Profil

  • Journaliste depuis 1971, créateur de plusieurs journaux dont le mensuel « Paroles et Musique » (1980-1990) et la revue « Chorus » (1992-2009). Editeur depuis 1984 et créateur en 2003 du « Département chanson » chez Fayard.
  • Le blog de Fred Hidalgo

Site du blogueur

Pour en savoir plus
sur
 FRED HIDALGO,
journaliste, éditeur, auteur
  

 

Groupe Facebook

Pour participer à ce groupe

La maison de la chanson vivante

Présentation

  • : Le blog de Fred Hidalgo
  • : Parce que c’est un art populaire entre tous, qui touche à la vie de chacun et appartient à la mémoire collective, la chanson constitue le meilleur reflet de l’air du temps : via son histoire (qui « est la même que la nôtre », chantait Charles Trenet) et son actualité, ce blog destiné surtout à illustrer et promouvoir la chanson de l’espace francophone ne se fixera donc aucune limite…

S’il vous enchante...

Derniers Commentaires

Avec le temps...

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Jeudi 13 novembre 2014 4 13 /11 /Nov /2014 15:53

C’est une chanson qui nous rassemble…

 

« Attention les feuilles ! » ce sont bien sûr les feuilles d’automne qui tombent et se ramassent à la pelle, mais à Meythet (Haute-Savoie), la salle organisatrice de ce festival créé en 2001 ne s’appelle pas Rabelais pour rien : ici, les feuilles, c’est d’abord les esgourdes, ces disgracieux appendices sans lesquels la chanson resterait lettre morte, couchée sur le papier, veux-je dire. Au Rabelais et dans les 33 autres lieux qui font chorus pendant douze jours (du 8 au 19 octobre cette année), « on fait tout sérieusement… sans se prendre au sérieux » !

programme-Annecy-copie-1
La citation –
« c’est même notre credo », dit-il – est de Laurent Boissery, directeur-fondateur de ce festival pas comme les autres. Pourquoi ? Parce qu’il est le contraire du festival traditionnel, limité dans le temps et se tenant dans un lieu unique. « Attention les feuilles ! » est disséminé à travers l’agglomération d’Annecy, hébergé par toutes sortes de salles (« de la crèche à la maison de retraite, en passant par le lycée, les écoles de musique, les bibliothèques ou les médiathèques ») et offrant à son public – outre ses concerts, bien entendu, dans de belles salles – des animations, des expos, des rencontres autour de la chanson mais aussi du cinéma et de la littérature... « On ratisse large ! » sourit Laurent Boissery, bien connu dans la Fédération des Festivals francophones (créée en mai 2005 dans le cadre d’ « Alors… Chante ! »* à Montauban, à partir d’une charte édictant une vision culturelle et non mercantile de la diffusion de spectacles et qui regroupe une trentaine de festivals de chanson francophone sans distinction de taille ni de formule), pour être le pince sans rire de l’assemblée… Le plus écolo aussi, sans doute, des directeurs de festivals puisqu’il ne se déplace jamais sans son vélo… et les pinces ad hoc.
  

Laurent-Boissery.jpg  

Il faut dire que la ville d’Annecy (où les cyclistes sont rois !) montre une vision aussi réelle qu’idyllique de l’écologie, avec un environnement naturel préservé : son lac au pied de la chaîne des Aravis, sa montagne du Semnoz qui offre une vision panoramique à 360° de toute cette région magnifique, avec vue directe sur le mont Blanc et les Alpes… Pourquoi s’en priver ? « Attention les feuilles ! » chante aussi sur le lac, à bord de la Libellule, un luxueux bateau de croisière… Oui, ici on ratisse large, peut-être, mais avec le souci, toujours, d’être « un festival franco-responsable », histoire de signifier son engagement « dans la défense et la promotion de la langue française ». Dès 1980, le mensuel Paroles et Musique se faisait le porte-parole de la « chanson vivante » (par opposition à une certaine chanson de variété qui occupait alors le devant de la scène médiatique en occultant le reste, à savoir la quasi-totalité de l’iceberg chansonnier), aujourd’hui « Attention les feuilles ! » y ajoute l’ingrédient de la proximité en s’adressant avant tout au public régional qu’il a réussi à fidéliser.  

