Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • SI ÇA VOUS CHANTE (le blog de Fred Hidalgo)
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…
  • Contact

Profil

  • Fred Hidalgo
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.

Site de Fred Hidalgo

Journaliste, éditeur, auteur
À consulter ICI

Recherche

Facebook

La Maison de la chanson vivante
   (groupe associé au blog)
 

Jean-Jacques Goldman, confidentiel
  (page dédiée au livre)

Livres

10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 18:19

Pour que tu chantes encore

 

« On a pas long de chandelle pour aller jusqu’à demain », m’écrivais-tu en 1990. On avait déjà douze ans d’amitié pleine et entière, sans conditions, des projets ensemble (te souviens-tu de cette série de polars dont tu aurais été l’inspirateur et moi l’accoucheur ?) et une mémoire commune, bien sûr : celle de nos pères, républicains espagnols, parqués en même temps dans le même camp de concentration d’Argelès (comme celui, aussi, de Paco Ibañez)... Et nous voilà, ce soir !

LENY ESCUDERO, HERMANO MÍO

Tu le sais, il y avait longtemps que j’appréciais l’artiste quand j’ai rencontré l’homme, grâce à ton « Gibraltar » à toi (après avoir été l’assistant de Guy Béart…), devenu grand ami mien lui aussi, Jean-Pierre Bouculat. C’était en février 1978 au Théâtre de Boulogne-Billancourt. Quelques jours plus tard, tu m’invitais chez toi, rue Saint-Lazare, à Paris. L’un de ces moments forts d’une existence, où l’on se « reconnaît » de toute évidence. Et… « une fois pour toutes ». C’était alors à ton tour de nous rendre visite dans notre campagne, encore et encore, avec l’amitié qui sert à boire (même si, côté boissons, hein, toi c’était plutôt café-crème comme dans La Planète des fous) et même des parties de foot au programme. Détail : tu as été le premier artiste à qui j’ai confié – presque deux ans et demi avant sa naissance effective – mon rêve d’un journal de chanson qui s’appellerait Paroles et Musique

LENY ESCUDERO, HERMANO MÍO

Avant de se retrouver ensemble à notre stand de la Fête de l’Huma 1980, où tu allais dédicacer à tour de bras le deuxième numéro du « mensuel de la chanson vivante » (dont la Une et le dossier t'étaient consacrés), on te ferait venir en mars 1979 dans la Corne de l’Afrique, pour deux concerts des plus mémorables (…à des titres fort différents). C’était à Djibouti, république nouvellement indépendante où je tentais d’œuvrer à une presse libérée des influences barbouzo-foccardiennes, et ta venue fut rendue possible grâce à mes accointances avec les responsables du centre culturel français, Dominique Chantaraud et Bernard Baños-Robles, eux-mêmes grands amateurs de chanson.

Là, tu allais me donner une preuve à la vie à la mort de ton amitié. Tu l’as raconté dans le premier tome de ton autobiographie, Ma vie n’a pas commencé ; je l’ai rappelé dans mon blog (en rectifiant quelques points de détail : forcément, ton attitude exceptionnelle, mais naturelle chez toi, s’était imprimée chez moi de façon plus indélébile). Durant ce séjour, notre appartement fut ton QG et celui de ton équipe, dont ton fils Julian qui t’accompagnait à la guitare et Michel Godot, formidable accordéoniste. Délire et triomphe au Théâtre des Salines, sous le ciel étoilé et une chaleur étouffante. Un concert d’une énergie et d’une intensité émotionnelle, écrivis-je dans l’hebdo national, Le Réveil de Djibouti, comme seul en était capable Jacques Brel. Je le maintiens aujourd’hui : Escudero et Brel, le Grand Jacques et Leny, sur scène, chacun à sa façon, c’était du pareil au même.

LENY ESCUDERO, HERMANO MÍO

…Et nous voilà ce soir… Au soir d’un 9 octobre de sinistre mémoire. Tu savais que tu ne chanterais plus, tu m’avais permis de l’annoncer ici, mais tu continuais d’écrire tes mémoires dans ta campagne, celle de Monet, où je suis allé si souvent te retrouver dans les années 80, 90 et 2000. Avec bien sûr, entre-temps, de nombreux articles dans Paroles et Musique puis Chorus, et même une collaboration étroite avec un éditeur phonographique pour permettre la réédition en 1996 de tes grands albums. J’en rigole encore : les « masters » étant indisponibles, ce sont mes propres disques – mes 30 cm originaux ! – qu’on utilisa pour graver une dizaine de CDs (alors labellisés Déclic Communication & Chorus).

