Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 09:20

Bienvenue à la Maison (de la chanson vivante) !


On me fait l’amabilité de m’écrire en privé pour regretter la fréquence « trop espacée » entre les sujets de ce blog : des « messages personnels » assez nombreux pour que je me permette d’y répondre globalement en public… en rappelant un article précédent, intitulé « Le Jardin extraordinaire ». J’y expliquais en effet que
Si ça vous chante allait prendre une orientation (et donc une périodicité) différente de celle de ses débuts, où l’objectif était de compenser aussi peu que ce soit – au plan de l’actualité chansonnière de l’espace francophone – la cessation brutale de parution de Chorus (Les Cahiers de la chanson) en juillet 2009… il y a déjà cinq ans.


Cette revue, dont le rôle référentiel s’accompagnait d’importantes et incessantes retombées pratiques pour le disque et la scène, n’ayant pas été remplacée, et la presse dans son ensemble s’enfonçant dans un marasme sans précédent, c’est tout logiquement, avec le temps, que les blogs et sites ne demandant pas le même investissement, ni financier bien sûr ni même pratique et technique, se sont multipliés ; en particulier ceux dédiés au suivi discographique et scénique, d’aucuns, qui plus est, animés en équipe. Dès lors, l’intérêt pour moi de poursuivre en solitaire ce travail de promotion critique de l’actualité de la chanson n’avait plus de réel intérêt, alors que j’avais sans doute mieux à faire en tentant d’apporter un petit plus, lié à mon expérience du « métier » et à ma connaissance des artistes.
 
  

MaisonChansonVivante.jpg

 
Mais dans ce même « Jardin extraordinaire » du 9 juillet 2012, pour ne pas tourner le dos à l’évolution et à la vie pratique de la chanson, j’annonçais la création sur Facebook d’un groupe portant le même nom que ce blog mais sous-titré « La maison de la chanson vivante ». Destiné à mettre en relation (et plus, si affinités) le public amateur (mais éclairé) de chanson, les artistes et les professionnels (agents, éditeurs, producteurs, responsables de salles et de festivals…), il fonctionne aussi bien que possible avec près de 3000 «
 pensionnaires » aujourd’hui répartis dans l’espace francophone pour l’essentiel. Son mode de fonctionnement s’apparente à une auberge espagnole où chacun vient proposer ou chercher les menus ou ingrédients qu’il souhaite, modernes, d’avant-garde ou traditionnels, au-delà bien entendu des découvertes inattendues, qu’on soit fin gourmet et/ou amateur de mets plus populaires, qui s’offrent à tous. J’y interviens moi-même régulièrement, beaucoup plus qu’ici, dès que j’ai une information d’intérêt général à partager, mais sans user ni abuser de ma tâche d’« aubergiste » ou, comme une aimable lectrice me qualifia un jour, d’« échanson de la chanson ».

Entre autres, et pour exemple(s), en guise d’invitation à franchir – si ça vous chante – le seuil de notre Maison de la chanson, outre des annonces de festivals, de sorties de livres ou de disques, j’y ai tout récemment mis en ligne ces informations (ou compléments de sujets au blog) : 

• La création d’une licence chanson d’expression française à l’Université Bordeaux-Montaigne (une première en France !), dont le cursus entre déjà, en septembre prochain, dans sa troisième année et dont la mise en œuvre avait été précédée de ce clip décapant, génial détournement (d’un extrait de La Chute, le film d’Oliver Hirschbiegel) qui voyait le führer en fureur (pléonasme) opérer un constat chansonnier plein de lucidité pour déplorer finalement de futurs lendemains qui chantent : « Bientôt tous les jeunes écouteront à nouveau Léo Ferré… et cesseront d’écouter nos merdes » !
(Tous renseignements et ou inscriptions, jusqu’au 25 août prochain, sur ce site). 