 Semnoz.jpg 

S’il est un festival qui mérite l’appellation de chanson (vivante) de proximité – pour faire un clin d’œil à Michel Trihoreau, « inventeur » du concept –, c’est bien celui-ci. Pour son public bien sûr mais aussi pour la qualité de sa relation avec les artistes qu’il accueille. Pas de frimeurs ici, mais des « chantauteurs » comme j’aime à les appeler, à hauteur d’homme. Ça n’est pourtant pas une raison de l’ignorer au plan national. Voici donc quelques rappels et impressions de sa quatorzième édition, dans l’espoir de vous inciter à découvrir ce festival (voire sa région) à l’occasion de la prochaine, en octobre 2015 – toujours durant les vacances de Toussaint. À le découvrir ou à vous y intéresser et à faire jouer le bouche à oreille… 

C’est le Rabelais, je l’ai dit, la belle salle de Meythet, à quelques encablures seulement d’Annecy, qui est l’épicentre du festival et fut son lieu d’origine, en 2001, avec seulement trois soirées. En 2014, « Attention les feuilles ! » était présent durant douze jours dans trente-quatre lieux répartis sur dix communes de l’agglomération (qui n’en compte que trois de plus) : Meythet, donc, Metz-Tessy, Seynod, Cran-Gevrier, Annecy, Annecy-le-Vieux, Poisy, Argonay, Pringy, Montagny-les-Lanches, outre la ville voisine de Rumilly où, bonheur, j’allais retrouver une vieille connaissance. Richard Desjardins !
  

Desjardins.jpg 

C’était le 18 octobre, après la première partie de l’Israélienne et citoyenne du monde (qui vit en France) Lior Shoov, véritable extraterrestre aussi de la chanson (en français, mais aussi en anglais, en arabe et en hébreu). Découverte du dernier « Alors… Chante ! » de Montauban, elle propose un « set », pas vraiment un concert, une performance plutôt où la danse et l’art du cirque se mêlent à la chanson, malgré son talent de multi-« instrumentiste » des plus étonnants : ukulélé, hang, tubes en plastique, harmonica, sanza, mignonnettes d’alcool, jouets, genoux percussifs, tambourin… Et à la fin, elle s’avoue très émue et heureuse d’avoir été invitée à se produire (avec l’assurance d’une vieille briscarde qui n’aurait pas perdu son âme d’enfant) « pour la première fois dans une grande salle » : le Quai des Arts, 500 places.
  

   

Desjardins seul à la guitare (pardon, « à sa guétard »), ce soir-là, c’est un peu Vissotsky lui aussi seul à la guitare, comme Atahualpa Yupanqui, c’est un peu Lluis Llach seul au piano. C’est un peu Ferré, c’est un peu Brel, c’est un peu Dylan… et c’est Richard Desjardins, né en 1948 au fin fond du Québec, en Abbittibbi, à 600 km au nord de Montréal. Vous ne connaissez pas le russe, ni le castillan, ni le catalan, ni l’anglais dylanien… ni le québécois fort personnel (et poétique) de Desjardins ? Peu importe, le grand frisson est là. On ressent des chansons puissantes, intelligentes, qui vous flanquent la chair de poule, sans qu’on arrive à en déterminer précisément l’origine : les textes, les musiques, la voix ? Un peu de tout ça bien sûr, mais entre les ingrédients qui vont le composer et le plat que l’on va déguster, dans une salle où le poète installe une atmosphère qui n’appartient qu’à lui, il y a ce miracle de la chanson que l’on n’explique pas, dont on sait seulement qu’il est le propre des tout-grands. 

