suis plus ni zazou / Ni rock’n’roll ni swing ou fifty ou rockabilly or whatever you want / Je n’aime plus le scat ni le rap ni le slam, ni le Pape ! / Le seul truc vraiment pour moi qui swingue, qui balance / C’est un pendu sur sa potence… » Il nous emmène en Serbie sur les traces de Bregovic pour illustrer un texte particulièrement fort (Chérie c’est la guerre) et se risque même avec succès, outre une reprise de La Salsa du démon, à la country pour nous conter les pérégrinations du Grand Grégory (« …Puis il est mort dans le froid / On a balancé ses affaires / Dans un sac poubelle gris / Il a eu le même enterrement / Que le petit Grégory »). Humour noir ou pas, sa fantaisie est toujours là, mais alliée à une gravité, une profondeur d’inspiration qui nous fait dire, oui, c’est sûr, que ce quatrième album studio, à la rythmique « lourde », manière Arno parfois (La Valse du blues du livre), mais la voix toujours bien présente et qui se bouscule moins qu’auparavant, est bel et bien celui de la maturité pour Stéphane Sanseverino. Bravo l’artiste ! Les Faux Talbins, 17 titres, 56’, CH+/Columbia (site).


Mano Solo

soloIl nous accompagne (et nous l’accompagnons fidèlement) depuis ses tout débuts qui remontent, phonographiquement parlant, à 1993 avec La Marmaille Nue (devenu le nom de son label). Rentrer au port est son dixième album (inclus celui des Frères Misère de 1996), et le miracle de l’émotion qui est le propre de l’artiste opère toujours autant. Ses textes évidemment, qui, loin de l’image dont l’ont affublé les grands médias à l’origine, vont du rire aux larmes ; l’auteur ne cessant d’avancer dans son inspiration, de défricher des terres jusqu’alors vierges chez lui, « conforté par l’amour que lui envoie son public, stimulé par l’adversité ». Ses musiques bien sûr, qui respirent ou transpirent tour à tour (« De toute façon, dit-il, ma musique, qu’elle tourne en valse ou en reggae, je vois ça comme du rock »), et bénéficient de la complicité de Régis Gizavo à l’accordéon, Daniel Jamet (ex-la Mano Negra) et Fabrice Gratien (La Gosse) au piano et à la trompette. Mais c’est surtout sa voix, au grain unique, au timbre apparemment fragile, « en tôle ondulée » dirait Souchon, qui nous le rend si attachant. Si bouleversant. Définitivement. Rentrer au port, 13 titres, 45’28, La Marmaille Nue/Wagram Music (site).


Carmen Maria Vega

vegaDans « Le Joli Fil », à propos de sa prestation aux dernières Musicales de Bastia, je disais tout le bien que m’inspire cette jeune femme à la personnalité déjà affirmée, au caractère bien trempé. Sur scène, du fait de son étonnante capacité à maîtriser les planches et à emporter l’adhésion du public, son répertoire est indéniablement efficace. Sur disque, les chansons que lui a concoctées son guitariste Max Lavégie sonnent encore un peu « vert », mais outre le fait que cet album a peut-être été quelque peu précipité par le succès de Carmen en public, il est légitime de penser que le suivant franchira un palier qualitatif. Contrairement à ce que prétend le premier titre de ce premier opus, la jeune femme n’a en effet rien d’une Menteuse, c’est une artiste tout ce qu’il y a de plus authentique.


Alors, n’injurions pas les lendemains qui chantent et faisons confiance à « Carmen Maria Vega » (le groupe), tout en lui conseillant de méditer le conseil prodigué dans un numéro récent de Chorus par Claude Lemesle (auteur qui compte, s’il en est, dans la chanson contemporaine) : « Tout seul, on n’est pas assez », écrivait-il en expliquant qu’on ne possède pas forcément tous les talents, et d’auteur, et de compositeur et d’interprète… Album sans titre, 13 titres, 42’55, AZ (site).