 

 

• La parution d’un petit livre d’après une chanson de Luc Romann, disparu en début d’année. S’il n’a pas fini de nous manquer (pour rappel : La Désespérance et La reconnaissance du cœur), aujourd’hui l’un de ses amis de longue date, Jacques Coustals, vient nous donner indirectement de ses nouvelles, en nous offrant un conte inédit inspiré par l’une de ses chansons les plus tendres et jolies, Le Petit Cheval et la Fleur. Il aurait aimé, c’est sûr. Doublement même. Parce que le conte et son écriture, tout de charme et de poésie, sont au diapason de son univers. Et parce que ses illustrations, aussi naïves que colorées, sont l’œuvre des élèves d’une école primaire qui accueillit naguère et avec bonheur notre auteur-compositeur. Racontant l’histoire de Zino, un jeune enfant du voyage qui va rencontrer le petit cheval, cet ouvrage de 40 pages à l’italienne s’accompagne d’un CD de deux chansons de Romann : celle dont il s’inspire et, de façon judicieuse, celle consacrée à ses Amis du voyage. En vente uniquement par correspondance (chèque de 16 €, port compris, à l’ordre de Jacques Coustals) en adressant directement la commande à l’auteur : route de Darnac, 09000 Serres-sur-Arget.
 

Coustals_Romann.jpg

(Pour mémoire, Jacques Coustals est le coauteur avec Luc Romann, qui a toujours été très proche dans l’esprit et dans son œuvre des gens du voyage, de La Pancarte, récit d’une action menée il y a près de trente ans, mais hélas toujours d’actualité, pour faire annuler un arrêté municipal et une pancarte discriminatoires. L’ouvrage de 96 pages, illustré par dix artistes peintres est toujours disponible chez Jacques Coustals – 8 € l’exemplaire, port inclus).
  

 
 Un mini compte rendu du 29
e festival de Montauban, où (n’ayant pu assister qu’à la moitié de la manifestation) j’ai toutefois vu et apprécié la prestation d’une « Demoiselle inconnue » Demoiselle-inconnuequi a emporté l’adhésion du public entre toutes les découvertes en lice l’après-midi, sous le Magic Mirrors (seize cette année au lieu de douze auparavant). Gageons que La Demoiselle inconnue en question, qui gagne à être connue, ne le sera sans doute plus très longtemps, d’autant que le label « Mon Slip » des Têtes Raides (une garantie de qualité et d’originalité) l’a prise en production. En revanche, j’ai manqué le passage du groupe Peter Peter, également distingué en soirée parmi les douze découvertes complémentaires (tendance plus électrique) de cette vingt-neuvième édition.    

 

 

Pour le reste, j’ai bien ou particulièrement aimé, disons un peu, beaucoup, énormément (passons sur les pas du tout) les concerts des Ogres de Barback (très tendu en permanence), de Jacques Higelin (très grognon contre la société actuelle, avec un Champagne final éblouissant), de Thomas Fersen (très intelligent et jubilatoire en solo, en piano-voix ou simple diseur magnifique),Higelin des Innocents (dans un retour très attendu et, pour les ex-fans des eighties, très apprécié), de Christian Olivier dans un (très surprenant) exercice de lecture de chansons… Et j’ai regretté d’avoir manqué tout ou partie des spectacles d’Aldebert, de Jeanne Cherhal, de Florent Marchet, de Renan Luce ou de Zaz, faute d’horaires concordants, les uns chevauchant les autres, la faute souvent, en cascade, au surplus – finalement superflu – de découvertes. L’édition 2015, la trentième d’Alors… Chante !, n’en sera que plus attendue et, on le souhaite ardemment, que plus réussie.

  

Fersen

 

 L’affiche des dixièmes « Rencontres Marc-Robine », du 15 au 19 juillet prochains à Blanzat (63), auxquelles j’aurai le plaisir de participer. Consacrées à notre ami et collaborateur de Paroles et Musique et de Chorus (plus de vingt ans de compagnonnage étroit…), disparu en août 2003 (voir « Le Colporteur de chansons » et « La Chanson du passeur »), on y retrouvera Batlik, Jacques Bertin, Laurent Berger, Frédéric Bobin, Michel Bühler, Kent, Oriane Lacaille, Loïc Lantoine, Moran et Les Tit’ Nassels. Et on y parlera chanson en permanence, on en écoutera et on en débattra, avec une chorale (dirigée par Frédéric Bobin et Rémo Gary), un atelier d’écriture (dirigé par Emile Sanchis) qui reprendra le répertoire de Marc Robine, un plateau découvertes, des émissions de radio en direct… et la conférence de Jacques Bertin sur Félix Leclerc à l’occasion du centenaire de la naissance du « Roi Heureux » (le 2 août 1914, à La Tuque, en Mauricie).   

