Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Fred Hidalgo
  • Le blog de Fred Hidalgo
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 14:46

Chansons des rues, des bois… et du métropolitain 

   

Voici une nouvelle rubrique de Si ça vous chante, histoire de montrer que la chanson fait intrinsèquement partie de nos vies, que nous baignons tous et toutes dedans, qu’on le veuille ou non. La chanson est vivante non seulement quand elle s’exprime sur scène, devant un public, mais partout ailleurs où elle rencontre le regard ou l’écoute des gens. Dans les rues et les bois, comme disait Victor Hugo, mais aussi dans le métro !  

 

affiche-metro.jpg

 

La preuve ? Cette photo de Francis Vernhet prise ces jours-ci dans le métro parisien : s’étant autoproclamé reporter sur le vif de Si ça vous chante, Francis (qui fut vingt-cinq ans durant l’œil de Paroles et Musique puis de Chorus et qui reste l’un des photographes de scène les plus sensibles et techniquement les meilleurs qui soient de sa génération) a eu le réflexe – l’appareil réflex toujours en bandoulière ! – d’immortaliser cet emplacement publicitaire, récupéré par les militants de l’anti-consommation effrénée.  

Où l’on découvre d’une part que la contestation du capitalisme devenu essentiellement financier, au détriment de l’homme, gagne (aussi) du terrain, fût-il sous la surface (« Et nous dans tout ça ? »). Et d’autre part que le rejet de l’utilisation abusive de l’image de la femme dans la publicité s’inspire ici, d’une façon détournée, de l’hymne de l’Unité populaire chilienne, du temps du putsch de Pinochet : « El pueblo unido jamas sera vencido » (le peuple uni jamais ne sera vaincu), chanté et enregistré notamment par le célèbre groupe Quilapayun. Mais surtout, surtout (« Nous sommes toutes des sorcières comme les autres »), d’une chanson emblématique de la grande (et si méconnue) Anne Sylvestre... interprétée ici par la « frangine » québécoise Pauline Julien.

 

   

Quand la chanson investit à ce point la société, quand elle court ainsi dans ou sous les rues, son auteur a beau être tricard (ou tricarde, en l’occurrence) dans les médias, le grand public a beau en ignorer le nom, il (ou elle) n’est pas loin de l’immortalité, habit vert ou pas... Et nous devenons tous et toutes, qui formons le « pueblo unido », des sorcières comme les autres. C’est l’âme des poètes : la chanson vivante.

En attendant d’autres exemples, quel qu’en soit le genre, envoyés par nos lecteurs-reporters, témoins de l’imbrication de la chanson dans notre quotidien… si ça vous chante ?

 

Partager cet article

Published by Fred Hidalgo - dans La Chanson vivante
commenter cet article

commentaires

Marie-Françoise 11/04/2010


Merci Fred de nous faire écouter cette magnifique chanson d'Anne très bien chantée par Pauline Julien mais que j'aime quand même mieux par elle...


dona-d-albera 12/04/2010


Bonjour
j'aimerais avoir un peu plus d'éléments sur la chanson de Pierron citée par "rêveur" : au moins le titre? merci!


Rêveur 12/04/2010


"extrait d'une chanson de Gérard Pierron", suite

C’est un poème d’Eugène Bizeau mis en musique et interprété par Gérard Pierron sur son album « Plein Chant » enregistré en 2006.


Voici le texte :


Rêve-creux

A quoi songes-tu, songe-creux
A quoi songes-tu quand tu songes
Je songe que les malheureux
Sont toujours bercés de mensonges

A quoi penses-tu, pense-creux
A quoi penses-tu quand tu penses
Je pense que les malheureux
Sont toujours criblés de souffrances

A quoi rêves-tu, rêve-creux,
A quoi rêves-tu quand tu rêves
Je rêve que les malheureux
Pour briser leurs chaînes se lèvent …



L’écouter serait encore mieux …


Norbert Gabriel 13/04/2010


""C’est les oiseaux, jamais les bals """/

dans la chanson de Vissotski, je crois que c'est:

".. jamais les balles..."


Mam'zelle Lily 27/09/2010


bonjour,
merci pour tous les artistes qui ne parlent pas cette langue préférée des sans-coeur et sans patrie intérieure, la langue de bois.
nous avons lancé le conte Bakhtalo (la chance aux chançeux), ce conte réalisé par des artistes de la région pays de la loire est au profit de RESF. Il nous emmène dans les aléas de la vie d'un
petit garçon sans papiers.
j'aimerai vous faire découvrir ce petit album : un petit feu de bois qui nous réchauffe l'âme de fond.
Merci
Mam'zelle Lily