Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 10:44

Supplément d’âme (suite)

   

On allait retrouver avec plaisir le samedi à Eurythmie les Vendeurs d’Enclumes, pour deux ou trois chansons devant trois mille spectateurs. Mais les jours précédents allaient d’abord nous offrir un bouquet éclatant d’émotions. À commencer, le mercredi au Théâtre, à 18 h, par le « co-plateau » (une heure chacun) faisant se succéder Bruno Ruiz et Joyet & Miravette.

   

Régional de l’étape et habitué du festival (puisqu’il est de Toulouse, seulement distant de 40 km), Bruno Ruiz délivrait un tour de chant de haute tenue poétique (famille Bertin-Vasca), porté par une voix aussi chaleureuse et précise qu’assurée, accompagné au piano par son « vieux » complice aveugle, orfèvre en arpèges, Alain Bréhéret. Toute la salle – dont certains directeurs de festivals qui se confièrent ensuite à moi – fut bluffée par son écriture, absolument magnifique, et l’émotion qui affleurait quand, sur de jolies mélodies, il évoquait par exemple l’histoire de son père antifranquiste réfugié en France (« Je sais que sa vie a été fracassée par une guerre qu’il a perdue alors qu’il était du côté de ceux qui avaient raison. Je n’oublierai jamais d’où je viens. J’écris cela pour qu’on se souvienne de lui »). Mais sa manière actuelle d’être sur scène, planté de bout en bout devant le micro, sans jamais bouger d’un poil ni exercer la moindre gestuelle, lui confère un air académique qui, le privant de diversité d’expression, semble égaliser, standardiser l’ensemble de sa prestation, comme si l’on se contentait d’écouter un (beau) disque. Dommage, car ce soir-là (où je me souvins du premier article que j’écrivis sur lui, après l’avoir vu il y a plus d’un quart de siècle à la Tanière, un petit lieu parisien, lorsqu’il chantait « ses chansons avec le corps, et pas seulement avec la voix » et s’inscrivait plutôt, dans la mise en scène et le maquillage, dans les pas prometteurs d’un Guidoni), l’esprit de Ferré planait dans la salle, avec un zeste de Nougaro.

 

JoyetMiravette.jpg

 

En « seconde partie », Joyet & Miravette dans leur nouveau spectacle, très enlevé, bourré d’humour et d’émotion. « Joyet & Miravette », oui, car si Bernard Joyet signe tous les textes (et quels textes ! son écriture étant l’une des plus belles d’aujourd’hui dans le genre classique : écoutez – ou lisez – par exemple La Petite Mort dans son dernier album, sa Mémoire et la Mer à lui…) et la plupart des musiques, Nathalie Miravette est plus qu’une pianiste accompagnatrice, même hors normes (« Mon Mozart à moi », dit-il…) : peu à peu elle a pris une place croissante dans cet univers auquel elle apporte fantaisie et légèreté. Au milieu des années 80, nous avions découvert Joyet et Roll Mops, duo hilarant, avant que l’auteur Bernard Joyet ne s’émancipe en solo ; aujourd’hui « Joyet & Miravette » réalise la synthèse avec des chansons où la variété de ton (du rire aux larmes, pour faire court) épouse à merveille leur qualité d’écriture et la liberté d’action de l’interprète (micro HF aidant), pardon des interprètes, car Miravette ne se prive pas de quitter son piano... Bref, les deux comparses font la démonstration que la poésie n’est pas de la « prise de tête », qu’elle peut être une expression de jubilation, surtout quand elle se conjugue comme ici avec la musique et le chant.

 

 

Il fallait choisir ensuite – ou naviguer – entre Eurythmie et le Magic Mirrors, avec simultanément Karimouche et Olivia Ruiz d’une part (« Jo Masure, ironisait plus tôt Joyet, a décidé d’inviter aujourd’hui toute la famille Ruiz… »), Berty et Arthur H d’autre part. Deux univers différents, mais complémentaires – c’est tout l’intérêt de la chanson. J’ai déjà dit le plaisir que dispensent Olivia et ses musiciens en spectacle, plaisir partagé et confirmé ce soir-là par une salle à guichets fermés… dont profitait Karimouche (3000 spectateurs !) avec l’assurance et la variété musicale et textuelle qui la caractérisent (voir « Plus vite que la musique »). « Berty », c’est la nouvelle aventure scénique de la chanteuse suisse romande Monique Froidevaux en rupture de ban de l’ex-Soldat Inconnu. Petit gabarit, silhouette fine, cheveux courts, mais voix exceptionnelle aussi rauque’n’roll que ses musiques. Parfait pour introduire Arthur H retrouvant le piano solo de ses débuts (voir « Florilège de printemps »), la voix plus éraillée et chaude que jamais. Qu’il est loin, le temps, Arthur, où l’on te découvrait ainsi seul au piano dans une petite salle du Printemps de Bourges : le temps de se bâtir une carrière et de se construire un vrai répertoire, certes pas « grand public » mais aussi captivant et hypnotique qu’atypique, qu’on pourrait seulement rapprocher de celui d’un Tom Waits.