 

 

Pour ma part, et à la demande des organisateurs, j’y proposerai deux causeries de circonstance, l’une sur Marc Robine, bien sûr, et l’autre sur Jacques Brel aux Marquises, puisque je me suis délibérément inscrit dans les pas de Marc pour compléter et prolonger son formidable travail sur la vie et l’œuvre du Grand Jacques (…ou Le Roman de Jacques Brel) dont je fus l’éditeur heureux en 1998. (Contacts et programme détaillé ici en cliquant sur « Les Rencontres Marc-Robine » en colonne de gauche de l’affiche).

 

AfficheRencontres.jpg

 

• Une chanson de circonstance, pour illustrer le sujet précédent de ce blog (« Chantez-vous franglais ? ») sur la maltraitance actuelle du français et le reniement de certains, dans la chanson comme dans les médias, au profit de l’anglais. Une affaire qui ne date pas d’aujourd’hui si l’on en croit cette « toune » on ne peut plus d’actualité… bien que datant de… 1931 ! Une chanson écrite et interprétée dans la langue du peuple (québécois), par la reine de la turlute, j’ai nommé La Bolduc !

Écoutez mes bons amis la chanson que j'vais vous chanter…
Je vous dis tant que j’vivrai
J’dirai toujours « moé » pis « toé »
Je parle comme l’ancien temps
J’ai pas honte de mes vieux parents
Pourvu que j’mets pas d'anglais
J’nuis pas au bon parler français…  

 

 

La Bolduc en 1931 défendait déjà sa culture et sa langue à la radio. En 2014, Gilles Vigneault continue de tracer le même sillon avec un rare bonheur et un talent inépuisable. Avec Vivre debout, extraite de son nouvel album, ce grand « chansonnier » devant l’Éternel réussit l’exploit de prolonger la chanson éponyme de Jacques Brel (de même que celle de Leny Escudero, Vivre pour des idées). Et de quelle façon, en alexandrins, s’il vous plaît ! « Pour défendre trois mots que disait mon grand-père / Apportés par chez nous au temps de Rabelais / En forme de rondeau, ballade ou triolet / Pour que mon petit-fils apprenne au secondaire / Que c’est en perdant ça que les peuples se meurent... »

Vivre debout et prêt à partir à toute heure
Boire, dormir debout comme font les chevaux
Le pas de liberté inscrit dans leurs sabots
Puisqu’il y a toujours péril en la demeure
Vivre...
Vivre debout...
Pour me survivre, délesté de mes vieux tabous
Le cœur toujours prêt à suivre le pas pressé
Du caribou
Vivre...
Vivre debout !  

 

 

Voilà pour expliquer un peu ma « discrétion » croissante ici… et vous conseiller – si bien sûr ça vous chante d’être informé(e) ainsi de l’actualité, d’y contribuer vous-même ou de participer aux débats constructifs qui caractérisent cette auberge ouverte aux quatre vents de la chanson – de frapper à sa porte. Entrée libre à ceux et celles qui demandent leur admission. On y accède ICI (si l’on est déjà inscrit à Facebook ou en s’y inscrivant).

Pour le reste, je continuerai d’alimenter ce blog avec (et seulement) des sujets plus ou moins personnels, mais toujours développés (à l’exception peut-être de certains compléments d’information). Quitte à ce qu’ils soient de plus en plus espacés... « On n’a tous que deux vies, disait Confucius, et la deuxième commence le jour où l’on réalise qu’on n’en a qu’une. » Comme le note l’excellent Arbon qui a délaissé subitement sa vie de chef d’entreprise pour se lancer corps et âme dans la chanson, la véritable passion de sa vie : « Nombreux sont ceux qui, à la suite d'une maladie ou d'un accident, mettent de l'ordre dans leur existence, questionnent leurs choix passés, se libèrent d'entraves inutiles, s'efforcent d’aller à l’essentiel, et commencent leur deuxième vie. Ce n’est pas un hasard. Ils se sont, comme le dit Confucius, rendus compte qu’ils n'en avaient qu’une. Il se peut que le choix, au fond, soit de vivre deux vies, ou aucune. Deux vies, en prenant conscience de sa finitude. Aucune, en vivant sans réaliser qu’on vit. »

Ce n’est pas un hasard, assure Arbon. Et Romann, lui, que disait-il, déjà ? « C’est pas par hasard, pas par hasard, c’est pas par hasard, pas par hasard… »  

 

 

Arbon

(PS. Si vous ne connaissez pas Arbon, lui aussi gagne à être connu… comme le public gagne à le connaître ! Allez donc écouter ses chansons sur son site – il publiera à l’automne son troisième album – et lire par exemple ce qu’en dit Michel Serres, de l’Académie française : « Les chansons d’Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef-d’œuvre. »)