 

 

 Flash-back vécu : fin des années 80, Festival d’été de Québec. Renaud et moi sommes invités à une émission en direct de Radio-Canada. C’est la charmante, passionnée (et aujourd’hui très regrettée) Chantal Jolis qui mène le débat. À un moment, en pleine émission, elle s’adresse à nous : « Quel spectacle avez-vous prévu de voir ce soir ? » Et devant la réponse évasive de Renaud et de votre serviteur (il y a tellement de concerts simultanés dans ce festival que j’ai plutôt, pour ma part, l’habitude de courir d’un site à l’autre, de grappiller ici et là des bouts de spectacles), Chantal d’ajouter : « Ne cherchez plus. Allez voir Richard Desjardins, je vous garantis que vous ne le regretterez pas ! »
  

 

     

Richard qui ? Aucun de nous deux ne le connaissait encore, mais nous suivîmes le conseil… et fûmes subjugués par cette découverte, dans une salle (le bar d’Auteuil) où le public québécois s’esclaffait aux digressions de l’artiste et l’applaudissait à tout rompre. Et nous, ne comprenant pas la moitié des paroles (quel accent, ce Desjardins, surtout à l’époque !) ni les références sociopolitiques dont il truffait sa prestation, de rester malgré tout littéralement scotchés ! Stupéfaits par tant de talent. Sur le moment, je me souviens d’avoir pensé à un mix de Ferré et de Dylan…
   

 

Après le spectacle (et avant de faire la connaissance du chanteur), Renaud, son frère Thierry (pareillement touché) et moi-même nous transformâmes en conjurés : comment un artiste pareil (40 ans à l’époque) pouvait-il être encore inconnu en France ?! To-ta-le-ment inconnu ! Au Québec, il est vrai, il venait seulement de sortir son deuxième album (et encore, par souscription !), Les Derniers Humains (…sept ans après le premier, autoproduit). Nous décidâmes donc ce soir-là d’appeler chacun de notre côté, une fois rentrés en France, nos principales connaissances professionnelles pour tenter de faire découvrir Desjardins dans l’Hexagone. Ainsi fut fait. Résultat des courses : diffusion de ses chansons dans l’émission de Jean-Louis Foulquier sur France Inter, premier passage aux Francofolies de La Rochelle en 1991 puis à Paris, au Théâtre de la Ville, en 1992. La même année, Richard figurait en « Rencontre » d’ouverture du tout premier numéro de Chorus, aux côtés de Léo Ferré et de Nilda Fernandez.
  

 

À ce jour, le sujet le plus important qui lui ait été consacré dans la presse européenne reste sa « chorusgraphie » du printemps 2005 (« Un homme debout », Chorus n° 51, 24 pages, 36 photos, bio, entretien, témoignages, repères, discographie…). Et L’Existoire, son douzième et dernier album (pour le moment), a reçu en 2012 le « Félix » (l’équivalent québécois d’une Victoire de la musique) de l’album de l’année.
  

Blond-Blond-Blond.jpg

Desjardins, c’était l’événement d’« Attention les feuilles ! » 2014. Son coup de cœur et sa révélation, de façon assez unanime, a été un trio humoristique, Blond & Blond & Blond dont je ne saurais raconter la prestation sans risquer de déflorer bien des choses… ce qui serait dommage. Alors, si vous ne les connaissez pas encore, il est temps pour vous de faire l’expérience du syndrome de Stockholm ! Comme l’indique leur bio, To, Mar et Glar, qui sont frère et sœurs, nous viennent en effet de Suède... « Après avoir conquis leur pays d’origine, les voici débarquant en terre gauloise. Ils ont juré sur le catalogue Ikea que tout ce qu’ils joueront sera retenu par votre attention. Et ils tiennent parole, foi d’élan ! Les Blond & Blond & Blond ont pris nos classiques en otage » : leur spectacle s’intitule Hømåj à la chonson française
  

 

À dire vrai, je n’ai pas suivi l’ensemble de l’édition, étant moi-même invité dans le cadre du festival à présenter, à la bibliothèque de Poisy, ma conférence sur la Fabuleuse Histoire du Grand Jacques aux Marquises. Excellent accueil des responsables du lieu, public en empathie avec le sujet (dont certains, m’ont-ils dit à la fin, ont eu la chance d’assister soit au spectacle exceptionnel de Jacques Brel en soutien à Pierre Mendès-France : c’était durant la campagne législative de 1967, le 23 février à Grenoble, soit à sa toute dernière, à Roubaix, le 16 mai 1967)… et spectateurs venus de toute la région, y compris de Genève. Merci à Laurent Boissery qui était là pour ouvrir les hostilités (toutes relatives), malgré son obligation d’être partout à la fois sur le festival, merci aux charmantes personnes dirigeant la bibliothèque, et merci à tous ceux qui m’ont fait l’amitié de se déplacer spécialement… et d’en redemander à la fin, avec une batterie de questions.
  