Le jeudi, toujours au beau Théâtre Olympe de Gouges, Benoît Dorémus et Clarika, se suivaient et se complétaient aussi à la perfection dans ce que la chanson peut apporter de meilleur quand le talent est de la partie : le miracle de l’émotion dans l’apparente simplicité du mot et de la note amoureusement entrelacés. Seul à la guitare, Benoît séduisait l’auditoire (entassé sur trois niveaux du sol au plafond !) : par sa sympathie naturelle et la qualité lumineuse de ses nouvelles chansons, totalement délivrées de l’emprise empathique que Renaud, producteur de son premier album, exerçait auparavant sur lui. On peut donc penser sans grand risque de se tromper que Benoît Dorémus, émancipé de ses influences-références propres à chaque débutant, jouera bientôt dans la cour des grands, se hissant probablement d’ici à 2020 – pour reprendre le titre de son troisième album paru le 10 mai (on en reparlera) – au sommet de la gamme (en clé d’ut, évidemment !) des chanteurs francophones. Quant à Clarika, dont on a dit monts et merveilles précédemment (voir « Étoiles des neiges ») de son spectacle actuel, elle est déjà au sommet de son art. Répétons-le : mis en lumière de façon splendide et en musique par de grands musiciens qui n’en restent pas moins terriblement complices de l’artiste, ce concert est à voir et à revoir pour en goûter toutes les saveurs.

 

clarika.jpg

 

Qualité rare des textes, dans le signifiant et le signifié, musiques actuelles aux rythmes variés mais toujours mélodiques, jeu de scène aussi naturel (mais quel travail, sûrement !) et virevoltant que charmant, le tout porté par une voix comme une main de fer dans un gant de velours ! Oui, croyez-moi sur parole : Clarika, dont les débuts remontent déjà à la création de Chorus, ne l’oublions pas, n’a cessé de se bonifier avec le temps pour devenir aujourd’hui une pépite précieuse de la chanson (c’est elle « en mieux », comme l’annonce le titre de son dernier album), une perle rare qu’il faut cultiver avec amour pour qu’elle fasse toujours partie de notre paysage. Sa tournée actuelle qui passe par certains festivals de l’été (les Francos de Montréal notamment) s’achèvera dans une salle parisienne à l’automne. 

Les Français sont (parfois) déprimants

Dur après ça, de retomber dans la fosse aux lions pour un Raphael programmé à Eurythmie. Mais contre toute attente, le jeune homme en solo devant trois mille personnes, à la guitare acoustique le plus souvent, au piano parfois, dans un décor sobre de parois blanches sur lesquelles ondoient des projections stylisées et des ombres chinoises (dont celles de l’artiste en direct), allait également nous captiver. En nous surprenant d’emblée. Revisitant de fond en comble son répertoire, s’essayant pour la première fois à plusieurs chansons de son prochain album, cassant de façon stupéfiante son image originelle de chanteur pour midinettes, il nous est apparu comme le véritable artiste qu’il est (on ne triche pas, seul avec ses chansons, dans une grande salle… où ça passe ou ça casse). Mais surtout comme un auteur socio-politiquement très engagé, sans le « gimmick » toutefois des lendemains qui chantent, du « grand soir » annoncé des années 70, au profit (?) d’un nihilisme des plus noirs. No Future…

 

raphael.jpg

 

Deux nouvelles chansons en particulier, interprétées à la suite, plombent définitivement son image gentillette et nous plongent à la fois dans un gouffre de désespoir lucide et paradoxalement bénéfique pour contrer l’esprit grégaire de nos semblables. En écoutant la première (« Les Français sont déprimants… »), je me disais qu’il était en train de nous refaire Hexagone, façon 2010… et le voilà justement, dans les derniers mots de la chanson, qui apostrophe Renaud. En substance : « Tu nous manques, mon pote, depuis qu’t’es parti en vacances… » Quant à la suivante, chanson apocalyptique s’il en est, c’est probablement la plus forte, la plus dense, la plus pessimiste qu’on puisse entendre aujourd’hui dans le genre. Raphael en solo ? Du sacré beau boulot. Même si le refrain de son Vent de l’hiver (« C’était le temps des bords de mer / Le temps des Gainsbourg, des Prévert… ») continue de m’évoquer irrésistiblement la musique du Temps des chevaux du trop méconnu Luc Romann : « C’était le temps des chemins / C’était le temps des chansons… » Il est vrai qu’il reprend aussi Barbara ou Manset (« Être Rimbaud… »). Raphael a de bonnes références, et c’est bien ! 

