Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 14:54

Rencontres Marc-Robine, dixième...


Il y a les festivals qui jouent correctement leur rôle de diffusion d’une chanson intergénérationnelle et de promotion des talents émergents, et puis il y a les festivals qui surfent seulement sur la vague de l’air du temps et du succès éphémère (mais aussitôt rentable) ; il y a les festivals grand public à œillères qui occultent presque totalement la chanson de proximité, comme dirait Michel Trihoreau, celle qui pourtant constitue l’essentiel de notre création, et puis il y a les festivals sourds et aveugles à tout ce qui ne ressort pas d’un genre donné dans lequel ils s’enferment et se sclérosent. Et puis, il y a les festivals qui ouvrent des portes, dans la fraternité artistique et le partage convivial. Parmi ceux-ci – comment aurait-il pu en être autrement sans usurper leur appellation ? –, les « Rencontres Marc-Robine » qui célébraient déjà pour la dixième fois, du 16 au 19 juillet, la mémoire de notre ami… 
  

Vue-mediatheque.jpg

 
Blanzat (département du Puy-de-Dôme, région Auvergne), 3400 habitants seulement… mais une commune mue d’une belle volonté politique qui lui a permis de se doter d’infrastructures culturelles que nombre de villes moyennes lui envieraient : un complexe ouvert aux spectacles, expositions et conférences, la salle Muscade, et un grand bâtiment avec étage, la médiathèque (d’agglomération) Aimé-Césaire, qui, ouverte en 2013, s’associait pour la première fois aux Rencontres Marc-Robine, organisées par l’association « On connaît la chanson ». J’ai d’ailleurs eu le plaisir d’être le tout premier à inaugurer cette collaboration avec ma conférence sur la fabuleuse histoire du Grand Jacques aux Marquises. Et – le croirez-vous ? – la salle était comble, il a fallu rajouter au dernier moment plusieurs rangées de chaises…
  

Mediatheque.jpg

 
L’Auvergne et la chanson, c’est toute une histoire que nous vous avons régulièrement contée dans la revue
Chorus au long des années 90 et 2000. Blanzat, donc, avec son association et ses actions permanentes de diffusion, de promotion et d’accompagnement de la chanson dans les différents départements de la région (notamment, depuis 2004, avec ses « Rencontres Marc-Robine », nées à St-Bonnet-près-Riom). Et puis Cébazat, tout à côté, avec le Sémaphore, une grande salle conventionnée, sa saison culturelle et son festival « Sémaphore en chanson » (la prochaine édition, quatorzième du nom, s’y déroulera du 7 au 14 novembre). Enfin, à Clermont-Ferrand, les « Rencontres de la chanson française » dues au tenace et passionné Claude Mercier qui ont permis, durant un bon quart de siècle, de mettre en évidence l’essentiel de la relève française voire francophone. Puys-de-Dome.jpgSans oublier, à Cournon d’Auvergne, la Baie des singes, le « petit haut lieu » de l’humoriste Chraz dédié aux one-man-shows et à la chanson. Bref, terreau particulièrement fertile (voire volcanique) pour la chanson vivante que cette vallée de la Limagne, surplombée par la chaîne des puys, avec le Puy-de-Dôme en point d’orgue. 

Les Rencontres Marc-Robine ? Elles sont nées de l’admiration que lui professait Alain Vannaire, l’âme et la cheville ouvrière d’« On connaît la chanson », et des liens qui s’étaient tissés entre lui et Marc lors de venues de celui-ci dans son festival. Pour leur dixième édition, ma présence avait été requise pour parler de celui qui nous accompagna vingt-trois ans durant, dans l’amitié et le travail étroitement mêlés. Une première pour moi, que de retracer ainsi, en public, pendant près de deux heures (avec ma chère et tendre aux manettes, pour illustrer le tout en son et lumière sur grand écran), la vie et l’œuvre de celui qui se définissait comme « un colporteur de chansons ». Moment d’émotion intense, forcément, et de partage (visiblement) nécessaire. « …Et nous savons tous, à ce moment précis – écrit Claude Fèvre sur le site « NosEnchanteurs » qui a couvert la manifestation – que nous vivons à l’écouter un moment rare. »
  

Robine-Hidalgo.jpg 

C’était en début d’après-midi dans la grande salle d’expositions de La Muscade, où Radio Arverne ouvrait ensuite ses micros aux Rencontres, chaque jour de 17h à 19h, en particulier aux artistes à l’affiche ou seulement de passage qui venaient en outre chanter une chanson ou deux en public ; comme Rémo Gary, qu’on écoute toujours avec bonheur, ou Coline Malice, la régionale de l’étape. Le lendemain, même heure, même chaleur (au propre et au figuré)Vannaire mais à la Médiathèque cette fois, c’est de Brel l’aventurier magnifique que j’allais parler. Comme un « bonus » à la plus belle et sensible biographie qui lui ait été consacrée… par Marc Robine. Tout se tient, tout s’enchaîne comme je l’ai montré lors de cette causerie (une synthèse, en fait, de ma conférence)… et tout continue, car Jacques Brel reste vivant auprès de ses amis des Marquises (qui sont désormais les miens). 