Fred-conf.jpg  

Pour mémoire, l’affiche de cette quatorzième édition avait de quoi satisfaire les plus exigeants des amateurs de chanson vivante, un qualificatif que Laurent Boissery et les siens revendiquent haut et fort. Avec trois permanents seulement – ceux du Rabelais de Meythet, qui assure une belle programmation tout au long de l’année – et sept professionnels intermittents, « Attention les feuilles ! » 2014 a ouvert grandes ses portes (et ses esgourdes) à Véronique Pestel, Jeanne Garraud, Clément Bertrand, Boule, Chouf, Kosh, Karimouche, La Vraie Nonique, Courir les Rues et sa Band’, Léonid, Noga & Patrick Bebey, Vérone, Florent Marchet, Sirius Plan (voir vidéo ci-dessous ; avec un concert d’une heure et demie sur le lac d’Annecy, à bord du bateau de croisière la Libellule, à la nuit tombée : « Un véritable régal ! » selon Laurent Boissery), GMD Orchestra, Loraine Félix, Simon Autain, Laurent Berger, Strange Enquête, Gaële, Alexandra Hernandez & Jonathan Mathis, les Tit’ Nassels, Moran, Thomas Pitiot, les Hay Babies (trois jeunes femmes du Nouveau-Brunswick qui s’emploient à régéréner la musique folk acadienne avec des chansons parsemées de mots anciens mais d’images et de situations bien actuelles)... Et puis des troupes, comme la Compagnie La Gueudaine ou encore la Compagnie Rêves et chansons qui a présenté trois spectacles différents pour le jeune public.
 

 

Un festival pas comme les autres, disais-je et c’est bien ça qui séduit à coup sûr : la spécificité, l’originalité, trop de festivals ou labellisés comme tels n’étant que d’interchangeables organismes de diffusion de spectacles identiques, je veux dire qui se contentent d’exposer les artistes du moment « vendus » partout par les tourneurs, sans ligne éditoriale affichée ni souci d’imprimer leur empreinte. « Attention les feuilles ! », pour vous dire qu’on n’y fait pas les choses comme ailleurs, a lancé son édition à 0 heure le 8 octobre (à minuit donc !) par… une conférence sur « le rôle de la musique dans la qualité du sommeil », donnée par le docteur Toufik Didi, pneumologue et spécialiste du sommeil au Centre hospitalier Annecy/Genevois (commune de Metz-Tessy). Et ça n’est qu’à l’issue de celle-ci que les… insomniaques ont pu assister au concert d’ouverture du Normand Boule qui n’a besoin de personne pour se singulariser.
  

 

Pour le reste, je signalerai encore une rencontre de Clément Bertrand autour du métier de chanteur avec les élèves de l’École de musique de Poisy et ceux du Lycée Baudelaire de Cran-Gevrier ; celle de Véronique Pestel à la Médiathèque de la Turbine (Cran-Gevrier) autour de son « Cahier d’apprendre » (trois cahiers en fait : deux sont des notes de tournée, notamment à travers les pays de l’Est, le troisième est la restitution, sous forme de poèmes, d’un travail préalable mené à Annecy avec le percussionniste Laurent Kraif) ; une bourse aux disques à Meythet ; ou encore cette rencontre littéraire et musicale (un petit événement en soi !) avec l’excellentissime David McNeil, qu’Alain Souchon entre autres considère (à juste titre) comme l’un des plus grands auteurs de la chanson française contemporaine.
  

 

C’était le 14 octobre en fin d’après-midi au Bistrot des Tilleuls à Annecy et c’est génial quand la chanson envahit ainsi les lieux de vie les plus divers, d’autant qu’un buffet littéraire, en compagnie de l’artiste, suivait cette rencontre. On y a parlé de sa carrière, de son nouvel album, Un lézard en septembre (le précédent en studio, Seul dans mon coin, datait de 1991 !), de ses livres évidemment (une dizaine de romans et ouvrages autobiographiques), de ses contes pour enfants, scénarios et pièces de théatre… et on y a chanté quelques-unes de ses chansons (comme Hollywood, dont Yves Montand fit un succès), puisque David avait eu la bonne idée de venir avec quelques musiciens...
 