Cela me rappelle l’existence de ce beau documentaire réalisé en 2004 par le même éditeur (Éric Basset, avec Mariette Monpierre à l’image) où tu racontais toi-même ton parcours. L’histoire d’un Tendre rebelle dont je fus sinon à l’origine du moins le principal « contributeur », de la conception à la documentation, disons cela comme ça et va pour l’« immense remerciement à Leny Escudero et Fred Hidalgo » de la fin du générique. Comme on t'entend le chanter à ce moment-là, « on est aussi cons aujourd’hui qu’on sera morts dans dix mille ans »

Quoi d’autre, pour prolonger encore un peu ce « dialogue » ? Ah oui, cette fois où je t’avais présenté Allain Leprest, à la maison, ainsi qu’à Guy Béart, Graeme Allwright et Anne Sylvestre. C’était en juin 1985, pour notre petite fête des cinq ans de Paroles et Musique. Tu avais sympathisé aussitôt avec lui, qui, depuis L’Arbre de vie, te portait d’ailleurs une admiration sans bornes…

Souvenirs, souvenirs… Cet été on apprenait que tu en avais fini avec le second tome de tes mémoires, et il y a seulement quelques jours, tu donnais une interview à ton journal local, Paris-Normandie, pour en annoncer la publication (à compte d’auteur). Le début… La suite… La fin. Le début avec ta naissance en Espagne, à Espinal, le 5 novembre 1932, puis la guerre et le passage des Pyrénées en mars 1939… La suite avec ta soif de lecture, au point de voler des livres : « J’avais envie de découvrir le monde. Chez Céline, j’ai lu quelqu’un chez qui ça hurlait à l’intérieur, comme moi. Mais lui, il avait les mots pour le dire » ; jusqu’à la question des « migrants » : « J’ai été l’un d’eux. Il y a des années, j’ai écrit un texte, Le Siècle des réfugiés : “Ils sont toujours les bras ballants / D’un pied sur l’autre mal à l’aise / Le cul posé entre deux chaises / Tout étonnés d’être vivants…” » Le début, la suite… et la fin.

LENY ESCUDERO, HERMANO MÍO

La fin. Au tragique de cette annonce, doublement terrible pour nous (coup de fil de l’agence France Presse en tout début d’après-midi : « Pouvez-vous nous confirmer le décès de Leny Escudero ? »…), les « grands » médias ont ajouté une incroyable incompétence. L’information a été expédiée en quelques secondes à la fin des journaux télévisés, on a seulement cité Pour une amourette et Ballade à Sylvie (j’ai même entendu dire sur une grande radio, par quelqu’une qui visiblement ne connaissait rien à la chanson, que tu n’avais que trois cents mots de vocabulaire !!!). Et personne n’a évoqué ta seconde, formidable et pour tout dire vraie carrière. Celle qui a vraiment démarré en 1971, au retour de ton tour du monde, celle du Temps de la communale, de Van Gogh, du Vieux Jonathan, de Vivre pour des idées, du Cancre, de Fils d’assassin, de Sacco et l’autre, de La Moitié de ton âme, de La Grande Farce, de La Planète des fous, etc., tout un répertoire qui t’a situé entre Brel, toujours lui, et Ferré.

LENY ESCUDERO, HERMANO MÍO

Excuse-moi de te le dire, Leny, mais ç’a été pour toi juste l’inverse de la déferlante hypocrite à propos de Guy Béart qui, après avoir été « exécuté » de son vivant par les médias où il était tricard, est devenu soudain incontournable… une fois mort. Mort, toi tu l’étais déjà pour les médias depuis la fin des années 60 ! Pas grave, au fond, tu as rempli les salles tout le temps, sorti des disques quand tu l’as voulu sans le secours aucun des médias qui font l’opinion, tout ça n’est que de l’écume éphémère, superficielle et sans valeur, quand l’essentiel, connu des gens de peu mais de bien, demeure.

Année épouvantable : Cabu, Charlie et les autres, Guy Béart, et maintenant toi, le jour anniversaire de la mort du Grand Jacques, toi mon pote le Gitan, mon grand frère, mi hermano. Ô combien je hais le 9 octobre ! Comme j’aimerais pouvoir remonter le temps ! Le figer, à défaut, et puis arrêter là, s’arrêter là, s’asseoir par terre, comme dit Souchon.