Ziskakan

quichote_3.jpgLe groupe réunionnais Ziskakan a fêté cet automne ses trente ans d’existence. Formation à géométrie variable, elle est incarnée par son chanteur-leader auteur-compositeur Gilbert Pounia et réalise la fusion musicale (et orchestrale, instruments traditionnels et modernes s’épousant pour le meilleur) de ce qu’est la Réunion et nous fait l’aimer : une synthèse de toutes les influences ethniques qui l’ont façonnée au fil du temps. Cette fois, Gilbert et les siens mettent tout leur talent à chanter la Grande Île, l’Île Rouge, qui donne son nom à cet album, Madagascar. Mais aussi les souvenirs d’enfance, les chanteurs de rue que Pounia a bien connus (comme Henri Madoré), le Premié Lamour (magnifique ballade, comme Jeevan qui conclut le disque).


C’est fin, précieux sans affèterie, subtil, à l’instar de la voix de l’artiste, caressante, vibrante, émouvante. Toujours mélodique aussi, parfois « planant ». Avec un plus, cette fois, apporté par Érick Benzi à la réalisation et au mixage. Alors que Danyel Waro porte haut et d’admirable façon les valeurs ancestrales des anciens esclaves à travers son maloya-racines, Ziskakan fait dans la tradition, la modernité et la recherche à la fois. Waro et Pounia (que nous avions eu la chance de rencontrer au début des années 80 à l’occasion d’un reportage pour Paroles et Musique – c’était d’ailleurs la première fois que l’on parlait d’eux dans un périodique national) sont aujourd’hui les deux hérauts/héros incontestés et complémentaires de l’Île à Grand Spectacle.

Ziskakan
« Une musique électro-acoustique d’une finesse et d’une sophistication sans égales à la Réunion
, écrivais-je il y a belle lurette à propos de Ziskakan : des textes poétiques et intelligents, un leader charismatique… Un cocktail formidablement réussi qui a toutes les chances d’être goûté par le plus grand nombre. » Rien à retirer à cela, au contraire, Ziskakan n’a cessé de se bonifier. En créole dans le texte, je persiste et je signe : « Son souf an résital / I krik i krak mon lam » (« Son souffle en récital / Raconte – et fait vibrer – mon âme »). En disque aussi ! Madagascar, 12 titres, 43’13, autoproduit, L’Autre Distribution (myspace).



Voilà, c’est tout pour cet automne ! À vrai dire, j’avais prévu de présenter encore une douzaine d’autres albums. Notamment ceux des artistes prévus au sommaire du numéro d’automne de Chorus : Sujet libre d’Art Mengo, La Grande Évasion de Mickey (3d), tous deux en « rencontre » sur le site de la Rédaction, Mister Mystère de M, Le Cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat (mais pour celui-ci, je vous renvoie au blog de Jean Théfaine qui propose un extrait de l’interview recueillie par lui pour ce numéro mort-né). Celui de Maurane reprenant Nougaro (L’Espérance en l’Homme), dans la foulée de notre dossier spécial du n° 68. Et Le Clan des miros de Renan Luce qui nous avait accueillis en exclusivité pendant son enregistrement… Je voulais encore vous parler de JP Nataf, de La Blanche, de Morro, de Pauline Paris, de Renaud, de Thierry Romanens, de Siméo, d’Alan Stivell, de Tryo en live, de Florent Vintrigner… Vous présenter enfin l’intégrale de Sarcloret sortie ce 7 décembre sous forme d’un coffret de 12 CD intitulé Un enterrement de 1re classe… Chez Côtes du Rhône/Kiui Prod/L’Autre Distribution (ou www.sarclo.com).

Mais le temps me manque (eh oui !)… et puis point trop n’en faut d’un seul jet. Alors, la suite « au prochain numéro »... du moins si ça vous chante. Pour ma part, pas d’inquiétude, le fil est bel et bien renoué.