 

Voilà, c’est tout ça, « Attention les feuilles ! ». Pour l’apprécier à sa juste mesure, il convient de bien ouvrir ses mirettes et de laisser ses esgourdes s’emplir tout doux tout doucement de petits bonheurs inconnus des rouleaux compresseurs médiatiques. Ici, les « feuilles », qui ne croulent pas sous les décibels ni les larsens, ne se ramassent pas à la pelle : elles y accueillent de la chanson écologique de proximité. De la chanson qui (nous) rassemble. C’est du vivant, du vécu, de l’oxygène en musique et, nom d’une pipe, ça donne diantrement envie d’en reprendre une bouffée !

__________

Contact « Attention les feuilles ! » : Laurent Boissery, Salle de spectacles Le Rabelais, 21 route de Frangy, 74960 Meythet (tél. : 04 50 24 49 10 ; e-mail : rabelais@agglo-annecy.fr; site du Rabelais ; site du festival).

*DERNIÈRE HEURE (voir sujet précédent) : une pétition est désormais en ligne, que tout un chacun peut signer ICI… si ça lui chante. Son intitulé ? « Pour que vive la chanson, je défends le festival Alors… Chante ! » Lequel, parmi les options envisagées par son équipe dirigeante et de bénévoles, ne rejette pas la possibilité d’une délocalisation… 


Publié dans : Concerts et festivals - Par Fred Hidalgo
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 9 novembre 2014 7 09 /11 /Nov /2014 12:13

Y en a marre !

 

Certains d’entre nous étaient dans la confidence : on savait que la municipalité de Montauban était de moins en moins en phase (comme dirait mon amie Litote) avec les valeurs de découverte et de diversité, de défense de la francophonie aussi, prônées par le festival Alors… Chante ! Ce que l’on ignorait, c’est qu’elle avait déjà décidé de lui supprimer brutalement et sans appel sa subvention pourtant vitale. Sans appel… et sans tenir compte, c’est un comble, des importantes retombées économiques engendrées chaque année par le festival durant la semaine de l’Ascension. Cela signifie une mise à mort immédiate de celui-ci, à l’aube, qui plus est, de sa trentième édition…
  

 

Chronique d’une mort annoncée ? C’est à voir, car la résistance s’organise. Dans l’après-midi du vendredi 7 novembre, tout s’est précipité. Au communiqué de presse de la municipalité de Montauban annonçant la fin irréversible de son soutien à Alors… Chante ! (imagine-t-on les villes de Bourges, de La Rochelle ou d’Avignon, par exemple, se tirer une balle dans le pied en refusant de soutenir les festivals qui les popularisent et les enrichissent ?!), l’équipe du festival a répondu par un autre communiqué (voir plus bas) remettant les pendules à l’heure. 
  

 

Particulièrement touché par cette attaque contre un événement culturel menant depuis trente ans un inlassable travail de fond (certes trop souvent invisible aux yeux et aux oreilles des « grands » médias comme des politiciens à courte vue, mais indispensable à la vie de la filière musicale), je mets d’autant plus volontiers en ligne ledit communiqué de presse que j’ai l’impression de vivre, même de loin aujourd’hui (n’ayant aucun lien autre qu’affectif avec ce festival), un bis repetita… Ces gens-là (ohé ! Grand Jacques, ton épée, ton armure !) ne savent donc procéder qu’en vous portant des coups de poignard dans le dos. Qu’en vous plaçant devant le fait accompli ! « Pauvre monde, insupportable monde / C’en est trop, tu es tombé trop bas / Tu es trop gris, tu es trop laid / Abominable monde… » On comprendra aisément, je pense, que je fasse (et incite à faire) chorus sans réserve... et sans délai. 
  