C’est à la Muscade que tout le monde se donne rendez-vous dans la matinée. C’est au restau du festival (la cantine de l’école maternelle) que festivaliers, artistes et organisateurs se retrouvent pour papoter en liberté. C’est aux conférences qu’on accourt (le lendemain de mon départ, hélas obligé, Jacques Bertin présentait la sienne sur Félix Leclerc dont on célèbrera le 2 août le centenaire de la naissance). C’est à la salle d’expos qu’on assiste ou participe aux deux heures quotidiennes de radio en direct, coanimées par Alain Vannaire, qu’on découvre une belle exposition (de Serge Féchet et Jacqueline Girodet) sur « les paysages de Jacques Bertin », une autre sur les dix ans des Rencontres (photos d’André Hébrard)Livres-copie-1.jpg ou qu’on fouille dans les bacs de disques vinyles et CD, de livres et de revues aussi, à la recherche de petits bonheurs (tirés de la collection de Jean-Yves Coissard : troc à volonté !). 

C’est ici aussi qu’on se rencontre, qu’on se retrouve, qu’on se reconnaît. Entre « usagers » d’Internet et familiers de « Si ça vous chante » (ou de « La maison de la chanson vivante ») comme les passionnées Martine F. ou Danièle S. Entre anciens « toujours orphelins » de Paroles et Musique et/ou de Chorus, comme Gérard S. Disques.jpg(qui organisa le dernier concert de Francis Lemarque) ou Serge J., président d’une association de chanson située en Lorraine. Plein d’autres comme Arturo González Martín, ami des poètes de la chanson et poète lui-même, venu spécialement de la région de Madrid (et auteur d’un superbe pregón* sur la manifestation, ci-dessous en post-scriptum pour l’introduction et en castillan dans le texte pour la partie qui me concerne… que je ne résiste pas au plaisir de reprendre, sans aller jusqu’à oser la traduire), ou Christian Landrain, venu lui d’Ivry, du Picardie plus précisément dont les murs restent imprégnés du souvenir d’Allain Leprest… Banderolledont les Rencontres Marc-Robine accueillirent l’ultime récital, un soir d’été 2011. 

À Blanzat, où tout se fait à pied, on est du matin au soir comme immergés dans un bain, de chansons bien sûr mais aussi et surtout de fraternité et d’ouverture. Et resurgissent spontanément en moi les vers de Jean Vasca : « Un jour la vie sera comme une main ouverte… », « Fraternité à la fenêtre… », « J’ouvre des portes… », « Amis soyez toujours… » Ici, on incarne la chanson telle qu’on l’aime, c’est-à-dire attisant la curiosité et le dialogue, jouant le rôle de trait d’union, rassemblant les énergies éparpillées, tissant du lien social et jetant des passerelles entre les êtres et les situations. 
       

 

Pour ce qui est de lancer des ponts, le Grenoblois Laurent Berger est un orfèvre en la matière. Aussi imposant à la scène par le physique que réservé à la ville, ce grand gaillard tricote l’écriture et la musique de ses chansons (accompagné par la délicate et virtuose Nathalie Fortin au piano) comme un artisan amoureux de son métier. En provenance directe du pont (et du festival !) d’Avignon, Laurent Berger allait d’emblée nous entraîner sous d’autres ponts, ceux de Paris d’où l’on finit par s’élancer, sans un rond mais pour de bon, « dans son dernier voyage / de ce bateau sans voiles / vers son ultime étoile » :

Car si j’ai de la veine
Si les vents me comprennent
Je veux que mon radeau
Ma galère, mon berceau
Tout chargé de mes doutes
Sache trouver sa route
Où l’amour vaut encore
Un peu plus cher que l’or…
Et qu’il s’immobilise
Enfin aux Marquises. »
       

 

 
Me revient alors en mémoire ce que Marc Robine, justement, écrivait à son sujet (dans le n° 37 de
Chorus) en 2001 : « Écriture remarquable, accompagnement musical limpide et intelligent, jeu de guitare assuré et voix d’une subtile sensualité métallique. Prenons date : funambule sur le fil incertain qui va de Brel à Leprest en passant par Dimey, ce type ira loin. Ou alors les amateurs de chanson n’ont plus que des curiosités frileuses… » Pas un mot à changer treize ans plus tard ! Sauf bien sûr à s’inquiéter sur ce qui pousse le grand public et surtout les grands médias (faute d’une véritable mission de service public) à ignorer systématiquement de tels artistes. 

Plein chant dans l’esprit et la forme (superbe voix, profonde et chaude), chanson de haute tenue et cependant à hauteur d’homme (un alliage d’autant plus beau qu’il est rare). Famille Brel, Leprest, Dimey, c’est sûr, Vasca, Bertin et Bruno Ruiz aussi, mais sans ostentation. Tout juste une référence soudaine, un clin d’œil pour initiés. Ainsi, le Grand Jacques qui avait « mal aux autres » et professait toujours la nécessité d’« aller voir », aurait-il été heureux de constater que les graines d’avenir et d’altruisme qu’il avait semées ne l’ont pas été en vain : « Aller voir / Juste en bas de chez soi / Il suffit d’une fois / Pour que son regard change / Aller voir / Sur le trottoir d’en face / Là où la vie se passe / Et se fait plus étrange… »
  

Bobin.jpg 

C’est dans un véritable écrin qu’on se presse au concert – deux récitals par soir ; une salle en gradins de 200 places, à l’acoustique parfaite. Ici, la tradition l’oblige, un projecteur braqué dans le noir sur un portrait dessiné de Marc Robine au-dessus de la scène (avec, en légende, cette citation de La Peur et la Fatigue, tirée de son album L’Errance : « On m’avait prévenu qu’il y aurait toujours un morceau de chemin que je ne ferais pas »), on commence chaque soirée par une de ses chansons enregistrées. Les Terre-Neuvas, Les Aventuriers
  