___________________

NB. Vous connaissez la chanson ? Merci à tous de bien vouloir faire chorus aussi largement que possible en amenant vos amis, relations et réseaux divers à découvrir ce blog, à s’y inscrire si affinités… et – si ça leur chante, bien sûr – à y participer : plus nous serons nombreux à apporter notre pierre à l’édifice et plus notre « maison de la chanson » se fera accueillante…

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Actu disques et DVD
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 19:06

La « petite mort » de Dominique Scheder

Dans « Le Joli Fil » publié le 26 novembre, à propos des Musicales de Bastia, j’écrivais ceci : « (…) Alain Sourigues, pince-sans-rire et Pierrot lunaire entre Boby Lapointe et Dominique Scheder (un chanteur suisse que j’adorais, hélas prématurément disparu), embarque son monde dans un univers de poésie naïve et drôle, trop rare aujourd’hui, qui lui avait valu de rafler aux Découvertes 2008 les prix du public et du jury à la fois. »

Mea culpa, mea maxima culpa, diraient les latinistes ; My God ! diraient les Anglo-saxons ; Pan sur le bec, dirait Le Canard Enchaîné… car Dominique Scheder, par bonheur, est toujours bel et bien des nôtres ! Voici en effet le courriel que je viens de recevoir, non pas d’outre-tombe mais de l’autre versant des Alpes :

 
« Cher Fred Hidalgo,
Surpris d’apprendre ma disparition, mais flatté d’être cité en compagnie de Boby Lapointe. Je suis bien vivant. C’est vrai, après une descente dans l’enfer de la folie dépressive. Mais je vis, j’écris, je chante (Vasca)... J’enregistre mon dixième CD et écris mon troisième livre.
Merci de votre engagement, avec mes salutations enchantées.
Dominique Scheder
PS : Mon
site est en pleine restructuration. Mais ça donne une idée de ce que je fais. »

Réponse immédiate de ma part… pas gênée pour un sou :
 

« Je ne suis même pas désolé, cher Dominique. Au contraire, je suis des plus heureux. Puisque des gens “bien informés” avaient cru bien faire en nous annonçant votre disparition, je suis super heureux de savoir que vous êtes bel et bien là parmi nous…
À très vite, déjà via “Si ça vous chante”… en me réjouissant à l’avance de pouvoir écouter votre nouvel album. »

...Et retour non moins rapide de Dominique :


« Merci Fred, de votre prompte réponse. De fait, cette “petite mort” est un peu de ma faute. Très actif dans le milieu de la psychiatrie où j’ai créé, à la suite de ma maladie, une association de patients, le GRAAP, j’ai quelque peu délaissé, non pas la chanson, mais le côté promotionnel et surtout francophone. Ainsi, je n’ai pas suivi la belle aventure de “Chorus”. Depuis cinq ans, je développe une créativité étonnante, encouragé par la nouvelle famille que j’ai fondée (je suis papa d’une fillette de trois ans !). Je me consacre maintenant essentiellement à mon œuvre chantée et écrite et retrouve un engagement politique au côté des plus petits. Mon association “La Brouette à chanson” forte déjà d’une centaine de membres travaille dans ce sens. Et la sensibilisation à mon œuvre dans la Francophonie est justement au programme.

« Vous êtes, vraiment, là, le premier contact aimable et connaisseur. Merci. Vous dire encore que je dois ces retrouvailles avec vous, grâce à l’un de vos lecteurs, Jean Florin, rencontré à la fête des “40 ans de chanson” de Michel Bühler, le 3 décembre dernier. Il m’a fait part de votre mot sur le blog... Tout gêné ! Et voilà. »

Résurrection

Cette « petite mort » dont parle Dominique est précisément racontée dans son nouveau livre, L’Auto jaune, qui s’achève – comme l’indique sa 4e de couverture – par une véritable « résurrection » :

« Schizophrénie paranoïde évolutive ! Rien que ça ! Dominique Scheder est à l’aube de sa carrière de chanteur quand tombe l’effrayant diagnostic. Tous les contrats sont annulés. La piste d’envol n’est plus qu’un chemin défoncé où brinquebale l’auto jaune. Jaune comme les épis dorés de l’enfance perdue, jaune comme le bus de papa-chauffeur, jaune comme la célèbre auto qui emmène les fous à l’asile de Cery, l’hôpital psychiatrique de Lausanne.