JO_final2010.jpg

La seule façon, peut-être, de sauver Alors... Chante ! consiste – du moins dans un premier temps – en une mobilisation générale de ses festivaliers, du monde professionnel (éditeurs, agents, tourneurs, etc.) pour lequel sa disparition serait une catastrophe, mais surtout des artistes qu’il a accompagnés au long de trois décennies. Je ne citerai pas de noms ici, mais j’y pense très fort !!! D’ailleurs je suis certain que Léo Ferré, Allain Leprest, Georges Moustaki et autre Claude NougaroLeprest-Jamait-Nilda-copie-1 (pour ne citer que ces quatre-là aujourd’hui si regrettés) pousseraient plus qu’un cri d’indignation, ils entreraient en révolte et le feraient savoir haut et fort ! N’attendez pas, amis de la chanson : prenez votre plus belle plume et, avant toute chose, commencez par exprimer votre soutien à l’équipe organisatrice du festival, à ses bénévoles, à son président Roland Terrancle et à son directeur-fondateur Jo Masure. Il faut d’abord se compter, on verra pour la suite. L’e-mail à utiliser est indiqué au bas du communiqué de presse. 

Chanter, c’est lancer des balles pour que quelqu’un les attrape, des ballons d’hélium pour faire monter les hommes… Alors, ami(e) de la chanson, tu sais quoi faire pour enrayer ce nivellement systématique par le bas. Au moins et ce sera déjà ça, en l’occurrence, pour que continue de vivre Alors... Chante ! Alors… vise juste et bien… et lance tes balles pour qu’elles fassent mouche. 
  

 

    Communiqué de presse

Montauban-communique

Faisant chorus avec Alain Souchon, je parlais plus haut de balles à lancer en chœur et à rattraper en plein vol pour espérer un sauvetage d’Alors… Chante ! Sans cela, on sera réduit à laisser faire encore une fois ceux pour qui la célèbre citation (quoique probablement apocryphe) « Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver » reste d’actualité ; réduit à parler de vol arrêté, comme disait Vladimir Vissotsky, l’un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes de l’histoire de la chanson mondiale. De vol arrêté ou de fin du bal. Car, comme le chantait ce merveilleux poète, les assassins de la culture populaire ne s’en prennent jamais au balles (celles qui tuent) mais les utilisent toujours pour abattre les oiseaux qui chantent : « C’est les oiseaux, jamais les balles, qu’on arrête en plein vol… »
  

 

DERNIÈRE HEURE : une pétition est désormais en ligne, que tout un chacun peut signer  ICI… si ça lui chante. Son intitulé ? « Pour que vive la chanson, je défends le festival Alors… Chante ! » Lequel, parmi les options envisagées par son équipe dirigeante et de bénévoles, ne rejette pas la possibilité d’une délocalisation…

_________

NB. Pour rappel, voici les différents sujets, en paroles, en musiques et en images, consacrés ici, depuis la création de ce blog, au festival Alors… Chante !
 2010 : 
L’Âme des poètes – Alors… Chante ! 25e, Supplément d’âme – Supplément d’âme (suite)  Supplément d’âme (fin)
 2011 : L’Ascension de la chanson
 2012 : Je chanterai, tu chanteras, il ou elle chantera… – Montauban, le dernier des Mohicans… en français dans le texte – En français dans le texte (2) : Boby, Wally, Camille, Tiou, Liz et les autres – En français dans le texte (3) : Sorcières, je vous aime – En français dans le texte (fin) : Des Bravos (à la relève) et un coup de chapeau (à Leprest)
 2013 : Les Enfants de Léo : pour le vingtième anniversaire de la disparition du Vieux Lion – Léo, Allain… et les autres – Alexis, Amélie, Barcella… et les autres
 2014 : Chanteurs sachant chanter : Les « Découvertes » au cœur… d’Alors Chante – Vivre debout.

 

Publié dans : Concerts et festivals - Par Fred Hidalgo
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Dimanche 2 novembre 2014 7 02 /11 /Nov /2014 19:40

L’Allain, l’Italien, le Bertin et le Danzin…

 

Je suis là… De plus en plus silencieux, peut-être, mais je reste là. À l’écoute. De vos mots, de vos chants, de vos créations. Veiller : c’est d’autant plus important dans une société dont la déliquescence politico-économique étouffe l’humain, tout en alimentant les sentiments les plus radicaux et vils, de haine et d’exclusion, de médiocrité et de formatage, au détriment des valeurs les plus élémentaires de solidarité, de diversité et de partage. « Il y a beaucoup de morts dans le journal d’hier / Et beaucoup de misère, mais partout / Beaucoup de gens qui restent indifférents / Le lendemain tout semble déjà moins grave… » J’ai souvent envie de ruer dans les brancards, de me lancer dans de tonitruantes diatribes, mais à quoi bon si c’est sans effet aucun ? Il faudrait posséder la folie qui accompagnait le chevalier à la triste figure, mais n’est pas l’Homme de la Mancha qui veut. Alors il reste l’art, le refuge suprême pour s’abriter des moulins à vent… à défaut de pouvoir les vaincre. 
  