Marc Robine – La peur et la Fatigue
   

À l’entracte et à la fin, on se retrouve pour échanger. Les avis, même concordants, ne sont jamais définitifs ; même dans la discordance, ils restent ouverts à la discussion. Comme avec le Québécois Moran, qui développe un univers intime sur fond de batterie et de riffs de guitares. Comme avec le groupe Musiques à ouïr dans un spectacle concept autour du répertoire de… Brigitte Fontaine : des chansons déjantées, un groupe qui ne craint pas d’aller encore plus loin, cela peut surprendre. Pour ma part, j’ai adoré ! Mené par le « percuteur »-arrangeur Denis Charolles, Musiques à ouïr (ex-Étrangers familiers qui revisitèrent naguère, avec Éric Lareine, les chansons de Brassens) c’est aujourd’hui un collectif de cinq musiciens multi-instrumentistes de haut vol (harpe, cuivres, batterie, claviers et cordes), dont trois au chant en complément de ou en alternance avec Oriane Lacaille (la fille de René, oui) et… Loïc Lantoine.

  

Musiques-a-ouir.jpg 
Cela commence de façon très classique avec
Cet enfant que je t’avais fait  (Higelin-Fontaine), sur les notes cristallines de la harpiste, et puis ça dérape dans la provocation et l’humour absurde. Quelle jubilation ! Pensez : Conne, Le Nougat, Brigitte, La Symphonie pastorale, La Viande, Kékéland… avec un sommet himalayesque au centre du motif : Lantoineun dialogue joué-chanté entre Areski et Fontaine, autrement dit Aurélie (la harpiste) et Loïc (car lui fait la fille et elle le garçon…). L’Incendie ! Un morceau d’anthologie, entre impassibilité (la description quasi-scientifique de la catastrophe en cours) et inquiétude (avec un Loïc Lantoine grandiose, masquant ses craintes au départ, l’air détaché, pour finir totalement frénétique) devant le désastre grandissant jusqu’à la chute finale de l’immeuble en flammes, après une explosion de gaz. Dix bonnes minutes de fou rire irrésistible, la salle écroulée, hurlant et pleurant de rire, n’en pouvant plus devant les mimiques et la gestuelle de Lantoine, dansant sur lui-même comme un Leprest mâtiné du meilleur Bourvil. Cocktail détonant ! Colossal. Grand moment. 

Pour Loïc Lantoine, ce spectacle n’est pourtant qu’« une parenthèse, en forme de récréation ». Alors ne le manquez pas s’il vient à passer près de chez vous et que « la » Fontaine revue et corrigée vous incite à l’ouïr plutôt qu’à la fuir. Mais souvenez-vous, de toute façon, que Loïc Lantoine, le spécialiste de « la chanson non chantée » (voir « Alors... chante ! 2 » vers la fin du sujet), est l’un de nos meilleurs auteurs francophones. Et quelle présence ! Quel charisme ! Quand Lantoine paraît, le public, aux anges, est captivé. 

Un mot encore, car je n’étais pas parti pour un compte rendu, d’autant plus que j’ai manqué les  prestations notamment de Kent, de Michel Bühler et de Jacques Bertin (avec ses propres chansons mais aussi dans une création autour du répertoire de Jacques Douai, disparu il y a dix ans), pour évoquer un des talents les plus prometteurs (et déjà bien connus) de la relève, j’ai nommé Frédéric Bobin
          

  

À la guitare, avec l’excellent Mikaël Cointepas à la contrebasse, il nous enveloppe de chansons tendres sans faire l’impasse, à travers des cas d’espèce, sur les préoccupations sociales et la dérive sociétale. Les textes sont écrits en symbiose avec son frère aîné, ses musiques font la part belle aux mélodies, la voix est chaleureuse et l’homme aussi attachant à la ville qu’à la scène. Que demander de plus ? Une distinction ? C’est fait : l’an dernier il a été lauréat du premier Prix Marc-Robine. Sûr que celui-ci aurait été particulièrement fier de voir son nom associé aux chansons de Frédéric Bobin. Reste maintenant à espérer que l’artiste saura creuser son sillon jusqu’à toucher l’ensemble du public qu’il mérite.  

 

  

Amis soyez toujours, chante Jean Vasca. À Blanzat, même sans se connaître forcément, on se sent déjà amis, en tout cas de totale connivence. D’ailleurs, on y rencontre ou retrouve aussi des artistes venus pour le plaisir : Dominique Cista (album Portes éphémères), Marc Gicquel (album Reggianissimo), Coline Malice (nouvel album Les Nouveaux Riches), Gérard Mayen (double album Encore Intime-idée), Jean-Michel Piton (album Le cœur se sert de tout…). D’autres sans doute que je n’ai pas reconnus ou qui ne se sont pas présentés à moi.
  

Remo-gary.jpg 

Et puis Rémo Gary bien sûr, venu à Blanzat cette fois pour diriger avec Frédéric Bobin la chorale des spectateurs (« Chanter sur un volcan »), et qui s’interroge de plus en plus – au point de douter du pouvoir de la chanson – non seulement sur l’adéquation, parfois déficiente on le sait, entre l’homme et l’œuvre, mais surtout sur l’osmose ressentie par un certain public avec certaines idées chantées… sans entraîner pour autant quelque retombée positive que ce soit sur la marche du monde. Il en a d’ailleurs fait une chanson, paroles et musique, sur son nouvel album, Idées reçues
         
 

  

Une chanson – interprétée en direct à Radio Arverne, seul à la guitare – qui résume cette question de la plus simple et belle des façons : en énumérant, en guise de couplets, les membres d’un panthéon à faire figurer au fronton de toutes les écoles (républicaines) de France (et d’ailleurs, car on y retrouve aussi bien Machado que Van Gogh, Neruda que George Orwell, etc.), avec ce refrain aussi sobre qu’éloquent : « On devrait être / Ce que ceux-là / Voulaient pour nous / On devrait être / Ce que ceux-là / Voulaient pour nous. » Paroles et musique : Rémo Gary. À la guitare Frédéric Bobin, à la contrebasse Mikaël Cointepas, au piano Joël Clément. Et aux chœurs, je l’espère : tous les fidèles de Paroles et Musique puis de Chorus – déraciné sans préavis comme de la mauvaise herbe il y a cinq ans, jour pour jour, au moment où j’écris ces lignes –, et désormais de « Si ça vous chante ». 

