Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 16:49

Les « Découvertes » au cœur… d’Alors Chante ! 


Cela fera cinq ans, l’été prochain, que Chorus a disparu. Mais chaque printemps à Montauban, l’affiche d’Alors… Chante ! continue de faire chorus en associant artistes émergents et confirmés de la plus belle eau, offrant ainsi « un panorama riche et singulier de la chanson » qui s’exprime dans la langue de Molière. Revue de détail, du lundi 26 au samedi 31 mai, d’une édition qui fêtera les vingt ans des Ogres de Barback : la vingt-neuvième d’un festival où l’on se sent comme en famille…
  

 

 
Au départ, en 1986, celui-ci s’était donné – à la façon du mensuel Paroles et Musique avec lequel les dirigeants d’Alors… Chante !, son directeur Jo Masure en tête, ont souvent revendiqué une filiation d’esprit – une sorte de ligne éditoriale composée de trois critères essentiels : refléter la réalité de la chanson vivante, médiatisée ou pas ; saluer la carrière des grands de la chanson et leur faire « la fête » ; s’appliquer à déceler le meilleur des lendemains qui chantent et le donner à voir et à entendre au public et aux professionnels.

Avec le temps, le premier critère étant imprescriptible et le deuxième se heurtant à l’impitoyable « évolution » d’un métier qui, depuis une dizaine d’années, rend les carrières au long cours de plus en plus difficiles pour ne pas dire improbables, Alors… Chante ! s’est particulièrement attaché au renforcement de son troisième axe fondateur : les jeunes talents. 

 

 
Fini les « Fêtes à… » où l’invité(e) d’honneur se voyait célébré(e) par ses pairs lors d’une soirée finale, après qu’il (ou elle) avait assisté à toute l’édition, côtoyant les spectateurs au quotidien. Fini les grands moments partagés avec (par exemple) Hugues Aufray, Pierre Barouh, Leny Escudero, Léo Ferré, Juliette Gréco, Georges Moustaki, Claude Nougaro, Serge Reggiani, Pierre Perret… ou, pour les générations suivantes, avec Catherine Lara, Louis Chedid, Francis Cabrel, Laurent Voulzy, Renaud et ainsi de suite (sans parler de leurs amis présents, les Maxime Le Forestier, Allain Leprest, Kent, Nilda Fernandez, Romain Didier, Jean Guidoni, Juliette, Yves Jamait, etc.), jusqu’aux paris engagés avec certains représentants de la « relève » comme Bénabar, Sanseverino ou Renan Luce. Fini, oui, les fêtes collectives autour d’un artiste et place aux « Découvertes » de Montauban, avec un espace spécifique formalisé en l’an 2000.
  
 

 
Dès lors, douze artistes ou groupes sélectionnés par l’équipe de programmation se succédaient pendant la semaine de l’Ascension devant un parterre de curieux et de professionnels (parmi lesquels les directeurs d’une trentaine de festivals chanson de l’espace francophone rassemblés en fédération). En l’espace d’une douzaine d’années, le public a pu découvrir ainsi nombre d’artistes prometteurs, comme Agnès Bihl, Nicolas Jules, Bénabar, La Rue Kétanou, Franck Monnet, Jeanne Cherhal, Pierre Lapointe, Jamait, Camille, Thierry Romanens, Aldebert, Tom Poisson, Amélie-les-Crayons, Émily Loizeau, Karpatt, Khaban’, Catherine Major, Balbino Medellin, Renan Luce, Damien Robitaille, Daphné, Benoît Dorémus, Imbert Imbert, Barcella, Presque Oui, Mélissmell, Carmen Maria Vega, Zaz, Chloé Lacan, Zoufris Maracas, Liz Cherhal, bien d’autres encore, avant que les producteurs et les grands médias, pour les plus chanceux d’entre eux, ne s’y intéressent. Mais cette année, à la veille de sa trentième édition, le festival a mené une importante réflexion sur la question de ses découvertes, compte tenu de l’époque, « très mouvante, et de ses nouveaux enjeux ».
       