 

C’est en tout cas ce qui me tient « éveillé » et me nourrit. Oui, je suis là ; toujours à l’affût du beau et du prometteur, insatiable amateur de découvertes. Seulement, « tout va un peu plus vite », dit la chanson, et il faut faire des choix. Délaisser un peu le blog pour écrire un nouveau livre, par exemple, et vivre aussi dans la vraie vie, pas seulement sur la toile… « Car il est plus que temps aujourd’hui de vivre / De repousser la porte que quelqu’un ferme sur nous / Inéluctablement. »

On continue (gentiment) de m’écrire pour regretter la « périodicité » actuelle de ce blog, bien inférieure à ce qu’elle était dans les trois premières années de son existence, quand j’essayais à moi seul de continuer à faire chorus avec l’actualité du disque, du livre et de la scène. J’ai déjà répondu, ici même, à ce genre de de courriels : outre le fait que je reste relativement actif sur le groupe « social » lié à ce blog (grâce à la simplicité et à la rapidité de son fonctionnement technique), CouvLeprestj’ai préféré décrocher de la création immédiate pour porter avant tout témoignage de choses vues et vécues seulement par moi-même. Certes pas par narcissime, mais bien par souci de faire œuvre utile (et non redondante avec tout ce qui existe déjà) en livrant des informations inédites (cf. Jacques Brel, Cali, Frédéric Dard, Leny Escudero, Jean Ferrat, Léo Ferré, Jean-Louis Foulquier, Paco Ibañez, Allain Leprest, Georges Moustaki, Claude Nougaro, Marc Robine, Pierre Rapsat, Luc Romann, Anne Sylvestre, etc.).

Je n’en garde pas moins les yeux et les oreilles grands ouverts sur la scène actuelle et les funambules de la ritournelle, comme les appelle mon excellent confrère Patrice Delbourg. Sans trop me soucier « des rimes et des rythmes », comme le chante le poète ; sans hiérarchie ni obligation aucune, veux-je dire. Ensuite, qui m’aime me suive… ou pas. Ici, c’est toujours et seulement si ça vous chante.

Aujourd’hui, je viens d’abord vous recommander la lecture du livre de Marc Legras sur Allain Leprest, Dernier domicile connu, paru à l’Archipel. Marc Legras ? Voici ce que j’écrivais de lui à propos de son précédent livre sur Georges Moustaki : « Marc Legras a vécu deux existences journalistiques en parallèle : l’une de “responsable d’édition” des journaux télévisés de France Télévisions et l’autre de spécialiste de la chanson ; à la radio d’abord, avec ses propres émissions sur France Musique et France Culture, puis dans la presse à travers Paroles et Musique et Chorus, dont il fut un membre éminent de 1980 à 2009. » 

 

 

C’est le second « vrai » livre consacré à l’ami Allain (après celui du Suisse Thomas Sandoz, Je viens vous voir, publié en 2003), et celui qui devrait bénéficier à l’avenir du qualificatif « de référence ». Pourquoi ? D’abord, parce que décidé d’un commun accord avec l’artiste – à l’occasion d’une rencontre pour Chorus (n° 63, printemps 2008, photo ci-dessous) –, ce livre aurait dû être mené, jusqu’à son terme, à deux voix et à quatre mains… Et c’est la vie du génial auteur, hélas, qui s’est achevée avant terme, le 15 août 2011¸nous privant de nombreuses merveilles à venir et de cet ouvrage tel qu’il avait été conçu et arrêté. Ensuite, parce qu’après l’avoir interrompu, Marc Legras a choisi, heureusement, de le reprendre et de le retravailler différemment, tout en le saupoudrant de la mémoire de l’artiste, grande ouverte à l’auteur, et maintenant offerte en primeur à ses lecteurs.
 