Amis soyez toujours ces veilleuses qui tremblent
Cette fièvre dans l'air comme une onde passant
Laissez fumer longtemps la cendre des paroles
Ne verrouillez jamais la vie à double tour…

 

* « PREGÓN PARA 10 AÑOS DE MÚSICA SOBRE UN VOLCÁN LLAMADO MARC ROBINE »

(Qu’est-ce qu’un pregón ? Pensez à un marché où l’on vend de tout, du neuf et du vieux, et où les vendeurs présentent leur marchandise à tue-tête… Le pregón est devenu aussi un genre littéraire qui se pratique lors des fêtes populaires et qui a été repris par des poètes comme Rafael Alberti, Gloria Fuertes, etc.) 

« Manifeste pour 10 ans de musique sur un volcan nommé Marc Robine »
(par Arturo González Martín)

« Entrez, messieurs, mesdames, entrez ! Entrez, vous tous, chers mammifères, dans ce haut lieu de rencontre autour de Marc Robine, notre père à tous pendant bien des années, et passé au rang de fils de “On connaît la chanson”. Entrez, entrez dans ce marché cordial où l’on vend les meilleurs produits du monde, et où l’on vous en offre d’autres venus de planètes à venir…

Je vous vends les quatre vents,
L’air de la liberté,
Le cyclone de l’imagination,
Les zéphyrs de la joie,
Les alizés de l’espérance et de la paix.

Entrez, et achetez mes grimpeurs bénévoles qui escaladent pas à pas les sommets de la vérité blessée par la foudre de toutes les guerres…

« VENDO Hidalgos, con sus profundas y precisas historias sobre Jacques Brel y sobre los cantos y cantantes de casi todo el mundo, en alas de libros, revistas y encuentros horizontales… VENDO palabras vestidas de fiesta y pasión… VENDO Hidalgos con lujos de Altamira, escuchador de músicas nacidas en mil y un puertos de Francia, novelas con guitarra… ¡Canta, Hidalgo, canta! ¿ Dónde canta Hidalgo? ¿Cuándo canta? Su voz ilumina las costas de la Africa oscura, de la América más ignota como navío perdido… o excita, incita y forma círculos con el arco íris de voces de Brel, Brassens, Ferré o Marc Robine… y la suya, mascarón de proa hacia lo cierto… una voz navegante, serena, que absorbe el viento de los cuatro que viven… y en Francia se remansa sobre papel y lechos digitales. »


Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 16:49

Les « Découvertes » au cœur… d’Alors Chante ! 


Cela fera cinq ans, l’été prochain, que Chorus a disparu. Mais chaque printemps à Montauban, l’affiche d’Alors… Chante ! continue de faire chorus en associant artistes émergents et confirmés de la plus belle eau, offrant ainsi « un panorama riche et singulier de la chanson » qui s’exprime dans la langue de Molière. Revue de détail, du lundi 26 au samedi 31 mai, d’une édition qui fêtera les vingt ans des Ogres de Barback : la vingt-neuvième d’un festival où l’on se sent comme en famille…
  

 

 
Au départ, en 1986, celui-ci s’était donné – à la façon du mensuel Paroles et Musique avec lequel les dirigeants d’Alors… Chante !, son directeur Jo Masure en tête, ont souvent revendiqué une filiation d’esprit – une sorte de ligne éditoriale composée de trois critères essentiels : refléter la réalité de la chanson vivante, médiatisée ou pas ; saluer la carrière des grands de la chanson et leur faire « la fête » ; s’appliquer à déceler le meilleur des lendemains qui chantent et le donner à voir et à entendre au public et aux professionnels.

Avec le temps, le premier critère étant imprescriptible et le deuxième se heurtant à l’impitoyable « évolution » d’un métier qui, depuis une dizaine d’années, rend les carrières au long cours de plus en plus difficiles pour ne pas dire improbables, Alors… Chante ! s’est particulièrement attaché au renforcement de son troisième axe fondateur : les jeunes talents. 

 

 
Fini les « Fêtes à… » où l’invité(e) d’honneur se voyait célébré(e) par ses pairs lors d’une soirée finale, après qu’il (ou elle) avait assisté à toute l’édition, côtoyant les spectateurs au quotidien. Fini les grands moments partagés avec (par exemple) Hugues Aufray, Pierre Barouh, Leny Escudero, Léo Ferré, Juliette Gréco, Georges Moustaki, Claude Nougaro, Serge Reggiani, Pierre Perret… ou, pour les générations suivantes, avec Catherine Lara, Louis Chedid, Francis Cabrel, Laurent Voulzy, Renaud et ainsi de suite (sans parler de leurs amis présents, les Maxime Le Forestier, Allain Leprest, Kent, Nilda Fernandez, Romain Didier, Jean Guidoni, Juliette, Yves Jamait, etc.), jusqu’aux paris engagés avec certains représentants de la « relève » comme Bénabar, Sanseverino ou Renan Luce. Fini, oui, les fêtes collectives autour d’un artiste et place aux « Découvertes » de Montauban, avec un espace spécifique formalisé en l’an 2000.
  