Lobotomie  

Mickey 3d assurait la deuxième partie de soirée, à moins que ce ne soit Mickey tout seul à présent, on a du mal à suivre. D’autant plus qu’avec sa formation de rock lourd, la sonorisation du concert s’avérait proprement insupportable. Comme quoi, la Fédération des festivals a encore du pain sur la planche à ce niveau (sonore)-là, les décibels atteignant avec Mickey des records qu’une élémentaire pensée envers son public devrait interdire. Idem le samedi avec Bazbaz, totalement inaudible, une véritable bouillie. Comme si le premier, pour lequel on a pourtant de la sympathie, voulait imposer son discours critique sur le pouvoir et la société à grand renfort de marteaux piqueurs (mais n’est pas Béranger qui veut !). Comme si le second, intéressant en disque, pensait pouvoir masquer ainsi ses insuffisances criantes en scène. On a connu un vrai terrorisme sonore au milieu des années 80 au Printemps de Bourges : halte à une redite, messieurs et mesdames les artistes (et messieurs les directeurs de festivals qui les accueillez) ! 

Cette façon de faire de la musique (ou plutôt de la défaire) n’a d’autre résultat que de lobotomiser les spectateurs, comme prisonniers à leur corps défendant d’une rave party. Comment disait Julos, déjà ? Les hommes et les femmes sont des chefs-d’œuvre en péril… La dictature du son – surtout lorsqu’on professe des idées généreuses, solidaires, « de gôche » – conduit à proscrire le partage, la communion, le dialogue… et donc tout plaisir. Mickey, Bazbaz, recalés à Montauban, on espère vous revoir ailleurs dans de meilleures dispositions. Et qu’on ne dise pas que c’est la faute à la salle, car Raphael, avant Mickey, c’était parfait compte tenu de la jauge.

 

Lantoine.jpg

 

Ce jeudi, à la même heure que Raphael et Mickey 3d, Imbert Imbert emballait le public du Magic Mirrors avec « Madame Imbert » (sa contrebasse) et ses chansons qui ne courent pas les rues, si particulières, sombres mais non dénuées d’humour et encore moins de sexe (voir « Génération Chorus » n° 2). Quant à Loïc Lantoine – famille Nougaro, Leprest, Jehan – c’était ensuite du génie verbal sur scène (porté par un trio musical de premier ordre, dont le complice compositeur de toujours, François Pierron à la contrebasse) et du délire dans la salle. Un triomphe… régulièrement répété avec le Nordiste aux « chansons pas chantées ». Loic Lantoine ? À découvrir d’urgence, depuis le temps qu’on ne le voit pas à la télé et qu’on ne l’entend pas à la radio, si vous ne le connaissez pas encore.

 

 

Un pari et un défi  

Vendredi 14. Pour cause de grand soir – comment manquer cet anniversaire ? –, on fut nombreux à devoir faire l’impasse à la fois sur Mélissmell, l’une des Découvertes de l’an passé avec Karimouche et Carmen Maria Vega, et l’excellent François Hadji-Lazaro, revenu sous le nom et avec le répertoire de Pigalle (voir « Florilège de printemps »). Un passeur transversal qui, par ses reprises, sa connaissance profonde de l’histoire de la chanson et l’action de producteur qu’il mena longtemps avec Boucherie Productions (où Clarika sortit son premier album), incarne idéalement le souci d’Alors… Chante ! de marier le présent, l’avenir et le patrimoine.  

C’est justement ce qu’on allait vivre à Eurythmie. En « première partie » des vingt-cinq ans du festival – signe de l’esprit et de la prise de risques permanente de celui-ci (chapeau, Jo !) –, non pas une « grosse pointure » actuellement en tournée, ce qui semblait logique pour attirer du monde en vue d’un « plat de résistance » pas médiatique ni commercial pour un sou, mais une ex-découverte : le Bisontin Aldebert. Un pari pour le festival, un défi pour l’artiste qui en a profité pour créer un spectacle unique en son genre, totalement original, conjuguant ses chansons enlevées (où l’on percevait au départ la patte d’un Souchon) et les prestations dynamiques des membres du Cirque Plume (quatre ou cinq garçons et une jeune femme).

 

aldebert.jpg

 

De la BD ligne claire en chair et en noces : le mariage du tour de chant et des tours de piste (de l’acrobatie, du jonglage, du trampoline, de l’expression corporelle, etc.), le tout mis en scène dans un climat d’humour permanent, le « chef » des saltimbanques n’hésitant pas à perturber régulièrement le concert. Un spectacle sur le fil, mais du haut vol (Aldebert s’offrira lui-même un saut périlleux !) et une réussite indéniable, comme le montrait l’auditoire, débordant d’enthousiasme, faisant la preuve qu’il existe des publics de qualité, ouverts à la découverte (le fruit sans aucun doute de la confiance, jamais trahie, accordée aux programmateurs).  

 

 

Mine de rien, Aldebert renouvelle le genre, sans rien retirer au spectateur en quête d’émotion. Il lui offre au contraire un plus teinté de poésie et d’euphorie visuelles (la performance physique du Cirque Plume étant de toute beauté), un supplément d’âme là encore à mettre au crédit d’Alors… Chante ! (et au talent, bien sûr, des artistes, chanteur, musiciens et enfants de la balle confondus). Au final, Aldebert reprendra J’ai dix ans… de Souchon, en l’adaptant à son répertoire, pour fêter dans la joie partagée son dixième anniversaire de scène (c’est le titre de ce nouveau spectacle) et introduire habilement les vingt-cinq ans de la manifestation.

(À SUIVRE)

 

NB. Les photos sont de Francis Vernhet, « envoyé spécial » à Montauban…

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 18:02

Supplément d’âme

 

Nous l’avions annoncé en primeur dès le mois de janvier : la soirée anniversaire de la vingt-cinquième édition du festival « Alors… Chante ! » de Montauban, du 11 au 16 mai dernier, invoquerait – convoquerait – l’âme des poètes, « en bouclant la boucle intergénérationnelle des artistes auxquels il a fait la fête ou qu’il a révélés ». Nous y étions et, comme on pouvait l’espérer, la fête a été à la hauteur de l’attente… à l’image du reste de l’affiche.

 

Ce soir-là, vendredi 14 mai, la manifestation dirigée par Jo Masure bat son plein déjà depuis cinq jours. Il y en a pour tous les goûts et tous les publics amateurs de chanson vivante. Dans toutes sortes de jauges aussi. Par ordre croissant de capacité : le Chapitô, destiné (en fin de matinée, début d’après-midi) à la programmation jeune public, « Mômes en zic » ; le Magic Mirrors, lieu d’accueil convivial à partir de 14 h 30 des fameuses Découvertes de Montauban (dont les Vendeurs d’Enclumes seront cette année les principaux lauréats) et de concerts plutôt atypiques et souvent captivants en soirée ; le Théâtre Olympe de Gouges, jolie salle à l’italienne, de capacité médiane pour spectacles « à dimension humaine » à 18 h ; enfin, à 21 h 30, la salle Eurythmie, nécessaire aux soirées de grande affluence (3000 places, moitié assises moitié debout).

 

 

Première constatation : tout est plein, partout, tout le temps, ou presque. Y compris le Chapitô pris d’assaut par les écoles, pour le plus grand bonheur des artistes (Pascal Parisot, David Sire, Abel, Vincent Malone, Bouskidou… et deux spectacles exceptionnels, Les Gens, présenté par La Côterie, autrement dit l’essentiel des Têtes Raides, Christian Olivier en tête, et Hector le Facteur, conte musical signé Nicolas Berton qui forme avec Liz Cherhal et Olivier Touati le trio Uztaglote). Alors… Chante ! est vraiment devenu l’un des tout principaux festivals de chanson en France, et même de l’espace francophone, l’alter ego printanier des Francofolies estivales de La Rochelle dont il a quasiment le même âge (les Francos ont fêté leur 25e anniversaire l’été dernier). L’un des plus courus aussi, la preuve ; sa qualité d’accueil, la sensibilité de son équipe organisatrice, les bénévoles de l’association Chants Libres présidée par Jean-Pierre Crouzat (cofondateur du festival avec Jo Masure), apportant un plus indéniable, un véritable supplément d’âme.

 

La Fédération des festivals de chanson francophone  

Ici, on ne fait pas que dérouler le tapis rouge aux tourneurs et aux artistes en tournée, on a une vraie politique de programmation, comme on pouvait dire d’un journal comme Chorus (ou comme Paroles et Musique auparavant, dont Jo Masure a rappelé publiquement, et de manière fort sympathique, qu’il avait inspiré Alors… Chante !), qu’il possédait une vraie politique éditoriale, une réelle spécificité. D’ailleurs, signe qui ne trompe pas, Alors… Chante ! est chaque année le siège de l’assemblée générale du collectif des festivals francophones, créé dans la cité d’Ingres en mai 2005 à partir d’une charte édictant une vision culturelle et non pas mercantile de la diffusion de spectacles. Ses premiers signataires et ceux qui ont rejoint depuis ce collectif, devenu officiellement lors de cette édition la « Fédération des Festivals de Chanson Francophone » (FFCF), revendiquent notamment « un projet et une direction artistique reconnaissant la chanson comme un art majeur, le respect des artistes accueillis et du public (notamment en matière de son) et un travail de découverte de nouveaux talents et de mise en lumière d’artistes de répertoire ». 

La FFCF, ouverte aux postulants de toutes tailles (y compris des salles proposant un festival en cours d’année comme par exemple le Train-Théâtre de Portes-lès-Valence ou les Trois Baudets de Paris) qui remplissent ces critères, compte développer toujours plus les échanges entre festivals du territoire francophone s’agissant des artistes émergents. « Il s’agit d’initier des complicités plutôt que des concurrences », note le texte de la charte fondatrice. Aujourd’hui, quelque vingt-cinq festivals de Belgique, de France, du Québec et de Suisse composent ladite Fédération (dont on trouvera le détail en liens privilégiés de Si ça vous chante, depuis la page d’accueil, avec tous leurs contacts utiles). 

Dans le Tchatchival, journal quotidien du festival, Bernard Kéryhuel (qui en est le rédacteur en chef… et fut l’un des rédacteurs « historiques » de Paroles et Musique, avant de fonder en Vendée l’association Chants-Sons et le festival Chant’appart), écrit ceci : « Les festivals ont un poids économique considérable. Ils sont facteurs de développement, génèrent de l’emploi, contribuent à l’image des territoires. Ils sont utiles au secteur culturel dans la mesure où ils sont fédérateurs et génèrent fréquemment des synergies entre acteurs institutionnels et privés. Enfin, les festivals représentent des enjeux essentiels pour le développement de carrière des artistes, ils sont souvent des “terres d’accueil” pour les nouveaux talents. » CQFD. À partir de ces constats, la FFCF, par le nombre, la qualité et la diversité de ses membres, devrait pouvoir représenter une force suffisamment incontestable en soi, et d’autant plus nécessaire en période de crise économique, pour que la chanson soit enfin reconnue comme un art à part entière, avec les conséquences pratiques qui en découleraient dès lors au plan des pouvoirs publics voire des médias. 

Elle vient en tout cas à point nommé, au moment (qui dure déjà depuis quelques années : souvenez-vous de la « Génération Chorus » qui a commencé d’émerger vraiment au milieu des années 90, et s’est prolongée par la « Nouvelle Scène ») où les nouveaux talents actuels sont meilleurs, globalement (par rapport à leur âge et à leur courte expérience), que jamais ; ayant parfaitement intégré un double héritage capital : celui du texte qui constitue la marque de fabrique de la chanson française au long des siècles, et celui de la technique musicale, parfois défaillante jadis (surtout par rapport aux musiciens anglo-saxons) bien que les mélodies et les musiques de genre aient toujours fait partie intrinsèque de la chanson francophone.

 

dessin-montauban.jpg

 

Et pour ce qui est de mettre en valeur ces nouveaux talents, sans oublier de mettre en lumière les artistes du répertoire, Alors… Chante ! n’a de leçon à recevoir de personne, qui s’est bâti justement sur cette double spécificité, comme l’a montré la soirée anniversaire de sa vingt-cinquième édition. On y a retrouvé la quasi-totalité des principaux lauréats des Découvertes depuis l’an 2000 (les absents, comme Jeanne Cherhal, hélas, étaient retenus par ailleurs), quatorze au total, soit (par ordre alphabétique) : Aldebert, Amélie-les-crayons, Stéphane Balmino (ex-Khaban’), Travis Bürki (ex-Ü), Manu Galure, Daniel Hélin, Imbert Imbert, Jamait, Nicolas Jules, K, Presque Oui (alias Thibaud Deféver), Thierry Romanens et Carmen Maria Vega. Outre Murielle Magellan, la toute première lauréate des « Ricochets » (1985), concours local de chanson qui préfigurait les futures Découvertes du festival. 

Ces « nouveaux venus » dans la carrière allaient s’employer, pour le plus grand bonheur des trois mille spectateurs emplissant Eurythmie, à rendre hommage à leurs illustres aînés, invités d’honneur d’Alors… Chante ! au fil de ses premières années : Hugues Aufray, Leny Escudero, Léo Ferré, Juliette Gréco, Georges Moustaki, Claude Nougaro, Pierre Perret, Serge Reggiani, Renaud, Charles Trenet…

 

Des Bravos qui se donnent la main  

Mais on n’en est pas là. Après un grand spectacle gratuit, en plein air, avec Weepers Circus et Soan pour ouvrir officiellement le festival le lundi (le Cubain Raul Paz le clôturant le dimanche), le mardi fut une grande journée – de l’avis de témoins autorisés (dont nos ex-collaborateurs Yannick Delneste et Francis Vernhet). Les spectateurs se régalèrent, chacun dans le style et la couleur qui lui correspondait le mieux, avec l’excellente chanteuse belge pour enfants Geneviève Laloye (sûrement ce qui est arrivé de mieux en ce domaine ces dernières années) ; avec le jeune trio (masculin) Pauvre Martin, lauréat du prix Claude-Nougaro 2009, et l’ovni de la chanson Éric Lareine (qui fêtait ainsi son retour après la sortie, enfin, d’un nouvel album dont on reparlera) ; avec le tubesque Jacques Dutronc, en rockeur classique, et le tout aussi pince-sans-rire Nicolas Jules qui fit plus que tirer son épingle en première partie ; avec Naïf et Féfé enfin au Magic Mirrors pour terminer la soirée, avant le bœuf traditionnel en ce lieu.

 

bravos.jpg

 

Pour les Découvertes, au nombre de douze – sélectionnées parmi nombre d’autres artistes, inclus les cousins francophones retenus dans le cadre d’échanges entre festivals (voir plus haut), par le comité d’écoute de Chants Libres –, c’est le lendemain que s’engagea la « compétition ». À raison de trois par jour. Le mercredi avec le duo Trois minutes sur mer (« On cherchait des titres sur des variantes de Jules Verne… et ce nom est sorti comme ça »), guitare plus sample (« Ça donne un côté un peu hypnotique. C’est rock à deux, un peu… ») ; la Québécoise Salomé Leclerc, seule à la guitare électrique (« Ce côté électrique me change de mes débuts acoustiques, et je commence à développer ma touche personnelle, nourrie de beaucoup de musiques anglo-saxonnes. » Coté francophone ? « J’adore Daniel Bélanger et Catherine Major ») ; et le quatuor belge BaliMurphy (« Il y a une certaine dualité dans le groupe : texte et côté festif. Mais que les chansons soient festives ou intimistes, le texte est vraiment la charpente »). 

Le jeudi avec l’Acadien Pascal Lejeune, découvert l’an passé au Festival de Tadoussac (« Je n’ai pas la prétention de vouloir changer le monde, je veux juste offrir des petites pauses aux gens qui travaillent dur, alors je mets de l’humour… La musique, elle, country-folk, est au service de mes textes essentiellement inspirées de gens comme Brassens et Boris Vian ; oui ce sont des artistes comme eux qui guident ma route ») ; la jeune Zaz, décomplexée sur scène, à la voix au timbre aussi éraillé qu’impressionnant, qui vient de sortir son premier album (« Mes influences musicales sont très variées. Je suis tombée très vite amoureuse du gospel. J’aime la funky music, le rap, le jazz, le latin-jazz, le jazz manouche, les rythmes espagnols et brésiliens. Question textes, Raphael m’en a écrit quelques-uns après m’avoir vue en concert… Quand je chante, j’ai un grand besoin d’exprimer, d’entrer en résonance avec l’autre ») ; et puis l’excellente formation Vendeurs d’Enclumes, repérée depuis belle lurette par les professionnels mais toujours méconnue du public (« Ma façon d’écrire, dit son ACI Valérian Renault, est assez classique et soignée. Sans doute parce que j’ai écouté des classiques tels Brel, Ferré et Barbara. Au niveau musical, c’est pareil : des arrangements super soignés, des musiciens qui viennent d’univers musicaux très variés et ont des doubles casquettes : comédiens-chanteurs, musiciens-ingénieurs du son… J’ai besoin d’être les chansons plus que de les chanter uniquement. D’où notre style très théâtral »).

 

 

Le vendredi avec Jules (« Mon écriture est souvent ludique, distanciée et fantaisiste. J’essaie d’y glisser du second degré. Cela fait partie de ma culture musicale assez traditionnelle. J’ai écouté Brel, Renaud, Goldman, etc. À côté de cela j’ai aussi une culture alternative, la Mano Negra, Noir Désir… ») ; Mo, une jeune femme assez déconcertante au maquillage assumé (« C’est un rituel avant de monter sur les planches, c’est une façon de transcender… Mon but est d’élargir le chant dès que possible en y ajoutant des éléments plastiques, une chorégraphie ainsi qu’un travail sur la voix. Il faut que le verbe, au-delà du fait d’être verbe, ait une vraie musicalité ») ; puis le trio Bardan’ (« Bardane, c’est le nom d’une plante qui a servi à inventer le velcro. Vous savez, ces petites boules qui s’accrochent à vos vêtements dans les champs… »), aux évidentes sonorités celtiques, bien qu’ils s’en défendent (« C’est peut-être la présence du violon qui veut ça, mais je suis désolé, je ne crois pas qu’on soit si breton que ça. On se situe plutôt entre musique rock et chanson française »).

 

 

Le samedi, enfin, avec Ben Mazué, grand garçon blond sympathique, qui navigue étrangement « entre le rap américain, le slam, la musique humaniste, la soul en plus vocal, le verbe français, le sens des mots et la musique noire américaine en général », accompagné d’un homme-orchestre « qui fait un énorme travail » (et « joue » lui aussi de la « boucle », façon Anaïs, Siméo et d’autres encore) ; la jolie Buridane, tout aussi sympathique (et blonde) en guitare-voix, mais trop réservée encore pour convaincre vraiment (« Côté scénique, j’envie l’énorme bagou de certaines de mes consœurs. Moi, j’écris pour extérioriser des choses. Je ne maîtrise pas le public, à lui de prendre ou de laisser. Je propose et il dispose ») ; puis Le Larron, qui est mon coup de cœur à moi, notamment pour son regard critique et distancié sur la société. « Je ne veux pas être donneur de leçons, prévient-il néanmoins, je trouve cela insupportable. » Alors il fait d’abord dans l’autodérision (« C’est cela l’humour, c’est quand on se moque d’abord de soi »). Musicalement, « il faut une alchimie entre paroles, musique et mélodies. J’ai grandi avec de la musique simple et intelligente : Brel, Brassens, Ferré, Dutronc, Renaud, Arno… ».

 

 

Ces Découvertes 2010 d’Alors… Chante !, suivies par un jury de professionnels et un autre représentant le public (22 pros et 200 spectateurs respectivement), dans un Magic Mirrors qui a fait chaque jour salle comble (550 à 650 personnes), confirmant l’engouement des festivaliers pour ce label de qualité, véritable appellation contrôlée de l’événement montalbanais, ont donné lieu à un triple coup double, puisque les « Bravos » des professionnels et ceux du public se sont donné la main. Première salve d’applaudissements pour les Vendeurs d’Enclumes (dont le chanteur, chauve il y a peu, est désormais chevelu et moustachu) ; la deuxième pour Ben Mazué ; la troisième pour Zaz. Voilà qui en dit long sur le goût du public, qui entérine celui des pros, tous genres musicaux confondus en outre, lorsque les uns et les autres sont sur le terrain. Le seul qui vaille, celui du terreau vivant de la chanson ; la représentation que prétend donner de celle-ci la télévision, faussant les prétendus choix du « grand public », étant, elle, souvent atterrante.

(À SUIVRE) 

 

NB. Les citations des artistes programmés en découvertes sont extraites d’interviews réalisées par Xavier Lacouture pour Tchatchival, le journal du festival.

 

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 14:12

Tout le monde l’aime !

Nous avons déjà eu le plaisir de vous offrir des disques (et nous continuerons de le faire), nous avons aujourd’hui celui de vous proposer des places de spectacle. Trente au total, pour le concert d’Yvan Cujious à Paris, samedi 6 mars, au théâtre des Trois-Baudets. Yvan Cujious ? Comme le dit le titre de son second album, tout le monde l’aime…


…Ou comme l’écrit Michel Trihoreau : « C’est vrai que “Tout le monde l’aime” tout de suite. C’est magique. Le charisme tient à la fois à l’impression du bon copain, tendre et déconneur et au professionnalisme qui sous-tend toutes ses improvisations et ses facéties. » Dans le « Portrait » qui lui était consacré dans le n° 68 de Chorus, Jacques Vassal rappelait les débuts de chanteur de ce Toulousain bon teint : « Arrive la sélection aux Rencontres Georges-Brassens, au Théâtre Molière de Sète, en 1999. Chaque finaliste interprète trois chansons de son cru. Yvan n’en a alors que six ou huit à son actif. Mais sa personnalité, son style s’imposent avec une telle évidence qu’il remporte le prix du jury ET celui du public. […] En 2000 il enregistre un premier album avec le pianiste Thierry Ollé, influencé par Claude Nougaro, qu’il a connu en d’autres circonstances. » Lauréat des révélations « France 3 / Radio Nostalgie » à l’Olympia, il est en effet remarqué par le chantre de Toulouse qui, dans la ville rose, le présente à ses côtés : « Si le talent est une faim, alors Claude m’a donné envie d’avoir de l’appétit… »

Neuf ans s’écouleront entre Chansons des deux mains et Tout le monde m’aime ! paru en mai 2009. Sa chanson éponyme donne le ton, écrit encore Michel Trihoreau : « De l’amour, de la dérision, du second degré narcissique et drôle… Il transforme les peines en joie, rit de ses malheurs… J’aimerais que tu me laisses est le contre-pied d’une chanson d’abandon dans un registre aigre-doux qui piétine les clichés. Le Bal des bambins s’attendrit sur l’enfance, la sienne, la nôtre, avec quelque chose d’universel et d’humble à la fois… »  Dans l’intervalle, Yvan Cujious va se partager entre son activité d’auteur-compositeur-interprète et celle d’animateur de l’émission Les Maîtres-Chanteurs, diffusée le samedi et le dimanche sur Sud-Radio : « J’ai écouté et reçu tout le monde, d’Olivia Ruiz à Cali, de Zebda à Lavilliers ; cela m’a passionné et, sans doute aussi, ça m’a nourri comme chanteur. Mais c’était trop prenant et, en 2008, j’ai dû arrêter. » Il n’en travaillera pas moins, un temps, pour l’antenne de France 3 Sud.

   


En 2009, côté scène, ce joueur de mots multi-instrumentiste (il a commencé par la trompette) chante en première partie de Jamait (dont la tournée passe par le Casino de Paris), se produit au festival Alors… Chante ! de Montauban, au FestiVal de Marne ou participe aux représentations de « Planète Nougaro » aux côtés notamment de Mouss et Hakim et d’Olivia Ruiz… avec laquelle, quelques mois plus tôt, il a enregistré un duo, Le Pont et la Passerelle, sur son nouvel album, arrangé cette fois par l’excellent Lionel Suarez. En 2010, sa tournée se poursuit presque sans relâche qui le voit par exemple en Belgique, au festival Mars en Chansons, ce vendredi 5 (jour d’ouverture de sa 11e édition qui, jusqu’à sa clôture le 21, se déroule presque exclusivement à Marcinelle), puis samedi 6 à Paris aux Trois-Baudets. Ce fameux théâtre, créé en 1947 et animé deux décennies durant par Jacques Canetti, qui a repris du service en 2009 après une longue parenthèse où, entre ses murs, l’érotisme s’était substitué à la chanson : une drôle d’histoire évoquée par Thierry Chazelle (voir Étoiles des neiges sur ce blog) dans sa chanson L’Érotika.

Trente places à gagner
Trente places sont d’ores et déjà réservées à l’accueil aux lecteurs et lectrices de Si ça vous chante, sur simple présentation d’un document d’identité. Si vous voulez en être (le spectacle commence à 20 h 30, avec Sam en première partie), une seule condition : être inscrit(e) à notre « newsletter » (ce que vous pouvez faire maintenant – si ce n’est déjà fait – sans que cette inscription ne vous cause d’autre « désagrément » que d’être averti(e) en priorité, et brièvement, de la mise en ligne de chaque nouvel article).

Mais attention : vu la proximité du concert, vous avez seulement jusqu’à jeudi soir 4 mars (minuit, dernier délai) pour vous signaler par un courriel (à cette adresse spécifique : sicavouschante.info@orange.fr), en indiquant vos nom et prénom et le nombre de places souhaitées (deux maximum). Par souci d’équité, nous procéderons ensuite à un tirage au sort et avertirons aussitôt en direct les gagnants. Ne tardez donc pas à réagir… et, si ça vous chante, de laisser en outre un « commentaire » en bas de cet article (par exemple sur cette initiative précise, à propos d’Yvan Cujious voire du blog en général, des rubriques que vous préférez et, le cas échéant, de ce que vous aimeriez y trouver ou voir développer).




Dernière précision : les trente « élus » seront placés côte à côte dans la salle (64 bd de Clichy, Paris 18e), de façon à leur permettre, si ça leur chante, de faire chorus entre eux ! Voilà une idée, qu’elle est bonne, aurait dit le cher Coluche ! Non ?

Et pour aller d’ores et déjà plus loin avec notre maître-chanteur, rendez-vous sur son site myspace. Ou sur scène, pour notre lectorat suisse, au festival Voix de Fête (dont la 12e édition s’achève le 14 mars), en show case à l’espace pro, le 12 à Genève. Au fait, si Tout le monde m’aime est sorti en licence chez Wagram, le label de production d’Yvan Cujious porte le joli nom de Passerelle... D’une passerelle (de l’hiver) l’autre.

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article