« Angoisses, délires, hallucinations, dépression : l’artiste est aux prises avec la folie depuis plus de trente ans. Pourtant, traversée avec l’amour d’une compagne, cette folie lui ouvre les portes d’un royaume de tendresse et de solidarité. Et son expérience finalement maîtrisée de la maladie l’amène à co-animer, en pionnier, le Groupe romand d’accueil et d’action psychiatrique (GRAAP).

« Mais une nouvelle épreuve le surprend quand la mort lui ravit sa compagne. Malgré la douleur, ce deuil n’a toutefois pas raison de l’élan de vie qui l’anime. Dans la joie retrouvée, il reprend ses tours de chant et, confortant sa foi, rejoint en laïc engagé la famille franciscaine. Et comme “tout est chanson”, l’auto jaune a la délicatesse de finir par le déposer à la porte de la mairie : depuis peu, l’aventure se poursuit à deux. Dans cette façon d’autobiographie, émaillée de chansons de son cru, Dominique Scheder donne sens à sa folle embardée. Il nous livre par ses mots enjoués l’espoir le plus fou : celui d’une résurrection. »

CQFD ? En tout cas, Dominique n’a cessé d’enregistrer de très jolis albums depuis 1979 et ce petit chef-d’œuvre de poésie naïve, C’est fou c’qu’on est riche, qui plaçait d’emblée l’homme et la nature au cœur du débat et s’ouvrait par la chanson que je vous propose ici (en manière d’auto-sanction pour avoir complètement « déménagé » en évoquant la disparition de son auteur !), Le Déménagement

Voyageur

Quant à la soirée des « 40 ans de chanson » de Michel Bühler dont parle Scheder, coïncidence quasiment télépathique – mais « Ce sont des choses qui arrivent », dirait Jean Guidoni –, le héraut de la chanson romande (dont Haroun Tazieff m’entretenait il y a quelque trente ans en crapahutant de concert dans un paysage lunaire par 45° à l’ombre – sauf qu’il n’y avait pas d’ombre ! – vers un volcan nouveau-né, mais ça, c’est une autre histoire...) m’envoie simultanément ces quelques mots :

« Jeudi dernier, 3 décembre, superbe concert au Théâtre de Beausobre (Morges,
 Suisse), pour fêter mes “40 ans de chanson”. Devant une salle de 800 places
pleine à craquer, Anne Sylvestre, Francesca Solleville, Gilbert Laffaille, Pascal
Auberson, Sarcloret, Thierry Romanens, Le Bel Hubert, Entre 2 Caisses, et
d’autres... »

«
 D’autres »… dont un certain Dominique Scheder à qui Michel Bühler consacra justement un bel hommage dans son album Voisins de l’an 2000, que je ne résiste pas non plus au plaisir de vous offrir : Chanson pour Dominique Scheder, donc, par Michel Bühler qui, d’un air à l’autre, m’annonce à cette occasion la sortie de son tout premier album en public (après quarante ans de carrière !), enregistré en septembre dernier : Voyageur, « reflet fidèle du spectacle qui sera donné durant la saison 2009-2010. Dix-neuf chansons “incontournables”, des plus anciennes aux plus récentes, ainsi que deux textes inédits. »

Pour d’autres précisions (musiciens, titres), allez donc sur le site de Michel à la page « catalogue », et cliquez sur le lien ! Et qu’on se le dise en Helvétie, le spectacle Voyageur est donné en ce moment et jusqu’au 17 décembre au Théâtre de Vidy-Lausanne, avec les trois musiciens que l’on retrouve sur le CD.


That’s all, folks ! C’était ma chronique « Vive la vie en Helvétie ! ». À la prochaine (pour ma sélection discographique automnale). En attendant, comme disait « Bubu » à l’aube de sa carrière, en 1969, dans la première chanson de son premier album : Helvétiquement vôtre
Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans En bref et en vrac
commenter cet article