Leprest-Legras.jpg  

Tout juste exprimerai-je le petit regret (qui ne change rien au fond du livre) que l’histoire, très étroite, d’Allain Leprest avec Paroles et Musique (dès 1982) qui organisa même une soirée exceptionnelle en 1985 (à l’Atelier à Spectacles de Vernouillet) pour le faire découvrir à ses lecteurs, puis avec Chorus (multiples articles jusqu’à son importante « chorusgraphie » en 2002 – le dossier le plus complet qui lui ait jamais été consacré jusque-là) n’ait pas forcément été restituée comme elle aurait pu l’être. Cela dit, j’imagine la difficulté voire la peine, le courage en un mot, qu’il a fallu à Marc pour reprendre ce livre, en l’absence de celui qui devait en être à la fois le sujet et le co-auteur. Et tout ce qu’il a pu lui coûter, en son for intérieur, pour le mener à bien en se mettant dès lors en quête des témoins des premières années de la vie et de la carrière d’Allain Leprest. Le résultat est là : tout est bon dans ce Dernier domicile connu, dont Marc Legras nous retrace lui-même, ci-dessous, les tenants et aboutissants. 
  

 

CouvReggianiSecond ouvrage chansonnier à recommander : celui retraçant l’histoire du Rital de la chanson française, qui fut fidèlement accompagnée, elle aussi, par Chorus et Paroles et Musique auparavant. Justement, c’est Daniel Pantchenko, qui l’avait rencontré à plusieurs reprises pour nos « Cahiers de la chanson », qui signe cette nouvelle biographie – après celles d’Aznavour (avec Marc Robine), de Ferrat et d’Anne Sylvestre –, à l’occasion des dix ans de la disparition, le 22 juillet 2004, de ce merveilleux interprète. De l’excellent travail, comme toujours, à l’image des dossiers que l’auteur écrivait pour Chorus (et notamment celui d’Allain Leprest, évoqué ci-dessus). Serge Reggiani, l’acteur de la chanson, chez Fayard (…où Chorus, tout se recoupe et tout s’enfuit… mais rien ne s’oublie, avait créé un beau « Département chanson »). 
  

 

J’évoquais Allain Leprest… C’est l’occasion de vous présenter quelqu’un de sa famille d’esprit. Pierre-Paul Danzin, 38 ans aujourd’hui, qui nous vient du Nord-Pas-de-Calais avec deux albums, Les Moineaux d’Égare et Charivari… dont trois chansons coécrites avec Allain Leprest – il n’y a pas de hasard ! À vous de faire la démarche de les découvrir. En attendant, en voici une autre, paroles et musique de Danzin, à laquelle je vous défie de résister, pour autant qu’un brin d’humanité vous accompagne (je dis ça pour ceux qui pourraient s’é…garer ici) : L’Antichambre… 
  

 

À part ça ? Quoi d’autre dans mon carnet du jour ? Deux festivals qui, chacun dans son style, demandent à être connus beaucoup plus largement que dans leur sphère régionale ; chacun avec sa propre spécificité qui ne les fait ressembler à aucun autre. Deux manifestations qui se sont déroulées dans la seconde quinzaine d’octobre et dont je vous parlerai plus en détail la prochaine fois : « Attention les feuilles ! » organisé dans l’agglomération d’Annecy, et « Les Nuits de Champagne », organisées à Troyes par l’association Chanson contemporaine avec un « Grand Choral » unique en son genre – l’édition 2014 était consacrée pour la première fois à un artiste disparu, mais dont l’œuvre reste dans toutes les mémoires… 
 


Voilà. La pendule d’argent qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, a beau nous attendre, pour le temps qui reste nous tenons la lampe allumée et nous repoussons de toutes nos forces le sommeil…

Dans le journal d’hier beaucoup de morts
Et puis partout beaucoup de gens indifférents
Nous sommes peu nombreux à veiller
Nous tenons la lampe allumée
Nous repoussons de toutes nos forces le sommeil
Et la lampe nous fait les yeux brillants
Nous tenons la lampe allumée
Nous ne vieillissons pas
 


Par Fred Hidalgo
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés