Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 11:35

Soif d’idéal…


Il y a tout juste un an, dans un sujet dédié à Claude Nougaro sous le titre Ami chemin, je m’interrogeais sur la pertinence de « tourner la page » de ce blog, après cinquante articles publiés depuis le 18 novembre 2009 : « un tous les cinq jours en moyenne, de façon toute naturelle, sans jouer au mineur stakhanoviste, rien que pour le plaisir du partage de l’Art (mineur ?) de fond qu’est la chanson… » Sans le savoir, nous étions de fait à mi-chemin du trajet parcouru ensemble, puisque six mois plus tard, le 28 mars 2011, le centième « numéro » de Si ça vous chante, en hommage à Léo Ferré, ouvrait une large parenthèse de silence.


Pourtant, le « printemps des poètes » s’annonçait pour nous, qui souhaitions continuer à faire chorus, de la plus prometteuse des façons avec une belle exposition consacrée, justement, à Chorus. Inaugurée à la mi-mars à Clermont-Ferrand (en paroles et en musique avec un duo du cru fort talentueux, Gilles et Sylvie – l’écriture de l’un aussi remarquable que la voix de l’autre), conçue par Claude Mercier, fondateur des Rencontres nationales de la chanson française (qui ont révélé de nombreux talents) et actuel responsable de « Clermont-Carrefour de la chanson », elle a été présentée jusqu’au 17 avril, jour de la dix-neuvième édition de ce concours mettant chaque année dix jeunes artistes et groupes en lice (« Ce qui se fait de mieux, dixit Claude Mercier, dans la création de la chanson d’expression »).

expo-Chorus.jpg

Oui, le printemps s’annonçait sous de joyeux auspices ; et puis, un faisceau d’événements indépendants de notre volonté (comme disaient jadis les speakerines), d’ordre personnel autant que professionnel (j’essaierai de revenir notamment sur le projet de relance des « Cahiers de la chanson »), m’a soudainement contraint à interrompre notre dialogue. Enfin, dialogue, ça n’est pas tout à fait le mot tant j’ai eu l’impression, tout ce temps, de mener surtout un monologue – fût-il bien perçu et même extrêmement attendu et suivi (au point de classer Si ça vous chante dans le « Top des blogs » de l’espace francophone, tous thèmes confondus). Soif d’idéal…

 

C’est d’abord pour rassurer les uns et remercier les autres, fort nombreux – qui m’avez fait l’amitié de me contacter en direct pour vous inquiéter de mon silence – que je publie aujourd’hui ces lignes. Je suis toujours là, toujours attentif à l’évolution de la chanson ; laquelle a fort à faire, aujourd’hui, pour que ses mots arrivent à refléter ne serait-ce qu’un petit pan des maux qui assaillent ce monde en décomposition, où l’argent s’est définitivement substitué à l’humain, où la recherche du profit a totalement pris le pas sur la quête de l’inaccessible étoile. « Oh ! le mal qu’on peut nous faire… » Toujours là, debout, mais simplement un parmi d’autres, parmi ceux qu’on prend « pour des cons alors qu’on est / Des foules sentimentales / Avec soif d’idéal / Attirées par les étoiles, les voiles », qui fait ce constat, parfaitement résumé par la Chanson d’amour, si lucide, de Jean-Jacques Goldman : « Mais y a toujours un de ces sales matins / Où l'on se dit que l'amour, ça sert à rien ». Alors, oui, « Trève de discours, y a rien d'pire que l'amour… / Sauf de ne pas aimer ! / Autant le faire, c'est clair… / Et puis se taire. »

 


À suivre…

NB. La version de la Chanson d’amour de Jean-Jacques Goldman, proposée ici en duo avec Édith Lefel (grande chanteuse antillaise décédée à 39 ans le 20/01/2003), est extraite du bel album Marronnage, du groupe Malavoi, paru en 1998 à l’occasion du cent cinquantième anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans En bref et en vrac
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 18:06
Parodie 

 

Juste pour rire (comme on dit à Montréal) ou au moins sourire, voici – en présence de l’intéressé, SVP ! – une petite curiosité chansonnière : un hommage en forme de patchwork parodique à l’auteur de Nougayork.

 

 

Cela se passait le 24 mars 1987 sur Antenne 2 dans Le Théâtre de (Philippe) Bouvard. Parmi les interprètes débutants de ce Nougaro patchwork, on reconnaîtra le grand brun moustachu (à la droite de Jean-Jacques Delaunay, Maria Saint-Paul, Jean Martiny et Marcel Philippot) : un certain… Serge Llado, bien connu désormais (notamment des auditeurs de Laurent Ruquier et des lecteurs de Si ça vous chante), à qui l’on doit l’écriture de ces textes parodiques. Exercice peu aisé à oser, on en conviendra, que de détourner ainsi les versions originales de grandes chansons devant leur géniteur, visiblement aussi interloqué que touché par « tellement d’affection »...

   

 

Nouvelle occasion, en tout cas, de retrouver le génial artiste lui-même dans ses œuvres, avec deux vidéos d’archives de 1966 et 1968 : Bidonville, l’une de ses chansons les plus reprises aujourd’hui (« Donne-moi ta main, camarade / J’ai cinq doigts, moi aussi / On peut se croire égaux… ») en forme de clip avant l'heure, et un « live » en couleur (extrait d'une émission de télévision) de son fameux et très personnel Paris Mai, où le chanteur des années 60 anticipe le rappeur des années 2000 (n’est-ce pas, cher Abd Al Malik ?).