Partager cet article
Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 11:42

La légende d’Hiva Oa

 
1929 : grand millésime pour la petite Belgique qui voit naître deux personnages appelés à devenir mondialement célèbres par leurs aventures, l’un arborant une houppe, l’autre inséparable de sa pipe… Mais un troisième, né le 8 avril de cette même année, n’aura besoin de personne, ni d’Hergé ni de Simenon, pour se forger lui-même un destin… et, au-delà de sa carrière exceptionnelle, pour vivre des aventures d’autant plus étonnantes qu’elles ne seront pas de papier. Quand la réalité dépassera la fiction, le navigateur au long cours devenu pilote au grand cœur, « là-bas, sous un ciel de corail » (où tout le monde l’appelait affectueusement Jacbrel, sans distinction de prénom ou de nom), surpassera le chanteur-comédien…


brel_Jojo.jpg
« Veux-tu que je te dise ? », ami amoureux de la chanson et admirateur de Jacques Brel, si je sais bien que « Gémir n’est pas de mise aux Marquises », j’aimerais néanmoins te confier l’impatience qui est la mienne, dans l’attente de pouvoir enfin partager la suite des aventures du Grand Jacques... Car si L’aventure commence à l’aurore, en 1974, au plat pays, elle se prolonge encore, en 2014, en Polynésie !

Inutile de revenir sur la raison d’être de ce livre – dont l’idée ne m’avait pas même effleuré auparavant –, sinon pour rappeler que son écriture s’est comme imposée à moi, après coup, tant il semblait indispensable et urgent de partager autant que possible les découvertes effectuées sur place, les informations et témoignages recueillis. La vie « d’après » de Jacques Brel, sa vie méconnue d’aventurier, éclaire en effet celle du chanteur d’un jour nouveau en crédibilisant totalement et définitivement son œuvre. Après les déclarations d’intention, les actes : une « chanson de geste » d’autant plus admirable qu’on ne lui connaît aucun équivalent.

Bonheur, donc, d’offrir pour la première fois cette histoire-là en partage, et bonheur, ensuite, de constater que ce qui nous a touchés « là-bas » où sa voix « chante encore » (cf. la Lettre à Jacques Brel de Barbara) touche pareillement ceux qui en lisent le récit. Mais surtout, depuis, bonheur d’aller plus loin, beaucoup plus loin, dans ce voyage au bout de la vie, avec les anciens amis du Grand Jacques qui l’ont fréquenté durant ses trois dernières années, à Tahiti comme aux Marquises, à Punaauia comme à Hiva Oa... où la légende (comme le chantait le regretté Pierre Rapsat) est en marche.

Depuis la parution du livre, en effet, ma satisfaction principale (voire mon principal motif de fierté) est d’être devenu proche… des proches de Brel aux antipodes. Nous n’arrêtons plus de converser, d’échanger des idées, de vérifier des informations, de les recouper et même d’échafauder des hypothèses sur ce qui aurait pu être le quotidien de « Jacbrel » (sobriquet phonétique sous lequel le connaissaient les Marquisiens, comme s’il s’agissait d’un patronyme en soi) une fois construite sa propre maison sur les hauteurs d’Atuona. Pourquoi ? Parce que chacun d’entre eux s’est déclaré heureux, ému même, de retrouver « le » Brel qu’ils ont connu, qu’ils ont été très peu à connaître d’aussi près, dans la vérité des choses et non dans l’artifice du spectacle (bien qu’une même sincérité, dans son cas, l’ait toujours accompagné à la ville comme à la scène).  

Bonheur, oui, d’avoir intégré le cercle restreint des amis du poète disparu. Mieux : ses membres me font à présent la joie (et l’insigne honneur) de me considérer comme leur confident privilégié s’agissant de Jacky le Polynésien. Tant et si bien qu’en l’espace de six mois, j’ai amassé nombre d’informations complémentaires sur son (modeste) mode de vie, ses paris (fous) d’aviateur ou son altruisme (exemplaire), des anecdotes aussi (souvent savoureuses), des documents (uniques) et même des lettres (éloquentes) qui ne demandent – avec l’accord des intéressés – qu’à être portées à la connaissance du plus grand nombre.