LENY ESCUDERO, HERMANO MÍO

…Remonter par exemple à mars 1979 à Djibouti, soirée d’anthologie dont il nous reste heureusement une trace, artisanale, enregistrée par mon ami BBR (…qui, cinq ans plus tard, invitera Claude Nougaro à se produire sur cette même scène). Attention, documents exclusifs ! On vous en offre ici trois extraits (Le Bohémien, A la primavera, Depuis ta mort), pour la première fois, trente-six ans après…

Leny Escudero Le Bohémien

 

Leny Escudero A la primavera

 

Leny Escudero Depuis ta mort

...Ou remonter à l’été 1980, lorsque j’assistais, au studio de Jean Musy, à l’enregistrement de l’album Grand-père. Du titre de sa première chanson où Leny semblait s’adresser à mon propre grand-père maternel, coupable d’être poète et trop humaniste aux yeux des franquistes. Quelle émotion pendant les séances ! J’en ai encore les larmes aux yeux… Comme celui de Leny, mon grand-père que je n’ai pas connu, je me le suis inventé à travers ses rares écrits (magnifiques) sauvés par ma grand-mère et appris par cœur (je ne saurais mieux dire) par ma mère :

Un fantôme me hante
Grand père, je t’invente
Et je te fais comme
Je t’aurais voulu…

Il paraît que tu avais le coeur à nu
Je dis il paraît
Parce que je ne t’ai pas connu…

Grand père, laisse-moi te raconter
Pour dire aux autres qui tu étais
Et leur donner tes souvenirs
Pour ne pas les laisser mourir

Pour un petit instant
Ressusciter des morts
Et remonter le temps
Pour que tu chantes encore…

Le début, la suite… la fin. Depuis cette lettre, Leny, où tu m’écrivais que tu avais « bien fait d’aller à Djibouti », il n’y a pas eu long de chandelle, c’est sûr, pour aller jusqu’à demain. Un quart de siècle, pourtant ! « Je sais qui tu es », disais-tu. Forcément, tu savais aussi, pour que tu chantes encore, que je te raconterai encore. Aujourd’hui… et demain. « Demain, ça s’ra vachement chouette, demain ! », chantait Le Cancre. C’était au temps de la communale, au temps de l’espoir. Depuis, tout a changé. Et toi, tu as beau être parti sans faire de bruit, pour ne pas déranger les autres, tu n’auras pas su nous empêcher d’avoir froid dedans. Très froid dedans… Je ne sais si ce Dieu que tu interpellais avec force (Dieu, réponds-moi…) et persistait à rester silencieux t’a donné rendez-vous en d’improbables confins, mais je sais une chose, c’est qu’il faut être vivant pour avoir du chagrin.

_________

Le début... La suite... La fin est disponible à l’adresse suivante : Céleste Escudero, BP 30, 27620 Gasny (25,70 € + 4,30 € de frais de port).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Hidalgo - dans Hommage
commenter cet article

commentaires

Annie LAPEYRE 15/10/2015 17:38

Bonjour à toutes et à tous

En pensée avec sa famille et ses amis ce jeudi pour son départ à Evreux.

Avec l'ami qui m'accompagne à la guitare, nous avons modifié notre petit tour de chant pour rendre hommage à Leny Escudero et Guy Béart ( voir le blog notes d'Annie Lapeyre).

Armelle 13/10/2015 19:25

Chers tous,
Merci pour les beaux mots d’amour et d’amitié écrits ici en hommage à Leny.
Enfant j’ai écouté, émerveillée, Le Tour du Monde, l’histoire des vieux marins d’antan montés haut dans le ciel bousculer les étoiles… Et puis Escudero 71 est arrivé, j’avais 13 ans, une de mes sœurs m’a emmenée l’écouter au Théâtre de la Ville. La poésie se faisait vivante. Car c’est peu dire qu’il faut l’avoir vu chanter sur scène pour comprendre le mot bouleversant. Sa sincérité, sa vérité dans l’émotion, ses textes qui pointaient toujours l’essentiel. Ses doutes. Sa tendresse. Son authenticité. Ses mains aussi qui s’agitaient comme des oiseaux. Ça coupait le souffle. Après j’ai entraîné ceux et celles que j’aimais l’écouter, et chacun d’entre nous en ressortait toujours déboussolé, muet.
J’ai plein de beaux souvenirs de ces émotions, de ces moments partagés. Je suis, nous sommes riches de tous les textes de Leny ! Et je voudrais tous les citer. Et quelle richesse !

Les médias se sont montrés nuls jusqu’au bout (Pour une amourette nous ressort même par les trous de nez). Et le silence des artistes stupéfiant. Mais, et aussi pour se consoler, je crois que Leny, il fallait le mériter.

Il m’a toujours semblé évident que nous faisions partie de ses récitals. Ignoré des médias comme il l’a été, nous nous devions d’être là pour qu’il continue à chanter et à nous enchanter encore et encore.

Je regrette de ne pouvoir venir à Evreux ce jeudi, mais j’inventerai un petit moment pour ce frère de cœur parti, je l’espère, bousculer les étoiles.

Merci Fred et merci à vous tous. Vos mots réchauffent un peu. Mais comme le dit Martine « les temps sont difficiles et tous ces départs nous écrasent le cœur ».

Serge Basso 13/10/2015 16:18

Merci Fred.. Escudero méritait un si bel hommage…
Pour avoir quelquefois croisé l’homme lors de ma vie d’organisateur, j’ai vu, ce qui n’est pas toujours le cas, l’adéquation entre l’individu et l’œuvre.
Impossible de l’aimer à « contre amour ».
Serge Basso

Marie-Odile 13/10/2015 12:11

"Il faut être vivant pour avoir du chagrin", disait Lény ... alors je suis vivante à un point que je ne soupçonnais pas jusqu'ici. Depuis ce jour de mars 2013 où j'avais parlé avec lui pour la dernière fois, à l'occasion d'une séance de dédicace de MA VIE N'A PAS COMMENCE, je l'avais vu si marqué par l'avancée de la maladie que bien sûr je savais que viendrait inéluctablement le jour où j'apprendrais qu'il était parti, et que ce jour était peut-être proche. Mais pas si vite, pas déjà ... j'espérais naïvement que la vie lui laisserait le temps de réaliser tous les projets qu'il avait mentionnés ce jour-là... lui qui lors d'une émission TV - laquelle déjà ? quelqu'un l'aurait-il enregistrée ? - avait déclaré il y a quelques années que dans sa famille on vivait très vieux et qu'on n'était pas près d'être débarrassés de lui...
Depuis vendredi je suis inconsolable.
Il est sans doute la personne qui de toute ma vie a le plus compté dans ce que je suis. Dans l'une des interviews récentes, il dit à propos de sa découverte de Céline que cela a été un éblouissement pour lui. Je peux reprendre les mêmes termes pour parler de ce que je lui dois, qui est incommensurable...
J'avais 16 ans lorsqu'une amie lycéenne me l'a fait connaître, et le coup de foudre ne s'est jamais démenti, bien au contraire. Je l'ai vu sur scène pour la première fois en 73, après la mémorable manif des LIP, où à plusieurs milliers nous avions traversé Besançon sous une pluie diluvienne, le cœur gonflé par l'espoir d'une société autogestionnaire en train de naître...
Depuis, ses chansons m'ont accompagnée constamment. Je suis allée l'écouter un grand nombre de fois. Je me souviens notamment de la qualité de sa présence au 1er Printemps de Bourges 1977; de ce tour de chant au TBB en 1978 dont vous parlez, Fred,, et de multiples concerts de soutien à des luttes, ou dans des maisons de la culture petites et grandes, dans les années 80. Moi qui n'ai pourtant pas une âme de groupie, j'ai plusieurs fois traversé la France pour aller l'entendre, car ses chansons étaient véritablement une nourriture, une respiration, une aide pour affronter la douleur de vivre, une douloureuse et douce consolation contre les injustices de toutes sortes. "Des trous dans la nuit", a très justement écrit quelqu'un ici.
Il est parti, une étoile majeure s'est éteinte ... il nous reste ses mots, son visage, sa voix magnifique, ses coups de gueule salutaires; et aussi le lien tissé entre toutes les personnes qui l'ont tant aimé.
Notre devoir à tou-te-s maintenant, lorsque nous parviendrons à sécher nos larmes - il faudra du temps je crois - sera de continuer à le faire découvrir à toutes les personnes qui n'ont pas eu la chance immense de le connaître.
Dans l'espoir de faire reculer un peu la bêtise, la cruauté, les injustices...

Merci Fred de tout cœur pour ce bel hommage, qui rattrape tous les silences et toutes les âneries, car effectivement, "(les) médias qui font l’opinion, tout ça n’est que de l’écume éphémère, superficielle et sans valeur, quand l’essentiel, connu des gens de peu mais de bien, demeure".
Marie-Odile

Fred Hidalgo 13/10/2015 12:46

Merci, Marie-Odile.
Vous dites ici, à propos de Leny, ce que nous ressentons tous et toutes en ce moment, enfin tous ceux et toutes celles qui le connaissaient ou, du moins, connaissaient ses chansons. Chagrin, reconnaissance et gratitude.

Jacques Layani 12/10/2015 19:19

Fred, j'ai bien lu ? Les souvenirs de Leny Escudero à compte d'auteur ? Il ne s'est trouvé personne pour les publier ? Christian Pirot a fichu le camp, lui aussi, mais Jean-Daniel Belfond chez l'Archipel ? Je ne comprends pas... Amicalement.

Fred Hidalgo 12/10/2015 19:43

Leny n'a pas cherché d'éditeur ; cette fois il a choisi de s'éditer lui-même.