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans En bref et en vrac
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 09:45

Il faut tourner la page

 

Cinquante articles (éditoriaux, critiques de disques et de concerts, comptes rendus de festivals, reportages, hommages, etc.) en un peu moins de trente-six semaines : un tous les cinq jours en moyenne, de façon toute naturelle, sans jouer au mineur stakhanoviste, rien que pour le plaisir du partage de l’Art (mineur ?) de fond qu’est la chanson… Cinquante articles : une simple étape, un jalon symbolique, un aboutissement ? L’heure de tourner la page ? « Est-ce bien sérieux d’ailleurs / Passé les soixante berges / De pratiquer l’art mineur / Qu’a illustré le beau Serge ? »

 

Mission accomplie ? Au départ, après une période de deuil forcé, la création de ce blog – conçu un peu comme un journal – était nécessaire pour renouer le fil entre rédacteurs et lecteurs de Chorus, abandonné comme un chien sur le bord de la route, en plein été, alors que nous avions déjà en ligne de mire son vingtième anniversaire… et la somptueuse fête qu’il méritait de connaître. Mais au fil des mois, Si ça vous chante a largement transcendé le « cas » Chorus, pour devenir un support à part entière, un lien nouveau entre amateurs de chanson francophone à travers le monde. Alors, aujourd’hui, à l’issue de ces cinquante rendez-vous proposés sur le net comme on tend une main fraternelle à qui veut bien la saisir (ou comme un Souchon lance ses « balles »), je me pose la question de son avenir, à la façon de Nougaro s’interrogeant sur son rôle : « Pourquoi suis-je et à quoi sers-je / Dans la mine où je m’immerge / Charbon rouge de mon cœur / Un projecteur sur le front / Comme au casque du mineur / Artiste mineur de fond… »

À bout de souffle ?

Je vous dis tout, je ne vous cache rien : aurai-je le loisir de poursuivre ce blog (de plus en plus prenant) encore longtemps ? Des livres à éditer (ma seconde activité depuis 1984 ; le prochain paraît à la fin de l’été dans le Département chanson que j’ai créé en 2003 chez Fayard), d’autres à écrire… et différents projets (conférences, exposition…) m’obligent en effet à déterminer des priorités. Et dans l’affirmative – puisque sa fréquentation (cf. son classement persistant au Top international des blogs francophones) montre une véritable attente –, selon quelle périodicité ? Le sprint final étant exclu, du demi-fond au marathon, tous les rythmes sont possibles, tant que le souffle ne fait pas défaut.

 

 

À vrai dire, au-delà de ces considérations pratiques, je crains surtout – étant habitué depuis des lustres (1975 !) à animer une rédaction – de me lasser de la solitude du blogueur (mineur ?) de fond, alors que Si ça vous chante se voulait collectif dès l’origine (notamment avec sa rubrique « Chant libre » qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est guère utilisée). L’envie d’avoir envie ne va-t-elle pas disparaître, finalement, faute de « partenaires actifs »… voire de commentaires réactifs (même si le fait de s’être inscrit soi-même à ce blog, et surtout de le rester, est un évident indice de satisfaction) ? Pour détourner un vieux slogan publicitaire, Si ça vous chante ne s’use que si l’on ne s’en sert pas… « Pourquoi suis-je et à quoi sers-je / Dans la mine où je m’immerge ? »

Or, il est essentiel d’aller toujours de l’avant, quitte à suivre le même sillon, en creusant plus à fond la même veine, de ne jamais se reposer sur ses lauriers pour mieux faire fructifier son talent (au sens biblique du terme). Un jour, Claude Nougaro, véritable Phénix de la chanson, m’a dit : « Quand j’arrive au bout de quelque chose, il faut tourner la page*. La veine est épuisée, si tu veux… Moi, ma carrière, finalement, c’est en termes de minerais qu’il faut l’évaluer, c’est une carrière de craie. » C’était joliment exprimé, selon son habitude, et surtout, il avait raison – pour autant, bien sûr, que l’on cherche à vivre sans cesse de nouveaux lendemains qui chantent.

  

 

Alors ? Serions-nous en passe de parvenir au bout du voyage de Si ça vous chante, après celui de Chorus, brusquement interrompu en pleine traversée ? Certes, cher Claude, il faut savoir tourner la page. Quand la veine est effectivement épuisée. Mais, pour reprendre ta métaphore, si la mine regorge encore de pépites ?! Quel serait ton conseil aux mineurs de fond qui se shootent au charbon du langage, toi qui faisais si volontiers chorus ? Stop ou encore ? S’il s’agit d’aborder de nouveaux rivages – et il n’en manque pas dans la chanson française, dont l’horizon continue de s’élargir autant qu’il reste de territoires à (re)découvrir –, j’ai comme l’impression solidaire qu’aujourd’hui, « ami chemin », tu nous dirais : « Embarquement immédiat »… et vogue la galère !

 

*« Cette chanson, me confia-t-il, je l’avais écrite avenue Junot [sa maison de Montmartre, avant de partir pour New York début 1987]. Je venais de me faire opérer d’une hernie discale qui m’avait martyrisé pendant deux semaines et, comme la souffrance purifie, quand je me suis retrouvé dans ma maison, quittant l’univers clinique et douloureux, j’ai écrit cette chanson comme on écrit un poème. »

 

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans En bref et en vrac
commenter cet article