Tout au long de cette histoire, pendant que je la vivais ou la retranscrivais, je l’ai déjà dit, j’ai été interpellé par de curieuses coïncidences. Retrouvailles inattendues, passerelles improbables… Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre. « Il n’y a pas de hasard, affirmait Eluard, il n’y a que des rendez-vous. » Justement, ne voilà-t-il pas que l’un des principaux personnages de la saga brélienne aux Marquises se révèle, par alliance, être l’un de mes parents ?! Un cousin de ma chère et tendre, laquelle a régulièrement fréquenté sa famille jusqu’à la fin de son adolescence… Pas croyable, c’est sûr... Et pourtant vrai : il a fallu que notre voyage accouchât d’un livre imprévu, puis que celui-ci fasse naître un dialogue nourri, malgré douze heures de décalage horaire, pour que cette parenté nous saute aux yeux ! « Ce n’est pas moi qui écris, note Charley Marouani dans son livre de souvenirs, c’était écrit... »

 



En annonçant l’automne dernier sur ma page Facebook un second tirage de Jacques Brel – L’aventure commence à l’aurore, je posais la question : « Deux sans trois ? Il n’en tient qu’à vous… » Depuis, une autre réimpression a bel et bien été effectuée avant les fêtes de fin d’année ; Askoy-haut-copie-1.jpgpreuve que l’histoire du Grand Jacques aux antipodes suscite autant d’intérêt que d’enthousiasme. L’histoire véridique d’un homme pétri d’empathie parti à l’assaut des moulins à vent du Pacifique… Le jour où Brel est mort, Brassens lui-même ne disait-il pas : « Ce n’est pas pour rien qu’il a fait L’Homme de la Mancha, c’est parce qu’il était un véritable Don Quichotte. Il l’était dans la vie. »

Aujourd’hui, ami amoureux de la chanson et admirateur de Jacques Brel, j’espère que le prochain tirage de l’ouvrage pourra donner lieu à une édition « revue et augmentée », intégrant l’essentiel des éléments inédits recueillis depuis six mois. En début d’année, j’avais même annoncé au site « Planète francophone » qui a consacré un long sujet au livre (sous l’angle « Bilan et perspectives ») que je travaillais d’ores et déjà à une nouvelle mouture…

À vrai dire, je bous d’impatience, tellement il est frustrant d’être à la tête d’une somme pareille d’informations (et de savoir qu’on est le seul à l’être !) et de ne point pouvoir en faire aussitôt profiter les autres… Peut-être à l’occasion d’un prochain épisode de la saga ? Si ce 8 avril est la date anniversaire de la naissance du Grand Jacques (lui qui disait que ça n’était pas la durée d’une vie, l’essentiel, mais son intensité, l’imagine-t-on à 85 ans ?!), c’est aussi et surtout le début du compte à rebours jusqu’au jour très attendu de la remise à l’eau de l’Askoy. En effet, « le voilier de Jacques » (comme l’a joliment chanté Jean-Roger Caussimon), rescapé des sables de Nouvelle-Zélande où il s’était échoué dans les années 90 et restauré depuis en Belgique, devrait reprendre la mer le 24 juillet prochain : quarante ans pile après que Jacques en eut levé l’ancre et largué les amarres avec sa fille France et sa compagne Maddly pour mettre – à l’aurore – le cap sur l’aventure !
 


D’ici là, sans vous commander bien sûr, quelques précisions à partager autour de vous – si ça vous chante ! –, histoire de répondre collectivement à de nombreux messages faisant état de la difficulté à trouver désormais l’ouvrage en librairie. Le monde de l’édition est ainsi fait, aujourd’hui, qu’un livre – même bénéficiant d’un réel succès d'estime – se voit vite remplacé dans les étagères par plus récents que lui. Seuls échappent à ce système de cavalerie les best-sellers et autres nouveautés « vues à la télé »… 

couv-Brel-internet2

Alors, qu’on se le dise : pour n’être plus visible en magasins, L’aventure commence à l’aurore reste bel et bien disponible – dans les meilleurs délais – sur commande chez votre libraire (via l’éditeur, les bien-nommées Éditions de l’Archipel), ou en ligne dans les différents sites de vente par correspondance. Notamment chez : Amazon ; Chapitre ; Decitre ; Dialogues ; Fnac, Le Furet du Nord ; Mollat ; ou encore Archambault (Québec). Disponible également en numérique, en « e-book », chez Google ; Kobo ; Les Libraires ; Numilog, etc. Il n’y a vraiment que l’embarras du choix. Cela dit, n’attendez pas pour le commander (ou le recommander à vos amis) la parution d’une éventuelle édition augmentée, car celle-ci – encore hypothétique et de toute façon lointaine – est forcément conditionnée par l’épuisement des stocks actuels... Condition sine qua non pour tout éditeur.

En cette attente (du moins je l’espère), je reste à votre entière disposition – et avec grand plaisir – pour répondre à toute demande d’envoi d’exemplaires dédicacés (en l’adressant ICI). Pour répondre à vos questions aussi (ou simplement prolonger la conversation) sur cette quête qui a mené « Jacbrel » jusqu’à l’archipel le plus isolé au monde ; l’histoire d’un homme qui tourna le dos à la gloire pour réaliser son « impossible rêve » : transformer une vie d’artiste en destinée d’exception. La légende d’Hiva Oa ne fait que commencer. À suivre !

 ____________

NB. Pour rappel, je propose une conférence illustrée, complémentaire du livre, sur « la fabuleuse histoire du Grand Jacques aux Marquises » : précisions et comptes rendus sur mon site, rubrique « Conférences », ou sur ce blog (cf. « L’Echappée Brel »)... si ça vous chante.

 

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 11:46

Joyeux Noël... et bonne année !

 

De Chablis, de Chamonix, de Chamalières, de Chataincourt… ou de Chattanooga (cha n’importe pas), vous connaissez la chanson, mes gentils minous, jolis chatons, gros matous et tendres minettes : pas besoin de vous dessiner un Chagall, de vous faire du Chaplin, de vous réciter un Chatterton, d’invoquer la mémoire de Chateaubriand, de convoquer l’Emilie jolie de Chatel ou (en tout dernier ressort) d’en appeler à Charon, n’est-ce pas ? Chabadabada…


Neige-Noel.jpg

 

Alors, avec mon petit bonhomme de « Neige » (oui, le même que celui qui figure sur mon « profil » d’un célèbre « réseau social »), je vous souhaite un « Joyeux Noël » et une année entière millésimée 2014 avec tout plein de cha...leur (humaine et animale), du cha...hut enchanté et du cha…cha…cha endiablé…

 

 

Je vous souhaite toutes sortes de lendemains qui chantent : un beau cha...peau pour parader, des châ…teaux en Espagne pour rêver, une cha...loupe pour faire le tour du monde, un cha...lumeau pour jouer de la musique (de la flûte, hein, pas de l’oxyhydrique !), des vêtements cha...marrés pour rigoler, deux douzaines de cha...pitres pour accompagner (hé... hé !) le Grand Jacques jusqu’aux Marquises (pas l’abbé Brel, hein, l’aventurier d’après la cha...suble) ; et puis encore, pour les garçons, une santé à vous faire dresser un cha...piteau privé, et pour les filles, des cha…rrues de ce char…rme chatoyant dont vous avez le secret avec vos belles châ...sses (avec ou sans circonflexe, à vous de voir !) à nous faire cha…virer…

 

 

Enfin que du cha…toiement velours-velours, tout ce que vous pouvez désirer qui fasse battre de bonheur la cha...made à vos petits cœurs, et qui vous évite de verser dans le genre cha...fouin, cha...mailleur voire cha…cal ou cha…rognard (qui ne peut mener qu’au crime et cha...timent et ne mérite que des châ...taignes) et qui, surtout-surtout, vous préserve du cha...grin.

 

 

Votre vieil écha…las de Fredo l’échanson, avec l’expression féline de ses chat…teries les plus câlines, mais qui, de crainte de finir sur l’écha…faud après ce cha…llenge en chat mineur (« C’est une langue si délicate, le scat… »), se hâte de prendre l’écha…ppatoire pour redevenir un anonyme cha…land qui passe ou, mieux encore, « un cat / Parce qu’un chat, quand il est cat / Retombe sur ses pattes… » La preuve : joyeux Noël !!! 

 

 

Joyeux Noël, certes... mais d’abord et avant tout une bonne année en forme d’inaccessible étoile où l’on pourrait enfin vivre sans être comme chat et chien, où l’on aurait d’autres chats à fouetter que l’économie de marché, triste affaire de chats sauvages... Oui, bonne année 2014, mes mistigris, et foin de prudence : ne plus hésiter à nommer un chat un chat ! (Merci aux Aristochats, à Michel Jonasz, à Claude Nougaro et à Pow Wow pour leur aimable complicité, tous unis par un même souhait : « Moi vouloir être chat… »)


Partager cet article
Repost0