 

 
Le choix de douze artistes par édition restait-il pertinent, alors que « la chanson a changé, décalant petit à petit ses frontières vers d’autres genres musicaux » ? Jo Masure et son équipe ont donc décidé « de faire de la scène découverte le cœur du projet d’Alors… Chante ! à Montauban, en passant de 12 à 28 artistes et formations venant de la pop, de l’électro, du hip hop, de la chanson, mais tous et toutes rassemblés par la même langue qu’ils défendent. » C’est un pari, certes, qui ne connaîtra peut-être qu’un printemps, mais un pari assumé : « Certains n’existeront peut-être plus dans quelques mois ou quelques années, d’autres seront les futures têtes d’affiche des grands événements. Mais tous auront le mérite d’avoir participé au renouveau de la chanson et à son questionnement, ainsi qu’à la vitalité d’un festival fêtant sa vingt-neuvième année, donc encore très jeune… et pour longtemps encore. »
       
 

 

On le voit, l’optimisme est de rigueur à Montauban, malgré un contexte général plutôt déprimant : production en berne, tournées et fréquentation en baisse, peu ou plus de suivi des nouveaux talents encensés la veille et oubliés des médias et des tourneurs-producteurs le lendemain… L’absence d’une revue de référence capable d’assurer le suivi artistique, de faciliter l’évolution de carrière et de constituer le lien (indispensable) entre toutes les parties composantes de la chanson vivante – des mots pour lutter contre les maux – n’a pas fini de se faire (douloureusement) sentir.
   

 
Passons – provisoirement. Et revenons à nos moutons non pas de Panurge mais à ceux que s’apprête à recevoir le Tarn-et-Garonne, tous fièrement enracinés dans leur espace francophone. On trouvera le programme détaillé de l’édition sur le SITE du festival, que l’on peut toutefois résumer de la sorte, réparti en quatre lieux principaux. Au Magic Mirrors : vingt-huit nouveaux talents, donc, offerts à la découverte, à raison de quatre artistes ou groupes à partir de 14h30 et trois autres à partir de 21h30 ; soit, dans l’ordre d’apparition sur scène, français, belges et québécois confondus : Volin, Baptiste W. Hamon, Horla, Les Hay Babies, Minuit 6 heures, Bigflo & Oli, D-Bangerz, La Demoiselle inconnue, Chouf, Lior Shoov, Nicolas Michaux, Bagarre, Pendentif, Schlauberg, Ottilie (B), Bessa, Le Noiseur, Olivier Juprelle, Marvin Jouno, Av, Peter Peter, Eskelina, Martin Rahin, Auden, Estelle Meyer, Radio Elvis, Grand Blanc et Feu Chatterton.ay NaHay...
       

Cette année, les festivaliers (porteurs d’un passeport donnant droit à ces découvertes) et un large jury de professionnels (composé notamment des directeurs de festivals francophones), chargés de voter pour deux lauréats seulement (« Bravos du Public » et « Bravos des Pros »), ont du pain sur… les planches ! En fait, non (c’était juste pour le plaisir de la formule), rassurez-vous, les spectateurs, le festival ne vous obligera pas à jouer les stakhanovistes de la découverte (au risque de louper bien d’autres petits bonheurs aux mêmes heures) : désormais, en lieu et place des « Bravos » habituels, et quitte à n’assister qu’à une partie de cette programmation, le public et les pros n’auront d’autre obligation que de décerner des « Coups de cœur »... Logique, quand on a la découverte au cœur !

Au Théâtre Olympe de Gouges (à partir de 19h) : Strange Enquête (« Bravos Public » 2013), Les Innocents, Iaross (« Bravos Pros » 2013), Thomas Fersen en solo (ukulélé ou piano-voix), Des Fourmis dans les mains, Dominique Dalcan, Nevché (ex-Nevchehirlian) et Babx à qui l’on remettra sur scène le prix Raoul-Breton de la Francophonie (après Alexis HK l’an dernier).
     

 
Dans la grande salle d’Eurythmie (à partir de 20h) : Bensé puis Zaz, le mardi 27 mai ; Nathalie Natiembé (la Réunion), Giédré puis Les Ogres de Barback qui fêteront leurs vingt ans, le mercredi ; François & The Atlas Mountains, Jeanne Cherhal puis Renan Luce, le jeudi ; Florent Marchet, Gaëtan Roussel puis Jacques Higelin, le vendredi ; Cause Commune, S-Crew puis Fauve, le samedi.
 

Au Chapitô enfin, « Mômes en Zic », en matinée (10h) et en début d’après-midi (14h30), la programmation jeune public toujours très attendue : Les Frères Léon, Soul Béton, Virginie Capizzi, Les Frères Casquette, H2ommes, Vincent Malone, Weepers Circus, Pascal Parisot et Aldebert, à trois reprises (dont une « tous publics »), pour de nouveaux, contagieux et entraînants Enfantillages.
       
 

 

On notera enfin une nouveauté, à 12h15 (les 28, 29 et 30 mai), au Musée Ingres (où l’on trouve non seulement quelques-uns de ses tableaux mais aussi son fameux violon !) : une séance de lecture chansonnière par Christian Olivier. Sous le titre Chut, l’auteur-compositeur-interprète se propose en effet de nous dire des chansons bien connues pour donner à les entendre autrement. Partant du constat qu’« un chanteur sachant chanter sans chanter est un bon chanteur ! », gageons que l’exercice vaudra le déplacement jusqu’à la ville natale de l’auteur de La Grande Odalisque.
  

ChristianOlivier.jpg 

« C’est quoi une chanson sans musique ? » s’interroge le penseur des Têtes Raides. Un « sketch en vers » comme dit Fersen ? « Un skontch » selon Gilbert Laffaille… Un poème, dans le meilleur des cas ? Et une chanson sans texte, au fait ? C’est quoi ? Du bruit qui pense ? Une mélodie ? Une symphonie inachevée ? La réponse, peut-être, à Montauban où, quoi qu’il en soit, a cappella ou pas, le mot d’ordre reste inchangé : Alors… Chante !


Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Concerts et festivals
commenter cet article

commentaires

LMC 11/10/2016 14:10

Les médias ne s'intéressent pas à tous les artistes mais heureusement internet est là pour nous aider à les connaitre. Merci pour cet article :)

Annie LAPEYRE 12/06/2014 22:37

Bonsoir et Merci Fred

Car je viens de passer un moment agréable avec tous ces artistes talenteux, et qui, malheureusement sont souvent oubliés des médias.
Je suis triste à l'idée qu'un certain public en soit privé.

André Labeur 18/05/2014 09:58

Ravi de voir "Strange Enquête" encore au menu de Montauban.J'ai découvert ce duo au "Festivart" de Lavelanet, il y a deux ans : coup de foudre d'un sexagénaire chansonnier pour une jeunesse
flamboyante de textes et d'idées. Thomas Fersen, seul au piano après son expérience "habillage rock" que je n'avais pas bien appréciée méritera certainement le détour.
"Festivart" est en difficulté comme d'autres bénévolats en France. Merci pour ta lutte, Fred !

Liévaux Jean-Yves 15/05/2014 23:39

Merci Fred pour tout ce travail, cette présence à notre Histoire de France de la chanson.
Longue vie.
jean-Yves

Marie Stone 15/05/2014 15:43

Bravo, Fred, pour tout ce que vous faites pour la chanson !!!!

Il en faudrait des tonnes, de Fred Hidalgo, pour que vive et non survive la belle chanson française...

Une ACI de la région PACA,

Marie Stone