 

 
Dès lors, douze artistes ou groupes sélectionnés par l’équipe de programmation se succédaient pendant la semaine de l’Ascension devant un parterre de curieux et de professionnels (parmi lesquels les directeurs d’une trentaine de festivals chanson de l’espace francophone rassemblés en fédération). En l’espace d’une douzaine d’années, le public a pu découvrir ainsi nombre d’artistes prometteurs, comme Agnès Bihl, Nicolas Jules, Bénabar, La Rue Kétanou, Franck Monnet, Jeanne Cherhal, Pierre Lapointe, Jamait, Camille, Thierry Romanens, Aldebert, Tom Poisson, Amélie-les-Crayons, Émily Loizeau, Karpatt, Khaban’, Catherine Major, Balbino Medellin, Renan Luce, Damien Robitaille, Daphné, Benoît Dorémus, Imbert Imbert, Barcella, Presque Oui, Mélissmell, Carmen Maria Vega, Zaz, Chloé Lacan, Zoufris Maracas, Liz Cherhal, bien d’autres encore, avant que les producteurs et les grands médias, pour les plus chanceux d’entre eux, ne s’y intéressent. Mais cette année, à la veille de sa trentième édition, le festival a mené une importante réflexion sur la question de ses découvertes, compte tenu de l’époque, « très mouvante, et de ses nouveaux enjeux ».
       
 

 
Le choix de douze artistes par édition restait-il pertinent, alors que « la chanson a changé, décalant petit à petit ses frontières vers d’autres genres musicaux » ? Jo Masure et son équipe ont donc décidé « de faire de la scène découverte le cœur du projet d’Alors… Chante ! à Montauban, en passant de 12 à 28 artistes et formations venant de la pop, de l’électro, du hip hop, de la chanson, mais tous et toutes rassemblés par la même langue qu’ils défendent. » C’est un pari, certes, qui ne connaîtra peut-être qu’un printemps, mais un pari assumé : « Certains n’existeront peut-être plus dans quelques mois ou quelques années, d’autres seront les futures têtes d’affiche des grands événements. Mais tous auront le mérite d’avoir participé au renouveau de la chanson et à son questionnement, ainsi qu’à la vitalité d’un festival fêtant sa vingt-neuvième année, donc encore très jeune… et pour longtemps encore. »
       
 

 

On le voit, l’optimisme est de rigueur à Montauban, malgré un contexte général plutôt déprimant : production en berne, tournées et fréquentation en baisse, peu ou plus de suivi des nouveaux talents encensés la veille et oubliés des médias et des tourneurs-producteurs le lendemain… L’absence d’une revue de référence capable d’assurer le suivi artistique, de faciliter l’évolution de carrière et de constituer le lien (indispensable) entre toutes les parties composantes de la chanson vivante – des mots pour lutter contre les maux – n’a pas fini de se faire (douloureusement) sentir.
   

 
Passons – provisoirement. Et revenons à nos moutons non pas de Panurge mais à ceux que s’apprête à recevoir le Tarn-et-Garonne, tous fièrement enracinés dans leur espace francophone. On trouvera le programme détaillé de l’édition sur le SITE du festival, que l’on peut toutefois résumer de la sorte, réparti en quatre lieux principaux. Au Magic Mirrors : vingt-huit nouveaux talents, donc, offerts à la découverte, à raison de quatre artistes ou groupes à partir de 14h30 et trois autres à partir de 21h30 ; soit, dans l’ordre d’apparition sur scène, français, belges et québécois confondus : Volin, Baptiste W. Hamon, Horla, Les Hay Babies, Minuit 6 heures, Bigflo & Oli, D-Bangerz, La Demoiselle inconnue, Chouf, Lior Shoov, Nicolas Michaux, Bagarre, Pendentif, Schlauberg, Ottilie (B), Bessa, Le Noiseur, Olivier Juprelle, Marvin Jouno, Av, Peter Peter, Eskelina, Martin Rahin, Auden, Estelle Meyer, Radio Elvis, Grand Blanc et Feu Chatterton.ay NaHay...
       

Cette année, les festivaliers (porteurs d’un passeport donnant droit à ces découvertes) et un large jury de professionnels (composé notamment des directeurs de festivals francophones), chargés de voter pour deux lauréats seulement (« Bravos du Public » et « Bravos des Pros »), ont du pain sur… les planches ! En fait, non (c’était juste pour le plaisir de la formule), rassurez-vous, les spectateurs, le festival ne vous obligera pas à jouer les stakhanovistes de la découverte (au risque de louper bien d’autres petits bonheurs aux mêmes heures) : désormais, en lieu et place des « Bravos » habituels, et quitte à n’assister qu’à une partie de cette programmation, le public et les pros n’auront d’autre obligation que de décerner des « Coups de cœur »... Logique, quand on a la découverte au cœur !

Au Théâtre Olympe de Gouges (à partir de 19h) : Strange Enquête (« Bravos Public » 2013), Les Innocents, Iaross (« Bravos Pros » 2013), Thomas Fersen en solo (ukulélé ou piano-voix), Des Fourmis dans les mains, Dominique Dalcan, Nevché (ex-Nevchehirlian) et Babx à qui l’on remettra sur scène le prix Raoul-Breton de la Francophonie (après Alexis HK l’an dernier).
     

 
Dans la grande salle d’Eurythmie (à partir de 20h) : Bensé puis Zaz, le mardi 27 mai ; Nathalie Natiembé (la Réunion), Giédré puis Les Ogres de Barback qui fêteront leurs vingt ans, le mercredi ; François & The Atlas Mountains, Jeanne Cherhal puis Renan Luce, le jeudi ; Florent Marchet, Gaëtan Roussel puis Jacques Higelin, le vendredi ; Cause Commune, S-Crew puis Fauve, le samedi.
 

Au Chapitô enfin, « Mômes en Zic », en matinée (10h) et en début d’après-midi (14h30), la programmation jeune public toujours très attendue : Les Frères Léon, Soul Béton, Virginie Capizzi, Les Frères Casquette, H2ommes, Vincent Malone, Weepers Circus, Pascal Parisot et Aldebert, à trois reprises (dont une « tous publics »), pour de nouveaux, contagieux et entraînants Enfantillages.
       
 

 

On notera enfin une nouveauté, à 12h15 (les 28, 29 et 30 mai), au Musée Ingres (où l’on trouve non seulement quelques-uns de ses tableaux mais aussi son fameux violon !) : une séance de lecture chansonnière par Christian Olivier. Sous le titre Chut, l’auteur-compositeur-interprète se propose en effet de nous dire des chansons bien connues pour donner à les entendre autrement. Partant du constat qu’« un chanteur sachant chanter sans chanter est un bon chanteur ! », gageons que l’exercice vaudra le déplacement jusqu’à la ville natale de l’auteur de La Grande Odalisque.
  

ChristianOlivier.jpg 

« C’est quoi une chanson sans musique ? » s’interroge le penseur des Têtes Raides. Un « sketch en vers » comme dit Fersen ? « Un skontch » selon Gilbert Laffaille… Un poème, dans le meilleur des cas ? Et une chanson sans texte, au fait ? C’est quoi ? Du bruit qui pense ? Une mélodie ? Une symphonie inachevée ? La réponse, peut-être, à Montauban où, quoi qu’il en soit, a cappella ou pas, le mot d’ordre reste inchangé : Alors… Chante !


Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 18:53

Du Plat Pays aux Marquises (« Brel, la totale »)

 
Rien que le titre, déjà :
L’Échappée Brel. Quelle belle idée ! Une escapade dans le paysage chansonnier de Jacques Brel, d’Amsterdam à Bruxelles en passant par Varsovie, sur les pas de Madeleine, de Mathilde et autre Frida la blonde… Ne manquait plus, pour opérer la jonction entre Ces gens-là et ceux des Marquises, qu’un metteur en scène (et ami commun) ait l’heureuse intuition de penser à nous réunir – « nous », c’est-à-dire le trio officiant avec brio sur scène en paroles et musiques, et l’Hidalgo de service faisant chorus à la narration.
  

Affiche-Echapee-Brel.jpg


Ç’a été (et cela restera peut-être) un moment unique, une simple expérience, mais le « concept » a eu l’heur de séduire le public, embarqué avec le Grand Jacques dans une valse à deux temps – causerie illustrée d’abord ; comédie, chant et notes ensuite – du Plat Pays « jusqu’aux îles droit devant » (cf. La Cathédrale). Un voyage extraordinaire au bout de la vie, commencé avant même celle de Jacky, du temps de ses grands-parents (« Il attendait la guerre, elle attendait mon père… ») pour s’achever finalement dans cette « Terre des hommes » où « le temps s’immobilise »… et où il (se) repose enfin.

Si j’en ai vu, des spectacles autour des chansons de Brel ?! Pensez donc : quarante ans à arpenter les salles francophones, des milliers de spectacles au compteur, alors… Les ai-je aimés, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… pas du tout ? Je dois à la vérité de dire que le premier et le dernier de ces termes ont (plus que) largement dominé. Pour une belle surprise, combien de déceptions… Il faut reconnaître que, dans le « grand livre » de la chanson francophone, rien n’est plus difficile que de chanter du Brel. Le plus souvent il en résulte des espèces de copies conformes, du costume, de la cravate, du rictus et jusqu’au moindre geste… De la voix aussi, roulements de « r » inclus et bien appuyés, à l’ancienne. Tristes et insupportables caricatures. On ne remplace pas le Grand Jacques ! À l’exception d’Édith Piaf que lui-même révérait (« J’ai beaucoup appris d’elle… Piaf, on ne doit pas l’écouter chanter, on doit la voir chanter »), personne, jamais, n’a fait aussi bien que lui sur scène.

À quoi bon, dans ces conditions, chercher à l’imiter, au risque de désespérer le public doué d’un minimum de sens critique ? Faut-il pour autant renoncer à le chanter ? Sûrement pas. À la condition, toutefois, de ne pas s’évertuer (en vain) à le restituer, mais de l’interpréter – au sens littéral du terme. De le « traduire » chacun à sa façon, de le revisiter, de redonner vie à ses chansons (et non au personnage) avec sa propre personnalité. Ce sera moins bien que lui ? Plus vous que lui ? Et alors ? Tout, sauf tenter la comparaison ! On vous trouvera des défauts, et alors ? « Ce que le public te reproche, cultive-le, c’est toi », disait Cocteau.

Trio-scene
En l’occurrence, le spectacle L’Échappée Brel échappe à tout cela, pour nous prendre par la main et nous conduire là où son concepteur et metteur en scène Jonatan Saïssi veut nous mener. Dans une histoire (d’amour) qui n’est ni la sienne ni surtout celle de l’auteur-compositeur bruxellois, une histoire de femmes avant tout. Comédien à la base, ce jeune homme de pas même 28 ans, a dessiné une trame intelligente (et très simple) que je ne vous raconterai pas, de crainte de déflorer le sujet, mais qui lui permet de reprendre les chansons de Brel qu’il souhaitait. Une sélection par ailleurs inhabituelle qui, sans faire l’impasse sur quelques incontournables, a le bonheur de nous surprendre. Comédien, donc, se mouvant dans l’espace scénique comme à la maison, jusqu’à esquisser quelques pas de danse en situation, et chanteur ô combien ! Capable de tenir la note et de la porter haut, comme l’exigent certaines envolées du Grand Jacques, avec son crescendo typique. Pour l’accompagner, dans tous les sens du terme – car l’histoire commence par un dialogue –, il lui fallait des musiciens au diapason. Et aux petits oignons ! Il les a trouvés en Aquitaine (lui-même est originaire du Tarn et Garonne) et, croyez-moi sur parole, ce ne sont pas des manchots !

Au clavier, à l’accordéon (depuis l’âge de dix ans) et à l’accordina, Fabienne Balancie Argiro, aussi charmante à la ville que délicate et magistrale dans ses arabesques musicales à la scène… où elle devient « Marcelle » – suivez mon regard quand il se porte du côté de Vesoul ou de Vierzon… Quant à Christian Laborde, il reste lui-même, c’est-à-dire un seigneur de la six-cordes qui a côtoyé (voire collaboré avec) les plus grands (comme Marcel Dadi), et qui forme par ailleurs avec l’irrésistible Dalila la brune – l’une des plus belles voix actuelles – l’excellent duo Soham (créé en 1992).

Arrêt momentané sur image (et son), le temps de partager cet extrait de leur nouvel album Absoluble, opus numéro 3 de Soham (« Je suis » en sanskrit), Tournent les vents ; juste pour vous permettre d’aller plus loin dans leur (re)découverte… si, comme je le pense, ça vous chante :



Mais aussi virtuoses soient-ils, Fabienne et Christian ne sont pas que des instrumentistes, ils réussissent la gageure de faire (momentanément) oublier les inégalables arrangements et orchestrations de François Rauber pour adapter à leur manière le répertoire de Brel. Du cousu main qui fonctionne à merveille, sans dénaturer les mélodies mais sans coller non plus aux versions que l’on connaît. Tant et si bien qu’à l’écoute des intros musicales on cherche parfois, et souvent en vain, de quelle chanson il va être question. L’exemple le plus flagrant en est sans doute Amsterdam, sur laquelle Laborde nous offre un superbe collier de notes, en jouant, en picking, sur le manche de sa guitare…

Bref, on est loin, tant dans le chant que dans l’environnement musical, des pâles resucées qui vous font d’autant plus regretter la version originale. On vit, on revit Jacques Brel autrement et on n’en apprécie que plus ce voyage thématique en Brelgique. Dans le public, des gens étaient venus me trouver après ma conférence sur le Grand Jacques aux Marquises, en me disant : Jonatan« C'est sûr, ça vaut la peine de revenir pour le spectacle ?... [la conférence débutait à 17h30 et le concert à 20h30, avec une heure d’interruption entre les deux.] Parce que des spectacles sur Brel, on en a vu des quantités et on a presque toujours été déçus... » Il n’a pas fallu longtemps pour qu’ils applaudissent à tout rompre ! Avec ovation debout à la fin, non pas de façon factice comme à la télé mais portée spontanément par l’enthousiasme collectif.

Veux-tu que je te dise, ami(e) de la chanson ? Cette Échappée Brel m’a valu le même genre de jubilation qu’à la découverte de L’Affaire Brassens (cf. la seconde partie de ma « Lettre à Georges Moustaki »), après cent autres spectacles consacrés à Tonton Georges. Ou qu’à celle de Brel en mille temps, un spectacle collectif créé en Belgique en 1979 et qui tourna par intermittence durant plusieurs années avec des artistes débutants tels qu’Ann Gaytan, Jofroi, Dani Klein, Philippe Lafontaine, Maurane ou plus tard Georges Chelon, Louise Forestier, etc. Qualité, virtuosité, originalité… et authenticité, car Jonatan en particulier (27 ans, je le rappelle, il est né huit ans après la mort du Grand Jacques !) a été bercé par le répertoire de Brel et autres monstres sacrés de la chanson française. Pour le spectateur, le résultat est à la hauteur de la définition du concert qui est tout sauf un récital : « Une quête de soi et de l’autre où la passion triomphe » !

Voilà en tout cas une création (car il n’y a eu à ce jour que cinq représentations) qui mérite d’être programmée dans tous les festivals francophones ; un spectacle aussi – ça n’est pas négligeable – capable de « voyager léger » outre-mer (« Quand on n’a que l’amour à s’offrir en partage… »), qui ferait le bonheur des Alliances françaises et autres Instituts culturels français à travers le monde…

 

C’est tout le mal que je lui souhaite d’où je suis, ici… et maintenant qu’il n’existe plus de tribune internationale, d’organe prescripteur et de lien entre toutes les parties composantes de la chanson francophone comme Paroles et Musique  et Chorus l’ont été au quotidien, trois décennies durant. Trente ans pendant lesquels, m’a glissé un spectateur samedi dernier dans un sourire complice (il se reconnaîtra), « vous avez dû dissimuler le fait que Jacques Brel était votre artiste de prédilection ! Mais pour qui savait lire entre les lignes, on comprenait que ce qui vous motivait, ce que vous avez appelé dans votre livre le principe d’imprudence, vous rendait extrêmement proche de Brel dans l’esprit… »

Bien vu… et merci encore. Cela explique du reste qu’en 2011, avec mon épouse, j’ai osé l’« imprudence » de partir sur ses traces, d’« aller voir » comment il s’était comporté au bout du monde, à l’écart des médias et loin des feux de la rampe… au risque d’être déçu peu ou prou, en regard de son œuvre, par sa « vraie » vie. Risque certes limité par cette déclaration de son ami Brassens, le jour où Brel est mort : « Ce n’est pas pour rien qu’il a fait L’Homme de la Mancha, c’est parce qu’il était un véritable Don Quichotte. Il l’était dans la vie. Il l’était partout... » et surtout aux Marquises, comme je le raconte dans ce livre qui m’a été dicté par les circonstances et dont la conférence est un condensé. Merci par conséquent à Jean-Pierre Lacombe, auteur et metteur en scène (notamment de Soham en Aquitaine et du regretté et merveilleux Jordi Barre en Roussillon), pour avoir pris l’initiative de proposer « La Fabuleuse Histoire du Grand Jacques aux Marquises » en première partie de L’Échappée Brel.

Au départ pour moi, c’était simplement l’occasion de continuer à partager ma découverte de ce Marquisien d’adoption qui, après avoir eu « mal aux autres » du temps où il était chanteur, s’est mis concrètement à leur service, de toutes les façons possibles et parfois au péril de sa vie, une fois redevenu anonyme…

Mais je peux bien le dire à présent : au-delà du plaisir du partage (et de la rencontre avec l’équipe de L’Échappée Brel), ç’a été aussi pour moi un moment étrange, d’émotion retenue et de réconciliation définitive (sans rien oublier pour autant, « rien du tout, on s’habitue c’est tout »…), que d’être attendu et accueilli d’aussi belle manière (merci à France Bleu Roussillon et à L’Indépendant, à Philippe Anglade et Michel Litout en particulier)… à deux pas de l’endroit, des endroits, où mon futur père, « l’Hidalgo non capitulard » comme dira Brassens, fut retenu prisonnier – à Argelès, à Saint-Cyprien et au Château royal de Collioure, la seconde Bastille de l’histoire de France. Ceci après avoir traversé les Pyrénées à pied dans la neige, en février 1939, lui et des milliers de combattants d’infortune. Soixante-quinze pile après la Retirada, ce 22 février 2014 avaient lieu une marche du souvenir et l’inauguration d’un mémorial sur l’ancien camp d’Argelès réservé aux républicains espagnols et membres des Brigades internationales…

Trio-Fred.jpg
Et puis, petit miracle, pour le public présent ces deux soirs-là, le 21 février à Laroque des Albères et le 22 au Boulou, surplombé par le col de Panissars qui sépare la France de l’Espagne, l’ensemble – en paroles, en musiques, en son et en images – a été perçu comme une création globale autour de la vie et de l’œuvre du Grand Jacques. À tel point qu’après le spectacle, les soirées se sont prolongées sur scène (photo ci-dessus) par des questions des spectateurs qui ne se décidaient pas à quitter la salle ; aux artistes, sur les tenants et aboutissants de leur création, tellement celle-ci les avait emballés ; à moi-même, sur certains épisodes de mon livre sur la vie outre-mer de notre « Flamand francophone d’ascendance espagnole » préféré...

Cette question aussi : ce « Brel » de Bruxelles à Hiva Oa, sera-t-il réédité ? Peut-être aurons-nous l’envie (le talent, donc, comme disait Brel) de proposer une soirée spéciale clé en mains ? On n’en sait rien nous-mêmes, mais on sait que ces soirées-là resteront gravées en nous... comme elles ont séduit, j’ose le dire à la suite de leurs commentaires, « nos » spectateurs (parmi eux, un couple d’anciens lecteurs de P&M et de Chorus s’était même déplacé spécialement depuis les Alpes Maritimes !). Quoi qu’il en soit, L’Échappée Brel n’a pas fini de se bonifier, car la représentation du samedi était encore plus enlevée et dynamique que celle de la veille... et sans doute moins que ne le sera la prochaine (le 15 mars à Miramont de Guyenne).

Ecran.jpg 

Un mot encore, pour sourire… En attendant l’arrivée des spectateurs au cinéma Majestic du Boulou, le grand écran affichait le titre de la conférence à côté de la couverture de Jacques Brel, l’aventure commence à l’aurore. En plaisantant avec l’équipe, est venu sur le tapis le fait que, désormais, je pouvais dormir tranquille. « Parce que tu as réalisé ton grand œuvre ! » Douze ou quinze mètres sur huit ou dix, c’est sûr, ça impressionne… En même temps, j’imaginais la fierté qu’aurait ressenti mon père, en ce lieu précis où les moulins à vent de l’Histoire auraient pu mal tourner pour lui. Mais il lui restait, comme dans L’Échappée Brel, à s’évader du quotidien (et des camps de la honte) pour atteindre son inaccessible étoile… L’utopie, me confia un jour Paco Ibañez, n’est rien d’autre que ce qu’il nous reste à accomplir.

__________
PS. Merci également à madame Jordi Barre, présente ces deux jours, à Eliane et Louis Bonifassi, ainsi qu’à Christian Laborde et à Dalila pour avoir eu la grande gentillesse d’assurer le son de ma conférence, pendant que ma chère et tendre était aux manettes informatiques…


Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article